Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

La diplomatie française vue du Moyen-Orient : un mélange d'attentisme, d'hypocrisie et de soutien aux islamistes

François Hollande donnera ce lundi sa vision de la diplomatie française et ses priorités lors de la Conférence des ambassadeurs. Le dossier syrien sera certainement un des enjeux de la conférence. Un dossier sur lequel la diplomatie française est particulièrement décriée.

Désamour

Publié le

Atlantico : Laurent Fabius a multiplié les déclarations sur la Syrie, la dernière en date fait allusion à une zone d'exclusion aérienne. Cela est-il réellement possible ?

Amin Elias : Depuis le début des événements dans les pays arabophones (Tunisie, Egypte, Yémen, Bahrein, Région orientale de l’Arabie Saoudite et Liban), la diplomatie française donne l’impression qu’elle est dans un état de réaction plutôt que dans une action bien planifiée et structurée.

Quant aux déclarations de M. Fabius autour de la crise syrienne (et notamment la dernière dans laquelle il parle d’une zone d’exclusion aérienne), elles montrent non seulement une démagogie qui révèle une impuissance, mais aussi une ignorance redoutable de la part de la diplomatie française envers les réalités sur le terrain syrien.

Pour parler précisément de la zone d’exclusion aérienne, je trouve essentiel de noter les faits suivants :

- Aucune puissance n’est capable de créer cette zone, sauf les Etats-Unis qui jusqu’à maintenant expriment une hésitation à impliquer les troupes américaines (y compris celle aériennes) dans un combat direct contre les troupes syriennes.

- La Syrie possède une force aérienne considérée comme l’une des meilleures parmi les pays arabes. On parle ici de 360 à 400 chasseurs et avions de combat ; d’un système de défense anti-aérien (des missiles et des radars) très sophistiqué que la Syrie a acheté récemment de la Russie. Les capacités de ce système restent toujours inconnues par les puissances occidentales.

- L’armée syrienne jusqu’à maintenant n’a déployé dans les combats avec les « insurgés » que 20 à 25 % de ses troupes. Les autres troupes sont toujours en place pour répliquer sur toute intervention étrangère.

- Jusqu’à cette heure, l’armée syrienne n’a pas convoqué ses « cadres de réserve » qui comptent des dizaines de milliers de soldats.

- L’armée syrienne a reçu durant les mois derniers 50.000 demandes d’adhésion de jeunes syriens.

- La grande question qui se pose (dans le cas où on a décidé de créer cette zone d’exclusion aérienne) est la suivante : Quel est le coût financier et humain d’une telle opération ? Est-ce que l’Europe en général et la France en particulier sont prêtes pour cela, notamment avec la crise économique qui frappe l’Union européenne ?

Ainsi, il paraît clair que la dernière déclaration de M. Fabius est une déclaration démagogue. Je répète ici qu’elle n’est envisageable et possible qu’avec le soutien des Américains.

La France paraît totalement amorphe sur la question syrienne. Derrière les déclarations tapageuses, ne se cache-t-il pas une certaine paralysie de la diplomatie française ?

Je suis entièrement d’accord avec votre réflexion. Je pense que le vrai problème de cette diplomatie réside dans le fait qu’elle n’a aucune vision à proposer pour cette crise. On constate que dès le début de cette crise, la diplomatie française s’est rangée derrière les Etats-Unis. Par contre, on trouve que la diplomatie russe a profité de la situation non seulement pour améliorer sa présence sur la scène internationale mais aussi pour s’imposer comme puissance susceptible de créer un nouvel équilibre mondial.

Ce que je crains personnellement, c’est le fait que la diplomatie française n’a pas retenu la leçon des années 80, lors du soulèvement mené par les Frères musulmans en Syrie. Ce soulèvement a duré 5 ans, de 1980 jusqu’à 1985, durant lequel il y a eu beaucoup de divisions au sein du régime syrien. C’est dans ce cadre que Rafaat al-Assad, le petit frère de Hafez al-Assad, s’est révolté contre ce dernier essayant de mener un putsch et acquérir les rênes du pouvoir. Cependant, Hafez Assad, à cause de la structure de son régime assez solide, a remporté la confrontation avec les Frères musulmans et avec son petit frère.

Il ne faut oublier aussi que durant cette période, la Syrie a subi une défaite face à l’armée israélienne au Liban en 1982. Et malgré tout cela, la Syrie s’est imposée dans la deuxième moitié des années 80 et jusqu’à maintenant comme force régionale incontestable ; et cela grâce, au début, au soutien soviétique, et par la suite au compromis que la Syrie a fait avec les Etats-Unis en 1990 dont le Liban fut la victime.

Je souligne aussi un constat : ni le régime syrien, ni ses alliés iraniens, et libanais (notamment le hezbollah) n’ont utilisé leurs diverses cartes (par exemple, je pense aux Kurdes qui peuvent être utilisés contre la Turquie, aux Finul au Liban qui peuvent se transformer en des otages, aux Huthite au Yémén qui peuvent être utilisés contre l’Arabie Saoudite, aux Palestiniens pro-syriens au Liban et en Jordanie, etc…).

