Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Apres la séquence sociale, le fiscal. Emmanuel Macron est de plus en plus prévisible, il suffit de relire le rapport Attali pour savoir ce qu'il va faire

La hausse de la CSG pour baisser le coût du travail y était écrite, le grand chantier de la réforme par points des retraites aussi. Et s’il suffisait de relire le rapport Attali pour savoir ce que nous réserve le gouvernement ?

Atlantico Business

Publié le
Apres la séquence sociale, le fiscal. Emmanuel Macron est de plus en plus  prévisible, il suffit de relire le rapport Attali pour savoir ce qu'il va faire

Les noms de Macron et Attali ont d’ailleurs souvent été liés. L’économiste a longtemps été considéré comme un des maîtres spirituels du jeune prodige. Derrière la politique Macron, celle du conseiller du premier président socialiste ? 

Le rapport Attali est sorti en 2010, mais il n’a pas pris une ride. Nicolas Sarkozy,  qui avait commandé ce rapport a Jacques Attali , l’a partiellement laissé de côté. Faut dire que l explosion des subprimes et la gigantesque crise mondiale a tout bouleversé. 

Mais Emmanuel Macron, s’en souvient, Il était rapporteur général adjoint de la 1ère version et membre de la seconde, l’a gardé dans le coin de sa tête et certaines de ses propositions se sont retrouvées dans le programme du candidat à la présidentielle.

Ressortir ce rapport du placard, vieux de bientôt dix ans pour son premier opus, Emmanuel Macron l’a donc fait pour concocter son programme économique. La Commission Attali avait pour vocation de libérer la croissance française et s’articulait autour d’une ambition à 10 ans. L’ambition de tout homme de pouvoir qui veut faire réussir son pays – et s’inscrire dans la longévité d’une politique à deux quinquennats.

Alors, à l’époque, Jacques Attali avait nommé le jeune Macron là un peu par hasard, il ne connaissait pas encore le jeune homme, mais son CV correspondait au profil recherché. Jeune énarque, inspecteur des finances, Macron est donc devenu rapporteur adjoint de la Commission. En 2010, ce fut plus facile. Emmanuel Macron était gérant chez Rothschild et avait déjà usé de son entregent pour se lier avec les membres de la Commission et s’imposer comme un des leurs.

 « Une occasion historique de changer la France » avait déclaré Jacques Attali au moment de la sortie du rapport. Mais surtout un ensemble, une vision globale à avoir. Impensable que l’on puisse sélectionner uniquement certaines de ses mesures. Il s’agissait « d’un ensemble cohérent dont chaque pièce est articulée avec les autres, dont chaque élément constitue la clef et la réussite de tout". Aucune des mesures qui est là ne peut s’appliquer sans être fait dans un ensemble. On ne peut pas supprimer les freins sur la roue gauche d’une voiture sans supprimer les freins sur la roue droite ». Trouver un équilibre : c’était la méthode Attali, la méthode Macron n’en est pas si éloignée. Lors de la présentation des ordonnances, Edouard Philippe avait en effet insisté sur la nécessité de prendre cette réforme dans sa globalité, chaque arbitrage ayant été décidé avec le soin d’une dentellière.

Parmi une suite de poncifs, liés à la reprise de la croissance, à une meilleure éducation, ou à la préservation de l’environnement mais sans réalisations concrètement applicables, certaines propositions sont au contraire des recommandations directes et ciblées.

Les propositions que le président a déjà mises en œuvre

Le premier gros chantier a été celui de la fiscalité. Du rapport Attali, on peut lire: « Réduire le coût de travail pour toutes les entreprises en transférant une partie des cotisations sociales vers la Contribution sociale généralisée(CSG)». Le basculement du financement de la protection sociale vers l’impôt, c’est effectivement ce qu’avait promis Macron et qui sera effectif dans la loi de finances de fin septembre : une hausse de 1.7 points de la CSG destinée à contrecarrer la baisse de cotisations maladie et famille. Objectif : l’allègement du coût du travail pour favoriser l’emploi.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par beg meil - 25/09/2017 - 07:43 - Signaler un abus Pour Jacques Attali, "Macron

    Pour Jacques Attali, "Macron n'incarne que le vide" https://www.challenges.fr/challenges-soir/pour-jacques-attali-macron-n-incarne-que-le-vide_24719

  • Par cloette - 25/09/2017 - 08:15 - Signaler un abus En effet

    Tout était écrit depuis longtemps dans le blog, les chroniques, et même les livres de Jacques Attali qui s'est cependant montré réservé pendant la campagne de Macron, mais c'est bien lui l'inspirateur .

  • Par ISABLEUE - 25/09/2017 - 10:21 - Signaler un abus 73 ans attali.....

    décidément, ce petit président aime les vieilles idées....

  • Par Ganesha - 25/09/2017 - 11:43 - Signaler un abus Cloette, analyse de la présidentielle

    Bien à l'abri derrière son ''Mur de Berlin médiatique'', le Medef pensait avoir les ''mains libres'' pour décider de l’élection présidentielle. La surprise, c'est que les français ont osé manifester leur dégoût pour les ''chevaux de retour'' minables, Sarko et Juppé, que les sondages (bidonnés) leur présentaient comme favoris ! Avec le résultat de la primaire de la Droite, les milliardaires et les grands patrons qui nous gouvernent se sont retrouvés avec le programme totalement absurde, suicidaire et destructeur d'Henri de Castries, avec pour jockey, l'abbé Fillon, l'idole des cathos du 16ème ! Panique générale ! Il leur a donc alors fallu organiser, en urgence, l'exécution publique du déviant de la Sarthe, sur lequel on disposait, heureusement, de quelques dossiers bien crapuleux, et souffler, avec force de couvertures de Paris-Match, dans la bulle du pédé gérontophile !

  • Par kelenborn - 26/09/2017 - 06:42 - Signaler un abus OUI

    Notre Sylvestre quotidien comme le pain rassis du même nom oublie de menstionner un élément important du rapport Attali: la suppression du principe de précaution!!! et Macroléon n'en prend pas le chemin car pour cela il faudrait qu'il envoie Hulot aux poubelles des histoires à oublier!

  • Par kelenborn - 26/09/2017 - 06:47 - Signaler un abus quant à Attali

    Il faudrait trouver un maso au tempérament de rat ou de taupe pour fouiner l'abondante production littéraire qu'il a commise, lui même ou, plus souvent, grâce à ses nègres. J'en ai quelques exemplaires à la maison qui sont couverts de poussière et il y a fort à parier qu'il y aurait très largement matière à le ridiculiser...ce qui ne l'empêcherait pas de persévérer car ces individus qui, à l'instar de Minc se sont tjs trompé sont suffisamment imbus de leur personne pour affirmer qu'on les a mal lus!

  • Par Deneziere - 26/09/2017 - 07:35 - Signaler un abus Un contrat de travail unique privé-public ?

    Ne rêvons pas. Les socialo-étatistes, quand ils se déguisent en libéraux, veulent bien faire suer le burnous, mais uniquement celui des autres.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€