En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Delarue/Lescure: ça ne tourne plus rond entre ces anciens collègues

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 31 min 51 sec
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 2 heures 30 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 3 heures 6 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 4 heures 3 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 5 heures 34 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 46 min 28 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 3 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 4 heures 7 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 4 heures 41 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 5 heures 22 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 6 heures 48 min
Pas dupe

Warning : pourquoi il ne faut pas manquer les annonces que va faire la Fed ce mercredi

Publié le 19 juin 2013
La Fed est réunie depuis hier mardi pour actualiser sa stratégie de politique monétaire.
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Fed est réunie depuis hier mardi pour actualiser sa stratégie de politique monétaire.

Le monde financier est troublé depuis qu’en février un gouverneur de la Réserve fédérale, Jeremy Stein, a exprimé quelques inquiétudes dans une allocution sur “La surchauffe des marchés du crédit”, au cours de laquelle, après un bref survol de certains marchés présentant des signes avant coureurs de surchauffe ou de spéculation excessive, il a plaidé pour “l’utilisation des instruments de politique monétaire pour assurer la stabilité financière”. En clair ça veut dire : l’open bar va bientôt fermer. Et comme ce sont les banquiers centraux qui fixent les cours, les taux, l’humeur, les risques et l’essentiel de ce qui constitue de nos jours notre « économie de marché », il est logique qu’une certaine fébrilité règne dans les salles du dit marché.

Au cours du premier trimestre on a pu constater en effet aux Etats-Unis quelques signes de « mousse » comme disent les gens de la Fed : une progression du recours à l’endettement par les hedge funds, une première depuis la crise, ainsi que de la demande de financement de produits titrisés et d’obligations d’entreprise à haut rendement. Ces phénomènes sont décrits dans l’édition de mars de l’enquête “Senior Credit Officer Opinion Survey on Dealer Financing Terms”, l’un des principaux moyens du FOMC pour surveiller les conditions de crédit sur les marchés de titres et dérivés OTC. Le tout dans un contexte assez différent de l’Europe : reprise économique, prix de l’immobilier résidentiel à +11% sur un an pour l’ensemble du territoire, actions dynamiques à +15% sur un an, etc.

Quelques autres officiels ont enchainé, et depuis quelques semaines chacun spécule sur un arrêt prématuré des achats d’actifs (QE3) et même (là, ça devient loufoque) sur de possibles hausses de taux directeurs (Fed Funds) dès 2014 si l’emploi continue sa reprise. Du coup, les taux longs US (qui sont largement une agrégation de taux courts anticipés) ont pris 50 points de base environ. Du coup, l’ensemble des taux des pays émergents ont pris 50 points de base (le reste du monde n’est le plus souvent qu’un dérivé de l’économie US et de la finance US, en particulier pour les pays qui choisissent de lier leur monnaie au dollar). 

Cette position des faucons n’est pas très sérieuse. Elle est certes plus sérieuse que celle des officiels BCE qui même au moment de la crise Lehman ou même en pleine crise des PIIGS voyaient des bulles spéculatives se former, en pleine chute verticale des marchés (pour ne prendre que deux exemples parmi 100 et en se focalisant sur le seul Yves Mersh, le plus stratosphérique de la bande : 21 Novembre 2008, "Increasingly I feel that too many decisions on our part could also create problems of digestion within financial markets, increasing operational risk", ou 29 mars 2011, "We have been in an environment of very persistent low interest rates. That means there is a high risk of creating new bubbles by creating incentives for a misallocation of capital“). Mais ce n’est pas sérieux parce que l’inflation US est hyper basse (le core PCE deflator à 0,8% sur un an, au plus bas depuis 1960), parce que le chômage est encore trop élevé, le manque d’emplois encore trop criant (taux d’activité très faible), et la reprise encore trop entamée par le resserrement budgétaire ou par la crise européenne. La Fed n’appréciera pas la hausse des taux réels et les doutes sur sa volonté de garder les taux bas très longtemps. La modification du dernier FOMC était de pouvoir adapter les achats à la hausse comme à la baisse…

Petite parenthèse. Cette crise donne lieu à un festival d’acronymes : en zone euro (SMP, FESF-MES, PSI, LTRO, OMT…) nous l’avons déjà dit dans ces colonnes, mais aussi aux Etats-Unis (TARP, ZIRP, QE1, QE2, QE3, opération TWIST,…). Le simple fait que les QE américains se comptent au nombre de trois en quatre ans, et qu’il ait fallu attendre le 3e (cinq ans après le début de la crise !!) pour un packaging sans date limite de fraicheur (le QE3 est théoriquement un « open QE », mais il ne se passe pas 24h sans rumeurs auto-alimentées sur sa fin prochaine), montre que c’est l’improvisation et le stop&go qui ont prévalu au dépend de la gestion sereine du canal des anticipations (même si des tentatives louables ont été enregistrées comme les Thresholds par exemple, ces seuils notamment sur l’emploi qui permettent aux marchés de mieux cerner la fonction de réaction de la Fed à propos de la fin de la ZIRP). Au fond c’est ce que reconnait humblement William Dudley (n°2 ou 3 de la Fed), fin mai 2013, lorsqu’il déclare : “we could have done better in communicating our intentions and goals. We put too much emphasis, too early, on the exit. At an earlier stage, we should have put greater emphasis on our commitment to use all our tools to the fullest extent possible for as long as needed to achieve our dual mandate objectives”. C’est typiquement américain : on reconnait ses pêchés (chose inimaginable en zone euro), on promet qu’on ne recommencera plus, oh non plus jamais, et puis le temps fait son œuvre et l’incohérence temporelle reviendra de plus belle.

