Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

La défaite de la droite sera-t-elle
une chance pour les libéraux ?

Le taux d'abstention de ce second tour de l'élection présidentielle 2012 est de 19,6%, en hausse par rapport à l'élection de 2007. Des Frontistes, qui ont suivi le mot d'ordre de Marine Le Pen, mais aussi des libéraux de centre droit, déçus par le bilan de Sarkozy et pas convaincus par les promesses du Parti socialiste.

Abstention

Publié le

En 2012, pour la première fois de ma vie je me suis abstenu à une élection présidentielle. En 2007, j’avais voté pour Sarkozy dès le premier tour. Auparavant en électeur centre droit discipliné j’avais, de législatives en présidentielles, systématiquement voté pour le candidat centre droit le plus proche de la victoire.

Pas en 2012. En 2012, je me suis abstenu,  et même milité avec d’autres pour expliquer ce choix à travers la candidature fictive de Frédéric Bastiat.

Entendons nous bien, cela ne me fait pas plaisir de voir la mine réjouie de Mme Aubry ou de Mme Duflot donner quelques leçons de morale avant d’aller grenouiller pour un poste ministériel.

De même, j’ai une vraie tristesse à imaginer le gâchis qui attend notre pays dans les prochaines années.

Il n’y aura pas de sortie de crise, mais davantage d’inflation, de taxes, d’usines à gaz réglementaires, de bureaucraties, le tout arrosé par quelques gadgets sociétaux politiquement correct. Les grands principes d’organisation des soins, de la retraite hérités du conseil de la résistance (et de la révolution nationale de Pétain) seront maintenus en l’état, gérés par des syndicats subventionnés et non-représentatifs.

Le problème est que cet avenir ressemble comme deux gouttes d’eau au bilan de Nicolas Sarkozy.  Et que, mis à part quelques effets de manche sur le travail ou sur l’Etat qui ne s’occupe pas de tout, il ressemble à l’avenir que lui aussi nous préparait.

Ce bilan ressemble aussi à celui  Jacques Chirac avant lui. Le centre droit est sinistré en France par l’étatisme et le socialisme. Là où depuis longtemps les conservateurs politiques et les libéraux ont trouvé un terrain d’entente dans les grandes démocraties qui nous entourent, la droite française reste avec un logiciel profondément étatiste. 

S’abstenir en 2012 était donc pour moi la chose la plus utile à faire pour plusieurs raisons.

a) D’abord la conviction que les socialistes de gauche ne pourront pas faire d’énormes bêtises – en tout cas pas beaucoup plus que la droite-. En 1981, l’état de grâce avait duré 18 mois. En 2012, il ne durera pas 18 minutes avant la faillite ou l’austérité larvée. La situation est de toute manière catastrophique et leur marge de manœuvre sera minuscule.

b) Ensuite pour sanctionner un mauvais bilan. Nous espérions un réformateur qui allait nous amener à un point A à un point B, nous avons eu danseur de salsa qui a beaucoup de fait de surplace en prétendant avancer.  Mis à part ses qualités de leader, la gestion de la crise de Nicolas Sarkozy n’est pas bonne, faisant la part belle à la planche à billets et aux montages approximatifs dont nous n’avons pas fini de subir les conséquences.

c) Enfin, la campagne de Nicolas Sarkozy entièrement axée vers les conservateurs politiques – eux aussi cocufiés d’ailleurs par son mandat- ne s’adressait par contre pas du tout aux libéraux. Elle alimentait même souvent l’hystérie anti-libérale qui a caractérisé cette campagne.  Si pendant la campagne un candidat de centre droit ne prend même pas la peine de s’adresser aux libéraux, cela donne une idée de ce que sera son mandat ensuite.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Cicero - 07/05/2012 - 10:04 - Signaler un abus faux calcul

