Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Baisse des tarifs de l’essence :
toutes les petites mesures
du gouvernement ne pourront
jamais empêcher la hausse des prix

Le ministre de l'Économie Pierre Moscovici rencontre ce mardi les professionnels du secteur pétrolier pour leur demander de bloquer, peut être même diminuer, les prix à la pompe. Reste que rien ne peut aujourd'hui forcer la main des marchés, ni freiner la hausse des cours d'un produit fini : le pétrole.

Blocage ou non ?

Publié le
Baisse des tarifs de l’essence :
toutes les petites mesures
du gouvernement ne pourront
jamais empêcher la hausse des prix

A chaque centime de taxe perdu sur les prix du carburant, l’État perd à la fin d’une journée 1,4 million d’euros de rentrées fiscales. Crédit Reuters

Alors que le blocage des prix des carburants était une promesse de F. Hollande lors de la campagne présidentielle, le Premier Ministre J-M. Ayrault a tranché en préférant une baisse « modérée » et « temporaire » des taxes plutôt qu’un blocage. Sachant qu’à chaque centime de taxe perdu sur les prix du carburant, l’État perd à la fin d’une journée 1,4 million d’euros de rentrées fiscales, on présuppose que dans un contexte de crise de la dette, la baisse des taxes n’excèdera pas 2-3 centimes par litre.

Mais Pierre Moscovici, ministre de l’économie, a également appelé les pétroliers à un « effort partagé ».

D’ailleurs, le Président du groupe Leclerc l’a entendu et, suivi par les magasins U, a annoncé qu’il vendra son essence à prix coûtant pendant tout le mois de septembre, entraînant une baisse supplémentaires de 2-3 centimes à la pompe. Mais malgré les efforts de chacun, le consommateur risque de ne pas percevoir la baisse des prix des carburants pour plusieurs raisons :

Premièrement, en combinant les efforts de l’Etat et des pétroliers, les prix des carburants baisseront probablement de 4-5 centimes maximum soit sur un plein de 60 litres de gazole, une baisse pour le consommateur ne représentant que 2-3 euros.

Deuxièmement, la baisse des prix à la pompe pourrait être balayée en deux semaines si le prix du pétrole, déterminé au niveau international, continue d’augmenter.

Enfin, les prix pratiqués par les acteurs du marché pétrolier sont différents. Pour des raisons commerciales, les majors sont généralement plus chères à cause d’offres de services complémentaires (boutique,…) alors que les grandes et moyennes surfaces, qui utilisent l’essence comme produit d’appel, pratiquent des tarifs moins élevés. Quant aux stations services indépendantes, elles pratiquent des tarifs plus élevés car elles font moins de volume. A cela, il faut ajouter des différences régionales en fonction du degré de concurrence par région.

On observe des écarts de prix entre régions de 2 à 3 centimes par litre tandis que les écarts entre distributeurs peuvent atteindre jusqu'à 14 centimes par litre (Etude réalisée sur quatre départements différents : urbains avec le Val-de-Marne et les Bouches-du-Rhône, périurbain dans le Rhône, et rural avec la Manche). Cette différence de tarification risque de « brouiller » le ressenti des consommateurs quant à la baisse des prix qui est déjà faible.

Finalement, la promesse du blocage des prix du président François Hollande aurait pu être l’occasion d’une véritable réflexion sur la fiscalité des prix du carburant. Elle aurait également pu permettre d’engager des réflexions annexes sur les besoins de transports des régions et la nécessaire transition énergétique. Au lieu d’une fiscalité plus intelligente en phase avec la hausse structurelle des prix du pétrole depuis dix ans, le gouvernement a fait le choix d’un consensus mou avec les pétroliers car finalement, avec 34 milliards de rentrées fiscales par an pour l’Etat et plusieurs centaines de milliers d’euros par jour de bénéfice pour les pétroliers qui font de gros volumes, ni l’Etat, ni les pétroliers n’ont réellement intérêt à ce que les choses changent…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par yt75 - 28/08/2012 - 08:12 - Signaler un abus Pétrole, pic de production

