En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

04.

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Coronavirus
Des étudiantes françaises bloquées par la quarantaine à l'entrée de la ville chinoise de Wuhan
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 16 heures 44 min
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le cœur dans le rétroviseur

il y a 17 heures 23 min
décryptage > International
Primaire démocrate

Pourquoi la stratégie de Michael Bloomberg pourrait vraiment payer (et lui coûter très cher)

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 18 heures 19 min
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 16 heures 40 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Santé
Crise de la santé

« Il est urgent de sortir l’hôpital de l’impasse comptable dans laquelle on l’a enfermé depuis les ordonnances Juppé de 1995 »

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Environnement
Atlantico Green

Pourquoi la reforestation de la planète lui fait parfois plus de mal que de bien

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Politique
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 18 heures 40 min
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 1 jour 9 heures
Peuchère !

Regarder "Plus belle la vie" peut-il donner l'accent marseillais ?

Publié le 12 septembre 2013
Notre capacité à "prendre l'accent" dépend de la perception que l'on a de ce dernier, et des stéréotypes qui l'entourent.
Thierry Bulot est sociolinguiste, et travaille essentiellement sur la diversité des langues urbaines, sur les faits de discriminations sociolinguistiques et à la professionnalisation de la recherche dans ce domaine  ; il a mené plusieurs recherches...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Bulot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Bulot est sociolinguiste, et travaille essentiellement sur la diversité des langues urbaines, sur les faits de discriminations sociolinguistiques et à la professionnalisation de la recherche dans ce domaine  ; il a mené plusieurs recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Notre capacité à "prendre l'accent" dépend de la perception que l'on a de ce dernier, et des stéréotypes qui l'entourent.

Atlantico : Une étude publiée dans le Science Journal Language (voir ici) montre que les personnes qui regardent des films ou des séries dans lesquels les personnages parlent avec un accent régional ont tendance à reproduire cet accent. Dans quelle mesure les programmes regardés et le langage utilisé dans ces derniers ont-ils un impact sur notre façon de parler ?

Thierry Bulot : La façon de parler en général relève de la socialisation langagière d’une part (on apprend le langage par les liens sociaux tissés avec l’ensemble des personnes qui évoluent autour de nous), et d’autre part de l’individuation sociolinguistique (on parle comme le groupe auquel on souhaite appartenir, quel qu’il soit. Qu’il soit valorisant ou non, on parle ainsi).

La télévision relève de la sphère de socialisation langagière. Même s’il s’agit de fictions, de reality shows ou de documentaires, si ce que l'on regarde semble valorisant d’une manière ou d’une autre, on va essayer, sans forcément que ce soit conscient, de se mettre à parler conformément à ce que l’on considère comme une norme de référence. En France, beaucoup de personnes maîtrisant l’anglais ont tendance à s’exprimer avec un accent américain, car c’est une façon de parler que l’on entend dans les films et les séries, aux dépens de l’accent britannique, pourtant géographiquement bien plus proche de nous.

Le fait de regarder Plus belle la vie peut-il nous inciter à prendre inconsciemment l’accent marseillais ?

Tout dépend de l’idéologie linguistique du pays. Beaucoup de gens ont entendu parler Fernandel avec un accent et pourtant on ne s’est pas mis à parler comme lui, car le phénomène est fonction de la valeur qu’on attribue à cette manière de parler. Si l’accent marseillais devenait, en dehors de Marseille, synonyme de modernité, l’ensemble des Français se mettrait à l’adopter. Il en va de même pour les tics de langage dits « jeunes ». « Yo », par exemple, qui était extrêmement subversif à une époque, ne l’est plus du tout maintenant.

Aujourd’hui en France, quel est l’accent de référence ? Est-ce "le parisien", et pourquoi ?

Cela tient à deux éléments. D’abord les pratiques de ces accents en tant que tel, selon les régions, et ensuite les discours que l’on tient sur ce que sont les accents, autrement dit les stéréotypes. En termes de discours, l’accent de référence est ce que l’on dit être « le parisien », ou l’accent de Tours. Dans la réalité des pratiques, chaque groupe social construit sa représentation de la norme, et donc de l’accent qui est valorisant. Dans un groupe social donné, un accent en particulier sera considéré comme socialement dévalorisant car lié aux travaux les plus pénibles ou au niveau de formation le plus bas, tandis que dans un autre ce même accent sera considéré comme celui du médecin, du cadre supérieur et de l’habitat favorisé. Ce discours est assez peu connu, cependant les enquêtes le montrent.

Selon quels mécanismes cette modification de la prononciation et du langage (adoption de tics) survient-elle ?

Dès lors que l’on est en contact avec d’autres façon de parler - qu’elles soient perçues comme internationales, nationales ou régionales - une accommodation se produit. Tendanciellement, on se met à parler comme l’autre, sur une amplitude variable. Par une sorte d’immersion consentie, on se met à parler comme les autres, mais dans la limite des sons que l’on arrive à produire et que l’on perçoit comme produisants.

En interne, il nous arrive de prononcer des sons qui, en réalité, s’avèrent différents de ce que l’on pensait produire. Cela est dû aux phénomènes d’assimilation : on prononce un son en fonction de celui qui est produit avant ou après, sans s’en rendre compte. C’est ainsi que petit à petit les sons se modifient. Dans le nord, un « sac » se prononcera « sag », par exemple.

