En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

05.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Scandale
Une infirmière montre l'état catastrophique des nouvelles blouses reçues par son hôpital
il y a 3 heures 56 min
Surchauffe
Le mois de mars parmi les plus chauds jamais enregistrés
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Confiner c’est mourir un peu. Ne pas le préparer, c’est mourir sûrement.

il y a 5 heures 45 min
Alerte
La WWF alerte sur les conséquences d'une reprise économique pouvant aggraver la crise climatique
il y a 6 heures 33 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945
il y a 8 heures 47 min
pépite vidéo > International
Israël
L'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem ferme pour cause de coronavirus
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Société
Allah n’y est pour rien.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Société
Économie/société

Une autre stratégie : la bourse ET la vie

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Santé
Covid19

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Politique
Forte tête

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

il y a 12 heures 10 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel
il y a 4 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Brigitte Kermel "Le secret d'Hemingway" : L’ “histoire vraie” romancée du mal-être du fils d’Hemingway. Un récit un peu décevant

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Commandant de sous-marin" François Dupont : Vingt mille mots sous les mers : un embarquement fascinant !

il y a 5 heures 50 min
pépites > Société
Piégées
Confinement : Castaner "confirme" la hausse des violences familiales
il y a 8 heures 28 min
pépites > International
Extension du virus
Coronavirus : Un mammifère d'un zoo de New-York contaminé
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Economie
Menace économique

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Economie
Économie

La pandémie telle que vue et prévue par les marchés financiers

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Economie
Économie

La France malade de sa désindustrialisation (et de l’euro...?)

il y a 11 heures 11 min
rendez-vous > Social
La minute tech
Coronavirus : l’impression 3D à notre secours
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 12 heures 29 min
© Filckr
Le projet de loi "pour l’égalité entre les femmes et les hommes" est présenté ce mercredi en Conseil des ministres.
© Filckr
Le projet de loi "pour l’égalité entre les femmes et les hommes" est présenté ce mercredi en Conseil des ministres.
Parité mon amour

Egalité hommes-femmes : là où la loi s’avère utile et là où elle ne l’est pas

Publié le 03 juillet 2013
A l'occasion de la présentation d'un projet de loi pour "l'égalité entre les femmes et les hommes", panorama des résultats produits par les différentes législations sur le sujet depuis la loi Roudy de 1983.
Catherine Xhardez est diplômée de Sciences politiques et de Droit. Elle enseigne en tant qu'assistante à l'Université St-Louis de Bruxelles. Elle est est la co-auteure de "Egaux ? Pièges et réussites de l'égalité homme-femme" aux éditions...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Xhardez et Louis Maurin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Xhardez est diplômée de Sciences politiques et de Droit. Elle enseigne en tant qu'assistante à l'Université St-Louis de Bruxelles. Elle est est la co-auteure de "Egaux ? Pièges et réussites de l'égalité homme-femme" aux éditions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la présentation d'un projet de loi pour "l'égalité entre les femmes et les hommes", panorama des résultats produits par les différentes législations sur le sujet depuis la loi Roudy de 1983.

Atlantico : Si l’on devait prendre du recul sur les trente dernières années, quelles ont été les mesures en matière d'égalité hommes-femmes qui, rétrospectivement, sont apparues comme les plus efficaces ?

Louis Maurin : La question n'est pas aisée. Je ne crois pas que ce soit ces "mesures" qui aient eu finalement le plus d'impact, tout particulièrement en termes d'égalité salariale. Il est clair que la loi Roudy de 1983 a pu représenter, parmi d'autres, un "moment fort" mais on ne peut pour autant parler d'un événement majeur. Ce texte exigeait, entre autres, la publication d'un rapport de situation comparé par toutes les entreprises de plus de 50 salariés, or nous voyons bien que cela n'a pas particulièrement porté ses fruits. On peut parler d'un rôle symbolique mais finalement peu déterminant.