Il me semble que « cette structure solide du régime syrien » est entièrement inconnue par la diplomatie française.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par chateleine - 27/08/2012 - 10:12 - Signaler un abus ps ?

    parole, parole,c,est tout ce que sait faire ce gouvernement,au secours rendez nous nicolas sarkozy,il nous manque ,flamby est en train d,endormir les francais ,qu,est ce qu,il a l,air con ce president,aucune classe,manque d,elegance,il a l,ir crade!! nicolas tu nous manque pour ton elegance,le respect de la parole(ce qui n,est pas le cas du ps qui en 3mois n,a fait aucune reforme,a part detricoter ce qu,avait fait nicolas) il nous faut dnc organiser la resistance nicolas revient

  • Par bob - 27/08/2012 - 10:41 - Signaler un abus Excellent article

    ...qui montre bien l'hypocrisie et le jeu dangereux de la France. Le parallèle avec l'aide massive aux moudjahidin afghans dans les années 80 et la survenue du 11 septembre est une fois de plus établi. Ouvrons les yeux!!!!

  • Par CN13 - 27/08/2012 - 12:15 - Signaler un abus Pourquoi donc...

    avoir nommé comme ministre des affaires étrangères un type comme Fabius qui, non seulement l'a traité de "fraise des bois" ou bien "Hollande président, je rêve.." et d'un autre côté complètement ignorant des affaires du monde et en particulier du Moyen Orient ? Voilà ce que les 51% d'imbéciles ont voté pour... sans réfléchir une seconde sur les conséquences de l'avenir de notre France.

  • Par CN13 - 27/08/2012 - 12:18 - Signaler un abus et encore...

    je dirais même que si les journalistes, les vrais professionnels, ne se posent pas des questions sur l'inertie de cette gauche qui ne pense qu'à faire de l'anti-sarkozysme (Aubry à la Rochelle a encore ouvert la bouche pour çà...", la France n'est plus rien aux yeux du monde. Les salarié(e)s n'ont plus que leurs yeux pour pleurer.

  • Par Equilibre - 27/08/2012 - 14:54 - Signaler un abus Un beau bordel

    J'avoue ma méconnaissance de la situation, mais je peux me rendre compte que les orientaux, hormis salafistes et cie, commencent à en avoir marre d'intrusions répétées dans leurs pays, surtout à la vue du bordel généré après les interventions. Quant à l'alliance entre islamistes, salafistes, leurs alliés et occidentaux: - Contrer la Russie? - Faire plaisir aux régimes saoudiens, ...? - Faut que le pétrole et son argent continue à affluer? - Continuations des politiques nationales à l'international? - Soumission des moutons suivant leur berger US sans condition, ni connaissances, ni rien d'ailleurs, en dépit de tout? - Mégalomanie de dirigeants voulant modeler un nouveau monde? - ...

  • Par Ganesha - 27/08/2012 - 16:33 - Signaler un abus Mensonge d'Etat

    Atlantico s'est honoré par quelques articles plus explicites. La question est : pourquoi les grands médias (télé) et les déclarations officielles du gouvernement français soutiennent-ils la thèse que les rebelles syriens seraient des "combattants de la démocratie", alors qu'ils ne sont que des Sunnites, armés par l'Arabie Saoudite, dont le but est de massacrer (génocide) les autres minorités syriennes en commençant par les Alaouites (chiites) ?

  • Par Alliance Nationale France - 27/08/2012 - 20:40 - Signaler un abus La France aux bottes de tout le monde !

    Le gouvernement affaiblit financièrement, matériellement et effectivement nos Armées, les envoie dans des guerres qui ne sont pas les nôtres au nom de la paix que ces pays ne cherchent pas, tout en mettant en place petit à petit une armée européenne... * L'Alliance Nationale France - natallfrance - prône "Faites revenir nos Armées et mettez-les à nos frontières" pour nous protéger ! *

  • Par vangog - 27/08/2012 - 23:28 - Signaler un abus Inutile d'envoyer des chars en Syrie!

    Flamby n'a rien à faire en ce moment: Envoyons le à Moscou faire la leçon à son pote Poutine, dont il partage les mêmes origines idéologiques et il réussira à le convaincre de corriger Hassad avec la même facilité qu'il a eu pour convaincre les Français...

  • Par Gilles - 27/08/2012 - 23:44 - Signaler un abus Passé glorieux

    De toutes façons la France ne compte plus que pour du beurre depuis des lustres.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Amin Elias

Amin Elias est doctorant contractuel en histoire contemporaine à l’Université du Maine.

Il est membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO), et du Réseau de Recherche dynamique citoyenne en Europe (DCIE).

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€