En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 1 heure 33 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 2 heures 31 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 5 heures 37 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 7 heures 50 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 9 heures 30 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 10 heures 48 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 11 heures 28 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 2 heures 2 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 2 heures 56 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 3 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 5 heures 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 7 heures 29 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 11 heures 43 min
Trans-Amérique Express

Etats-Unis : falaise fiscale, épisode 2

Publié le 03 avril 2013
Le mot "sequester" est sur toutes les bouches aux Etats-Unis. Il fait référence aux coupes budgétaires automatiques inclues dans la "falaise fiscale". Elles doivent prendre effet début mars sauf si un accord est trouvé pour que le gouvernement américain continue de dépenser sans compter.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mot "sequester" est sur toutes les bouches aux Etats-Unis. Il fait référence aux coupes budgétaires automatiques inclues dans la "falaise fiscale". Elles doivent prendre effet début mars sauf si un accord est trouvé pour que le gouvernement américain continue de dépenser sans compter.

Il fut un temps où les Américains avaient l’habitude d’enrichir leur patrimoine, aujourd’hui ils enrichissent leur… vocabulaire.  Le mot « sequester » vient d’y faire une entrée fracassante.  Du latin « sequestrare », qui a donné « séquestrer » en français, il signifie « garder, retenir, mettre à l’abri ». Inconnu du yankee moyen voici encore six mois, le terme est aujourd’hui à la une des journaux et dans la bouche de tous les politiques et journalistes. Il fait référence au deuxième volet de la « falaise fiscale », celui qui concerne les coupes budgétaires. Le premier ayant été les hausses d’impôts.

A ceci près que si les hausses d’impôts ont bien été approuvées par le Congrès, un nombre suffisant de Républicains se rangeant avec les Démocrates,  il est  peu probable que les coupes budgétaires se matérialisent. En effet le « sequester » est le second épisode d’une saga budgétaire spectaculaire, mais prévisible. Partisans de la responsabilité, voire de la rigueur fiscale, les Républicains ont le mauvais rôle et ils céderont à l’arrivée.   

Rappel des épisodes précédents: incapables de s’entendre sur un plan de réduction de leur déficit budgétaire (révisé à 845 milliards de dollars en 2012, après trois années à plus de mille milliards) les élus du Congrès avaient convenu que s’ils ne parvenaient pas à un accord avant le 31 décembre 2012, une combinaison de hausses d’impôts et de coupes franches, notamment dans le budget de la Défense, interviendraient automatiquement.

La date limite est venue, et a même été dépassée. Mais in-extremis, ces élus et le président Obama sont parvenus à s’entendre pour augmenter certains impôts, (relèvement de 36% à 39,6% du barème pour les revenus supérieurs à 400 000 dollars par an), et pour repousser au 1er mars 2013 la date à laquelle le « sequester », c’est-à-dire les coupes automatiques, prendrait effet. A charge pour eux de trouver d’ici-là un autre accord sur des réductions à la fois moins violentes et mieux ciblées.

Le 1er mars, c’est presque déjà demain, et voilà soudain qu’à droite et à gauche, mais surtout à gauche, on s’inquiète bruyamment de la perspective des coupes à venir.  Pourquoi ?  Parce qu’elles vont  nuire à une économie déjà bien en peine. Car qui dit « coupes budgétaires » dit « jobs en moins». Le « sequester » consiste tout simplement à supprimer des programmes publics et donc les emplois des personnes y étant attachées.

Ce mardi 5 février, le président Obama y est allé de sa complainte : « Il n’y a aucune raison que les emplois de milliers d’Américains travaillant dans les secteurs de la défense, de l’éducation ou des énergies propres soient menacés parce qu’à Washington les gens sont incapables de s’entendre pour éliminer quelques niches fiscales et réformer quelques programmes qui en ont besoin. »

Présentée ainsi, l’affaire est claire.

Sauf que les « quelques niches fiscales » en question doivent, à terme, permettre de combler une dette cumulée de seize « trillions » de dollars, soit seize mille milliards de dollars, l’équivalent du PIB américain, soit toute la richesse nationale produite en un an. Ça fait beaucoup de niches à trouver.  

Sauf que les Américains pourraient aussi se demander au nom de quoi leur gouvernement finance des emplois avec de l’argent qu’il n’a pas ? Et au nom de quoi il a accumulé déficit après déficit, année après année,  depuis trente ans, une dette équivalente à 50 000 dollars par habitant.

Mais pour l’heure la priorité est à l’emploi. La dette viendra après. Comme toujours.