L'essor du travail féminin professionnel et salarié au lendemain de la Seconde Guerre mondiale a par contre été un moteur qu'il ne faut pas négliger, et cela a pu être rendu possible grâce aux efforts massifs de scolarisation qui ont été fait durant les années 1950 et 1960 (en France, NDLR). A partir de cette période les écoles de filles ont progressivement atteint le même nombre d'heures de cours que celles des écoles de garçons avant d'arriver aux écoles mixtes dans les années 1970. On pourrait même remonter encore plus loin et voir que c'est avec la Première Guerre mondiale que de nombreuses femmes investissent pour la première fois des métiers d'hommes. Il ne faudrait pas croire par ailleurs que mai 68 a tout bouleversé d'un coup de baguette magique ! Il s'agit là d'un long processus, initié par des bouleversements économiques puis sociaux.

Catherine Xhardez : Cela dépend évidemment des pays concernés, mais on retrouve des points communs. Dans le monde professionnel, l’une des mesures innovantes qui semble porter ses fruits dans les pays nordiques et qui vient d’être introduite en Belgique est l’introduction des quotas de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises. L’idée a généré son lot de tensions et a été très décriée mais il m’apparaît légitime que des entreprises profitant d’une participation publique soient contraintes à introduire des femmes dans le processus de décision lorsque celles-ci en sont totalement absentes. Le nombre de femmes aujourd’hui diplômées en Europe est plus important que le nombre d’hommes, mais l’on constate que dans les hauts postes hiérarchiques elles restent relativement absentes. L’argument qui dit que l’on ne trouve pas suffisamment de femmes qualifiées pour ces fonctions n’est donc pas valable.

Cependant, une série de mesures plus incitatives (plans diversités) visant à promouvoir l’égalité homme-femme au sein des GRH à travers divers programmes de sensibilisation n’ont pas toujours eu les résultats escomptés. Par exemple, en dehors des pays nordiques, la plupart des réunions professionnelles se tiennent à 18h, ce qui est évidemment un frein pour les mères de famille qui doivent, le plus souvent, récupérer leurs enfants dans ce créneau horaire. En dépit de plusieurs tentatives de sensibilisation, ces pratiques ne sont pas prêtes de disparaître.

Le projet de loi actuel est censé faire la part belle à la lutte contre les stéréotypes sexistes ainsi qu'à l’instauration de sanctions pour les entreprises ne respectant pas l’égalité professionnelle. Pensez-vous que ces mesures peuvent porter leurs fruits ?

Louis Maurin : Je ne pense pas qu'il soit vraiment utile de se prononcer sur de simples  projets législatifs. Si l'on parle néanmoins de la lutte contre les stéréotypes, cela va, à mon avis plutôt dans le bon sens. Il ne faudrait pas évidemment que la loi devienne potentiellement abusive, en instaurant par exemple des comités de censure de la publicité, mais cette éventualité ne doit pas nous interdire non plus de réguler certaines choses. 

Catherine Xhardez : Je pense que la lutte contre les stéréotypes est effectivement fondamentale, dans le sens où ils sont un obstacle conséquent à l’évolution des consciences. On réalise qu’en dépit de preuves toujours plus nombreuses de la légitimité professionnelle des femmes, les clichés hérités de l’enfance perpétuent les écarts. La question de l’éducation est ici centrale puisqu’elle permet de s’attaquer aux racines du problème. Il est difficile cependant d’estimer pour l’instant les résultats d’une telle politique, cette dernière s’inscrivant dans le très long-terme.

L’outil législatif vous apparaît-il comme le plus efficace pour remplir cet objectif ?

Louis Maurin : J'ai l'impression que ce serait déjà beaucoup d'utiliser réellement l'arsenal juridique déjà existant. Finalement, on peut se demander si ce projet de loi est véritablement utile après les textes de 1983, 2000, 2006 et 2010. S'assurer que les sanctions déjà prévues soient appliquées me semblerait bien plus efficace que de se réfugier dans les discours et les codes de bonne conduite. Ce projet de loi aurait d'ailleurs eu intérêt à se pencher davantage sur ce problème majeur que représente le temps-partiel (occupé à 82% par des femmes, NDLR) qui est un élément très structurant des inégalités de sexe aujourd'hui. 