Toutes les personnes y sont-elles sensibles de la même manière ?

Cela dépend, par exemple, de ce qui fait la réussite sociale. Une personne qui a suivi une mobilité sociale ascendante en ayant appris un français considéré comme standard sera beaucoup plus réticente à changer son accent, car pour elle il s’agirait d’un déni d’identité. Plus le sentiment identitaire est fort, moins on aura envie de parler comme l’autre. Souvent, des gens partent quelque part et se mettent à adopter l’accent du lieu, parce que ce dernier a une identité très forte, et ils finissent par le surinvestir. Si l’identité liée à la façon de parler n’est pas forte, alors cette dernière n’aura que peu d’influence sur le parler de la personne.

Des personne vivant dans un pays étranger en viennent à parler la langue sans aucun accent, tandis que d’autres gardent leur accent d’origine. Ce n’est pas parce qu’ils ont un problème neurologique ou neurolinguistique, mais parce que la part identitaire liée à cet accent est très forte. Consciemment ou inconsciemment, cela participe de la volonté de montrer son origine. On constate par exemple que des personnes italiennes vivant en France depuis plus de quarante ans gardent leur accent et même certains de leurs enfants.

Pour ce qui est du mécanisme neuronal, aucune étude n’a été menée sur la question particulière des accents. On sait où se situe la partie du langage dans le cerveau, cependant nous n’avons pas de connaissance sur la perception selon les variations dans la langue même. Les neurolinguistes travaillent à partir de ce qu’ils appellent la langue, sans se poser la question de cette variation.

La perception des accents varie-t-elle selon les langues ?

Dans les représentations, certains locuteurs ou locutrices pensent que leur langue est de nature à empêcher toute « corruption » par une autre. Mais en réalité, tous les humains se retrouvent dans les mêmes pratiques et les mêmes phénomènes langagiers. Certains réflexes identitaires vont pousser des personnes à dire qu’elles ne comprennent pas une langue alors que ce n’est pas vrai. On arrive à comprendre les francophones d’autres pays, mais bizarrement on dit comprendre beaucoup moins bien une personne venant de la campagne sénégalaise que de la campagne québécoise.  En réalité, la difficulté et la distance linguistique sont tout aussi grandes. Cela dépend de la représentation dominante que l’on a. Toutes les langues y sont sensibles et sont un mélange de pratiques langagières.

Pour prendre l’exemple des Britanniques, ces derniers ont une plus grande facilité à passer d’un accent à un autre que les Français, car ils n’ont pas la même idéologie linguistique que nous. La France est construite sur l’idée qu’il y une norme unique, et que tous ceux qui parlent différemment sont des « abrutis congénitaux ». Jouer le Cid avec un accent picard ou normand sera jugé ridicule. En revanche, déclamer du Shakespeare avec un accent écossait ou du Yorkshire ne choquera pas grand monde. Cela s’explique par le fait que les accents régionaux britanniques ont un statut davantage identitaire et valorisant qu’en France, parce que la Grande-Bretagne se comprend comme une réunion de royaumes.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

04.

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
KissTheDeath
- 12/09/2013 - 19:25
Poubelle la vie.
Plus belle la vie caricature le monde moderne dans lequel nous vivons. Les protagonistes imprégnés d’une morale anti-bourgeoise et ruisselant de bons sentiments semblent être les représentants du pays réel !
Les méchants sont systématiquement conservateurs ou de droite ou bigots à la frontière du crétinisme.
Cette fable serait risible, si un scénario idéologisé à 100 % (antiracisme, promotion de l’action directe, refus des institutions, contestation du droit français, critique ouverte de l’entreprise et du capital, bref tout ce qui fait la richesse de la nation est pourfendu, vilipendé, discrédité.
Le message angélique que véhicule cette fiction est délétère, car la structure même de ce feuilleton est entièrement vouée au discours politique d’une certaine extrême gauche. Les bons cachent des sans-papiers, contestent la police, mettent en doute les décisions de justice, luttent contre le fascisme rampant des élus de droite, etc., autant de situations qui révèlent le véritable message politique de cette série. Ce n’est pas que ce soit déplaisant : c’est indigne du service public.
tubixray
- 12/09/2013 - 16:10
Atlantico SVP
Pourquoi évoquer ce sous produit de la production télévisuelle publique ?!
OK, de l'autre coté de la Manche, coronation street sévit depuis plus de 40 ans.
Le cinéma a produit des grands films se passant à Marseille = Taxi par exemple ou plus loin de nous la trilogie de Pagnol avec Raimu et Pierre Fresnay qui ont cravaché dur pour le reproduite l'accent marseillais.
mich2pains
- 12/09/2013 - 10:36
QUEL ACCENT MARSEILLAIS ?
En regardant courageusement un seul épisode de ce feuilleton tartignole , on saisit instantanément le ridicule des acteurs " PARIGOTS" qui tournent un pseudo-Marseille , plus aseptisé qu'un bloc opératoire avant une implantation cardiaque ( hormis ceux de l' Hôpital Nord ...) !
En effet , ces " PARIGOTS" emploient un accent " PARIS-Intra-muros" alors que les "Marseillais" actuels parlent tous comme vos banlieusards du " 9.3 " !
Voilà pourquoi , ici en Provence , peu de téléspectateurs " de-souche" supportent ce feuilleton !