En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 32 min 8 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 1 heure 1 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 1 heure 35 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 2 heures 1 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 2 heures 57 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 19 heures 14 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 23 heures 5 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 40 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 1 heure
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > High-tech
12 cyber-menaces

Nous avons peur que le Coronavirus fasse dérailler les prochaines élections mais personne ne soucie vraiment des cyber-menaces sur la démocratie qui sont pourtant bien plus graves

il y a 49 min 21 sec
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 2 heures 28 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 18 heures 47 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 21 heures 18 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 20 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 55 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Le PDG d'Axa a accusé le président de la république de refuser toutes les réformes et de se contenter de « replâtrage ».
© Reuters
Le PDG d'Axa a accusé le président de la république de refuser toutes les réformes et de se contenter de « replâtrage ».
Mise à plat

Cette "France qui maquille les chiffres et triche sur les faits"... Ce que la charge violente d'un commissaire européen dit de nous

Publié le 25 juin 2013
Les critiques à l'égard de la France, qu'elles viennent d'un commissaire européen ou d'un grand patron français, soulignent cruellement les maux de l'Hexagone : attentisme, immobilisme, et rejet de toute réforme. Des travers largement encouragés par le gouvernement qui ne veut surtout pas se confronter aux vrais problèmes.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les critiques à l'égard de la France, qu'elles viennent d'un commissaire européen ou d'un grand patron français, soulignent cruellement les maux de l'Hexagone : attentisme, immobilisme, et rejet de toute réforme. Des travers largement encouragés par le gouvernement qui ne veut surtout pas se confronter aux vrais problèmes.

« La France qui maquille ses chiffres et qui triche sur les faits… » L’accusation violente est d’un commissaire européen qui désespère des réactions de la gouvernance françaises face aux réalités de la situation économique.

 

Henri de Castries, le PDG d’Axa, 1e Groupe d’assurance qui est pourtant, lui habituellement si policé, s’est lâché publiquement cette semaine contre son ancien camarade de promotion à l’ENA , la fameuse promotion Voltaire , en accusant le président de la république de refuser toutes les réformes et de se contenter de « replâtrage »…

 

Les milieux européens et la presse allemande parle de maquillage, le milieux d’affaires parlent de replâtrage… on est en gros sur le même terrain.


La fin de semaine a donc encore été terrible pour François Hollande parce que tout, ce qui se passe, les chiffres, les projets, les discours, tout, démontre que la politique économique française s’installe à contretemps de la conjoncture mondiale


Pour les milieux d’affaires, c’est définitivement inquiétant et Pierre Gattaz élu au Medef à la succession de Laurence Parisot jugée trop conciliante, sait très bien qu'il doit son élection à l’engagement qu'il a pris de défendre le parti de l’entreprise. Son père avait été élu pour renouer le dialogue et trouver des compromis avec François Mitterrand. Lui sait très bien qu'il a été élu pour faire la guerre contre la bureaucratie et le conservatisme. Il la fera


Pour les milieux internationaux, à Bruxelles notamment, la France prend désormais le risque de plomber la situation des pays européens qui ont fait d’énormes efforts pour s’en sortir. En Grèce, en Italie , en Espagne et ou Portugal , on regarde l’immobilisme français avec un brin de colère . D’où le coup de gueule de Juan Manuel Barroso traitant « la gouvernance française de réactionnaire et le système français d’archaïsme ». Le président de la commission s’adressait en fait aux populations de l’Europe du Sud qui ont fait ce qu'il fallait pour mériter le bénéfice de la solidarité. Leur douleur n’aura pas été inutile. Mais pourquoi la France s’exonérerait-elle de ce qu'elle a demandé aux autres.


Le procès fait à la politique française est d’agir en permanence à contretemps de la conjoncture mondiale. Du coup, la France est incapable de profiter de cette conjoncture quand elle est en phase de reprise. Plus grave, l’économie française en dépit de sa puissance ne participe pas à la correction de cette conjoncture quand elle pique du nez. Elle reste en permanence à côté du film.


Acte 1. Quand François Hollande est arrivé au pouvoir, il y a un an, il a nié la gravite de la crise. Il a simplement essayé de faire des ajustements budgétaires en augmentant les ponctions fiscales d’un côté, et en distribuant des amortisseurs sociaux de l’autre. Le résultat c’est qu'en terme budgétaire, on n’a pas été capable de redresser les comptes publics d’où l’obligation d’aller pleurer un délai supplémentaire à Bruxelles. Mais le résultat c’est aussi qu'en terme économique, ayant découragé les créateurs de richesse que sont les chefs d’entreprise, la machine s’est asphyxiée d’où la récession et le chômage. Pendant ce temps-là, le monde entier, les pays émergents et les Etats unis, sont sortis de la crise.. Les pays européens du sud, qui ont fait des efforts considérables pour assainir leurs structures et améliorer leur compétitivité (le prix des actifs, des salaires et le montant des dépenses publiques a baissé de 30% en moyenne) ont pu monter dans le train de la reprise. La Grèce, l’Espagne, l’Italie, le Portugal sont sorti de l’enfer. C’est difficile mais ils sont sortis des zones dangereuses. La France elle, est restée entre deux-eaux 


