En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 40 min 55 sec
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 1 heure 35 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 2 heures 21 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 3 heures 19 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 5 heures 34 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 8 heures 12 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 8 heures 50 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 10 heures 13 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 1 heure 2 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 1 heure 56 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 2 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 3 heures 41 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 6 heures 47 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 9 heures 35 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 10 heures 14 min
© Reuters
Dans un premier temps, l’euro a été comme une drogue pour des pays comme la Grèce.
© Reuters
Dans un premier temps, l’euro a été comme une drogue pour des pays comme la Grèce.
Rattrapage

Les deux graphiques qui résument trois ans de longs discours sur les causes de la crise de la zone euro

Publié le 01 août 2013
En comparant l'Allemagne avec la Grèce, deux graphiques publiés dans le Business insider expliquent très simplement les raisons de la crise dans les pays du sud, et la meilleure résistance de leurs voisins nordiques.
Philippe Simonnot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Simonnot est économiste. Son dernier ouvrage en librairie s’intitule Non l'Allemagne n'était pas coupable, Notes sur les responsabilités de la Première Guerre Mondiale (Editions Europolis, Berlin). Il est aussi l'auteur de Chômeurs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En comparant l'Allemagne avec la Grèce, deux graphiques publiés dans le Business insider expliquent très simplement les raisons de la crise dans les pays du sud, et la meilleure résistance de leurs voisins nordiques.

Les deux graphiques ci-dessous, tirés de Business Insider, illustrent bien la crise de l’euro. Certes ils ne concernent que l’Allemagne et la Grèce qui se trouvent comme aux deux extrémités de la zone euro, mais la leçon que l’on peut en tirer dépasse de beaucoup ces deux pays. La promesse des eurocrates :  plus de croissance pour tout le monde dans une Europe harmonieuse, promesse faite au moment du lancement de la monnaie unique, n’a pas été tenue ; elle n’était pas tenable. 


(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Que voyons-nous sur le premier graphique ? Un envol des importations grecques et des exportations allemandes depuis la création de l’euro jusqu’au déclenchement de la crise mondiale en 2008-2009. Tout se passe comme si l’euro était surévalué pour la Grèce – d’où l’essor des imports – et sous-évalué pour l’Allemagne (d’où la progression des exports). A partir de 2009, les importations grecques s’effondrent parce que la Grèce n’est plus capable d’exporter suffisamment pour se payer ses importations. En Allemagne, au contraire, après un fléchissement, les exportations allemandes repartent à la hausse parce que la compétitivité de l’industrie allemande est capable de surmonter les effets de la crise mondiale. 


(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Ce deuxième graphique confirme l'analyse exposée plus haut. On y voit que le coût unitaire du travail en Grèce ne cesse de grimper depuis la création de l’euro jusqu'à la crise de 2008. Au contraire, en Allemagne, le coût du travail  diminue entre 2004 et  2008 – clairement une conséquence de la réforme du marché du travail entreprise à partir de 2003 par Gerhard Schröder, alors chancelier fédéral.

Dans un premier temps, l’euro a été comme une drogue pour des pays comme la Grèce. La monnaie unique dotait les Grecs d’un pouvoir d’achat sur les marchés extérieurs  relativement élevé, inattendu et immérité – d’où le boom de leurs importations -  alors même qu’elle leur  permettait d’emprunter à des taux "allemands" - c'est-à-dire à des taux qui étaient très inférieurs à ce qu’ils auraient dû être si la Grèce n’était pas entrée dans  la zone euro. D’où le laxisme en matière de salaires et de prestations sociales qui s’est traduit par une hausse vertigineuse du coût du travail grec. Cet effet d’aubaine n’a pas joué en Allemagne grâce aux réformes Schröder.

Les eurocrates avaient parié sur une convergence des économies dans l’eurozone. C’est le contraire qui s’est produit, et pas seulement entre les extrêmes allemand et grecs. Pour que ces économies convergent, il aurait fallu une complète libéralisation du marché du travail dans tous les pays membres et une réduction des obstacles culturels et linguistiques qui freinent les mouvements de main-d'œuvre. Un marché du travail unique n’était pas réalisable en un temps si court.

Souvent en France, on reproche  à l’Allemagne non seulement d’être vertueuse mais en plus de vouloir exporter, voire imposer ses vertus aux autres pays européens. Cet hommage involontaire du vice à la vertu est en outre  un mauvais procès. Gerhard Schröder n’a fait qu’essayer de mettre le marché du travail allemand au diapason d’une économie libérée des entraves réglementaires. L’adhésion à la zone euro n’a jamais signifié le maintien de l’étatisme dans tous les domaines, et notamment dans celui crucial des relations de travail. Bien au contraire !

Du reste, la France s’est engagée sur ce chemin depuis l’accord signé le 11 janvier  2013 entre le Medef et certains syndicats - reconnaissant implicitement que la cause majeure du chômage en France se trouve dans les replis de notre immense et complexe et indigeste Code du Travail. Mais notre pays est encore très loin du compte – par exemple une institution aussi nuisible pour l’emploi  que le SMIG reste absolument intouchable -, et c’est une des raisons pour lesquelles les économies françaises et allemandes continuent de diverger dangereusement – au risque de faire sauter l’euro.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
EPR
- 02/08/2013 - 09:09
Et avant 2000?
Le problème de ces graphiques est qu'ils commencent en 2000, quand l'euro existait déjà depuis un an (bien que seulement en forme immatérielle). Il n'est donc pas possible de déterminer si la divergence a commencé avec l'entrée en vigueur de l'euro, ou si elle a des origines plus anciennes et n'a fait que se poursuivre.
Dommage, en rajoutant une décennie de données l'argumentation aurait été beaucoup plus convaincante.
Ganesha
- 02/08/2013 - 05:55
Sections d'Assaut
Les commentateurs qui viennent ici demander la suppression du SMIG sont des vieux salopards qui souhaitent la misère du peuple pour les consoler des ravages de l'âge sur leur propre corps...
Je les imagine parcourant les rues en petits groupes en uniforme, armés de bâton pour tabasser les pauvres et les SDF.
Mais bien entendu, ce sont aussi des "bien-pensants" qui ne voteraient que pour un "parti respectable" ! Ils soutiennent ce merveilleux Sarko, le charmant Copé, ils viennent même d'envoyer un chèque pour les soutenir dans leurs dettes...
fms
- 01/08/2013 - 18:45
expliquer la crise par la différence de la balance commerciale ?
On va parler d'une position hétérodoxe de cet économiste :o)
La première crise est financière avant d'être commerciale, c'est une crise de la dette immobilière pourrie des ménages américains qui a déséquilibré l'économie mondiale. Les banques se sont révélées incapables de continuer à prêter de l'argent aux taux faibles que les pays du sud avaient connus pendant 20 ans. Ces pays n'ont plus réussi à emprunter pour rembourser leurs dettes.
Que l'état grec soit mal géré (pour ne pas dire autre chose), que les ménages grecs se soient endettés à bas coût pour consommer, que les dirigeants allemands aient eu la volonté de favoriser leurs entreprises au détriment de leur population, n'a rien à voir avec le départ de la crise !?
La crise a servi de révélateur à ces mauvais choix. Beaucoup de monde pense également que la politique allemande a aggravé la crise européenne en thésaurisant la richesse produite en Europe sans qu'un retour par le tourisme ou l'investissement dans les entreprises des pays du sud ne se fasse...
La crise a permis à l'Allemagne de conforter sa position dominante en Europe, Merkel avait même réussi à transformer Sarko en caniche personnel :o)