Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

2016, l’explosion des fake news… qui ne doit pas nous faire oublier les informations biaisées présentes dans tous les médias "sérieux"

Même si les fake news sont omniprésentes à l'ère de l'information sur les réseaux sociaux, il ne faut pas pour autant oublier les travers des médias traditionnels. Ces derniers se révèlent ainsi souvent dans l'incapacité de penser contre eux-même et sont régulièrement les inconscientes victimes d'idéologies sous-jacentes.

On est tous le propagandiste de quelqu'un...

Publié le - Mis à jour le 30 Décembre 2016
2016, l’explosion des fake news… qui ne doit pas nous faire oublier les informations biaisées présentes dans tous les médias "sérieux"

Atlantico : Plusieurs articles de la presse américaine ont attribué aux services russes un rôle-clé dans la dissémination de fausses informations sur les réseaux sociaux pendant l'élection présidentielle américaine (lire ici en anglais). En guise de réponse, un membre du parti démocrate allemand a récemment proposé une loi qui, si elle était adoptée, obligerait les entreprises comme Facebook à mieux les identifier.

Pour autant, beaucoup de choses qu'on lit ou entend dans les médias traditionnels adoptent parfois des points de vue biaisés de la réalité. Comment selon vous cette propagande inconsciente des médias se matérialise-t-elle en France ?

Romain Mielcarek : La "propagande inconsciente", ça n'existe pas. La propagande est un acte politique volontaire et réfléchi. On peut y participer parce qu'on croit à ces idées. Des individus ou des organismes peuvent aussi se retrouver à relayer cette propagande de bonne foi et sont alors eux aussi des victimes de la manipulation que représente la propagande. Vous évoquez ici deux situations bien différentes. Si les services de renseignement russes ont disséminé des informations pour influencer l'élection américaine, il s'agit de ce que l'on appelle une "opération d'information" ou une "opération psychologique". Il s'agit de pousser une audience cible, grâce à une information ou un message, à adopter un comportement ou une attitude spécifique. Par exemple, si l'on souhaite faire élire Trump contre Clinton, on va chercher à pousser la population américaine à se méfier de Clinton. Pour cela, on va pouvoir révéler des informations sur les relations entre l'une de ses conseillères et le pouvoir saoudien. Si cette information est fausse, c'est une action de "désinformation". Si cette information est vraie, c'est une action de "propagande". Si le message vient des médias publics russes et sort de la bouche d'un diplomate, par exemple, il s'agit de propagande ou de désinformation "blanche" : on connaît l'émetteur. Si le message vient d'une source inconnue, à travers les réseaux sociaux par exemple, on parlera de propagande ou de désinformation "noire" : on ne connaît pas l'émetteur.

Les accusations concernant une influence russe dans l'élection américaine sont elles vraies ? Moi, je ne sais pas. Ce que je sais, c'est que les services de renseignement américains le disent. Je sais également que l'Union européenne et plusieurs services de renseignement européens, dont les Français, ont exprimé des inquiétudes similaires ces derniers mois.

L'autre sujet que vous évoquez est celui d'un éventuel biais dans les médias. Je ne sais pas ce que sont les "médias traditionnels" et je ne vois pas ce qui permet d'affirmer que leurs points de vue sont plus "biaisés" que ceux des autres. Entre Arte, BFMTV, France 2, Libération, Le Monde Diplomatique, France Inter, RMC, Mediapart... Il me semble qu'il y a suffisamment de diversité d'opinion et d'information pour que l'on puisse avoir un panorama assez large. Il y a bien souvent des points de vue caricaturaux infligés par des personnes, journalistes ou citoyens, pour réduire la pensée et le contenu informationnel. Prenons un exemple : les insurgés syriens sont-ils des terroristes djihadistes ou des rebelles démocrates ? On trouve facilement tout un tas de débats vides de sens entre des partisans de l'une ou l'autre thèse. Pourtant, en cherchant un tout petit peu, on trouve un monceau d'enquêtes, d'études, de reportages précis sur le sujet. Il n'est pas difficile de découvrir qu'il existe une multitude de groupes armés combattant en Syrie, certains étant djihadistes, d'autres non, certains étant ouverts à la démocratie, d'autres non. Dire que les rebelles syriens sont des terroristes ou qu'ils sont des démocrates n'est pas un fait. C'est une opinion. Des médias défendent les deux hypothèses. Sont-ils biaisés ? Peut-être. Ils sont en tout cas convaincus. Ils croient à cette hypothèse. Qui est en réalité indémontrable : les faits montrent bien qu'il n'y a pas de réponse manichéenne à cette question et que la multitude d'acteurs présents dans cette guerre a des motivations, des convictions et des méthodes très différentes.

