Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Barbara Lefebvre : “Les gens n'en peuvent plus des excommunications idéologiques”

Après la publication de son livre sur la "Génération J'ai le droit", où elle écrit que l'école n'est pas là pour gouverner les esprits ou diffuser une idéologie, Barbara Lefebvre a été accusée d'être en plein "délire réac".

Polémique sur la génération "J'ai le droit"

Publié le - Mis à jour le 23 Janvier 2018
Barbara Lefebvre : “Les gens n'en peuvent plus des excommunications idéologiques”

Atlantico : Après la publication de votre livre "Génération "J'ai le droit"" et à la couverture médiatique qui lui a été donnée, vous faites l’objet de certaines critiques, notamment de la part des "Inrocks", qui, dans un article sur votre interview donnée au Parisien, fait état d'un "dossier anti-jeunes" et cite un tweet qui qualifie votre travail de "délire réac". Qu'est-ce que ces critiques disent de la société française actuelle et de ses lignes de clivage ?

Barbara Lefebvre : Le problème c'est que chacun comme toujours est dans son rôle. La publication d'un article assez neutre dans Le Parisien où il y a la simple description d'une réalité qui, apparemment, fait quand même largement écho à ce que vit chacun en tant que parent ou enseignant entraîne des réactions de ces idéologues incapables d'avoir un débat sur des sujets en étant factuel renvoie systématiquement à de l'idéologie. Leur intérêt c'est de cliver. J'ai pour ma part essayé de poser une situation qui est mon point de vue d'enseignante qui est sur le terrain car je ne suis pas une prof qui s'est mise à l'abri en université et je fais le constat depuis 20 ans d'une situation.

J'ai la chance d'avoir une exposition médiatique  pour l'exprimer et je reçois énormément de messages de collègues qui me remercient de tenir ce discours.

Les idéologues collent l'étiquette "réac" car c'est le premier truc qui leur vient à la bouche  mais je crois surtout que ce qu'ils ont compris (et c'est ce qui les rend de plus en plus agressifs) c'est que ce discours-là plus personne ne veut l'entendre. Les gens n'en peuvent plus de l'excommunication idéologique et sur tous les sujets. Ils ne veulent plus  de clivages binaires car les gens sont beaucoup plus intelligents que ce que ces idéologues ne le laissent penser. La population aussi a le droit de penser la complexité, elle le fait et veut entendre des voix discordantes du discours bien-pensant ambiant.

En quoi peut-on considérer que les débats théoriques peuvent finir par avoir un impact sur le réel ? En quoi les idées, les méthodes d'éducation dites "progressistes" ont pu avoir ont pu avoir un tel effet ?

Ces méthodes se disent progressistes mais comme je le dis dans le livre, c'est "le progrès vu par le sommet". On prétend avoir un discours scientifique, rationnel, au service du peuple mais en réalité on sert ses intérêts propres qui sont en général les intérêts d'universitaires carriéristes qui ont tout intérêt à utiliser l'institution scolaire pour diffuser non pas des savoirs mais de l'idéologie. Ce que j'essaye de dire dans le livre c'est que l'école n'est pas là pour gouverner les esprits ou diffuser une idéologie.

Bien entendu le récit historique ait une part d'idéologie dans la façon dont on peut l'enseigner certes, mais ça ne doit pas être la mission de l'école de gouverner les esprits. Sa mission c'est de transmettre les bases de la culture pour permettre aux enfants de milieux populaires d'avoir les instruments concrets pour pouvoir s'élever en fonction de leurs talents. Or, avec toutes ces théories pédagogiques issues de la génération des années 60/70 on s'est mis à récuser ou à renoncer à transmettre un héritage classique. On a décidé que la culture c'était l'outil de domination de la classe bourgeoise. A partir du moment où on a eu cette lecture politique, idéologique on s'est mis à déconstruire tous les savoirs, tous les rapports hiérarchiques, tout ce qui faisait l'autorité. Finalement tout ce qui venait d'une puissance institutionnelle avait pour but de dominer les masses et il fallait libérer ces masses.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pharamond - 20/01/2018 - 11:35 - Signaler un abus La déconsruction

    La génération Mai/68 n'a été en somme que celle de la "déconstruction",on pourrait dire,de la destruction.On pourrait s'interroger sur l'état psychique de ces gourous.Ces idéologies,cependant,n'ont pu se diffuser à ce niveau,qu'avec la participation,la complicité de diffuseurs.Lesquels?

  • Par Deudeuche - 20/01/2018 - 14:38 - Signaler un abus @Pharamond

    Si vous voulez les noms, lisez Zemmour!

  • Par MIMINE 95 - 20/01/2018 - 17:20 - Signaler un abus UN CADDIE

    et non "cadis" qui est une étoffe ancienne dans laquelle on taillait les manteaux de berger et de marin. Un "cad"i est aussi un juge musulman qui fait appliquer les principes de la charia. Rien à voir avec le célèbre chariot de super marché .

  • Par Anguerrand - 20/01/2018 - 21:21 - Signaler un abus A MIMINE95

    Alors je vais mettre dans mon caddie du pinard et du cochon, théoriquement ces Caddies deviennent impurs ayant contenu des aliments pour mécréants

  • Par evinrude - 21/01/2018 - 10:14 - Signaler un abus tout à fait d'accord

    Tout à fait d'accord avec cet article. Quant à la religion évoquée dans la dernière question, elle mérite un développement à part, juste pour info, toujours en 2007, Benoît 16 écrit: « la paternité terrestre sépare, et la paternité céleste réunit » (dans Jésus de Nazareth). Avec son rejet de la Loi, sa prétendue primauté de la foi et la grâce (dont on sait ce qu’elle a été envers les Juifs), et sa suppression de l’Étude, l’Église a ouvert à l’individualisme, au mépris de l’homme et du père, et à une transmission réduite au dogme et la répétition, un appauvrissement dramatique.

  • Par vangog - 21/01/2018 - 11:44 - Signaler un abus L’ascension de la dictature europeiste-mondialiste?...

    Le Front National est le premier et le seul parti politique qui l’ait dénoncé. Nous sommes heureux que des Français de tous horizons politiques la dénoncent, aujourd'hui. Mais prenez garde! car cette dictature mondialiste se défend, bannit médiatiquement les résistants, et renforcé, partout, le pouvoir du NOM. Rejoignez la résistance à ce nouveau fascisme, avant d'être submergés!...

  • Par Anguerrand - 21/01/2018 - 15:13 - Signaler un abus A vangog

    Mais non le FN n'est pas seul à dénoncer ce que vous appelez europeiste - mondialiste ( il faudra choisir entre les deux). Votre camarade Melenchon, les ZADistes,et l'extrême gauche sont d'accord une fois de plus sur vos position. Salut camarade Vangog.

  • Par zombikiller - 21/01/2018 - 20:09 - Signaler un abus Article intéressant

    Mais bon sang quelqu'un peut il le relire avant de la publier et corriger fautes de frappe, de syntaxe et de grammaire ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Barbara Lefebvre

Barbara Lefebvre est professeur dans le secondaire. Co-auteur avec Georges Bensoussan de Les territoires perdus de la République et d’Une France soumise, elle a publié de nombreuses tribunes sur ces questions et intervient sur différents médias (LCI, BFM, France 2, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€