En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 42 min 18 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 20 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 39 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 48 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 51 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 5 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 3 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 28 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 22 heures 3 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 22 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 36 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 36 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 44 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 22 heures 20 min
Ordre républicain

Intégration sociale de la police, insertion économique de la jeunesse et expression des diversités culturelles : les trois questions que posent les incidents de Trappes

Publié le 25 juillet 2013
Si les évènements de Trappes portent en eux tous les symptômes du malaise de la société française, ils pourraient également être le point de départ d'un renouveau. Un renouveau qui passerait par une refondation complète de notre vision de la police.
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les évènements de Trappes portent en eux tous les symptômes du malaise de la société française, ils pourraient également être le point de départ d'un renouveau. Un renouveau qui passerait par une refondation complète de notre vision de la police.

A Trappes (Yvelines), un contrôle policier d’une jeune femme portant, en violation de la loi, un voile intégral, qui tourne mal. Des incidents entre jeunes et forces de l’ordre trois nuits durant. Deux versions de l’événement qui s’opposent, se contredisent même. Insultes policières selon l’époux de la jeune fille interpellée. Bousculade suivie d’une tentative d’étranglement d’un policier selon le témoignage des fonctionnaires de police. L’enquête en cours déterminera les responsabilités.

Quelles que soient ces responsabilités, les incidents de Trappes posent trois questions étroitement associées : l’intégration sociale de la police (question tabou), l’insertion économique de la jeunesse (question récurrente), l’acceptation de l’expression des diversités culturelles (question sensible).

Sur la question de l’insertion économique de la jeunesse, beaucoup a déjà été dit et écrit, y compris par nous-même à maintes reprises. Cette question, on le sait, est la priorité politique du président Hollande. Il faut à cet égard redire que les violences urbaines - le lien fâche parfois -, se nourrissent d’un terrain social et professionnel dégradé. Manuel Valls a  rappelé opportunément combien le chômage est important dans les quartiers populaires, à Trappes en particulier, combien il frappe les jeunes, qui se trouvent donc désœuvrés (un certain nombre étant de surcroît aussi en échec ou en grandes difficultés scolaires), combien de ces jeunes peuvent être séduits, pour les uns, par l’argent facile de la revente de drogue par exemple, pour les autres, par les thèses extrémistes de l’intégrisme musulman. Il y a là, bien sûr, une explication qui, je le rappelle, n’est pas une « excuse sociologique » comme il s’est dit à une certaine époque. Expliquer n’est ni excuser, encore moins approuver ; c’est essayer de comprendre, d’établir des corrélations, qui ne sont non plus des déterminismes.

La coexistence des diversités culturelles est la deuxième question posée par les violences de Trappes. Nicolas Sarkozy, en 2011, faisait voter, on s’en souvient, avec le concours d’une partie de la gauche, une loi interdisant le port du voile intégral dans l’espace public. Je n’ai jamais trouvé cette loi judicieuse ni opportune et m’en suis expliqué alors. Une chose est sûre, parler d’islamisme radical ou de provocation (de qui au juste ? Des forces de l’ordre ? De la République elle-même ?), ne suffit pas à rendre compte de toutes les raisons qui conduisent certaines femmes, musulmanes ou pas, souvent jeunes, voire très jeunes, à porter le voile intégral. Des raisons identitaires non-religieuses (mais inspirées par un fort besoin de reconnaissance sociale) s’ajoutent, ici ou là, chez des jeunes filles au parcours scolaire ou professionnel souvent chaotique ou incertain. Pour d’autres, il s’agit bien, par une parure vestimentaire, « à nulle autre pareille », de se distinguer de leurs congénères (nous connaissons nombre de très jeunes filles dans ce cas).

Venons-en à la dernière question celle de l’intégration sociale de la police. Que les forces de  l’ordre soient tenues de maintenir ou de rétablir l’« ordre républicain », nul ne saurait le leur reprocher. Mais l’ordre revenu, les raisons ayant porté précédemment la violence et le désordre demeurent. Il faut donc imaginer des solutions de nature à assurer durablement la paix sociale.

A cet égard, la conduite de la police n’est pas toujours exempte de tout reproche – et de toute responsabilité dans le désordre urbain, ici ou là. Comme l’armée jadis, l’institution policière a bel et bien tendance à se considérer parfois comme un « corps à part », avec ses valeurs, ses coutumes, ses habitudes, à être animée parfois de vilaines manières (de dire ou de faire), bref à se comporter comme un « pouvoir » sur les citoyens (les plus jeunes ayant sa préférence).

Il est temps de redéfinir une police qui soit partout et pour tous intégralement républicaine. Une police républicaine est une « police de service », de « service public » : elle rend, d’abord, des services aux citoyens, leur apporte aide et secours, les rassure et les protège.

C’est donc bien, à la lumière de cette définition, d’une « police de proximité » dont nous avons besoin au quotidien. Une « police de proximité », au sens que donnait à ce terme Jean-Pierre Chevènement. Pour faire « proximité », il ne suffit pas aux agents de police d’être « présents » sur le terrain, comme semble le penser Manuel Valls, donnant en exemple les « zones de sécurité prioritaires ». Il ne suffit pas de patrouiller. Et, bien sûr, rappelons que l’esprit de « quadrillage » est étranger à cette police.

Qu’est-ce donc finalement qu’une « police de proximité » ? C’est une police intégrée à la cité. Une police de dialogue, de contact (avant tout fraternel). Cette police n’est pas distante avec le citoyen, elle n’est pas tutoyante non plus. Elle s’insère dans l’espace public, elle n’est pas une tache dans le décor. Elle est souriante, et non pas soupçonneuse. Qu’elle soit sportive à l’occasion avec les plus jeunes de nos concitoyens, où est le mal républicain ? Cette police intégrée est encore une police égalitaire, et non discriminante ; elle ne contrôle pas au faciès. Pour s’en garder tout à fait, elle délivre une attestation de contrôle d’identité (que craint-elle à le faire ?). Elle est courtoise et, je le redis, elle ne tutoie pas (connaît-on une autre administration tutoyant ainsi sa clientèle ?). Elle est exemplaire, et non vulgaire, garde la maîtrise de soi en toute circonstance, n’abuse pas de ses droits, qui sont déjà exorbitants.

Voilà ce qu’est réellement une « police de proximité », une « police intégrée ». Pour que tous les policiers (dont beaucoup, soulignons-le, sont déjà dans cet esprit de « proximité » et de concorde sociale) accèdent pareillement à ces comportements républicains, notre police se doit d’être réformée, et d’abord re-formée. Sachant l’ampleur des missions d’autorité qui lui sont confiées, il n’est, par exemple, pas normal du tout que l’on puisse se présenter au concours de gardien de la paix dès l’âge de … 17 ans. Un peu d’expérience préalable dans d’autres fonctions sociales paraît nécessaire. Nous proposons donc de relever ce seuil d’âge de manière significative, à 22 ou 25 ans. Nous proposons aussi de revoir le contenu des formations, d’accroître la place de la psychologie et de la sociologie (urbaine, de la jeunesse, de l’éducation…). Apprendre à bien communiquer avec les citoyens, surtout avec les plus jeunes dont on sait le contentieux ancien avec les forces de l’ordre, est essentiel.

Oui, monsieur le ministre de l’Intérieur, il faut que partout soit appliqué l’ordre républicain. Oui, il faut que partout soit respectée la loi, mais toujours avec tact et discernement. Nous osons espérer que l’interpellation policière de Trappes s’est faite dans les conditions normales de respect des personnes. Si tel n’était pas le cas, il faudrait, évidemment, sanctionner aussi de ce côté-là. Mais n’anticipons pas sur les conclusions de l’enquête.

Pour l’heure, il nous semble souhaitable que se tienne, dans les six mois, des Etats généraux de la Sécurité où toutes ces questions seraient mises en plat, sans parti-pris ni complaisance, et, pour l’immédiat, au niveau local, nous recommandons l’organisation de tables-rondes préparatoires à ces Etats Généraux (en n’oubliant pas d’y convier les jeunes et leurs représentants).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (47)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fbech
- 30/07/2013 - 08:19
Merci Michel Fize
Merci Michel Fize de nous rappeler que l'existence d'une police républicaine et de proximité est une nécessité pour notre société, qu'elle y possède aussi des droits et des devoirs. Qu'il y aurait-il d'infamant à le dire ? Et si les conditions de travail, de formation des agents de cet important corps d'Etat ne sont pas satisfaisants - mais qui dira le contraire - alors quoi de plus naturel et de plus sain que de l'exprimer. Oui, il faut une réelle proximité entre notre police et les jeunes des quartiers, oui il n'y a pas de mal à ce que des policiers participent, comme cela s'est déjà vu avec succès, à des activités socio-éducatives. C'est notamment à ce prix, au-delà d'une politique d'intégration, de formation et d'emploi des jeunes - que nous créerons ensemble les conditions d'un véritable renouveau apportant calme et sérénité dans les quartiers.
MauvaiseFoi
- 26/07/2013 - 05:59
Vieille soupe réchauffée
Je serais curieux de savoir
1) quelle est la paie annuelle de Fize,
2) sa quantité d'heures de travail annuelle,
3) depuis combien de temps il "cherche" avec notre pognon pour nous infliger la rengaine gauchiste bien-pensante et moralisatrice qu'on nous sert depuis des décennies.
Attention Atlantico : le niveau baisse depuis quelque temps.
La pluralité des opinions, c'est bien. L'indigence intellectuelle, c'est nul. Le rédac chef serait-il parti en vacances ?
quesako
- 26/07/2013 - 00:42
Islam ? peu-être, mais faillite de l'église catholique !
L'église catholique romaine fait comme si elle était porteuse d'une religion qui a perdu devant l'islam. Il ne s'agit pas de réinitialiser des guerres de religion, loin de là, mais au moins d'avoir le courage de défendre sa foi pour que lorsque des jeunes de familles non musulmanes ne trouvent pas comme logique de se convertir à l'islam pour approcher l'image qu'ils se font de dieu !
J'ai du mal à admettre que des personnes qui consacrent leur vie à Dieu par l'intermédiaire du "fils" n'essaient pas davantage de faire profiter à nos compatriotes la paix du Christ !