Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Moins de 50% des Français paient l'impôt sur le revenu : comment la France s'enferre dans un système pervers

Si le nombre de foyers fiscaux augmente légèrement à 37 millions, le pourcentage de foyers imposés est en recul : de 53% en 2013 à 48,5% en 2014. Moins d'un sur deux, le plus bas niveau depuis le début des années 1980. D'où la question qui fâche : faut-il élargir l'assiette fiscale ?

Fiscalité

Publié le - Mis à jour le 29 Août 2014
Moins de 50% des Français paient l'impôt sur le revenu : comment la France s'enferre dans un système pervers

Moins d'un Français sur deux paient l'impôt sur le revenu Crédit D.R.

Atlantico : Suite aux réductions fiscales consenties par le gouvernement, moins d'un ménage sur deux s'est acquitté de l'impôt sur le revenu en 2014. La fiscalité française est-elle devenue perverse ?

Jean-Marc Daniel : L'impôt sur le revenu est critiquable à trois niveaux. Pour commencer, les politiques ont réduit les taux les plus élevés, d'abord dans les années 80 puis lors des grandes réformes de la présidence de Jacques Chirac dans les années 90, avant de diminuer les tranches des petits revenus pour ne pas donner l'impression de favoriser les riches.
Résultat : il y a désormais de moins en moins de personnes qui paient cet impôt alors qu'il est perçu par beaucoup comme l'impôt par excellence et la manifestation de la contribution de chaque individu et de chaque ménage aux finances publiques. De nombreux Français se considèrent ainsi surimposés au regard des avantages qu'ils en tirent, tandis que les non imposés n'ont pas conscience de leur coût. Cela remet en cause le principe d'équité fiscale.
 

Un élargissement de l'assiette fiscale est-elle économiquement utile et justifiée ?

L'impôt sur le revenu, devenu à la fois progressif et confiscatoire, est ainsi extrêmement mal réparti : il y a 2% des gens qui fournissent environ 50% des recettes fiscales, alors que la moitié des ménages ne le paient pas. Par ailleurs, les Français ont une vision redistributive et punitive de l'impôt, dans le but d'essayer de réduire les inégalités alors même que le rôle essentiel de l'impôt est de financer les dépenses publiques et l'action de l'Etat. En fait, la redistribution et la prise en charge de la réduction des inégalités devrait davantage passer par des services rendus aux pauvres que par la punition des riches. Enfin, cet impôt est tellement concentré qu'il en devient désincitatif et finit par décourager les gens les contribuables les plus productifs, qui préfèrent réduire leur quantité de travail, au détriment de la croissance. 
 

Quelle est donc votre solution ?

Il faudrait envisager une baisse générale de cet impôt progressif en le transformant en "flat tax", un impôt proportionnel aux revenus, acquitté par tout le monde, homogène et extrêmement facile à percevoir. Je suis aussi assez partisan d'une éventuelle fusion de l'impôt sur le revenu avec la CSG, mais non pour rendre la CSG plus progressive mais pour rendre l'impôt sur le revenu proportionnel comme l'était la CSG d'origine. 
 

Les hausses d'impôts des contribuables les plus aisés au profit des plus déshérités, décidées par  François Hollande, risquent-elles de distendre le lien social et monter les Français entre eux ?

C'est en effet une nouvelle manifestation d'un discours et d'une ambiance générale qui consiste à stigmatiser les riches, à montrer du doigt une partie de la population. En conséquence, cela pousse au découragement les créateurs de richesses et à la baisse le dynamisme entrepreneurial. D'un autre côté et de manière simultanée, nous assistons à un discours de l'envie, qui au lieu de donner une égalité des chances à chacun, suscite non l'envie de devenir riche mais l'envie d'abaisser les riches.
 

Sans compter que les électeurs qui ne paient pas l'impôt sur le revenu ont tendance à soutenir logiquement son augmentation pour les contribuables les plus aisés, à leur profit…

Cet impôt est en effet devenu malsain. Il pose aussi un problème de nature politique et juridique, car que le fondement de la démocratie est que le parlement représente les contribuables. C'est le grand principe de la révolution américaine : pas d'impôt sans représentation. Mais le fait qu'une partie de la population échappe à l'impôt sur le revenu remet en cause le suffrage universel sur le plan des principes. Or celui-ci est normalement le moyen le plus juste et démocratique d'organiser un mode de représentation. Logiquement, il faudrait donc associer représentation universelle et impôt universel. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 25/08/2014 - 09:00 - Signaler un abus à coté de la gamelle

    Ou de l'assiette; il faudrait prendre en compte tous les revenus pour le calcul de l'IR, particulièrement ceux en provenance de l'aide sociale (allocations, primes, aides au logement, RSA). Cet impot est un véritable assomoir pour les salariés des classes moyennes et notre excellent président de la république s'est ingénie à en agraver les effets (Pagnol, parodies des quatre quarts)....