    Le calcul que vous faites, M. Tourre, est le même que bien des centristes: 1/ vous estimez que F. Hollande ne pourra pas mener ses politiques à bien ce qui devrait en limiter l'impact négatif - ridicule, il va continuer à emprunter comme un dératé, quel qu'en soit le prix et les dépenses publiques ne seront en aucun cas réduites 2/ vous calculez que la défaite de la droite va ouvrir une porte aux libéraux et à leurs idées en France. Oui, bien sûr, c'est surtout Marine Le Pen qui vous dit merci. Son objectif de voir perdre Sarkozy pour s'emparer de la droite fonctionne à plein, et les libéraux n'auront pas droit au chapitre. Il y a plein de centristes, pseudo-libéraux qui ont voté Hollande, au 2e tour pour faire barrage à l'extrême-droite, disaient-ils. Ces messieurs n'ont fait que se jeter ds les bras de l'extrême gauche et ont mis le FN en selle pour les prochaines législatives. Vous croyez que les déçus de la droite vont se tourner vers les idées libérales? Vous êtes au mieux naïf. Ils vont encore plus se tourner vers le FN comme ils l'ont fait au 1er tour. Par respect, je ne vous rappellerez pas le score de Bayrou. Revoyez votre analyse.

  • Par ropib - 07/05/2012 - 10:37 - Signaler un abus Emergence du parti pirate

    Les libéraux devraient se retrouver dans le parti pirate. Le rassemblement de toutes les tendances centralisatrices devrait se faire à droite (de Hollande à Copé), avec une articulation entre capital privé et sa gestion nationale (on a vu avec Sarkozy : gestion étatique + intérêts privés sans contradiction), les tendances libérales d'individualisation, notamment des moyens de production et de gestion autour ainsi que des responsabilités autour du parti pirate (auto-entreprenariat, revenu universel, interdiction des monopoles et oligopoles, commerce équitable, copyleft, impôts -> TVA, 0 politique familiale...), les tendances de gestion collaborative et locale des moyens de production autour de l'écologie (les communistes et autres se retrouveront donc plutôt du côté de ce grand rassemblement nationalisant à droite). Notre souci est là: l'échiquier politique est encore distribué selon des clivages du 20è siècle qui n'ont plus vraiment de pertinence (je ne parle pas de l'extrême droite au fondement territorial moyenâgeux ni de l'extrême gauche avec une multi-appartenance utopique)

  • Par Benvoyons - 07/05/2012 - 14:17 - Signaler un abus Marine Le Pen ne pourra rien pourquoi?

    Il y a 70% des Français qui sont des Européens. Qui savent que la France est incapable d'être une "puissance" toute seule. Les investissements nécessaires pour la recherche ne peuvent être que national et européen etc etc... Le FN qui prône la France toute seule est malhonnete vis a vis des Français. Je ne suis d'accord avec eux que pour l'organisation de l'immigration mais avec tous les pays européens.

  • Par De France et de plus loin - 07/05/2012 - 15:27 - Signaler un abus Mais enfin, Sarko était un

    Mais enfin, Sarko était un libéral !!

  • Par xsmile - 07/05/2012 - 16:36 - Signaler un abus ...

    Voici, le genre d'article qui m'indigne... C'est ce qu'on appelle un "crime contre l'humanité moderne" comment peut-on croire que le libéralisme marchera ? A 10% d'entre-nous, pourquoi pas ? Mais les autres ? On en fait quoi ? On les laisse mourir quand ils ont besoin de soin ? On laisse l'éducation pour les privilégiés ? Bref, je suis indigné...

  • Par ropib - 07/05/2012 - 17:17 - Signaler un abus @De France et de plus loin

    Non Sarkozy est un capitaliste, il est là pour poursuivre les intérêts de quelques particuliers dans une entreprise de centralisation des moyens de gestion et de production. Le clivage entre une gestion collective et une gestion privée de ces moyens centralisés, d'un capital généré par la dette publique ou par la dette privée, n'est plus prégnant aujourd'hui.

  • Par jean-paul - 07/05/2012 - 17:27 - Signaler un abus le Parti Libéral Démocrate

    voici l'espoir de la France: http://www.partiliberaldemocrate.fr/

  • Par Daniel_Tourre - 07/05/2012 - 18:01 - Signaler un abus @Cicero

    Sur votre point 1) Oui, ils peuvent faire pire, mais nous sommes tellement proche de l'abîme qu'ils auront du mal à le faire très longtemps. Je peux me tromper mais autant que quelqu'un qui vote.. Une abstention comme un vote, c'est un pari. Point 2) Oui la recomposition de la droite passera pas une influence plus forte des conservateurs politiques qu'ils soient à l'UMP ou au FN. C'est regrettable, mais ça me parait plus sain que la bouille actuelle. Du reste si nous n'avions pas la droite la plus bête du monde cela fait longtemps qu'elle aurait fait un // avec l'extrème gauche et Melenchon, exigeant la même séparation. 3) Je suis convaincu que l'absence d'idées libérales n'est pas un problème de demande, elle existe déjà et plus forte qu'il y a 10 ans, mais d'offre politique. Les libéraux ont été très mauvais pour défendre leurs idées. Et je pense qu'une partie d'entre eux a appris ses leçons pour les prochaines années. Quant à Bayrou idéologiquement il est insipide, il ne sert à rien et a fait des dégats considérables lui-aussi. Si sa dernière manoeuvre pouvait l'avoir fait disparaitre, ça serait la 2ème bonne nouvelle de cette campagne.

  • Par blade - 08/05/2012 - 09:00 - Signaler un abus imposture UMPS

    Libéral je suis. Sarkodéçu je suis. Mais dire UMPS même combat c'est une des nombreuses impostures intellectuelles de cette campagne. Il suffit de voir ces drapeaux du maghreb et pire, ces drapeaux avec faucille et marteau à la Bastille pour comprendre qu'on est quand même pas dans le même registre. Les prélèvements obligatoires ont augmenté avec Sarko, mais avec les socialistes, vu leur addiction aux dépenses publiques, je crains le pire. Dimanche, j'ai fait le choix de me couper un doigt. Vous avez fait le choix de vous amputer le bras.

  • Par mutie - 08/05/2012 - 09:57 - Signaler un abus Vous êtes minable !

    Vous avez fait le même petit calcul politique que Marine Le Pen, à savoir que vous avez préféré sacrifier les intérêts du pays au profit de vos intérêts partisans. En vous abstenant, c'est comme si vous aviez glissé un bulletin Hollande dans l'urne et vous le savez. Vous êtes une honte pour le pays. Je suis libéral, et jamais je ne voterai pour vous. Inutile de se demander pourquoi les libéraux ont si peu de poids en France, avec des crétins comme vous !

  • Par Daniel_Tourre - 08/05/2012 - 18:10 - Signaler un abus @blade

    D'abord, le niveau d'intervention de l'Etat est de 56%, donc des doigts "coupés" on a déjà 5,6. Avec Hollande on en aura 5,9 avec Sarko 5,8... Si j'avais eu à choisir entre un bras et un doigt, j'aurais choisi un doigt comme vous. @mutie C'est vous qui êtes minable. Vous pouvez garder vos leçons de politique qui consistent à reconduire encore et encore une droite socialiste qui après 10 ans de pouvoir à fait des réformes microscopiques et pire qui a tellement intégrer la lacheté qu'elle passe son temps à anticiper les résistances au lieu d'aller devant. Sarkozy aurait pu/du être Thatcher, il avait un électorat près à le soutenir loin que cela soit face aux syndicats. Il a fait du Chirac sous amphet. Et je n'ai pas voté Hollande, j'ai refusé de choisir entre un socialiste de droite et un socialiste de gauche. Hollande n'a pas ni mon vote, ni ma caution.

  • Par blade - 09/05/2012 - 07:11 - Signaler un abus 5,9-5,8

    Ah bon? à mon avis vous êtes très optimiste pour le chiffre socialiste. En tout cas, en tant que profession libérale, et si FH applique ce qu'il a laissé entendre dans la campagne, ce n'est pas 0,1 pt d'écart que j'aurais sur ma feuille d'impôt par rapport à N.S. CQFD.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Daniel Tourre

Daniel Tourre tient le blog Le libéralisme pour les nuls.

Il est notamment l'auteur de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants (Tulys, 2012).

 

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€