À Propos

Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Denis Ferrand est Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est également directeur de la Conjoncture et des Perspectives.

Après avoir été enseignant chercheur à l’Université de Grenoble et avoir conduit des études de terrain en Thaïlande et Corée du sud dans le cadre de sa thèse de doctorat, Denis FERRAND rejoint Rexecode en 2000 en tant qu’économiste. Il y assure notamment l’analyse de la conjoncture économique de la France et conduit les travaux sur la compétitivité du système productif réalisé par l’institut Coe-Rexecode.

Il est chargé du cours d’analyse de la conjoncture à l’Institut Gestion de Patrimoine de l’Université Paris-Dauphine. Il intervient également au titre d’expert en macroéconomie auprès de l’APM (Association Progrès du Management) et a participé au programme des Visiteurs Internationaux du Département d’Etat américain.

 

 

 

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ses Contributions
Tigre de papier

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

Si la Chine et la Russie notamment ont beaucoup vendu leurs titres du Trésor US cette année, ces ventes sont compensées par les achats nets par le Royaume-Uni, la France, la Norvège et la Belgique.
18/07/2019 - 09h09
181
Faire un choix

Réforme des retraites : pourquoi il serait injuste d’augmenter les taux de cotisation des actifs d’aujourd’hui

D'après les statistiques de la Cnav (Caisse nationale d'assurance vieillesse), le taux de cotisation à l'assurance vieillesse a doublé entre le début des années 1970 (8,75 %) et aujourd'hui (17,75 % pour un salarié rémunéré au-delà du plafond de la Sécurité Sociale). Ce qui rebat les cartes dans le contexte actuel de réflexion sur la refonte de nos retraites.
05/07/2019 - 08h08
361
Problème en vue ?

Valse de valorisations sur le capital-risque : y a-t-il une bulle sur la Tech française ?

La levée de 205 millions d'euros pour Meero s'ajoute à la croissance effrénée du secteur de la tech française. Les start-up françaises ont levé 1,43 milliard d'euros lors des quatre premiers mois de l'année, ce qui représente une croissance de 72% par rapport à l'année dernière. De quoi pousser à s'inquiéter sur la potentielle explosion d'une « bulle » de la tech française.
24/06/2019 - 07h08
140
La vérité est ailleurs

Ces chiffres qui éclairent de manière surprenante les difficultés de recrutement des entreprises

es difficultés de recrutement concernent 46 % des entreprises industrielles. Au plus haut depuis 2000, bien que le contexte de l'emploi soit très différent. En 2000, 82 000 créations nettes d'emplois industriels étaient intervenues. Celles-ci n'étaient que de 9 500 en 2018.
25/04/2019 - 07h29
42
Présidentielle

Pourquoi l'entreprise est vraiment l’incomprise des programmes économiques 2017

Les programmes des présidentielles parlent peu de l’entreprise en tant que lieu fondamental de prise de risque et de socialisation, de création de richesses et d’emploi.
28/03/2017 - 07h55
00
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours