Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 31 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dégressivité des allocations chômage : une solution à l’efficacité inadaptée au contexte économique actuel de la France

Alors que le gouvernement envisage la mise en place de la dégressivité des allocations chômage, il apparaît qu’une telle mesure répond davantage à une problématique budgétaire qu’à une tentative de faire baisser les chiffres du chômage.

Mauvais plan

Publié le
Dégressivité des allocations chômage : une solution à l’efficacité inadaptée au contexte économique actuel de la France

L’assurance chômage connait un fort déficit et une forte dette qui devrait s’élever aux alentours de 30 milliards en 2017. Crédit Reuters

Atlantico : En quoi la dégressivité des allocations chômage répond-elle à la problématique économique actuelle, entre le contexte macroéconomique et les impératifs budgétaires auxquels le gouvernement peut être confronté ?

Eric Heyer : Si on regarde la problématique financière de l’assurance chômage, oui, cela peut être une réponse. En effet l’assurance chômage connait un fort déficit et une forte dette qui devrait s’élever aux alentours de 30 milliards en 2017.

En revanche ce n’est pas une réponse à la problématique du chômage. La réponse à cette problématique devrait être contra-cyclique. On devrait généralement prendre ce genre de décisions au contraire quand l’économie repart et crée beaucoup d’emplois. C’est alors une façon d’inciter les derniers chômeurs à trouver un emploi. Cependant dans le contexte économique de croissance molle, de destruction d’emplois et de situation de sureffectifs dans les entreprises, ce n’est pas une solution adaptée.

On estime à plusieurs centaines de milliers le nombre de postes non pourvus. La dégressivité de l’allocation chômage pourrait-elle selon vous inciter les chômeurs à trouver un emploi ? 

Non, car on s’aperçoit que ces postes non pourvus le sont quelle que soit la conjoncture. Ce n’est donc pas une question de chômage ou pas. Qu’il y ait un fort taux de chômage ou le plein emploi, il y a toujours un chiffre similaire de postes non pourvus. Cela existe dans tous les pays et quelle que soit la durée d’indemnisation en vigueur dans le pays. La cause de ces offres d’emploi non pourvus est en réalité liée à un manque d’appariement entre les chômeurs et la demande des chefs d’entreprise. Une réponse pour faire diminuer ce nombre de postes non-pourvus serait plutôt de former des chômeurs à ces offres d’emplois, et absolument pas de les faire sortir de l’indemnité.

Lorsqu’il est question du chômage, le problème – réel ou fantasmé - du chômage volontaire est souvent invoqué. La dégressivité de l’allocation chômage permettrait de le réduire. Qu’en pensez-vous ? Est-il possible d’estimer le chômage volontaire ?

Le chômage volontaire n’est pas vraiment évaluable car on ne peut pas dire si un chômeur est réellement en recherche active ou pas. S’il l’est dans les statistiques, on ne peut pas aller plus loin. Le système est fait de manière à ce qu’une personne qui n’est pas en recherche active n’est plus considérée comme chômeur et sort donc des chiffres.

Néanmoins, la dégressivité pourrait effectivement avoir une incidence sur les chômeurs volontaires proches du marché du travail, disposant de qualifications en adéquation avec la demande du marché. Cependant les études faites sur cette question par Brigitte Dormont et Ana Prieto par exemple, montrent que la dégressivité n’a d’incidence que sur les salaires importants et seulement si la baisse du montant de l’indemnité est importante. Par ailleurs, les chômeurs potentiellement susceptibles de réagir à une telle mesure représentent une partie infime des demandeurs d’emploi qui sont aujourd’hui essentiellement des personnes non qualifiées. La dégressivité de l’allocation chômage n’a donc d’effet que sur une partie infime de la masse des chômeurs.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gordion - 03/02/2016 - 10:11 - Signaler un abus Analyse et conclusions erronnées

    L'inadéquation entre la demande et l'offre d'emplois génère du chômage certes, les chefs d'entreprise ne trouvent pas toujours les candidats dont ils ont besoin certes. Par contre écrire que la dégressivité des allocations chômage ne génère pas de diminution du nombre de chômeurs partout en Europe n'est pas vrai. Dans les pays de plein emploi, le nombre de chômeurs est faible pour 3 raisons: adéquation de l'offre et de la demande - le système éducatif forme les salariés que souhaitent les entreprises - et la dégréssivité des allocations est une incitation pour retrouver un emploi plus rapidement. Enfin, les formations financées par les entreprises y sont aussi pour quelque chose. Enfin, dernière remarque, les comptes publics s'en ressentiraient si la durée et le montant des allocations étaient revus à la baisse....le traitement social du chômage en France depuis la fin des trente glorieuses contribue à exclure du travail des millions de gens. Ce n'est donc pas la solution.

  • Par Lafayette 68 - 03/02/2016 - 11:25 - Signaler un abus Stop

    Eric Heyer à "C dans l'air" ou ici sur "Atlantico" ,je préfère aller me promener :on connait sa psychologie, sa culture donc son positionnement politique et économique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Heyer

Éric Heyer est directeur du Département analyse et prévision depuis 2015 à l'OFCE.

Le département compte 17 économistes. Ils réalisent deux fois par an une prévision à court terme (6 trimestres) de l'économie mondiale ainsi que des prévisions à long terme (2010) pour le compte d'administrations ou des Assemblées.

Le département analyse également les questions de politique économique française et européennes (35 heures, fiscalité, politiques de l'emploi et politiques sociales, politique budgétaire et monétaire) et les questions structurelles (réformes fiscales, impact des nouvelles technologies). Les méthodes d'investigations sont les comparaisons internationales, les analyses économétriques et les modèles.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€