Catherine Xhardez : Il est encore une fois difficile de quantifier sérieusement ces résultats, mais la plupart de ces lois ont été pensées dans une logique transitoire, le but n’étant pas de les graver dans le marbre à tout jamais. Pour l’exemple des quotas, il est évident qu’ils ne sont pas fait pour durer, l’objectif étant ici de rétablir un équilibre. Le principal problème est de mesurer les effets de ces lois au quotidien et d’arrêter de croire qu’elles sont des baguettes magiques qui changeront tout du jour au lendemain.

Peut-on dire que le fait de directement légiférer sur l'égalité homme-femme a pu générer des effets pervers ?

Louis Maurin : Je pense encore une fois que ces lois n'ont pas vraiment eu d'impact déterminant, dans un sens comme dans l'autre. On peut cependant affirmer qu'il ne faudrait pas, au nom de cette lutte pour l'égalité, oublier que ce qui pénalise le plus les femmes, ce sont de fait les inégalités sociales : entre homme et femmes nous sommes dans un rapport de 1,3 alors qu'entre une femme cadre et une femme ouvrière on entre dans un rapport de 1 à 3. Une politique de lutte contre les inégalités ne peut pas, par essence, traiter ces deux faits séparément. Si on oublie cela, on oublie tout en quelque sorte. 

Catherine Xhardez : Je ne pense pas vraiment qu'il y ait de conséquences négatives L'amélioration des écarts salariaux, des conditions professionnelles ainsi que le recul des stéréotypes sexistes ne sont pas pour moi des effets pervers.

Quels sont les secteurs professionnels où l’on constate aujourd’hui le plus d’écarts ? Quels enseignements en tirer ?

Louis Maurin : Plusieurs secteurs engagent désormais un taux important de femmes, en particulier la communication (80%) l'administration bancaire (56%) le droit/fiscalité (69%) la comptabilité (57%) et la gestion (63%). A l'inverse on trouve relativement peu de femmes dans l'automobile (21%) et la métallurgie (20%). Il faut ajouter par ailleurs que les trois emplois "féminins" qui se développent le plus sont vendeuse, assistante maternelle et femme de ménage. On note par ailleurs, de manière plus générale, un élargissement significatif du champ professionnel féminin aux métiers de la médecine et du commerce.

Pour ce qui concerne les postes au sein d'une même entreprise, une étude de l'APEC baptisée "Le salaire des femmes cadres (mars 2013)" nous donne plusieurs éléments intéressants. Ainsi les postes de direction générale (+14%), de direction de R&D (+17%), direction informatique (10%) témoignent d'une certaine féminisation bien que certains postes restent très majoritairement masculins (direction d'unité industrielle, services techniques...)

Catherine Xhardez : On sait qu’il y a une surreprésentation des femmes dans les métiers du « Care » (métiers de la santé, éducation…) mais parallèlement, c’est important de le signaler, on trouve une sous-représentation des hommes dans plusieurs professions (métiers de la petite enfance notamment). Les métiers manuels restent eux largement masculins, bien que ce fait repose encore sur des stéréotypes : des études ont ainsi démontré que les infirmières portaient tout autant que les dockers sur les ports.

L’égalité homme-femme, en particulier l’égalité salariale, s’est améliorée progressivement sur les vingt dernières années. Peut-on en déduire que nos sociétés sont en train de se porter naturellement vers cette égalité ?