Qu'en est-il des sujets d'ordre économique, notamment sur le libre-échange ? Sur quelles idéologies se basent-elles le plus souvent ?

Christophe Bouillaud : Il n’est pas très difficile de constater que l’immense majorité des journalistes qui traitent des sujets économiques en France et ailleurs en Europe adoptent une vision platement néo-libérale des sujets économiques. Cette tendance se nourrit d’abord de la formation reçue dans les universités et parfois dans les écoles de journalisme, et ensuite d’un certain conformisme institutionnel des journalistes. Ces derniers tendent à répéter ce que leur affirment les autorités auprès desquels ils s’informent. Le correspondant permanent de France Inter auprès des institutions européennes quand il parle d’économie européenne constitue un bon exemple de ce conformisme au demeurant sans doute bien intentionné. Il ne s’agit donc pas tant d’idéologie – au sens d’un choix conscient et affirmé pour une option politique – que d’une suite de mécanismes de pensée induits par un environnement où les mêmes banalités sont répétées jusqu’à devenir des évidences. Par exemple, la confusion entre le budget d’un ménage et celui d’un Etat – qu’on retrouve aussi chez de nombreux politiciens de droite comme de gauche – finit par être devenue une évidence à force d’être répétée. Ces visions erronées sont cependant moins présentes dans les pages des meilleurs journaux économiques du continent, comme le Financial Times par exemple. L'une des vraies difficultés pour avoir une information correcte en la matière réside sans doute dans la disparition des journalistes formés par la pratique sur un sujet particulier et réfléchissant par eux-mêmes. La mort du "rubricard" à l’ancienne formé sur le tas constitue sans doute l’un des drames inaperçus de l’information contemporaine.

Sur le libre-échange, les médias les plus diffusés ont eu tendance dans leurs rubriques économiques à ne souligner que les aspects positifs de ce dernier. L’oubli des aspects négatifs a été lié à une vision optimiste des choses inspirée par une vision tout à fait classique de l’échange international : les gains sont censés être tels que de toute façon il y aura toujours de quoi indemniser les perdants éventuels de ces échanges accrus qui font beaucoup d’heureux et peu de malheureux. C’est exactement le discours de justification du CETA, le traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne. Cette vision classique s’avère largement fausse : il y a plus de perdants que prévu, et des gains moindres que prévu.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 24/12/2016 - 09:35 - Signaler un abus Ne pas confondre fausses informations

    et démocrates bobos libertaires, ....mauvais perdants!

  • Par edac44 - 24/12/2016 - 11:11 - Signaler un abus Et si on en revenait aux basiques "c'est quoi une information" ?

    Voir ici =====> http://bit.ly/2hB8jQF

  • Par bd - 24/12/2016 - 11:14 - Signaler un abus Fake-News & complosphère... ou l'ère des sales manipulations!

    La manipulation mentale fait partie des nouvelles campagnes. Les Anglais se sont fait avoir avec le Brexit. Les Américains avec Donald Trump. Espérons que les Français seront plus intelligents. Seuls les peuples intelligents et bien éduqués sauront éviter les pièges.

