Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

25 après le discours de Gorbatchev sur la fin de l’URSS, comment un nombre grandissant de Russes en sont venus à regretter l’Union soviétique

25 ans après le fameux discours de Gorbatchev sur la fin de l'Union soviétique, 56% des Russes disent regretter que ce système se soit effondré.

Goodbye Lenin ?

Publié le
25 après le discours de Gorbatchev sur la fin de l’URSS, comment un nombre grandissant de Russes en sont venus à regretter l’Union soviétique

Atlantico : 25 ans après la chute de l'Union soviétique, un sondage réalisé par la société Levada montre qu'en 2016 56% des Russes regrettent l'effondrement de l'URSS. Si un tel sentiment de nostalgie pouvait être compréhensible dans les années qui ont suivi la fin de l'URSS, comment expliquer qu'il perdure ?

Michael Lambert : Il semble important de mentionner que cette “nostalgie” n’est partagée que par une partie des anciens pays membres de l’Union soviétique. On constate dès lors son absence chez les Baltes et Polonais, ou plus généralement au sein des États devenus membres de l’Union européenne en 2004 et 2007. Parallèlement, on retrouve une nostalgie pour le "système économique soviétique" en Moldavie, enUkraine, dans le Caucase et en Asie centrale, mais pas pour le "système politique", autrement dit autocratique soviétique.

Par contraste avec la Russie, où la nostalgie est à comprendre au sens impériale et donc militaire et diplomatique. 

Les Russes qui adhèrent à cette idée d’un "retour à l’URSS”​ ​manquent cependant souvent de réalisme, oubliant notamment les répressions policières et le manque de libertés fondamentales, plus généralement le retard économique de l’Union soviétique par rapport au reste de l’Europe. La seule forme de nostalgie n’est dès lors pas celle de la grande URSS, mais plutôt ​​d'une Russie impériale qui s’impose comme leader dans le système international. 

En conséquence, la nostalgie s’explique par les difficultés que rencontrent les Russes aujourd'hui pour s’affirmer aux yeux du reste du monde comme puissance mondiale en concurrence directe avec les États-Unis. La Russie n’est désormais plus aussi puissante économiquement que l’UE, les Etats-Unis,et la Chine. Et peine militairement à se hisser devant la France et la Grande Bretagne, et reste politiquement isolée sur la scène internationale, avec des partenaires commerciaux aux intentions ambiguës, c’est le cas de l’Inde et de la Chine. 

Le souhait de vivre dans une Russie puissance militaire, ce qui constituait l’apanage de l’Union soviétique, semble être une forme de compensation pour une population qui peine à se hisser au niveau économique et démocratique à celui de l’Europe. On retrouve la tentation du “c’était mieux avant”, comme pour tous les anciens empires. 

Les deux principales raisons de cette nostalgie évoquées par les personnes interrogées sont la fin de l'économie planifiée et la perte du sentiment d'appartenance à une grande puissance. Dans quelle mesure le traumatisme de l'humiliation internationale et de la crise économique qui ont suivi la chute de l'URSS continue-t-il d'alimenter les perceptions russes ?

Après la chute de l’Union soviétique, la Russie estimait à juste titre en raison de sa démographie, de sa position géographique centrale, et de ses abondantes ressources minières, retrouver un rang de puissance “normale”(à comprendre au sens de puissance mondiale européenne comme la France ou l’Allemagne). Ces espoirs furent rapidement enterrés en 1994, avec les réticences des Occidentaux à investir dans le pays, et le chaos militaire grandissant dans le Caucase du Nord. Les Russes comprirent assez vite qu’ils ne pouvaient pas devenir une puissance mondiale dans les prochaines décennies, et c’est la raison pour laquelle le projet d’Union eurasiatique lancé par la Président du Kazakstan remonte à cette année 1994. Il vise à redonner sa grandeur à l’empire soviétique déchu, et donc de facto à la Russie et au Kazakhstan.

Psychologiquement, passer du rang de deuxième puissance mondiale à celui de pays en voie de développement est traumatisant. Le Kremlin ne peut nullement contester son retard sur le plan économique par rapport au reste de l’Europe, mais l’argument nucléaire et militaire permettent encore à Moscou de s’imposer dans les conflits comme en Géorgie (2008), en Ukraine (2014-2015) et en Syrie (2015-2016). C’est la raison pour laquelle le Président russe focalise toute son attention sur le conflit en Syrie, afin de donner à sa population le sentiment d’appartenir à un grand pays. Dans la pratique, la victoire de la Russie sur ce théatre est similaire à celle de Mussolini en Éthiopie, c’est à dire symbolique. 

