En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
 Arnaud Montebourg et Cécile Duflot ont relancé la polémique autour du gaz de schiste.
Les bonnes vieilles méthodes
Gaz de schiste : la parabole de la réussite de l'exploitation du gaz de Lacq dans les années 1960
Publié le 31 janvier 2014
La polémique autour du gaz de schiste en France connaît un souffle nouveau : Arnaud Montebourg aimerait que des techniques d'exploitation plus respectueuses soient explorées, alors que Cécile Duflot oppose un "non" catégorique.
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La polémique autour du gaz de schiste en France connaît un souffle nouveau : Arnaud Montebourg aimerait que des techniques d'exploitation plus respectueuses soient explorées, alors que Cécile Duflot oppose un "non" catégorique.

Atlantico : Arnaud Montebourg et Cécile Duflot ont relancé la polémique autour du gaz de schiste (voir ici), l'un soutenant que des techniques d'exploitation "propres" devaient être explorées, l'autre s'y opposant. Cette opposition fait écho à la prise de position de Michel Rocard, selon lequel une telle exploitation ne poserait pas de problème au niveau environnemental au vu de l'expérience su "gaz de Lacq" (voir ici). Quel était le gaz en question, et quelle était la part de  vérité dans l'affirmation de l'ancien Premier ministre (et la part d'erreur) ?

Florent Detroy : Le gaz de Lacq reste d’abord dans les mémoires parce qu’il a assuré entre 40 et 50% de la consommation française dans les années 1950 et 1960. Mais les ingénieurs gardent à l’esprit  l’exploit technique que son exploitation a représenté. Le gisement était d’abord très profond, à 3000 mètres de profondeur, sous haute pression et sous haute température. Surtout, le gaz de Lacq était très toxique, chargé en hydrogène sulfuré qui attaquait l’acier des tuyaux. Cette dernière caractéristique a contraint la Société nationale des pétroles d’Aquitaine (SNPA), qui voulait exploiter le gisement, à demander à un sidérurgiste de créer un acier résistant. Le seul point commun avec les méthodes d’exploitation de gaz de schiste, c’est l’utilisation à l’époque d’un forage horizontal. C’est ce type de forage qui permet aujourd’hui d’exploiter les gaz de schiste. Par contre il est peu probable que l’autre technique phare des gaz de schiste, la fracturation hydraulique, ait été utilisée. A l’époque, les américains en sont encore à rechercher des technologies pour exploiter ces gaz de schiste. Et si la recherche va s’accélérer dans les années 1970 avec le choc pétrolier, la fracturation hydraulique ne va véritablement être au point qu’au milieu des années 2000.

Les avancées techniques effectuées grâce à cette exploitation du gaz de Lacq ont-elles permis à la France de s'assurer une avancée technologique, comme le dit Monsieur Rocard ? De même, les sociétés pétrolières françaises risquent-elles de se fermer des portes si elles font l'impasse sur le gaz de schiste ?

Outre la mise au point d’un métal résistant au gaz de Lacq, la SNPA a innové en créant une usine de désulfuration du gaz. Cette technique n’a pas engendré de bouleversement sur le marché du gaz à l’image aujourd’hui de ce qu’a provoqué la fracturation hydraulique, mais elle a témoigné des compétences techniques du groupe français. Aujourd’hui, la donne est différente. Total est un groupe privé, qui n’a pas besoin de l’aval de l’Etat pour conduire des recherches sur de nouvelles technologies de fracturation. La SNPA elle était publique. D’ailleurs, Total est bien positionné dans le monde pour exploiter les gaz de schiste, aux Etats-Unis et tout récemment en Angleterre notamment. Le gaz de schiste est un problème pour la France, mais pas pour les groupes français.

Des technologies respectueuses de l'environnement peuvent-elles être développées, comme le dit le ministre du redressement productif ? L'exploitation de gaz de schiste par Total en au Royaume-Uni permettra-t-elle à la société d'innover en la matière ?

Plusieurs technologies sont effectivement en train d’être étudiée, comme la stimulation au propane pur ou la fracturation électrique. La fracturation par explosion et la fracturation par approche thermique en sont encore au stade expérimental. Le problème est que le gaz reste de toute façon emprisonné dans la roche, et qu’il faut créer un choc pour le libérer. Pour l’instant la recherche de Total a plus tendance à privilégier la réduction de la consommation d’eau ou de produits chimiques dans l’exploitation, plutôt qu’une technique alternative à la fracturation. Le Royaume-Unis peut être un bon test puisque le pays a suivi de très près les séismes provoqués par l’utilisation de la fracturation. Aussi, on constate que des pays comme l’Allemagne, s’ils ne sont pas opposés aux gaz de schiste, s’inquiète de la consommation en eau lors de l’exploitation. Des innovations technologiques plus vertes pourraient être bien accueillies en Allemagne, et peut être un jour en France.

Quelle est la quantité de gaz de schiste exploitable recelée par la France ? Selon les estimations, le pays pourrait-il accéder à l'indépendance énergétique ?

L’agence de l’énergie américain (EIA) a estimé l’année dernière que la France possédait des réserves potentielles de 3 900 milliards de m3 (contre 5 100 milliards estimées en 2011). Ces estimations laissent sceptiques beaucoup d’acteurs de l’énergie. La plupart répondent qu’on ne peut pas savoir tant qu’on a pas foré.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
La droite après Les Républicains
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Laulau
- 05/02/2014 - 14:54
Gaz de billet verts
Je ne suis pas écolo et je ne vous parlerais pas de pollution mais d'économie. Dans un monde ou la concurrence est la loi, comment se fait-il que l'on puisse vendre du gaz de schiste alors que son prix de revient est nettement plus élevé que celui extrait par les méthodes traditionnelles ?
Au USA on fore des puits quasiment en continu, et ces puits s'épuisent très vite. Comment est-ce possible financièrement ?
Le crédit facile et la création monétaire illimitée aux USA n'est-elle pas entrain de gonfler une gigantesque bulle gazière ?
Jean-Pierre
- 01/02/2014 - 08:06
Duflop, c'est la fracturation politique !
.
Fracturation politique : utilisation déraisonnable de compromis inutiles et douteux entre socialauds et écologues, suivie d'une pollution idéologique délétère... qui divise indubitablement les français !
.
Pourquoi Hollande tolère-t-il ce bordel ambiant avec des interventions de Duflop hors du champ de son ministère ?
Duflop doit rester à sa place et loger les français;
10 millions de mal-logés en France, cela devrait l'occuper à plein temps....
.
.
fentreti
- 01/02/2014 - 00:59
N'insistez pas
Hollande a dit non . Et il a bien raison .