  • Par bd - 24/12/2016 - 11:20 - Signaler un abus Comment détecter ou faire une video de manipulation

    Le CAPRI vous apprend comment détecgter (ou faire) une video de manipulation ici: https://www.facebook.com/assocapri/videos/281296988883032/

  • Par bd - 24/12/2016 - 11:25 - Signaler un abus Video (en anglais) pour apprendre à détecter les Fake-News

    https://www.facebook.com/1061284213947879/videos/1165364126873220/

  • Par bd - 24/12/2016 - 11:30 - Signaler un abus Avant de partager... VÉRIFIEZ VOS INFOS

    Un temps de réflexion et de recherche avant de partager: Le seul bon réflexe pour éviter de propager les fake-news.

  • Par bd - 24/12/2016 - 11:33 - Signaler un abus Contre-mesure: Les sites de "Fact-Checking"

    Copiez-collez ce lien dans votre navigateur: https://scontent-bru2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-0/s526x395/14947702_1291888680842091_5097072994297427086_n.jpg?oh=b57da9895a93c9a49b527bb12807ff29&oe=58D4D44D - Source: Politifact (site de "Fact-checking" gagnant du prix Pulitzer).

  • Par bd - 24/12/2016 - 11:41 - Signaler un abus Comment Donald Trump a gagné

    Donald Trump n'a pas gagné grâce au soutien de la presse qui, je l'ai constaté aussi bien que vous, était plus en faveur de Hillary Clinton. Hillary Clinton avait même avec elle 370 économistes de renom, huit prix nobels et un grand nombre d'autorités morales, scientifiques et artistiques. C'est grâce aux réseaux sociaux, à Facebook, à UTube, etc qu'il a gagné. Sur ces média, n'importe quoi peut être publié sans aucune éthique et les manipulateurs du Kremlin l'ont bien compris et en ont usé et abusé... mais ils n'étaient pas les seuls, évidemment puisque Bannon et sa sphère médiatique ont joué à la fois un rôle actif et un rôle de relais très efficace. Un exemple (mais il y en a plein) sur UTube (et ils continuent) est le réseau d'Alex Jones qui éructe ses mensonges et ses manipulations à tout qui veut bien se laisser embobiner... et ils sont nombreux.

  • Par adroitetoutemaintenant - 24/12/2016 - 11:53 - Signaler un abus @bd. Vous rigolez ou quoi ?

    La démocratie étant le droit de vote aux cons, il ne faut pas s’étonner des résultats des votes. Dans ces 3 pays que vous citez, France, GB et EU la répartition démographique suivant le statut social des votants est la même. 90% des enseignants, des fonctionnaires, des journaleux et des LGBT votent à gauche ce qui n’est pas du tout représentatif des résultats nationaux. Quand le peuple est menacé par les musulmans il se retrouve contre les bobos soi-disant éduqués mais non moins infectieux. Cela explique les résultats improbables. D’autant que les réseaux sociaux et internet donnent accès à une information rapide et non manipulée par le politiquement correct. C’est la réaction des méprisés qui explique le Brexit et le Trumpisme. Les sans-dents se déplaceront pour le candidat qui proposera une politique anti-islam de la même façon qu’en GB et aux EU. Ne confondez pas le bon sens de ceux qui bossent et qui souffrent avec l’éducation des planqués.