  • Par zouk - 25/08/2014 - 09:58 - Signaler un abus IRPP

    J.M. Daniel a mille fois raison. Le résultat du système actuel est que plus de 50% de la population n'a aucune conscience du coût des services publics dont il bénéficie: bien sûr les autres, ceux qui paient l'impôt, paient pour lui. Flat ta

  • Par zouk - 25/08/2014 - 10:06 - Signaler un abus IRPP

    Suite après erreur sur le clavier. Flat tax donc, peut-être mais autre solution possible: réforme de l'impôt progressif, avec un taux très bas comme en Grande Bretagne: 6 ou 8% sur la tranche la plus basse et maximum de 40%. La méthode importe assez peu: l'important est de faire réaliser à tout un chacun que les services publics ont un coût. L'exemple de la santé est éloquent. Conviction générale: la santé n'a pas de prix. Oui, MAIS oubli de l'évidence: elle a un coût.

  • Par Enjoy - 25/08/2014 - 10:15 - Signaler un abus en 2013 , j'ai moins bossé pour payer moins d'ir

    je suis l'exemple parfait de ce que vous décrivez , le découragement est bien là et la fracture sociale également car je regarde ceux qui ne payent pas d'impôt de travers ..

  • Par jmpbea - 25/08/2014 - 13:21 - Signaler un abus Le travail au noir est la réponse du français moyen

    A l'injustice de l'impôt actuel...dans les campagnes françaises, le troc et l'aide avec contrepartie deviennent généralité...nous devons tous encourager ce procédé qui assèchera les rentrées de l'Etat et fera comprendre à ceux qui voudraient diriger le pays mais ne le peuvent pas,que leurs options sont inacceptables par la majorité ...cela est déjà bien enroute quand on voit le résultat de la collecte des impôts actuelle...continuez...ils devront changer avant que vous vous lassiez de la démonstration...

  • Par Benino - 25/08/2014 - 16:14 - Signaler un abus Les Taxetou sont des sangsues voraces bien culottées...

    Politiques, Hauts fonctionnaires, Magistrats, Journalistes, Parlementaires...Voila les vrais profiteurs d'un système fiscal injuste. Plus de 5 millions de chômeurs en sont les victimes. Honte aux tricheurs et aux incapables !

  • Par Anguerrand - 25/08/2014 - 17:44 - Signaler un abus 50% ne paient pas l'impot

    Mais profitent des infrastructures payés par les autres 50%! il n'est pas admissible que certains ne le paient pas même symboliquement et en fonction de leurs revenus même quelques euros. Sinon ça revient à déresponsabiliser une partie de la population qui veut conserver ses " acquis" ...en votant PS!

  • Par winnie - 26/08/2014 - 08:17 - Signaler un abus Inégalité devant l'impôt

    J'ai bientôt 60 ans et il y a peut prés 40 ans que j'entends que l'on va reformer les impôts a chaque élections ; moralité les impôts ne cesse d'augmenter et ce sont toujours les même qui les paient(ceux qui travaillent et qui ne gagnent pas beaucoup)les très riches y échappent et les petits en sont exonérer. Vive la justice fiscale !

  • Par mado83@free.fr - 06/09/2014 - 11:19 - Signaler un abus IRPP

    inadmissible que 56% de Français ne paient pas l'impot..C'est d'une grande injustice. Chacun devrait payer selon ses revenus quels qu'ils soient..C'est très décourageant et démotivant pour ceux qui paient..dans le pays où on clame l'égalité à torts et à travers, c'est une absurdité de plus..

  • Par Pierre29000 - 15/03/2015 - 15:04 - Signaler un abus Excellent article

    Oui a la flat tax

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Daniel

Jean-Marc Daniel est professeur à ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves – ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de plusieurs ouvrages sur l'économie, en particulier américaine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€