    Nous sommes entrés dans un monstrueux choc pétrolier : le fait que l'on est aujourd'hui à/autour du pic mondial (maximum de flux, de débit) de production de pétrole. Les taxes au volume ont été mises en place à la suite des premiers chocs, et ces taxes ont été efficaces : un Européen consomme à peu près la moitié du pétrole consommé par un Américain. Pousser les produits et modes de vie vers une dépendance moindre au pétrole et l'unique maigre chance de « gérer » le virage. Et quoi qu'on en dise, pour cela les taxes au volume sont le meilleur instrument, ne pas oublier que les bagnoles n'ont fait que grossir ! (dernière clio plus lourde que ne l'était une R16 par exemple). Décision du gouvernement idiote, anachronique, cout-termiste comme il est impossible de faire pire. A signer et relayer : http://tribune-pic-petrolier.org/ Et le plus grand drame dans cette histoire, est sans doute le silence assourdissant à ce sujet, le pic de production c'est maintenant, pas dans 10 ou 20 ans (et la date exacte n'a de toute manière pas grande importance, la demande est déjà contrainte par l'offre).

  • Par sbgf43 - 28/08/2012 - 09:33 - Signaler un abus L'écume des vagues

    Tout cela n'est que l'écume des vagues,des mesurettes.Les vrais problèmes concernent la réduction drastique du train de vie de l'état et la réforme des collectivités locales, des prestations sociales, réforme de la fiscalité,la réduction du coût du travail, favoriser l'investissement des entreprises pour aller vers un désendettement réel et durable afin de pouvoir redistribuer du pouvoir d'achat aux Français tout en créant des emplois.

  • Par Cap2006 - 28/08/2012 - 09:52 - Signaler un abus Mesurette débile en réponse à des complaintes débiles...

    La meilleure mesure à proposer serait de libéraliser le marché des taxis... Ainsi Pierre, qui fait 50km pour aller travailler pour "vendre" les 3 places confortables de sa voiture et diminuer le cout en énergie... A la différence du covoiturage, ce taxi offrirai un service de prise en charge à domicile... un service non assortie de réciprocité... etc... Le covoiturage existe... oui, et c'est aussi un axe à encore développer, en particulier sur des bases multi partenaires...

  • Par Blanc - 28/08/2012 - 10:01 - Signaler un abus Faire partager par tous le coût des kilomètres superflus

    A chaque centime de taxe perdu sur les carburants, l'Etat perdrait 1,4 millions de taxes journalières. D'autres chiffres tout aussi significatifs sont rapportés. En tout cas, une chose est sûre : les conducteurs occasionnels ou modérés paieront pour tous les autres. Une fois encore, Hollande a recours à son éternel principe : "faire payer les riches" ici ceux qui conduisent modérément.

  • Par texarkana - 28/08/2012 - 10:33 - Signaler un abus Et attendez qu'on arrive au Peak Oil

    En attendant les embouteillages ne diminuent pas, loin de là: seule solution (écologique mais certes pas démocratique) : l'augmentation du prix de l'essence à 5€e litre.

  • Par bonne nouvelle - 28/08/2012 - 11:04 - Signaler un abus gaz de schiste ?

    Le marché pétrolier étant orienté à la hausse , il serait temps de revenir aux principes du Général de Gaulle qui préconisait l'indépendance energétique de la France sinon plus d'essence , plus de gaz dans les cuves et des dizaines de milliers de morts de froid cet hiver. La priorité c'est l'exploitation des gaz de schiste qui n'aurait jamais du etre écarté sans un débat sérieux , l'impéritie des gouvernements successifs sera payé cash par les Francais

  • Par texarkana - 28/08/2012 - 12:00 - Signaler un abus gaz de "shit" = l'eau du robinet brune inflammmable!

    L'explotation de celui ci dans un pays densément peuplé et écologiquement fragile comme le notre, serait une catastrophe écologique.

  • Par luc.b - 28/08/2012 - 12:15 - Signaler un abus 25 000 maisons avec isolation haute performance en 2010.