  • Par brennec - 24/12/2016 - 12:06 - Signaler un abus @bd

    Ne pas confondre vérité et consensus. L'entourage de Hillary pendant la campagne présidentielle a bien évidemment été choisi pour avoir des opinions compatibles. Les donneurs de "vraies" nouvelles au moment du vote sur le brexit s'en sont donné a coeur joie sur ce qui attend les anglais, les mêmes lors du vote sur l'euro ne se sont pas privé de nous inonder des bienfaits qu'on pouvait en attendre. Dans les deux cas ils ont été des relais de propagande et n'ont pas jugé utile d'interroger les opinions non conformes. Il fut un temps ou parler du goulag était considéré comme une fausse nouvelle et vous valait un procès. Bref une fake news ne reste pas forcément fake pour l'éternité et on peut faire confiance a ceux qui décideront de ce qui est fake et de ce qui ne l'est pas pour se tromper gravement de bonne foi ou non. La loi proposée en allemagne sera tout simplement le coup de grace de la presse institutionelle qui a déjà perdu beaucoup de sa crédibilité. Il n'y a pas que les nouvelles politiques qui sont concernées, des troubles divers attribués a un relais téléphonique font l'objet de gros titres, on apprend que le relais ne fonctionnait pas: un entrefilet.

  • Par cloette - 24/12/2016 - 12:24 - Signaler un abus fake news

    Il y a des iles grossiers qu'un inculte détecterait, il y a les rumeurs l elles peuvent être vraies ou fausses , les plus dangereux propagateurs de fausses nouvelles sont les journaux qui se veulent "sérieux", et ne parlons pas des chaines de télé, souvenons nous des bébés tués dans les couveuses au Koweit par les envahisseurs irakiens, naturellement c'était faux et pourtant relayé par la bien-pensance ( à l'époque pas d'Internet ) en 89 lors de la révolution roumaine, 4000 à Timisoara, les éditoriaux sérieux en rendirent compte ,il s'avéra par la suite qu'on avait présenté devant les caméras les cadavres déterrés du cimetière des pauvres, il y avait eu moins de 100 morts dans cette ville ...Natuerellement le mensonge plus tard avoué de Colin Powell et les fameuses armes de destruction massive de Sadam Hussein la 4eme armée du monde ...Bien d'autres fakeNews, ce serait trop long, mais c'est connu c'est la propagande de guerre, et n'oublions pas que nous sommes en ce moment en guerre, Alep est aussi une manipulation qui roule dans la farine, les gentils rebelles sont bien des terroristes d'Al nosra , que ça plaise ou non à ceux qui aiment Alep Est,l'Ukraine, et Hillary-Obama &co

  • Par cloette - 24/12/2016 - 12:37 - Signaler un abus Il suffit de se fier à la logique à ce qu'on voit

    Les médias avaient porté haut Juppé, produit parfait anti- russe soumis encore mieux guerrier qu'Hollande ( il fut bille en tête pour la Lybie qui donna le chaos qu'on sait ),Plus vert que vert , pro diversité, pro immigration ,mondialiste , pro lobbies en tout genre, mais voila il a reçu une claque . Qu'à cela ne tienne on ressert la soupe du Macron Nouveau, qui cherche ses arguments dans un logiciel de pointe, et c'est quoi ? c'est aussi Alep Est, L'Ukraine Hillary- Obama et les gros lobbies qui gouvernent l'Europe, lobbies du libertaire, de l'argent-Roi, celui qui est au-dessus des vains scrupules, il est inutile de consulter Internet ni twitter, faites actionner vos petites cellules grises , les vérités finissent toujours par émerger si on veut les noyer .

  • Par lémire - 24/12/2016 - 19:23 - Signaler un abus Très indulgent

    .. envers les journalistes qui opposent en Syrie les "rebelles" aux "jihadistes" ; ou bien ils négligent le poids des mots qu'ils choisissent et ils sont incompétents, ou bien ils le savent et ils font sciemment de la propagande de guerre. J'ai vu récemment une BD sur la guerre d'Algérie qui avait le culot infernal, pour les événements d'Oran de 62, de ne mentionner que des sabotages de l'OAS. Beaucoup d'intellectuels de gauches ont une relation "compliquée" non pas avec la vérité, mais avec les faits

  • Par ikaris - 25/12/2016 - 00:54 - Signaler un abus Bon thème, réponses à boire et à manger