La mentalité impériale de la Russie constitue donc un terreau favorable à l’émergence du retour de la Russie sur la scène internationale, mais les faiblesses économiques restent la marque d’un pays en décomposition en raison d’une corruption galopante et d’une industrie vétuste, ce qui ne signifie pas pour autant que celui-ci ne dispose pas des ressources et atouts pour un jour émerger comme un géant économique avec une politique économique plus adaptée. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 26/12/2016 - 09:59 - Signaler un abus Sondage douteux

    A mon avis, il faut surtout s'interroger sur la validité d'un ''sondage'' dans pays aussi peu démocratique que la Russie ! Qu'ils soient interrogés dans la rue, par téléphone ou sur internet, je doute fort que les russes se sentent vraiment en confiance pour exprimer librement leur opinion. L'auteur de cet article nous livre donc principalement ici sa propre analyse. Et il semble vraiment absurde de vouloir nous faire croire que la principale préoccupation des gens soit la place de leur pays sur l'échiquier mondial ! Ne serait-ce pas plutôt le confort ou les difficultés de leur vie quotidienne ?

  • Par Ganesha - 26/12/2016 - 10:01 - Signaler un abus Anti-communisme primaire

    Les lecteurs d'Atlantico semblent tous animés par un anti-communisme tellement primaire qu'ils en perdent jusqu'au bon sens le plus élémentaire ! Serait-il au moins possible de leur faire admettre que les écrits de Karl Marx concernent exclusivement l'économie ? Citez-moi donc un seul texte de cet auteur qui recommande le Goulag, la famine et l'extermination de masse ! Va-t-on, comme d'habitude, voir déferler le radotage et les sempiternelles litanies sur le Stalinisme ? Ce qui terrifie profondément nos papys, c'est qu'ils sentent de moins en moins confusément que le Marxisme 2.0 se prépare, et qu'il s'appelle Revenu de Base...

  • Par Benvoyons - 26/12/2016 - 10:41 - Signaler un abus URSS Union des Républiques SOCIALISTES Soviétiques

    J'y ai vécu et j'ai eu la chance d'avoir réussi à en partir avec d'autres :)::)) Je vais donc paraphraser Karl Marx pour quelques illuminés du Socialisme:)::)) "Karl Marx a été l'Opium des Peuples " Karl Marx a dit Ce n'est pas la conscience des hommes qui déterminent leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. =========== En effet il avait raison le Socialisme était un paradis qu'il fallait partager avec force et contrainte et ainsi permettre de prendre conscience que l'on pouvait diriger, planifier, tous les hommes comme des machines pour le bon plaisir du plaisir Socialiste:)::)) Karl Marx a dit: Mais la bourgeoisie n'a pas seulement forgé les armes qui la mettent à mort: elle a produit aussi les hommes qui manieront ces armes_les ouvriers modernes, les prolétaires. :)::)) Si Si il l'a dit et nous avons eu l'immense plaisir d'avoir ce qui en résulte Les Socialistes ont forgé les armes des Socialistes pour qu'ils puissent manier les armes contre les ouvriers modernes les prolétaires En effet Karl Marx était un Dieu sanguinaire que d'incroyables naïfs pensent encore comme un Dieu cajoleur aimant les autres:)::))

  • Par MarcBloch - 26/12/2016 - 10:48 - Signaler un abus @Ganesha

    Le problème du marxisme face au réel, c'est que pour l'appliquer à la lettre et aussi longtemps sur une population, il faut en passer par ce qu'ont fait Staline et ceux qui l'on suivi ! Karl Marx ne parle que d'économie ??? Il parle du rapport entre les classes sociales, de l'impact sur l'histoire, la religion... C'est toujours amusant de lire un type comme Ganesha cracher sur le méchant capitalisme qui méprise l'humain pour encenser le marxisme en le défendant avec l'argument "oui mais Marx il parle que d'économie pas d'humain alors c'est pas de sa faute si les gens s'appauvrissent / souffrent / meurent en appliquant son système" On est donc bien d'accord pour dire que le marxisme est inhumain...

  • Par Ganesha - 26/12/2016 - 11:50 - Signaler un abus Perception de la réalité

    La grande absurdité, l'erreur fondamentale, c'est précisément d'utiliser le mot ''Dieu'' ! Par ordre chronologique, Bouddha, Jésus-Christ, J.J Rousseau, Karl Marx, Sigmund Freud, et quelques autres, sont ''de simples êtres humains'', mais qui auront une influence ''définitive'' sur l'avenir de notre planète. Ils ne connaissaient pas l'avenir, ils étaient victimes des préjugés de leur société et de leur époque, quelques unes de leurs idées étaient fausses. Mais ce sont surtout certaines de leurs mises en application qui se sont révélées catastrophiques. Faut-il interdire définitivement le Christianisme à cause de l'Inquisition, du commerce des indulgences et des guerres de religion ? Incontestablement, ils ont tout simplement changé notre ''perception de la réalité'' !

