À Propos

Drieu Godefridi est docteur en philosophie (Sorbonne), juriste, et dirigeant d'entreprise. Il est notamment l'auteur de Le GIEC est mort, vive la science ! (Texquis, 2010), La réalité augmentée (Texquis, 2011) et De la violence de genre à la négation du droit (Texquis, 2013).

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ses Contributions
écologie

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

Il y a une forme de culte, à ceci près que généralement lorsqu'il y a un culte de la personnalité, c'est d'une personnalité qui exerce le pouvoir : Greta n'a aucun pouvoir réel.
23/07/2019 - 08h10
6318
Open Border

Pacte de Marrakech et Accord de Paris ne sont que deux visages d'une même tyrannie

L'Accord de Paris sur le "climat" et le Pacte de Marrakech sur les migrations sont deux figures d'une seule et même réalité : la confiscation de la démocratie par des minorités idéologiques structurées, usant du moyen de la norme internationale.
11/12/2018 - 09h21
438
Mission : Impossible ?

Plus values sur licenciement : comment rendre le capitalisme efficace ET humain (et si, c'est possible)

La ministre du travail Muriel Pénicaud a réalisé une plus-value de 1,13 millions d’euros grâce à la vente, en 2013, de ses stock-options lors de l'annonce de suppressions de postes au sein de Danone, où elle travaillait. La polémique enfle.
29/07/2017 - 12h02
023
Matérialisme, la facture

Capitalisme ou socialisme, n'est pas le plus hédoniste celui qu'on croit

On entend et lit beaucoup, dans la littérature académique française, que l'hédonisme de nos sociétés serait imputable au capitalisme, à son exaltation de la consommation et du confort matériel. Les thèses d'un Jean-Claude Michéa, bréviaire de la droite française contemporaine, depuis le centre jusqu'à Marine et Marion Le Pen, n'y sont pas étrangères.
23/05/2017 - 08h47
03
Aux abois

Cette France à qui on ne cesse de diagnostiquer une crise aigüe d’ultra-libéralisme alors qu’elle se meurt d’un abus chronique de socialisme

Ce dont la France souffre d'abord, c'est de l'aveuglement de ses élites intellectuelles. Et si le pays ne veut pas "crever" du socialisme, il serait temps de retrouver le chemin de quelques vérités élémentaires.
06/05/2017 - 10h34
08
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours