En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 2 heures 49 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 5 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 7 heures 58 sec
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 7 heures 38 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 9 heures 34 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 10 heures 51 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 12 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 14 heures 59 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 3 heures 4 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 7 heures 15 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 8 heures 42 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 10 heures 12 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 13 heures 15 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 13 heures 44 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 15 heures 22 min
Pas dupe

Warning : pourquoi il ne faut pas manquer les annonces que va faire la Fed ce mercredi

Publié le 19 juin 2013
La Fed est réunie depuis hier mardi pour actualiser sa stratégie de politique monétaire.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Fed est réunie depuis hier mardi pour actualiser sa stratégie de politique monétaire.

Le monde financier est troublé depuis qu’en février un gouverneur de la Réserve fédérale, Jeremy Stein, a exprimé quelques inquiétudes dans une allocution sur “La surchauffe des marchés du crédit”, au cours de laquelle, après un bref survol de certains marchés présentant des signes avant coureurs de surchauffe ou de spéculation excessive, il a plaidé pour “l’utilisation des instruments de politique monétaire pour assurer la stabilité financière”. En clair ça veut dire : l’open bar va bientôt fermer. Et comme ce sont les banquiers centraux qui fixent les cours, les taux, l’humeur, les risques et l’essentiel de ce qui constitue de nos jours notre « économie de marché », il est logique qu’une certaine fébrilité règne dans les salles du dit marché.

Au cours du premier trimestre on a pu constater en effet aux Etats-Unis quelques signes de « mousse » comme disent les gens de la Fed : une progression du recours à l’endettement par les hedge funds, une première depuis la crise, ainsi que de la demande de financement de produits titrisés et d’obligations d’entreprise à haut rendement. Ces phénomènes sont décrits dans l’édition de mars de l’enquête “Senior Credit Officer Opinion Survey on Dealer Financing Terms”, l’un des principaux moyens du FOMC pour surveiller les conditions de crédit sur les marchés de titres et dérivés OTC. Le tout dans un contexte assez différent de l’Europe : reprise économique, prix de l’immobilier résidentiel à +11% sur un an pour l’ensemble du territoire, actions dynamiques à +15% sur un an, etc.

Quelques autres officiels ont enchainé, et depuis quelques semaines chacun spécule sur un arrêt prématuré des achats d’actifs (QE3) et même (là, ça devient loufoque) sur de possibles hausses de taux directeurs (Fed Funds) dès 2014 si l’emploi continue sa reprise. Du coup, les taux longs US (qui sont largement une agrégation de taux courts anticipés) ont pris 50 points de base environ. Du coup, l’ensemble des taux des pays émergents ont pris 50 points de base (le reste du monde n’est le plus souvent qu’un dérivé de l’économie US et de la finance US, en particulier pour les pays qui choisissent de lier leur monnaie au dollar). 

Cette position des faucons n’est pas très sérieuse. Elle est certes plus sérieuse que celle des officiels BCE qui même au moment de la crise Lehman ou même en pleine crise des PIIGS voyaient des bulles spéculatives se former, en pleine chute verticale des marchés (pour ne prendre que deux exemples parmi 100 et en se focalisant sur le seul Yves Mersh, le plus stratosphérique de la bande : 21 Novembre 2008, "Increasingly I feel that too many decisions on our part could also create problems of digestion within financial markets, increasing operational risk", ou 29 mars 2011, "We have been in an environment of very persistent low interest rates. That means there is a high risk of creating new bubbles by creating incentives for a misallocation of capital“). Mais ce n’est pas sérieux parce que l’inflation US est hyper basse (le core PCE deflator à 0,8% sur un an, au plus bas depuis 1960), parce que le chômage est encore trop élevé, le manque d’emplois encore trop criant (taux d’activité très faible), et la reprise encore trop entamée par le resserrement budgétaire ou par la crise européenne. La Fed n’appréciera pas la hausse des taux réels et les doutes sur sa volonté de garder les taux bas très longtemps. La modification du dernier FOMC était de pouvoir adapter les achats à la hausse comme à la baisse…

Petite parenthèse. Cette crise donne lieu à un festival d’acronymes : en zone euro (SMP, FESF-MES, PSI, LTRO, OMT…) nous l’avons déjà dit dans ces colonnes, mais aussi aux Etats-Unis (TARP, ZIRP, QE1, QE2, QE3, opération TWIST,…). Le simple fait que les QE américains se comptent au nombre de trois en quatre ans, et qu’il ait fallu attendre le 3e (cinq ans après le début de la crise !!) pour un packaging sans date limite de fraicheur (le QE3 est théoriquement un « open QE », mais il ne se passe pas 24h sans rumeurs auto-alimentées sur sa fin prochaine), montre que c’est l’improvisation et le stop&go qui ont prévalu au dépend de la gestion sereine du canal des anticipations (même si des tentatives louables ont été enregistrées comme les Thresholds par exemple, ces seuils notamment sur l’emploi qui permettent aux marchés de mieux cerner la fonction de réaction de la Fed à propos de la fin de la ZIRP). Au fond c’est ce que reconnait humblement William Dudley (n°2 ou 3 de la Fed), fin mai 2013, lorsqu’il déclare : “we could have done better in communicating our intentions and goals. We put too much emphasis, too early, on the exit. At an earlier stage, we should have put greater emphasis on our commitment to use all our tools to the fullest extent possible for as long as needed to achieve our dual mandate objectives”. C’est typiquement américain : on reconnait ses pêchés (chose inimaginable en zone euro), on promet qu’on ne recommencera plus, oh non plus jamais, et puis le temps fait son œuvre et l’incohérence temporelle reviendra de plus belle.

