En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 11 heures 44 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 15 heures 57 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 20 heures 12 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 19 heures 35 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 19 heures 43 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 20 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 20 heures 17 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 5 heures
Trans-Amérique Express

Etats-Unis : falaise fiscale, épisode 2

Publié le 03 avril 2013
Le mot "sequester" est sur toutes les bouches aux Etats-Unis. Il fait référence aux coupes budgétaires automatiques inclues dans la "falaise fiscale". Elles doivent prendre effet début mars sauf si un accord est trouvé pour que le gouvernement américain continue de dépenser sans compter.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mot "sequester" est sur toutes les bouches aux Etats-Unis. Il fait référence aux coupes budgétaires automatiques inclues dans la "falaise fiscale". Elles doivent prendre effet début mars sauf si un accord est trouvé pour que le gouvernement américain continue de dépenser sans compter.

Il fut un temps où les Américains avaient l’habitude d’enrichir leur patrimoine, aujourd’hui ils enrichissent leur… vocabulaire.  Le mot « sequester » vient d’y faire une entrée fracassante.  Du latin « sequestrare », qui a donné « séquestrer » en français, il signifie « garder, retenir, mettre à l’abri ». Inconnu du yankee moyen voici encore six mois, le terme est aujourd’hui à la une des journaux et dans la bouche de tous les politiques et journalistes. Il fait référence au deuxième volet de la « falaise fiscale », celui qui concerne les coupes budgétaires. Le premier ayant été les hausses d’impôts.

A ceci près que si les hausses d’impôts ont bien été approuvées par le Congrès, un nombre suffisant de Républicains se rangeant avec les Démocrates,  il est  peu probable que les coupes budgétaires se matérialisent. En effet le « sequester » est le second épisode d’une saga budgétaire spectaculaire, mais prévisible. Partisans de la responsabilité, voire de la rigueur fiscale, les Républicains ont le mauvais rôle et ils céderont à l’arrivée.   

Rappel des épisodes précédents: incapables de s’entendre sur un plan de réduction de leur déficit budgétaire (révisé à 845 milliards de dollars en 2012, après trois années à plus de mille milliards) les élus du Congrès avaient convenu que s’ils ne parvenaient pas à un accord avant le 31 décembre 2012, une combinaison de hausses d’impôts et de coupes franches, notamment dans le budget de la Défense, interviendraient automatiquement.

La date limite est venue, et a même été dépassée. Mais in-extremis, ces élus et le président Obama sont parvenus à s’entendre pour augmenter certains impôts, (relèvement de 36% à 39,6% du barème pour les revenus supérieurs à 400 000 dollars par an), et pour repousser au 1er mars 2013 la date à laquelle le « sequester », c’est-à-dire les coupes automatiques, prendrait effet. A charge pour eux de trouver d’ici-là un autre accord sur des réductions à la fois moins violentes et mieux ciblées.

Le 1er mars, c’est presque déjà demain, et voilà soudain qu’à droite et à gauche, mais surtout à gauche, on s’inquiète bruyamment de la perspective des coupes à venir.  Pourquoi ?  Parce qu’elles vont  nuire à une économie déjà bien en peine. Car qui dit « coupes budgétaires » dit « jobs en moins». Le « sequester » consiste tout simplement à supprimer des programmes publics et donc les emplois des personnes y étant attachées.

Ce mardi 5 février, le président Obama y est allé de sa complainte : « Il n’y a aucune raison que les emplois de milliers d’Américains travaillant dans les secteurs de la défense, de l’éducation ou des énergies propres soient menacés parce qu’à Washington les gens sont incapables de s’entendre pour éliminer quelques niches fiscales et réformer quelques programmes qui en ont besoin. »

Présentée ainsi, l’affaire est claire.

Sauf que les « quelques niches fiscales » en question doivent, à terme, permettre de combler une dette cumulée de seize « trillions » de dollars, soit seize mille milliards de dollars, l’équivalent du PIB américain, soit toute la richesse nationale produite en un an. Ça fait beaucoup de niches à trouver.  

Sauf que les Américains pourraient aussi se demander au nom de quoi leur gouvernement finance des emplois avec de l’argent qu’il n’a pas ? Et au nom de quoi il a accumulé déficit après déficit, année après année,  depuis trente ans, une dette équivalente à 50 000 dollars par habitant.

Mais pour l’heure la priorité est à l’emploi. La dette viendra après. Comme toujours.

