En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Revue d'analyses (financières)

La hausse des impôts c'est maintenant, la diminution des dépenses on verra plus tard...

Publié le 10 juillet 2012
Dans l’œil des marchés : Jean-Jacques Netter, vice-président de l'Institut des Libertés, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Netter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l’œil des marchés : Jean-Jacques Netter, vice-président de l'Institut des Libertés, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.

La semaine avait plutôt bien commencé, avec le sommet européen qui avait montré que les apparentes concessions d’Angela Merkel, la Chancelière allemande, ne remettaient pas en cause sa vision d’une Europe plus intégrée.

Puis avait suivi, mardi,  le rapport d’audit sur la France présenté par Didier Migaud président de la Cour des comptes : « les déficits sont anciens. Ils concernent donc les gouvernements de droite comme les gouvernements de gauche. Notre pays a manqué gravement de constance dans l’effort, relâchant celui-ci dès que la conjoncture s’améliorait. » « Il faut trouver 33Md€ pour passer de 4,4% de déficit à 3% en 2013. » On en retenait que la politique de diminution des dépenses publiques était inévitable et nécessitait un tour de vis sur les effectifs et les salaires des fonctionnaires.

Première déconvenue, on constatait très vite, que le discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre à l’Assemblée Nationale,  permettait  malheureusement de s’apercevoir très vite que la hausse de la fiscalité serait beaucoup plus la pierre angulaire du quinquennat de François Hollande que la baisse des dépenses publiques.

Comme le Conseil économique, social et environnemental hébergeait, jeudi, la Soirée des Think Tanks , nous nous y sommes rendus pour représenter l’Institut des Libertés. Deuxième déconvenue, le dernier numéro de la  Revue Acteurs Publics était distribué dès l’entrée avec en couverture Marylise Lebranchu ministre  de la réforme de l’État, de la décentralisation et de la Fonction publique,  qui disait « Durant cinq ans les fonctionnaires ont été méprisés ». En écoutant les intervenants  des différentes tables rondes (hauts fonctionnaires, élus, syndicalistes…), on pouvait se demander s’ils avaient pris connaissance des propos de Didier Migaud qui recommandait que toutes les dépenses d’intervention, de transfert et d’investissement qui n’avaient pas fait la preuve de leur efficacité soient réduites ou supprimées. En parlant aux représentants des sociétés IBM, Oracle et Logica, on comprenait très vite que eux avaient très bien écouté Didier Migaud, Ils proposaient leurs outils de modernisation de l’état :développement d’open data, lutte contre la fraude, etc. Partout en Europe l’administration se transforme, mais pas en France constataient ils. Il n’y avait pas affluence sur leurs stands.

Heureusement,  le Think Tank Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (iFRAP), présidée par Olivier Mitterrand avait apporté son excellente brochure Cent jours pour réformer la France. C’était le plan rédigé en mars 2012, pour assurer le retour de la croissance et de l’équilibre budgétaire en créant environ 1,7M d’emplois en cinq ans. Son programmes comprenait notamment : la flexibilité du temps de travail, l’autorisation du licenciement économique, la simplification et l’assouplissement du code du travail, l’ouverture 24h/24 et 7j/7 des magasins et des services, la baisse des cotisations patronales, la suppression du smic universel pour confier la négociation des bas salaires aux seuls partenaires sociaux…et enfin un plan « start up » en France pour dynamiser l’investissement productif. La encore il n’ y avait pas affluence.

Il y avait par contre beaucoup de monde le week-end dernier aux Rencontres Economiques d’Aix en Provence organisées par Jean Hervé Lorenzi, Président du Cercle des Economistes. On peut lire le compte rendu des débats en cliquant ici. Pierre Moscovici, ministre de l’Economie a redit que le retour à l’équilibre budgétaire était prévu pour 2017 sans hausse de la TVA et sans augmentation de la CSG. Dès l’automne a t il ajouté, il faudra agir pour les PME sans donner aucune précision sur les mesures envisagées….