Acte 2, quand l’Elysée à la fin de 2012, s’aperçoit que finalement la France va rester plantée, la gouvernance décide d’un plan de compétitivité et promet de faire des réformes de structures (flexibilité du travail, restrictions budgétaires et retraites). Sauf que la prise de conscience est trop tardive, les plans compétitivité sont trop compliqués et trop longs à mettre en œuvre, le CICE par exemple, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, est incompréhensible donc inutilisable par la PME, et les réformes sont homéopathiques. Personne n’y croit


La réforme des retraites ne touchera pas les points que la gauche a sanctuarisés : l’âge légal de départ à la retraite, c’est sacré. Le système de la fonction publique et des régimes spéciaux, c’est sacré. Enfin ces reformes élimineront toute expérimentation d’un système complémentaire par capitalisation. La capitalisation reste un tabou, aux yeux des dirigeants socialistes


Acte 3, la France se berce d’illusions en pensant qu'elle pourrait attendre et rester en l’état, alors que la conjoncture a déjà changé.


Les banques centrales du monde entier y compris la BCE ont semble-t-il durci un peu leur intervention. Plus question d’ajouter des liquidités aux liquidités. Pour deux raisons, d’abord parce qu'il a des risques d’inflation notamment dans les pays à forte croissance. Ensuite parce que les banquiers centraux savent que la reprise a touché la planète toute entière sur des bases relativement saines. Pas question donc de perturber les équations de croissance avec de la monnaie de singe. Pas question de refaire l’erreur de l’an 2000 où on a, partout dans le monde alimenté la spéculation financière. Les milieux financiers et boursiers ont très vite tire les leçons, l’ensemble des bourses mondiales a chuté cette semaine dans la perspective d’une raréfaction des liquidités.


Mais ça ne veut pas dire pour autant que les financiers sont pessimistes. Ils pensent seulement que la croissance sera désormais plus sélective, moins financière, moins spéculative. Avec des taux d’intérêt plus élevés et des rentabilités plus fortes, fondées sur la véritable compétitivité des entreprises


En bref, alors que le monde entier se prépare a gérer un ralentissement plutôt sain de la croissance mondiale, la France en est encore à chercher les clefs du redressement. On ne pourra pas profiter de la croissance des autres (il aurait fallu le faire avant), on risque au contraire de plomber nos partenaires européens . On ne peut pas être plus à côté de la plaque qu’aujourd hui. D’où la fureur de Barroso et des européens. D‘où la colère d’un grand patron comme Henri de Castries. D’où l’avertissement d’un jacques Attali ou d’un Alain Minc qui disent la même chose : « la France est en train de rater le train de la modernité et de l’économie mondiale. Et de nous promettre un destin (un déclin) identique à celui de Venise ».

 

Tout ce qui s’est passé cette semaine, va à l’encontre des contraintes de la réalité


Quand les chinois confirment les menaces de fermer les portes du marché chinois, aux produits français en réactions aux velléités protectionnistes, la France s’enfonce dans le rapport de force qui sera perdu d’avance. Ce n’est pas, par une surenchère au protectionnisme comme se plaît à le crier Arnaud Montebourg qu'il faut répondre, c’est par un accord des européens pour engager une négociation multilatérale sur le modèle des accords OMC. Ça passe donc par une relation forte avec les allemands. Plutôt que d’engager un renforcement de l’unité européenne, la France se tourne vers Berlin et l’accuse de laxisme à l’égard des chinois. La partie est perdue.

Quand l’Insee annonce une prévision économique mauvaise mais que tout le monde attendait, les ministres de l’économie parlent d’un pronostic qui ne serait pas plus fiable qu'un pari sportif et François Hollande répète haut et fort lors de la conférence sociale qu'il fera baisser le chômage avant la fin de l’année. Ce que personne de sérieux ne peut croire. Sauf à maquiller les chiffres avec des créations d’emplois publics. Ce qui est étonnant c’est qu'il n’a aucun doute. C’est la grande crainte des milieux d’affaires qui sont assez bien renseignés sur ce que prépare la haute fonction publique. « François Hollande veut tellement avoir raison sur le terrain politique qu'il est capable de multiplier les emplois d’avenirs et les contrats aidés...l’unité de compte maintenant c’est 100 000. Alors qu'il faudrait renforcer les possibilités de créations d’emplois marchands dans les entreprises.. Décidément rien de changera…»


Les partenaires sociaux eux-mêmes commencent à être inquiets. Ils ne sont pas inquiets de l’audace mais… de l’immobilisme. Vendredi, à la fin de la conférence sociale sensée les préparer à une grande concertation sur la réforme des retraites, ils étaient complètement pantois. « On n’aura même pas à se battre pour défendre ce qui n’est pas attaqué…!».