  • Par cloette - 26/12/2016 - 12:27 - Signaler un abus A lire

    la biographie de Karl Marx,(l'esprit du monde)de Jacques Attali . C'est passionnant .

  • Par langue de pivert - 26/12/2016 - 12:31 - Signaler un abus ☺ La fin de l'empire !

    Ils ont la nostalgies de leurs anciennes colonies sur le dos desquelles ils ont pu se goinfrer. Rien de plus rien de moins.

  • Par langue de pivert - 26/12/2016 - 12:49 - Signaler un abus nostalgie : avec une ça

    nostalgie : avec une ça devrait suffire.

  • Par ikaris - 26/12/2016 - 15:45 - Signaler un abus Article nauséabond basé sur un sondage douteux !

    Je trouve tout bonnement honteux la glose de l'interviewé dont le but n'est que de flatter un atlantisme primaire par peur de impérialisme russe. Il y a des approximations pour le moins grossières (la Pologne n'a jamais fait partie de l'URSS que je sache) Si j'en écoute des émissions moins partisanes où sont interrogé des vrais russes, les russes n'en pouvaient plus de l'URSS ... mais ils ont été horrifiées de l'effondrement des années 90. Les années 2000 sont celles d'une refondation sous l'égide de Poutine : rebond de l'économie, refondation de l'armée, ré-apparition sur la scène internationale. La Russie a sa sphère d'influence et on peut comprendre que les russes ne veuillent pas d'un état russophobe ou qui opprime les minorités russophones à ses frontières ... tout comme les USA qui appliquent la doctrine de Monroe avec la meilleure bonne conscience du monde depuis plus d'un siècle. Je trouve fort de café de trouver la Russie corrompue alors aux USA que Hilary Clinton a littéralement tenté d'acheter les élections avec uen campagne à 2 milliards de dollars avancés par une foule d'entreprises et de pays qui comptaient bien avoir un retour sur investissement imminent !

  • Par Benvoyons - 26/12/2016 - 15:55 - Signaler un abus Un activiste de la pensée ouistiti relativiste nous fait la

    leçon du mot Dieu qu'il n'a pas compris et d'un JC qu'il n'a pas lu mais dont il connaît l'Histoire préconçue par ses Maitres!!! En fait il ne fait qu’aggraver le cas Marx! Et oui ce Marx connaissait toutes les dérives de l'homme (avec toutes les histoires religions les dogmes les... ) mais il a tout de même écrit des choses pour l'homme (" influence définitive sur l'avenir de la planète" faut l'écrire:)::))) qui en fait ne pouvait que mal finir. Mal finir car il connaissait l'histoire des hommes. Maintenant prend le temps de lire les Évangiles et tu verras que JC n'a rien demandé comme création d'une religion sur lui même :)::) JC le Juif n'a parlé que des hommes avec les défauts des hommes, qu'il fallait rechercher sa dignité, et assumer, son être au mieux des autres, et qu'il fallait mieux aimer les autres que de se venger ou de jeter la première pierre. En fait dans les Évangiles il y a tout car il ne fait que de parler de la mauvaise qualité de l'homme donc même certains passages parlent des hommes" inquisiteurs " Je suis athée mais je dois dire que JC a été une pensée remarquable. Dans les Évangiles, il n'y a aucune euphorie, sur l'homme et son devenir :)::))

  • Par Ganesha - 26/12/2016 - 16:55 - Signaler un abus Langage compréhensible

    Pour employer le langage le plus compréhensible qui soit possible, disons que je fais simplement remarquer qu'il y a autant de différence entre Karl Marx et Josef Staline, qu'entre Jésus-Christ et le pape Alexandre VI Borgia. https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_VI

  • Par Benvoyons - 26/12/2016 - 18:51 - Signaler un abus Karl Max a écrit des choses qui sont inexploitables par tous les

    hommes qui veulent les utiliser. Pas besoin de comparer un chiotte à la Turc avec un WC à cuvette pour mettre la même merde.:)::))

  • Par ajm - 26/12/2016 - 19:05 - Signaler un abus Lenine

    Le marxisme mis en place eu Russie c'est Marx plus Engels plus Lenine : c'est ce dernier qui a créé L'URSS, installé la Theka ( ancêtre du NKVD et du KGB avec Trotsky) et est le premier grand génocidaire du vingtième siècle. Stalinisme à été le continuateur doué de Lenine.