    En 2010, il n'y avait que 25 000 maisons dans le monde avec une isolation haute performance. Depuis 1973, la priorité pour la France et l'Europe aurait dû concerner l'isolation des logements et le développement du transport des marchandises sur les trains et sur les péniches (ce qui signifie en finir la production à flux tendu). De quoi réduire de moitié une facture énergétique de 60 milliards d'euros pour la France en 2011 et de 440 milliards d'euros pour l'Europe.

  • Par Apicius - 28/08/2012 - 12:43 - Signaler un abus isolation haute performance ?! @luc b

    Vous pensez qu'à 65 ans, retraité, je vais démolir ma villa pour construire une maison à isolation haute performance et "récupérer" ma mise dans 30 ans ? Vous rêvez jeune homme ... Et il y a des millions de propriétaires dans cette situation.

  • Par l'enclume - 28/08/2012 - 16:14 - Signaler un abus Isolation

    Par luc.b - 28/08/2012 - 12:15 Une ineptie française de plus, depuis plus de 15 ans, les normes de construction des pays du nord de l'Europe sont : Passiv'haus et Minergie pour la Suisse, les lobbies en France ayant fait parfaitement leur travail, l'Etat français impose les normes EFFINERGIE "BBC" - Batiment Basse Consommation. Normes qui seront obsolètes à partir de 2019. COMPARATIF DES CONSOMMATIONS : CONSOMMATION MOYENNE SELON LES NORMES « PASSIVHAUS / MINERGIE P » et EFFINERGIE « BBC » : 1) LES NORMES MAISON PASSIVE « PASSIVHAUS » et « MINERGIE P » Région Normande : 15 kWh/m2 soit 150 litres fioul an Cote d’Azur/Corse : 10 kWh/m2 soit 100 litres de fioul an 2) LES NORMES FRANCAISES EFFINERGIE « BBC » Normandie - Est : 65 kWh/m2 soit 650 litres fioul an Rhône Alpes - Centre Est : 60 kWh/m2 soit 600 litres fioul an Cotentin - Bretagne Est : 55 kWh/m2 soit 550 litres fioul an Loire – Charente Maritime - Centre Ouest : 50kWh/m2 soit 500 litres fioul an Sud Ouest – Sud Nord – Sud Est : 45 kWh/m2 soit 450 litres fioul an Pyrénées Orientales - Cote d’Azur – Corse : 40 kWh/m2 soit 150 litres fioul an Soit 5 fois plus, VIVE LA FRANCE et les écolos français

  • Par bonne nouvelle - 28/08/2012 - 17:36 - Signaler un abus gaz de schiste

    N'en déplaise aux je sais tout de l'écologie si les Américains n'avaient pas développé l'exploitation des gaz et huiles de schiste , le prix du gaz naturel aurait triplé : bonjour la facture de chauffage. Alors quand on réclame un débat sérieux pour limiter les effets du froid en France et ne pas frigorifier les classes moyennes et plus pauvres dès l'hiver prochain on se passera volontiers des ayatollas de la yourte ainsi que des adeptes inconditionnels de la Rosanna

  • Par luc.b - 28/08/2012 - 18:21 - Signaler un abus Les animaux meurent à cause des gaz de schiste.

    La fracturation hydraulique est une catastrophe. - Dans une étude, les vétérinaires Michelle Bamberger et Robert Oswald ont décrit les conséquences sur le bétail avec des centaines de morts. - Il y a de plus de tremblements de terre de magnitude supérieur à 3 dans les régions qui utilisent fracturation hydraulique. 6 fois plus que dans les années 70. - Dans certains régions, avec la sécheresse, l'eau commence à manquer pour permettre la fracturation hydraulique.

  • Par kronfi - 28/08/2012 - 19:06 - Signaler un abus le pic petrolier c;est le cafe du commerce et tout monde plonge