Dans un éditorial cinglant, le New York Times estime ainsi que le « sequester » risque de coûter au pays « un million d’emplois », dans des secteurs allant « des forces armées au FBI » (le choix de mettre en avant ces deux outils de la sécurité extérieure et intérieure américaine n’étant pas fortuit). Sachant qu’en 2012 l’économie américaine a péniblement généré deux millions d’emplois nouveaux, c’est carrément la moitié de l’effort de reprise qui serait ainsi mis à bas. La faute en revenant exclusivement, selon ce journal, « aux républicains en révolte contre le gouvernement » !

Déjà, note le New York Times « les effets des coupes à venir se reflètent dans les mauvais chiffres de l’économie indiquant une contraction au dernier trimestre 2012 ». Contraction due à « la baisse des dépenses du Pentagone et des industries d’armement en anticipation des effets du « sequester » ».

« Notre économie, poursuit le quotidien new-yorkais, est en équilibre instable sur le fil du rasoir, et c’est le pire moment pour imposer des coupes budgétaires… (et) une austérité irréfléchie ».  Et d’accuser les Républicains de précipiter la ruine des Etats-Unis alors que « le Congrès devrait réfléchir à des moyens de soutenir l’économie, pas de combler des déficits à courts termes ».

Sachant qu’il reste un mois de négociations avant les coupes du « sequester », la charge est lourde. Les Républicains, majoritaires à la Chambre des Représentants, vont être pressés de tous bords de trouver une échappatoire pour éviter ces coupes.

Et gageons qu’ils le trouveront !

Le problème du déficit budgétaire aux Etats-Unis n’est pas nouveau. Ce n’est pas d’ailleurs un problème exclusivement américain. C’est un problème commun à la plupart des pays industrialisés. La dette publique moyenne des pays de l’OCDE dépasse 100% du PIB. Elle est de 210% du PIB au Japon, 165% en Grèce, 120% en Italie, 110% en Irlande, 100% en Belgique, 90% en France, etc.  Ces pays ont tous en commun d’allier une croissance économique faible avec un secteur public et une protection sociale très étendus. Aucun gouvernement n’a pris le risque politique de remettre en cause ce système, bien que la réduction des dépenses publiques soit la condition incontournable qui permette de redynamiser   l’économie et de retrouver un niveau de croissance de nature à générer à la fois des emplois et les revenus pour rembourser la dette.

Les Etats-Unis qui ont longtemps mis en avant leur « exceptionnalisme », avec une économie réputée plus libre et plus flexible qu’ailleurs, sont rentrés dans le rang.  Ils ne vont plus en sortir.

L’enjeu majeur de l’élection présidentielle de 2012 était la poursuite ou la réforme de ce système. Mitt Romney partisan de sa réforme a été battu. J’ai détaillé cet enjeu et raconté cette bataille dans mon livre « Mitt Romney pour le renouveau du mythe américain ». Aujourd’hui l’affaire est entendue.

Les Etats-Unis vont maintenir leur niveau de dépenses publiques, même au prix d’un endettement pénalisant et d’une croissance anémique. Le débat autour du « sequester » n’est qu’une pantomime dont le dénouement est connu d’avance. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Salaudepatron
- 06/02/2013 - 15:42
Aussi nul que Flamby.
A la nuance près qu’il sait mieux vendre son package de hausses d’impôts et faire semblant de baisser les dépenses...
Benjamin_Linus
- 06/02/2013 - 15:14
Je réintère mon commentaire d'hier.
Les Américains sont vraiment complètement à la ramasse.
Equilibre
- 06/02/2013 - 14:32
Sacré gaucho-klepto, tous les mêmes
Rappelons que obamo a fait * 2 sur la dette, soit autant à lui tout seul que tous les autres réunis...
Les 16 000 milliards, c'est l'état fédéral.
Avec les fédérés, j'ai plus entendu 26 000 milliards. Si quelqu'un a le vrai total, qu'il n'hésite pas à le communiquer
Le truc qui me fait le plus rire, c'est tous les abrutis européens qui nous saoulent avec obamo, trop stupides pour s'apercevoir que lui et son ami bernanke, vont nous propulser le neuro à des niveaux stratosphériques via la guerre monétaire en cours, nous coulant au passage, tout en se coulant également.
Si aucune réforme/coupe n'est faite, la seule chose qu'ils vont faire, c'est continuer à engraisser le SP500, nasdaq, leurs obligés,... avec l'argent des contribuables, sans créer un quelconque emploi hors secteur public.
Qu'ils continuent donc encore à croire que seule la dévaluation via émission de faux dollars pourra les sauver.
Dans un sens, tant mieux que ce gros machin tout nul ait été réélu. Les ricains vont planter, nous aussi par ricochet, comme çà, fin du jeu des fausses équivalences et retour sur terre plus vite que prévu.
Ça fera mal mais c'est inéluctable.