  • Par Ganesha - 27/12/2016 - 09:07 - Signaler un abus Eschatologie

    Les grandes religions se distinguent par leur eschatologie raffinée… Sur Atlantico, au contraire, nous n'avons que quelques misérables simples d'esprit qui se présentent comme chrétiens mais qui cherchent aussitôt à déshonorer cette religion en se vautrant, sans la moindre pudeur, dans la scatologie... https://fr.wikipedia.org/wiki/Eschatologie

  • Par Benvoyons - 27/12/2016 - 09:20 - Signaler un abus Voilà que sans "Proudhon"ce un illuminé de Karl Marx donne le

    titre de Religion à ses écrits adorés ! :)::))

  • Par Ganesha - 27/12/2016 - 10:14 - Signaler un abus Gott mit Uns

    Lorsque la Révolution éclata en Russie en 1917, Karl Marx brûlait dans les flammes de l'Enfer depuis 34 ans : il ne pouvait donc donner son avis. Mais en 1940, que pensait Jésus-Christ, confortablement installé sur son trône doré au Paradis, lorsqu'Il voyait ''Gott mit Uns'' (Dieu avec nous) inscrit sur la boucle du ceinturon des soldats nazis ?

  • Par Benvoyons - 27/12/2016 - 11:13 - Signaler un abus Amusant même mort les conneries que tu as écrites sont toujours

    des conneries. “C'est dans la pratique qu'il faut que l'homme prouve la vérité.”Karl Marx ===========Et en effet la vérité Socialiste a été prouvée par la pratique Socialiste et cela dans le monde entier quelque soit la culture des hommes qui l'ont utilisé et toujours avec le même résultat.. L'exploitation de l'homme par l'homme et en plus la Mort comme médicament générique. Je suis athée mais je ne savais pas que JC avait un trône doré au Paradis :)::)) Mais par contre tout est dit dans les Évangiles concernant l'homme :)::)) JC a été un homme plus prudent (comme s'il avait fait l'homme);)::)) sur la qualité humaine et donc rien dans les Évangiles n'est remis en cause par TA présentation de faits exacts du comportement des Socialistes Nationalistes dit Nazis :)::))

  • Par Beredan - 27/12/2016 - 12:34 - Signaler un abus Pour les pauvres , c'était mieux avant....

    Libertés corsetées , religion encadrée , nomenklatura arrogante , certes ! MAIS : santé et éducation gratuites , logements communautaires à loyer dérisoire , relative égalité dans les situations de pénurie , ascenseur social apprécié , patriotisme sourcilleux...

  • Par Ganesha - 27/12/2016 - 15:09 - Signaler un abus Sont-ils à ce point privilégiés ?

    Beredan, cela fait toujours plaisir de voir quelques courageux oser s'opposer au déferlement de sottises, de préjugés et de propos incompréhensibles que provoque toujours sur Atlantico l'évocation de Marx et du Communisme. Je pense que vous écrivez en pensant aux aspects positifs de l'expérience cubaine. J'ai l'habitude de réagir aux critiques en décrivant la situation catastrophique que j'ai connu en Haïti, en y travaillant six mois (avant le tremblement de terre). Il est évidemment grotesque d'évoquer la simple répétition des expériences passées du Communisme. Les radotages qu'on lit ici ne sont que le reflet d'esprits séniles pour lesquels ''plus aucun progrès n'est imaginable'' ! Sont-ils à ce point privilégiés par notre situation actuelle ?

  • Par Ganesha - 27/12/2016 - 15:11 - Signaler un abus Revenu de Base

    Par rapport aux arguments que vous présentez, je voudrais dire que la perversion de la nomenklatura est un parasite qui s'infiltre dans tous les systèmes. Qui est le plus riche : Trump, Poutine, ou Clinton ? Pour ce qui est de l'avenir prévisible, je pense que ce qui est rassurant, c'est que le Revenu de Base ne va pas être imposé par une révolution. Il va être expérimenté localement, dès 2017, en Finlande et aux Pays-Bas, et suivant une recommandation de notre Sénat, très rapidement en France.

  • Par Benvoyons - 27/12/2016 - 16:17 - Signaler un abus Paradoxe de l'Âne de "Beredan"

    Quand une croyance Socialiste t’obsède à ce point le choix pour tout est que l'Universel Mort de ta Liberté et de ta Fraternité sont les sommets du charnier de l’Égalité

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michael Lambert

Michael Eric Lambert est docteur en Histoire des relations internationales à la Sorbonne - INSEAD (BFC'15Dec) et directeur du Black Sea Institute. 

Ses travaux portent sur les relations entre l'Union européenne, la Russie, et la Chine en Europe centrale et orientale.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€