Edouard Carmignac, le patron de la société de gestion Carmignac a écrit à François Hollande pour lui dire dans son style direct qu’il était très inquiet sur les conséquences des mesures fiscales qui ont été annoncées. Eric Le Boucher des Échos résume très bien la situation en disant »quand un gouvernement manque d’axe clair, les événements décident pour lui… »

Marchés actions : inquiétudes sur l’économie américaine

En Europe, Sean Darby, le stratégiste du broker américain Jefferies vient de changer d’avis sur l’Europe en redevenant positif car il estime que le cercle vicieux entre les banques et les états a été arrêté. En revanche Cyril Castelli, président de R Cube, société de recherche, dans sa dernière note mensuelle, reste pessimiste sur les chances de sortie de la crise européenne par le haut. Par contre il attend une bonne surprise de l’économie américaine au cours de l’été.

Sur le marché américain, Jim Reid de Deutsche Bank, après avoir pris connaissance de l’indice PMI pour le mois de juin, baissant à 49,7 contre 53,5 le mois précédent en a conclu que la reprise américaine était pratiquement terminée. Les mauvais chiffres de l’emploi américain publiés vendredi dernier vont dans ce sens.

Secteurs : l’assurance européenne redevient attractive

La technologie ne fait plus l’unanimité car certains  analystes comme Oliver Pursche de Gary Goldberg Financial Services a réduit son allocation en valeurs de technologie. Il reste néanmoins confiant sur Apple, Microsoft et IBM. Les chances pour que ce secteur tire à la hausse le marché américain au second semestre sont en train de s’amenuiser. 

Le secteur de l’assurance vient d’être recommandé à l’achat par Graham Secker de Morgan Stanley. Il pense que les valorisations deviennent bon marché par rapport à leur moyenne historique. Dans la consommation il a recommandé à ses clients de vendre Danone et Nestlé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vulcan78
- 17/07/2012 - 10:56
Les commentaires de droite
me font doucement sourire. Tous ces gens qui râlent et protestent en "oubliant" le sinistre bilan du Sarkozysme naufrageur de la nation!...
Oui, les plus riches, les plus privilégiés, et les plus aisés d'entre nous vont devoir payer. Et alors... ?!?..
Evidemment, ces mêmes, qui s'en sont mis plein les poches sous la droite affairiste mafieuse, se voient mal aujourd'hui devoir contribuer personnellement et financièrement à l'incontournable effort de redressement et de solidarité nationale.
Enfin, quand on les entend prétendre que seuls les riches créent des emplois, on ne peut que leur objecter la réalité statistique de leur mensonge: Non, les riches ne créent pas d'emplois en France. Pire! Ils en détruisent... Par contre, oui, ils ne paient pas leurs impôts..., et, oui, ils ouvrent volontiers des comptes dans les paradis fiscaux à des fins "d'optimisation fiscale"...
bobocleaner
- 11/07/2012 - 14:10
il y a toujours un dégré zéro de la pensée "solidariste"
dire "si vous vous plaignez de payer des impots echangez votre place avec un smicard" bon supposons que n'importe qui peut remplacer un médecin vous avez résolu le probléme des déserts médicaux
Comme etre patron de PMe est facile et rapporte beaucoup vous avez résolu le chomage
Et un autre truc si un type du privé de fait virer et que au bout de 2 ans ses revenus sont divisés par 4 ou 5 il peut aller faire la quete chez le fonctionaire qui galnde a 50 ans balais dans le public avec la sécurité de l'emploi à vie ?

puisque vous faites dans le simplisme .

tellement facile d'appeller l'impot "juste" ou "solidaire"

l'impot juste c est toujours celui payé par l'autre en France.
PASCONTENT
- 11/07/2012 - 13:52
L'imagination
n'est pas le propre des politiques français et encore moins des socialistes ringards et doctrinaux ,impropres à la moindre initiative intelligente . L’impôt c'est le moyen des nullards politiques incapables de trouver autre chose .