Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Air France : guerre de l'information autour de vidéos montées en épingle

Depuis quelques mois, une véritable guerre de l'information se tient autour de la crise que rencontre la compagnie aérienne, et l'on n'hésite pas à déformer les faits, oubliant tout un pan du contexte de la vidéo de la fameuse salariée éplorée, ou travestissant les propos d'Alexandre de Juniac, à des fins politiques.

(Dés)Intox

Publié le
Air France : guerre de l'information autour de vidéos montées en épingle

Une véritable guerre de l'information se tient autour de la crise que rencontre la compagnie aérienne.

En marge des événements violents qui ont fait la une de l'actualité, lundi 5 octobre, et dont les images chocs ont fait le tour du monde, une vidéo montrant une autre facette de cette journée a elle aussi fait l'objet d'un énorme buzz sur Internet, totalisant plus de 2 millions de visionnages.

Cette vidéo, prise lors du comité central d'entreprise, montre, d'une part, une salariée émue et émouvante et, d'autre part, une direction apparemment autiste et méprisante, indifférente au sort du "petit personnel". Un message qui tombe à pic, comme pour justifier les violences syndicales de la journée.

Les patrons d'Air France l'ont bien cherché... Il n'en fallait pas davantage pour que certains médias en fassent leurs choux gras, titrant et tirant à vue : "Air France : derrière la violence physique, une employée face à la violence sociale".

Une vidéo sortie de son contexte

Problème : cette vidéo, si elle a effectivement de quoi choquer sortie de son contexte, ne montre qu'un aspect tronqué de la réalité. Les managers, qui semblent ici indifférents à l'interpellation de la salariée, ont en effet longuement prêté l'oreille juste après cette séquence, passant plus d'une heure à s'entretenir avec elle et les autres membres du personnel présents.

Devant l'interprétation biaisée et l'exploitation qui en était faite, la vidéo a été retirée de Facebook par l'internaute qui l'avait postée. Une internaute qui avait pourtant pris soin de préciser sur son post "Il est primordial de situer cette scène de grande émotion ! Nous sommes rentrés sans savoir ce qui venait de s'y dérouler, nous étions déterminés à dialoguer et il est très important de noter qu'après cette intervention, nous avons discuté longuement avec Mr Mie et le DRH PN dont je n'ai pas le nom..." Pas très vendeuse, cette précision sera occultée dans la plupart des médias. Coupée au montage. Idem, on ne lira nulle part que les managers ont été remerciés par écrit par plusieurs participants après cet échange spontané.

"Ça fait quatre ans qu'on travaille pour rien ! Quatre ans que nos salaires n'ont pas évolué !" se plaint la salariée de la vidéo, dans un cri du cœur convaincant. Il semblerait pourtant que, sous le coup de l'émotion, elle ait oublié les augmentations et primes dont elle a bénéficié ces dernières années. Bien qu'elle se situe en bas de la grille salariale d'Air France, son salaire moyen net n'en est pas moins équivalent au salaire net moyen des Français. Air France demeure une maison généreuse.

Bref, beaucoup de bruit pour rien, et une nouvelle démonstration de l'extraordinaire pouvoir de diffusion et d'influence des réseaux sociaux, surtout quand l'émotion apparaît à l'image.

Le mea culpa d'Alexandre de Juniac

A propos de buzz, il en est un que le Président d'Air France aurait préféré éviter. Lors de l'édition 2014 des entretiens de Royaumont, jetlagué et épuisé par plusieurs voyages successifs (il revenait d'Amérique du Nord), Alexandre de Juniac est invité à s'exprimer sur les acquis sociaux. Son équipe lui avait déconseillé de se rendre à cette rencontre patronale. Il ira quand même, et tiendra des propos confus et maladroits. La fatigue et le manque de préparation lui font manquer de réalisme. Imprécise, son intervention donne lieu à toutes les interprétations possibles. On en retiendra principalement qu'il se prononce en faveur du travail des enfants, quitte à se permettre quelques libertés sur ce qu'il a effectivement dit.   

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par brennec - 26/10/2015 - 13:01 - Signaler un abus La lutte des classes par vidéo.

    Aucune vidéo autant trafiquée soit-elle ne pourra faire que air france devienne une compagnie prospère. C'est la concurrence qui tranchera et là on peut se faire du souci.

  • Par vangog - 27/10/2015 - 01:39 - Signaler un abus "Le Monde" contre "Air-France"...

    Le gauchisme contre le libéralisme, la mondialisation contre le patriotisme économique, le nationalisme contre l'internationalisme...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Tarmac

Jacques Tarmac est un manager anonyme qui travaille au siège d’Air France depuis une dizaine d’années. Il a décidé de parler car il ne supporte plus les privilèges, les conservatismes, les ingérences politiques et syndicales et surtout le manque de fermeté de la direction générale, qui empêchent cette société d'être gérée comme une vraie entreprise, la conduisant lentement à sa perte.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€