Comme tous les économistes professionnels, j’ai un faible pour la Fed car c’est encore un lieu de débats, on voit des dissidences, il y a encore un écosystème de la pensée critique. Mais la cacophonie au moment où les taux sont à 0% et où par conséquent la communication devient un instrument décisif, ça suffit. Ben Shalom ce soir doit agir en patron, faire un travail de synthèse certes mais aussi donner du sens, ramener un peu d’ordre dans la maison et calmer les excités de la hausse des taux, ce qui devrait être positif à court terme pour les actions.

Comment va-t-il s’y prendre sans parler du bordel européen et sans trop désavouer les faucons de la FED qui voient des bulles partout alors que les actions n’ont presque pas progressé depuis 15 ans ? Ben va avancer les nouvelles prévisions de l’institution sur la croissance (en baisse) et l’inflation (en baisse). Il va réitérer le discours traditionnel des économistes (output gap encore très négatif, faiblesse de la croissance mondiale et de l’inflation, nécessité du gradualisme). On n’est pas à l’abri de mauvaises surprises bien entendu (les minutes du FOMC montrent que la Fed passait encore la moitié de son comité à parler du risque d’inflation un mois après Lehman !) et de concessions à l’adresse des faucons (nécessité de la surveillance de certains marchés du crédit, et blablabla) mais on peut compter sur lui pour équilibrer les choses, assurer un service monétaire minimum ainsi qu’une relative calinothérapie des marchés et une forme de réassurance globale, dont la zone euro en bonne passagère clandestine va bénéficier une fois de plus à bon compte (tout en critiquant l’aventurisme américain).

A ce propos, notons que la montée des taux nominaux et réels n’est pas un problème pour l’Amérique (où les taux sont très en dessous de la croissance du PIB nominal, où la reprise s’affirme) mais un problème pour la zone euro (où les taux sont honteusement trop hauts versus la décroissance du PIB nominal, où les prix des actifs baissent et où les risques sont partout) : je ne crois pas que l’éventuelle hausse des taux US se répercutera cette fois chez nous, mais si cela devait arriver (du fait de l’inaction coupable de la BCE, tout est possible), nous subirions un nouveau choc récessionniste et déflationniste. Après les 7 trimestres que nous venons de passer en zone euro, ça ferait mal. Prions donc à nouveau pour que Bernanke fasse le job.     

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 19/06/2013 - 23:39
allons donc , il ne se passera rien mercredi
on va pas couper l'herbe sous le pied de tous ces medias economiques ou pas qui attendent de l'eté un moment festifs pour remplir leurs colonnes

il y a deux ans c'etait le film interminable sur le mur fiscal américain

l'an dernier les enormes suspens sur les marchés (sans jamais parler des volumes ridicules qui biaisaient toutes les analyses servies)

on va bien attendre le mois d'aout avant de nous faire fremir sur les planches a billet et la remontée des taux ... d'autant qu'il y a l'autre suspens insoutenable depuis 6 mois .... Merkel qui se tait car elle attend sa reelection avant de souffler dans les bronches de qui ne lui reviendra pas (si elle est réelue car le chomage remonte au pays des merveilles et de la croissance passée d'une prévision de 1% a 0,1% pour 2013 ....)
Albator
- 19/06/2013 - 12:51
Je préfère celui-ci
En tant que professionnel de la finance, il me semble que M.Mucherie défend peu ou prou les mêmes positions que M.Goetzman, sans toutefois en avoir la morgue, ce qui de fait rend la lecture plus aisée et plus propice à une attitude contradictoire que l'autre auteur précité.
Si effectivement l'attitude de la BCE semble rétrospectivement aberrante (inflation vs Lehman), faut-il exclure néanmoins tout risque d'inflation ? Ne peut on penser avec tous ces flots d'argents déversés que l'inflation fera un retour en fanfare tôt ou tard ? Pour ne prendre que l'exemple des "Abenomics", la masse monétaire va être multipliée par 2. Les USA sont à une autre échelle, et même la BCE que l'on présente comme réfractaire à ces pratiques, rachète pourtant pour qq milliards d'obligations.
Si la conjoncture est telle que le retour de l'inflation semble exclu à court terme, quelle est la garantie que l'on aura pas d'hyperinflation d'ici, mettons 10 ans ? J'aimerais avoir une réponse. Merci.