Comme tous les économistes professionnels, j’ai un faible pour la Fed car c’est encore un lieu de débats, on voit des dissidences, il y a encore un écosystème de la pensée critique. Mais la cacophonie au moment où les taux sont à 0% et où par conséquent la communication devient un instrument décisif, ça suffit. Ben Shalom ce soir doit agir en patron, faire un travail de synthèse certes mais aussi donner du sens, ramener un peu d’ordre dans la maison et calmer les excités de la hausse des taux, ce qui devrait être positif à court terme pour les actions.

Comment va-t-il s’y prendre sans parler du bordel européen et sans trop désavouer les faucons de la FED qui voient des bulles partout alors que les actions n’ont presque pas progressé depuis 15 ans ? Ben va avancer les nouvelles prévisions de l’institution sur la croissance (en baisse) et l’inflation (en baisse). Il va réitérer le discours traditionnel des économistes (output gap encore très négatif, faiblesse de la croissance mondiale et de l’inflation, nécessité du gradualisme). On n’est pas à l’abri de mauvaises surprises bien entendu (les minutes du FOMC montrent que la Fed passait encore la moitié de son comité à parler du risque d’inflation un mois après Lehman !) et de concessions à l’adresse des faucons (nécessité de la surveillance de certains marchés du crédit, et blablabla) mais on peut compter sur lui pour équilibrer les choses, assurer un service monétaire minimum ainsi qu’une relative calinothérapie des marchés et une forme de réassurance globale, dont la zone euro en bonne passagère clandestine va bénéficier une fois de plus à bon compte (tout en critiquant l’aventurisme américain).

A ce propos, notons que la montée des taux nominaux et réels n’est pas un problème pour l’Amérique (où les taux sont très en dessous de la croissance du PIB nominal, où la reprise s’affirme) mais un problème pour la zone euro (où les taux sont honteusement trop hauts versus la décroissance du PIB nominal, où les prix des actifs baissent et où les risques sont partout) : je ne crois pas que l’éventuelle hausse des taux US se répercutera cette fois chez nous, mais si cela devait arriver (du fait de l’inaction coupable de la BCE, tout est possible), nous subirions un nouveau choc récessionniste et déflationniste. Après les 7 trimestres que nous venons de passer en zone euro, ça ferait mal. Prions donc à nouveau pour que Bernanke fasse le job.     

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 19/06/2013 - 23:39
allons donc , il ne se passera rien mercredi
on va pas couper l'herbe sous le pied de tous ces medias economiques ou pas qui attendent de l'eté un moment festifs pour remplir leurs colonnes

il y a deux ans c'etait le film interminable sur le mur fiscal américain

l'an dernier les enormes suspens sur les marchés (sans jamais parler des volumes ridicules qui biaisaient toutes les analyses servies)

on va bien attendre le mois d'aout avant de nous faire fremir sur les planches a billet et la remontée des taux ... d'autant qu'il y a l'autre suspens insoutenable depuis 6 mois .... Merkel qui se tait car elle attend sa reelection avant de souffler dans les bronches de qui ne lui reviendra pas (si elle est réelue car le chomage remonte au pays des merveilles et de la croissance passée d'une prévision de 1% a 0,1% pour 2013 ....)
Albator
- 19/06/2013 - 12:51
Je préfère celui-ci
En tant que professionnel de la finance, il me semble que M.Mucherie défend peu ou prou les mêmes positions que M.Goetzman, sans toutefois en avoir la morgue, ce qui de fait rend la lecture plus aisée et plus propice à une attitude contradictoire que l'autre auteur précité.
Si effectivement l'attitude de la BCE semble rétrospectivement aberrante (inflation vs Lehman), faut-il exclure néanmoins tout risque d'inflation ? Ne peut on penser avec tous ces flots d'argents déversés que l'inflation fera un retour en fanfare tôt ou tard ? Pour ne prendre que l'exemple des "Abenomics", la masse monétaire va être multipliée par 2. Les USA sont à une autre échelle, et même la BCE que l'on présente comme réfractaire à ces pratiques, rachète pourtant pour qq milliards d'obligations.
Si la conjoncture est telle que le retour de l'inflation semble exclu à court terme, quelle est la garantie que l'on aura pas d'hyperinflation d'ici, mettons 10 ans ? J'aimerais avoir une réponse. Merci.