Ils ne craignaient pas une réforme des systèmes, y compris dans la fonction publique, ils s’y étaient préparés. C’est une évidence. Ils voulaient simplement qu'on leur laisse négocier certains points mais le programme va au-delà de ce qu’ils avaient imaginé. Même à la CGT, on estime qu'il ne se passera rien. Pas de vagues, pas de risques. Du coup, et c’est un comble, les syndicats eux-mêmes pensent que le système par répartition ne tiendra pas.


D’ailleurs, répartition ou capitalisation, le ressort est le même. Dans la repartions, ce sont les actifs qui paient pour les inactifs. Dans la capitalisation c’est la même chose sauf que les retraites sont calculées de façon individuelle et souscrites volontairement. Mais dans les deux cas, la solidité dépend de l’activité économique et de la production de richesse. Pour tout le monde, l’effort principal devrait porter sur la dynamisation de l’activité. Si l’activité revenait, tous les problèmes ne seraient pas réglés certes mais les plus lourds oui. Dans les syndicats, on ne serait nullement opposé à l’introduction d’un régime complémentaire par capitalisation qui pourrait (ou pas) être abondé par l’Etat mais qui, au bout du compte s’appuierait sur l’effort contributif de chacun. Après tout la CGT elle-même connaît bien cette mécanique puisque c’est elle qui est à l’origine de la Préfon, système de retraite par capitalisation réservé depuis l’origine aux fonctionnaires mais qu'on pourrait ouvrir à tout le monde. C’est d’ailleurs un comble, les seuls bénéficiaires d’un régime par capitalisation à contribution individuelle et volontaires sont les fonctionnaires


Le président d’Axa a commencé un lobbying d’enfer pour la formule. il y a intérêt mais pourquoi pas ? Une grande compagnie d’assurance internationale doit avoir autant d’expertise et de compétence pour gérer un fond de retraite qu'une association paritaire sous tutelle de l’Etat français. Peut-être même plus !!! Sait-on jamais.


Les syndicats auraient préféré que le président de la république en parle le premier. Ça leur aurait facilité le travail. Pour l’instant, cette réforme attendue et nécessaire est morte avant même d’avoir été présentée. Au nom d’une application un peu étroite du principe de précaution sociale


Décidément, sur l’énergie comme sur le social, le principe de précaution tient lieu de stratégie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (91)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Casperino
- 24/06/2013 - 14:21
Bonjour cmlb
Les médias ont en effet une lourde responsabilité mais n'est-ce pas politique, purement politique? Les luttes d'influence sont à leur apogée et ce qui est encore plus regrettable, c'est que la cour de justice expéditive et la guillotine sont descendues dans toutes les polémiques, tous les débats. Ceci fait en effet le lit de populismes qui créent le besoin de réassurance par le rejet. Rejet de ce qui n'est pas européen, de l'Europe, de ce qui n'est pas français, de ceux qui ne le sont pas, ... de ses criquets dans le jardin! ...alors que la seule solution est le rassemblement ..mais comme vous le signalez, derrière qui? Dès qu'une tête dépasse, "les affaires reprennent" etc... Le terrorisme vient maintenant de la dictature des mots et du bien-pensé. Toute cette agitation nous détourne des réalités économiques et sociales et surtout des responsables qui ont des engagements à tenir à moins qu'ils admettent d'avoir fabulé pour des raisons purement électoralistes.
clbm
- 24/06/2013 - 10:36
Pour Casperino
Ce rythme syncopé est tellement bien imité qu'il m'a fait sourire .Et pourtant je n'en avais pas envie.En lisant les commentaires j'ai un peu regretté que certains restent affiliés à un parti politique.Il faut voter pour un homme ou une femme que l'on croit capable et non pas pour un parti.
De même les notions de gauche et de droite sont complètement dépassée ,moyennageuses .
Seule une personnalité qui inspire le respect peut réussir à faire avancer ce pays de râleurs et d'excités que nous sommes.
Même pour Hollande , il a été élu ,laissons le faire ses cinq ans puis tirons les conclusions.
Si vous souhaitez faire la révolution c'est contre le journalisme et les médias actuels qu'il faut la faire.Ils ne font pas de l'information mais de la politique ce qui est contraire à ce que l'on attend d'eux .
Toutes ces manifestations de tout bords devraient en fait avoir pour but de démolir le système de médias actuel .
Bien sur il existe des journalistes parfaitement honnêtes et qui n'utilisent pas leur position pour endoctriner les foules ,mais ils sont très rares.
Casperino
- 24/06/2013 - 09:11
"Moi Président, je vous le dit,
.. en réalité tout va bien, ............les outils sont là, ...........ce qui est fait est fait ...........et il faut maintenant attendre .............que tout se remette en place! .............Hahaaaa, c'est facile, ............mais il faut le comprendre! ....................Soyez patients, ................ayez confiance, ..............nous au gouvernement, ....................on en a besoin ................pour discuter tranquillement. ..............Oui..................tout va bien................vous serez récompensés ...................d'avoir..........voté .............pour moi.......................(j'espère qu'ils me croient mais j'ai déjà un quinquennat youpiii ..........)............... signé ...."JE"............