Louis Maurin : Même s'il y a eu progression, on note que sur les 15 dernières années l'évolution du salaire à temps plein des femmes par rapport aux hommes est stableAutrement dit, ce rapprochement vers l'égalité s'est enrayé. Ce fait est d'autant plus frappant que pendant ce temps les femmes ont continué à être de plus en plus diplômées, bien que je ne souhaite pas lancer ici le débat sur les diplômes filles/garçons, qui est bien plus complexe que ce que l'on pense. Cette stagnation de l'écart des salaires s'explique à mon sens par deux éléments : tout d'abord une certaine solidarité masculine qui persiste dans la haute hiérarchie, ensuite une baisse du taux de féminisation dans certains secteurs (dont l'informatique).

Catherine Xhardez : Si elles se portent vers l’égalité c’est justement grâce aux différentes législations qui ont été adoptées. Je ne parlerais donc pas d’évolution naturelle, d’autant plus que les chiffres de l’égalité salariale à compétences égales sont à observer de façon vigilante. S’il y a effectivement eu une progression, on oublie de parler de certains pièges, dont le temps partiel et l’attribution des avantages extra-légaux (voiture de fonction, vacances…) qui sont, d’après les quelques chiffres dont on dispose, principalement à l’avantage des hommes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

05.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 07/07/2013 - 18:16
@ honduras - 03/07/2013 - 14:24 - pas d'exclusivité
Connerie a la francaise ? allons donc ... suivez un peu les voisins ..... la suéde carbure a fond ces derniers temps . Fini les pissotieres obligations du siege pour les hommes .

http://www.lefigaro.fr/international/2013/04/26/01003-20130426ARTFIG00685-les-suedois-bientot-forces-d-uriner-assis.php
jerem
- 07/07/2013 - 18:11
@ ft - 03/07/2013 - 17:22
la prité existe ? non la parité n'y est pas du tout . le pocif de la maitresse est toujours en vigueur et on ne parle pas de l'assistante maternelle .....

on aimerait ecouter Vallaud belkacem dans un grand plaidoyer pour la parité des assistant maternel ......

voila qui serait (j'allais dire couillu) mais gonflé sera suffisant .....

Et la charmante ministre qui nous parle des etudiantes du 21e siecle comme des filles introverties coinées qui n'osent pas ....

on va lui rappeler que 80% des nouveaux pharmaciens sont des pharmaciennes et que les medecins sont a plus de 60% des femmes .....

Evidemment on peut toujours dire que ce sont des formations faciles avec des cycles courts

Parité .... on attend le remplacant HOMME en digne successeur de vallaud belkacem qui au nom de la parité ne verra aucun incovenient a ceder sa place pour veiller a la parité chez les infirmieres et les aides soignantes .... que de patientes qui reclament cette parité ....

poussez jusqu'au bout les grandes déclarations .... (comme la fin du mot race ...... dur pour ensuite parler d'actes racistes... s'il n'y a plus trace de races)
jerem
- 07/07/2013 - 18:05
@ledevois - 03/07/2013 - 14:03
ca existe déja ? en effet !!!! Mais comme la télé reste le barometre, et c'est tellement mignon ces emissions avec en arriere plan , les jolies filles potiches qui sont arrivées derriere les aninateurs par le plus grand des hasards.....

C'est tellement beau d'ecouter des donneurs de lecons a la telé qui eux meme en sont encore a des pratiques figées à la production Guy lux, Simone garnier.

Et que dire de cet humour recurrent qui fait tellement rire chez drucker . un comique pour les femmes un autre pour les seniors .... il est vrai que l'on peut se foutre de ta gueule si l'on se marre ensemble , c'est bien connu .....

Mais patience, avec des L'oreal bien perceverant c'est bientot une chaine SephorO que le monde va découvrir pour satisfaire les 50% de la population qui se demande depuis 15 ans si elle ne le vaudrait pas aussi ..... et la croissance sera au rendez vous quand zaRO ouvrira des magasins qui feront monter les prix des loyers par cette nouvelle politique d'ahcalandage que F&M ne manqueront pas d'alimenter , la carte bancaire sans contact sera ringarde face a la carte sous cutanée en rfid....
c'est fait mais tout reste a faire .....