    je m'explique... les petrolier font croire a une penurie de petrole les USA en tete, et le prix du baril augmente ( alors que l'on decouvre chaque jour des reserves IMMENSES dans tous les points du globe...), donc les milliards de dollars s'accumulent chez les producteurs.. notamment MO Que font ses producteurs de petrole de leurs milliards de dollars d'excedent ( a part les qq centaines de millions par ci par la pour alimenter le wahabisme entre autre et les revolution de printemps) ces producteurs de petroles PRETENT AUX ETATS....par coup de centaines de milliards de US$ et a qui pretent t'ils a ceux qui ont la planche a billet c'est a dire les USA... qui en profite pour baisser ses taux d'interet..... Ainsi la machine petrole est bien huilée si je puis dire, on hausse artificiellement le prix du pétrole, pour recycler des US$ qui ne valent que le prix du PCUL.... au plus grand bénéfice des américains, qui comme dans un billard a trois bandes penalise l'Europe allie mais concurrent au point de s'affaiblir par manque de matieres premieres en payant le prix fort d'une matiere peu coûteuse, en réalité, Dans une guerre c'est celui qui perd le moins qui gagne. CQFD.

  • Par kronfi - 28/08/2012 - 19:16 - Signaler un abus j'ajoute que

    les taxes europeennes sur l'essence sont sans commune mesure avec celles pratiques aux USA.... USA qui ont interet , compte tenu des mesures budgetaires drastiques necessaires en europe, a asphyxier cette europe moribonde par une hausse importante des matieres premieres. les etats europeens ne peuvent plus comme avant augmenter les taxes sur les produits pétroliers.... sans que les populations europeens souffrent.. le niveau de taxes en Europe ayant atteint le seuil de saturation. l'Europe etait forte tant que son independance energetique etait un fait. desormais , seul les USA la Russie peuvent encore etre les maitres du jeu de la croissance et du developpement. le prix du petrole est le MISSILE a plusieurs bandes , pour faire couler nos economies europeennes.. les plus fragiles seront celles qui n'auront rien a offrir en echange.. les francais par exemple...

  • Par kronfi - 28/08/2012 - 19:20 - Signaler un abus seulle l l'indendance energetique

    permettra aux pays consommateurs d'assurer leur avenir. et rien d'autre. sauf a revenir a l'age de pierre....

  • Par jerem - 28/08/2012 - 21:38 - Signaler un abus ET les verts n'ont aucun echo dans les medias ?

    Comme c'est etrange, pas un retour media sur ce que les verts pensent des modalités de cette mesure. Ah oui Montebourg a fourni le contre feu avec une declaration qui n'avait aucune importance.

  • Par seesaw - 28/08/2012 - 21:40 - Signaler un abus Moscovici menteur

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20120828trib000716570/baisse-des-prix-des-carburants-ce-que-moscovici-n-a-pas-dit-.html

  • Par ciceron - 28/08/2012 - 21:48 - Signaler un abus En France, on a pas de pétrole mais on a des idées

    Chez le Résident Nain, on a toujours pas de pétrole et on a plus d'idées.... Mme Cécile Duflop, une idée ?

  • Par vangog - 28/08/2012 - 23:18 - Signaler un abus avec une TICPE legerement revalorisée et une TVA

    qui sera toujours en augmentation proportionnellement à l’augmentation du prix de l'essence, l'état ne sera jamais perdant sur ses taxes: il ne fait que prendre quelques mois de retard sur ses ponctions quasi mafieuses qui font fi de l'inflation et de la baisse du niveau de vie des Français, et l'état rattrapera très vite son retard sur la courbe ascendante des taxes... Par contre, ce que l'état socialiste n'a pas compris, c'est que le monde n'est pas une économie administrée, comme dans les ex-dictatures socialistes, et qu'il sera très difficile d'imposer aux pays producteurs de pétrole d'augmenter leur production! Dans une économie libérale ou le prix est fonction de l'équilibre entre l'offre et la demande, les pays producteurs vont très vite rattraper ce "déséquilibre administré" par une diminution conséquente de leur production et une augmentation corrélée du prix du baril de brent. Au final, ce seront les Français qui paieront pour une énième mesure socialiste inutile...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thomas Porcher

Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.

Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits matins, octobre 2016) co-écrit avec Frédéric Farah. 

Il est également l'auteur de TAFTA : l'accord du plus fort (Max Milo Editions, octobre 2014) ; Le mirage du gaz de schiste (Max Milo Editions, mai 2013).

Il a coordonné l’ouvrage collectif Regards sur un XXI siècle en mouvement (Ellipses, aout 2012) préfacé par Jacques Attali.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€