    Bon thème mais quelques réponses données m'ont fait bondir. M Miercalek dit qu'il y a de la diversité dans les médias français c'est faux et archi faux ... ce sont les mêmes informations et les mêmes messages qui sont reprises et présentées différemment mais la ligne éditoriale reste tout le temps la même : atlantisme, néo libéralisme, multi culturalisme ... les informations dérangeant ces crédos sont filtrés ... sauf si les réseaux sociaux bougent tellement fort que ça fini par être repris ! Christophe Bouillaud veut que la justice se mêle plus d'information : ah non ! surtout pas ! Surtout pas de cette machine à tuer les libertés et à fabriquer des coupables ... au contraire moins de justice sinon ça veut dire redonner toutes les commandes aux mass médias. Su le fond je ne comprend toujours pas ce qu'on appelle fake news même après avoir lu l'article du Washington Post. Hilary a menti sur sa santé : après son malaise ses communicants avaient dit qu'il n'y avait rien avant d'avouer une pneumonie ... qui a menti ? Hilary a plombé Sanders et les détails des mails ont été révélé et il a fallu que tout le monde s'explique platement .. quellr importance que ça vienne de Russie ?

  • Par joke ka - 26/12/2016 - 20:30 - Signaler un abus les citoyens européens en

    les citoyens européens en général sont de moins en moins crédules à la propagande distillée depuis des décennies par les médias de connivence avec le pouvoir politique et économique ...avec les people et des pseudo intellos ,tout ce petit monde forme une "élite" méprisante qui sait mieux que la plèbe ignare ce qui est bien et ce qui est mal ,ce qu'il faut voter ,ce qu'il faut penser.mais grâce à internet , le citoyen lamda s'est aperçu qu'il n'est pas seul à voir ce qu'il voit autour de lui :une immigration galopante, une islamisation provocante ,une violence qui explose et qui se rapproche de lui .. la presse française subventionnée reprend systématiquement les dépêches de l'AFP dont la direction nommée par le pouvoir en place est "orientée"..

  • Par joke ka - 26/12/2016 - 20:41 - Signaler un abus propagande et médias

    nos compatriotes à présent rejettent la propagande qui passe en boucle dans les médias conventionnels, la manipulation ,le matraquage,la culpabilisation ,la pensée unique ,la bien pensance,le droit de lhommiste abusif ..etc.. http://www.dreuz.info/2016/12/23/eric-denece-le-focus-sur-alep-est-une-deformation-totale-de-la-realite/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

  • Par joke ka - 27/12/2016 - 15:11 - Signaler un abus mise en scène des médias

    Voila comment on manipule les foules et comment nos journalistes "officiels" relayent les fausses informations et la propagande sans rechercher les sources et faire le tri entre désinformation et faits réels http://www.europe-israel.org/2016/12/video-pallywood-mise-en-scene-devoilees-des-pauvres-palestiniens-massacres-lenvers-du-decor-que-les-medias-francais-ne-montrent-jamais/

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Romain Mielcarek

Romain Mielcarek est journaliste indépendant, spécialiste des questions de défense et de relations internationales. Il mène également une thèse en sociologie sur des problématiques d'influence, de communication et de récit médiatique dans la guerre. Il est chercheur associé à l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE).

Il anime le site Guerres et Influences (http://www.guerres-influences.com). Il est l'auteur de "Marchands d'armes, Enquête sur un business français", publié aux éditions Tallandier.

 
 

Voir la bio en entier

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Guylain Chevrier

Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.

Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.

Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL
 
L’Harmattan, Sous la direction de Guylain Chevrier, Les Ecrits de BUC Ressources SOCIOLOGIE TRAVAIL SOCIAL, juillet 2017, 270 pages.

Voir la bio en entier

Pascal Engel

Pascal Engel est philosophe. Il est spécialisé dans la philosophie de l'esprit, de la connaissance, ainsi que dans celles de la logique et du langage.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€