Dans un éditorial cinglant, le New York Times estime ainsi que le « sequester » risque de coûter au pays « un million d’emplois », dans des secteurs allant « des forces armées au FBI » (le choix de mettre en avant ces deux outils de la sécurité extérieure et intérieure américaine n’étant pas fortuit). Sachant qu’en 2012 l’économie américaine a péniblement généré deux millions d’emplois nouveaux, c’est carrément la moitié de l’effort de reprise qui serait ainsi mis à bas. La faute en revenant exclusivement, selon ce journal, « aux républicains en révolte contre le gouvernement » !

Déjà, note le New York Times « les effets des coupes à venir se reflètent dans les mauvais chiffres de l’économie indiquant une contraction au dernier trimestre 2012 ». Contraction due à « la baisse des dépenses du Pentagone et des industries d’armement en anticipation des effets du « sequester » ».

« Notre économie, poursuit le quotidien new-yorkais, est en équilibre instable sur le fil du rasoir, et c’est le pire moment pour imposer des coupes budgétaires… (et) une austérité irréfléchie ».  Et d’accuser les Républicains de précipiter la ruine des Etats-Unis alors que « le Congrès devrait réfléchir à des moyens de soutenir l’économie, pas de combler des déficits à courts termes ».

Sachant qu’il reste un mois de négociations avant les coupes du « sequester », la charge est lourde. Les Républicains, majoritaires à la Chambre des Représentants, vont être pressés de tous bords de trouver une échappatoire pour éviter ces coupes.

Et gageons qu’ils le trouveront !

Le problème du déficit budgétaire aux Etats-Unis n’est pas nouveau. Ce n’est pas d’ailleurs un problème exclusivement américain. C’est un problème commun à la plupart des pays industrialisés. La dette publique moyenne des pays de l’OCDE dépasse 100% du PIB. Elle est de 210% du PIB au Japon, 165% en Grèce, 120% en Italie, 110% en Irlande, 100% en Belgique, 90% en France, etc.  Ces pays ont tous en commun d’allier une croissance économique faible avec un secteur public et une protection sociale très étendus. Aucun gouvernement n’a pris le risque politique de remettre en cause ce système, bien que la réduction des dépenses publiques soit la condition incontournable qui permette de redynamiser   l’économie et de retrouver un niveau de croissance de nature à générer à la fois des emplois et les revenus pour rembourser la dette.

Les Etats-Unis qui ont longtemps mis en avant leur « exceptionnalisme », avec une économie réputée plus libre et plus flexible qu’ailleurs, sont rentrés dans le rang.  Ils ne vont plus en sortir.

L’enjeu majeur de l’élection présidentielle de 2012 était la poursuite ou la réforme de ce système. Mitt Romney partisan de sa réforme a été battu. J’ai détaillé cet enjeu et raconté cette bataille dans mon livre « Mitt Romney pour le renouveau du mythe américain ». Aujourd’hui l’affaire est entendue.

Les Etats-Unis vont maintenir leur niveau de dépenses publiques, même au prix d’un endettement pénalisant et d’une croissance anémique. Le débat autour du « sequester » n’est qu’une pantomime dont le dénouement est connu d’avance. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Salaudepatron
- 06/02/2013 - 15:42
Aussi nul que Flamby.
A la nuance près qu’il sait mieux vendre son package de hausses d’impôts et faire semblant de baisser les dépenses...
Benjamin_Linus
- 06/02/2013 - 15:14
Je réintère mon commentaire d'hier.
Les Américains sont vraiment complètement à la ramasse.
Equilibre
- 06/02/2013 - 14:32
Sacré gaucho-klepto, tous les mêmes
Rappelons que obamo a fait * 2 sur la dette, soit autant à lui tout seul que tous les autres réunis...
Les 16 000 milliards, c'est l'état fédéral.
Avec les fédérés, j'ai plus entendu 26 000 milliards. Si quelqu'un a le vrai total, qu'il n'hésite pas à le communiquer
Le truc qui me fait le plus rire, c'est tous les abrutis européens qui nous saoulent avec obamo, trop stupides pour s'apercevoir que lui et son ami bernanke, vont nous propulser le neuro à des niveaux stratosphériques via la guerre monétaire en cours, nous coulant au passage, tout en se coulant également.
Si aucune réforme/coupe n'est faite, la seule chose qu'ils vont faire, c'est continuer à engraisser le SP500, nasdaq, leurs obligés,... avec l'argent des contribuables, sans créer un quelconque emploi hors secteur public.
Qu'ils continuent donc encore à croire que seule la dévaluation via émission de faux dollars pourra les sauver.
Dans un sens, tant mieux que ce gros machin tout nul ait été réélu. Les ricains vont planter, nous aussi par ricochet, comme çà, fin du jeu des fausses équivalences et retour sur terre plus vite que prévu.
Ça fera mal mais c'est inéluctable.