Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

2018 ou le mondial de la fin des illusions Bleu-Blanc-rouge

Le gouvernement actuel, s'il n'a pas voulu relancer le slogan de la France Black Blanc Beur, a particulièrement insisté sur l'instant d'union national que la victoire de l'Equipe de France représentait. Or, les Français sont loin de partager cet enthousiasme.

Vivre-ensemble

Publié le
2018 ou le mondial de la fin des illusions Bleu-Blanc-rouge

 Crédit BERTRAND GUAY / AFP

Atlantico : Un sondage Ifop pour Atlantico publié ce samedi montre que l'euphorie sportive de la victoire des Bleus en Russie n'est pas suivie par une amélioration de la cohésion nationale ni par un mouvement d'optimisme pour la France, contrairement à 98. Le gouvernement actuel, s'il n'a pas voulu relancer le slogan de la France Black Blanc Beur, a particulièrement insisté sur l'instant d'union national que l'événement représentait. Pourtant, cette cohésion est vivement contestée par les Français eux-mêmes, qui sont 12% de plus qu'il y a 3 mois à considérer que de vraies tensions existent entre les différentes catégories sociales et communautés qui vivent de manière séparées.

Le mondial 2018 est-il finalement l'opposée de 1998, celui de l'anti-Black Blanc Beur ?

Jean-Philippe Vincent : Quelle tristesse, tout cela ! C’est la coupe du monde « bulles de savon » : quelques moments de joie et, au final : rien. Enfin, pas tout à fait parce que nous avons eu de très beaux matchs, supérieurs à ceux de 1998. Je ne suis pas certain que le parallèle avec 1998 soit si pertinent que cela, car la conjoncture nationale et économique était alors meilleure. Le problème de cette coupe du monde 2018, jouée sur le thème de l’union nationale, c’est que l’union nationale, aujourd’hui, n’embraye plus sur rien. Pour que la mystique de l’union nationale fonctionne, il faut que la dynamique du « nous », du collectif,  se répercute de communautés en communautés : communauté nationale, d’abord, mais aussi communautés locales, régionales, solidarités de quartiers, solidité des familles, etc. Le « nous » est profondément en crise en France, bien plus que dans des pays dits « individualistes » comme les Etats-Unis. Le résultat est une incapacité à «être bien ensemble » durablement, en confiance et, d’une certaine façon, en communion de pensées. Depuis 40 ans, et peut-être plus, la France est prisonnière d’une dialectique appauvrissante entre le « je » des individus et le « il » de l’Etat. Le résultat est que les formes les plus élémentaires du « nous », du vivre ensemble, ont disparu. La société de confiance s’est transformée en société de défiance, sous l’effet conjugué de l’hyperindividualisme des « je » et de l’ultracentralisation du « il », l’Etat. Dans une configuration de ce type, il n’y a plus de place pour la joie collective du « nous » et aussi pour une certaine ambition nationale. 1998 n’a rien produit, non plus de durable, à part des illusions. Ces deux coupes du monde sont des artefacts purs. Le mondial de 2018 a été, malgré sa beauté, le mondial de la fin des illusions.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MCX - 21/07/2018 - 13:35 - Signaler un abus Entièrement d'accord...

    ...avec la remarque sur l'armée, seule encore capable d'intégrer bien collectif et bien individuel dans un fonctionnement satisfaisant.

  • Par ISABLEUE - 21/07/2018 - 14:34 - Signaler un abus Mais vous vous attendiez

    À quoi? Franchement vous croyez vraiment qu'un match de foot allait changer la racaille ?? Les pauvres rêveurs. .. Les pauvres fifilles qui étaient sur les champs élyséen vous le front doux rêveurs

  • Par ISABLEUE - 21/07/2018 - 14:37 - Signaler un abus la LIRA à célébré la victoire

    Contre les Croates "trop uniformes" à leur goût! !!! Que n'ont ils pas vomi sur l'équipe marocaine ou Nigeria ne trop noire????? Tout cela nous fatigue nous les Européens! !

  • Par MIMINE 95 - 21/07/2018 - 15:11 - Signaler un abus Faut dire que les équpes africaines

    l'Egypte, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal et la Tunisie ont fait preuve dans leur composition d'une diversité culturel... incroyable !! . Et que penser de l'egypte , championne du monde de la tolérance Slate : Football égyptien: quand la discrimination tue la passion Martin Roux — 19 juin 2018. RFI : Le foot et la foi: en Egypte, des coptes mouillent le maillot contre le racisme Par AFP 21-05-2018 .

  • Par Citoyen-libre - 21/07/2018 - 17:01 - Signaler un abus Pas d'accord

    Je ne crois pas les arguments de cet article. Des gens dans ce pays, dans les années 80, ont décidé de changer les règles de la société française, ses valeurs, sa profondeur, son âme. Et ils ont pensé, qu'à coup de matraquages télévisuels, de lois de type Gayssot interdisant la parole, en maintenant une culpabilisation permanente sur le pseudo racisme français, en tapant de manière outrancière sur le Front National, le rendant responsable de tout, etc, qu'ils pourraient transformer radicalement notre société. Aujourd'hui, c'est le constat d'échec. Le pays ne bronche pas, il ne se soulève pas, mais bien pire, il se délite, il se désagrège en profondeur, au moment ou face à la mondialisation, il devrait constituer un bloc. Mais c'est tout de même une forme de résistance.

  • Par assougoudrel - 21/07/2018 - 17:03 - Signaler un abus La réalité

    le français nage en plein dedans. Il est en vacances et constate que son budget vacances est en grande partie englouti en carburant et, à chaque borne kilométrique, il maudit Macron et Philippe avec leur 80 km/h. Il a du mal à joindre les deux bouts et on lui montre des millionnaires du foot qui jouent dans les grands clubs et qui, soit disant, représentent la France réunie. Bientôt la rentrée, les impôts et autres mauvaises nouvelles pour lui. Il mettra difficilement un peu de sous de coté pour essayer de passer un Noël convenable en famille.

  • Par jurgio - 21/07/2018 - 17:11 - Signaler un abus La société française est tenue liée par un ciment solide

    : le système fiscal, où tout le monde se retrouve et se reconnaît.

  • Par Borgowrio - 21/07/2018 - 19:15 - Signaler un abus Les vedettes du foot et ceux qui regardent leur voiture bruler

    La coupe du monde est un spectacle , la France a gagné , ses joueurs riches et célèbres ne changent rien au fait que des gens subissent la loi des voyous , qui cassent , insultent , brulent , caillassent . Pourquoi ces enfants de la chance ( les footballeurs ) à qui la France a permis de réussir changeraient quoi que ce soit au quotidien des pauvres gens qui doivent courber l'échine , abandonnés par la justice , par les politiques et les médias

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Philippe Vincent

Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€