En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 8 heures 47 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 9 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 11 heures 32 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 11 heures 55 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 14 heures 11 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 14 heures 47 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 8 heures 8 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 9 heures 30 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 10 heures 58 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 11 heures 36 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 12 heures 11 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 14 heures 56 min
Dette américaine

Les États-Unis sur le point de faire faillite ?

Publié le 16 mai 2011
Les États-Unis ont atteint le plafond limite de leur dette publique. Le Congrès doit voter les coupes budgétaires à effecteur pour essayer de faire des économies. Mais le président Obama se heurte à la majorité républicaine et l'abysse du déficit budgétaire américain ne cesse de se creuser. Si le système financier américain chute, c'est le monde entier qui se dirigera vers une crise beaucoup plus grave que celle de 2008.
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les États-Unis ont atteint le plafond limite de leur dette publique. Le Congrès doit voter les coupes budgétaires à effecteur pour essayer de faire des économies. Mais le président Obama se heurte à la majorité républicaine et l'abysse du déficit budgétaire américain ne cesse de se creuser. Si le système financier américain chute, c'est le monde entier qui se dirigera vers une crise beaucoup plus grave que celle de 2008.

Depuis ce lundi 16 mai, les États-Unis ne peuvent plus émettre d’obligations pour financer leur déficit budgétaire. Ils ont atteint la limite maximale de la dette publique (14 294 milliards de dollars) qui est fixée par le Congrès or celui-ci, à majorité républicaine, s’oppose aux représentants démocrates et au président Obama sur l’ampleur des coupes budgétaires à opérer, il empêche donc, pour le moment, le relèvement de ce plafond.

En raclant les fonds de tiroirs, le secrétaire au Trésor (équivalent de notre ministre des Finances) Timothy Geithner pense pouvoir tenir jusqu’au 2 août. Après c’est le défaut de paiement, les États-Unis qui n’honorent plus les échéances de leur dette (paiement des intérêts et remboursement des emprunts arrivant à échéance), et cela aurait des conséquences cataclysmiques car ces obligations se trouvent dans les bilans d’une grande partie des institutions financières du monde, les faillites seraient nombreuses et la crise bien plus grave que celle de 2008 !

Bien sûr, on peut raisonnablement penser qu’il ne s’agit là que d’un bras de fer politique et que le spectre d’une nouvelle crise forcera à un compromis. Néanmoins ce compte à rebours se déroule dans un contexte très tendu : de nombreux États et collectivités locales sont au bord du dépôt de bilan, le marché immobilier ne redémarre pas, la reprise s’avère anémique et peu créatrice d’emplois…

Et surtout, la Fed, la banque centrale, n’a pas encore confirmé si son programme de « Quantitative easing » serait poursuivi après le mois de juin. Car les obligations US, personne n’en veut ! Ni les institutions financières américaines qui n’en achètent presque plus, ni le Japon qui doit faire face à sa reconstruction après le terrible tsunami, ni la Chine qui doute de leur valeur et se tourne vers d’autres devises ou l’or. Résultat la Fed fait tourner la planche à billets pour acquérir ces titres, créant ainsi de la monnaie sans contrepartie réelle, ce qui se traduit par de l’inflation (hausse du prix des matières premières), des bulles (marché actions), en somme une fragilisation générale de l’économie.

Si la Fed ne prolonge pas son Quantitative easing, le Trésor devra nettement augmenter les taux d’intérêts de ses emprunts pour attirer le chaland, ce qui rendra la charge de la dette insupportable, et si elle le prolonge, l’inflation risque de devenir hors de contrôle et de faire s’effondrer le dollar. Dilemme.

Le psychodrame du Congrès, telle une danse au bord du précipice, illustre surtout le désarroi de la classe politique américaine devant l’ampleur inédite du déficit budgétaire (1.480 milliards pour 2011), une Fed qui subventionne l’ensemble du système financier, une économie poussive, et la vaine recherche d’une porte de sortie. Le relèvement du plafond de la dette interviendra assurément, mais il ne résoudra rien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires