En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Défendu à la fois par l’Iran, la Russie, la Chine, le Liban (Hezbollah), la Corée du  Nord et Cuba, le régime syrien conserve une capacité de nuisance
Même joueur joue encore
La Syrie face à la solution russe (ou le retour à la case départ)
Publié le 20 mai 2013
Deux ans après le début de la guerre civile, Washington a renoncé à faire du départ de Bachar al-Assad un préalable à la sortie de crise.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux ans après le début de la guerre civile, Washington a renoncé à faire du départ de Bachar al-Assad un préalable à la sortie de crise.

Deux ans après le début des "révolutions arabes" et des milliers de morts plus tard, les Occidentaux, qui ont pris fait et cause pour l’opposition islamiste et appelé à la chute du régime de Bachar al-Assad, commencent à se rendre compte que l’option russe, qui prônait au contraire une solution politique, n’est peut-être pas la pire. Il y quelques mois encore, les capitales occidentales misaient encore sur une chute rapide de Bachar et accusaient Moscou de le soutenir. Mais entre-temps, les Etats-Unis, qui ne peuvent pas fournir des armes à des islamistes syriens liés à al-Qaïda en Irak que les JI’s combattent, ont compris qu’aucune solution ne peut exclure la Russie, seule capable de pousser Damas à accepter un accord et une porte de sortie. Défendu à la fois par l’Iran, la Russie, la Chine, l’Irak, le Liban (Hezbollah), le Venezuela, la Corée du  Nord, Cuba, etc, le régime syrien conserve une capacité de nuisance : conflit israélo-palestinien ; attentats en Turquie commis par des groupes pro-syriens ; activisme du Hezbollah, etc.

La Russie est donc à nouveau prise au sérieux par les grandes chancelleries. D’où les visites à Moscou du secrétaire d’Etat américain John Kerry, du premier ministre britannique David Cameron, et même du Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahou, qui a demandé à M. Poutine de ne pas honorer la livraison de missiles russes antiaériens S-300 à Damas. D’où aussi l’accord conjoint entre Vladimir Poutine et Barak Obama concernant la conférence internationale sur la Syrie ("Genève 2") envisageant un gouvernement de transition. Ignorant pour une fois la position des puissances sunnites (Turquie, Arabie Saoudite et Qatar), Washington a renoncé à faire du départ de Bachar un préalable et a semblé accepter l’idée russe d’un futur gouvernement acceptable par toutes les parties formé après 2014 en échange de sa promesse d’Assad de renoncer à se représenter.

Quant à la France de François Hollande, marginalisée, elle continue de soutenir la réunion du "groupe des Amis de la Syrie" formée par les pays hostiles à Assad qui se tient à Amman cette semaine... C’est dans ce contexte que Bachar, décidé à influencer la conférence, a confirmé le 18 mai, dans une interview accordée à des journalistes argentins, qu’il poursuivrait son mandat jusqu’en 2014, fait évident dès lors que l’Occident n’est pas intervenu militairement en faveur des rebelles incapables de vaincre seuls. Bachar al-Assad a par ailleurs totalement nié l’utilisation par son régime d’armes chimiques – selon lui prétexte à une périlleuse intervention occidentale – qui auraient été en revanche utilisées par les rebelles. Tout en saluant l’initiative russo-américaine, il a enfin averti qu’il sera impossible de faire respecter un cessez-le-feu par une rébellion divisée composée de centaines de groupes sunnites unis par la seule volonté de détruire Bachar et l’axe-chiite Iran-Syrie-Hezbollah.

Il est vrai que le conflit syrien tourne de plus en plus en guerre de religion, ceci dans le cadre de révolutions arabes soutenues par les pétromonarchies sunnites qui aident partout les islamistes à renverser les régimes laïques et l’axe chiite syro-libano-irakien soutenu par l’Iran. Dans ce contexte, la stratégie de Téhéran consiste à renforcer le Hezbollah libanais chiite, dont 8 000 miliciens sont déployés en Syrie pour aider Assad à sécuriser les zones qu’il contrôle. D’où les raids israéliens en Syrie sur des armements destinés au Hezbollah : ces raids ne visaient pas à appuyer les rebelles mais à empêcher le renforcement du Hezbollah, qui pourrait déclencher une offensive sur le Nord d’Israël en cas de raid israélien ou américain sur l’Iran (qui cherche à se doter de l’arme nucléaire).

Moins médiatisée que la guerre sunnites-chiites, celle menée par les sunnites contre les chrétiens, accusés de soutenir Assad, est une autre composante de la guerre civile syrienne. Il est vrai que, bien qu’un chrétien, Georges Sabra, ait été élu président du Conseil National Syrien en novembre 2012, la plupart des chrétiens soutiennent le régime de Damas. Rappelons que l’un des créateurs du parti au pouvoir à Damas, le Baas, était un chrétien (Michel Aflaq) et que des chrétiens ont occupé des postes importants sous Bachar, comme le ministre de la Défense, Daoud Rajha, nommé en 2011 et tué dans un attentat à Damas en juillet 2012. Coincés entre le régime - qui les somme de prendre position pour lui - et l’opposition sunnite, qui leur demande de prendre les armes à ses côtés, les chrétiens ont peur : ainsi, 80 000 chrétiens de Homs ont fui vers Damas ou Beyrouth et 1/3 des chrétiens ont déjà fui la Syrie. D’après la Commission d'enquête internationale indépendante sur la Syrie, l’opposition armée multiplie les attaques contre les minorités.

Comme en Irak, les Chrétiens, souvent aisés, sont les cibles d’attaques et d'enlèvements. On peut citer par exemple les chrétiens de Maaloula pris en otage en décembre 2012 ; ceux de Qusayr enlevés en juillet 2012 ; les assyro-chaldéens de Hassaké enlevés puis obligés à envoyer leurs enfants rejoindre l'opposition armée ; l’assassinat en août 2012 de 12 chrétiens à Jaramana ; l’explosion d’une bombe en pleine messe le 21 octobre dans le quartier chrétien historique de Damas, Bab Touma (15 chrétiens tués) ; l’assassinat de 8 autres chrétiens et de 12 druzes le 28 novembre à Jaramana dans des attentats visant les "communautés anti-rébellion" ; le cas atroce du prêtre grec-orthodoxe, Fadi Jamil Haddad, curé de Saint Elie à Qatana, qui fut scalpé et à qui on arracha les yeux pour avoir tenté de libérer un paroissien pris en otage ; et l’enlèvement,  le 22 avril dernier, près d’Alep, des évêques Yohanna Ibrahim et Paul Yazigi, durant une mission humanitaire, etc…

Autant de faits qui inquiètent le Vatican - le Pape François a dénoncé les persécutions de chrétiens - et qui sont dénoncés par les médias et le pouvoir russes, qui se présente comme le protecteur des chrétiens d’Orient face aux islamistes "soutenus par l’Occident". Il est vrai que les pays occidentaux semblent plus préoccupés par les intérêts de leurs "alliés" sunnites du Golfe que par ceux de leurs coreligionnaires chrétiens de Syrie... Si l’Iran chiite défend les “frères” chiites d’Irak, de Syrie et du Liban face aux Sunnites ; si les monarchies du Golfe et la Turquie soutiennent les "frères” sunnites de Syrie face aux chiites-alaouïtes, l’Occident post-chrétien n’a quant à lui jamais défendu les chrétiens d’Egypte, du Pakistan, du Nigeria ou du Soudan persécutés par les sunnites… Les puissances de l’OTAN, qui voient toujours dans la Russie l’ennemi soviétique de la guerre froide, ont en revanche souvent envoyé, depuis 1990, leurs troupes contre des régimes pro-russes (Serbie de Milosevic, Irak de Saddam Hussein, Libye de Kadhafi, etc), notamment par "solidarité" avec leurs "alliés" pétroliers du Golfe et l’Organisation de la Conférence islamique qui exigeaient de défendre la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, le Koweït, les rebelles islamistes libyens et maintenant syriens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
walküre
- 21/05/2013 - 17:08
Envoyez BHL là-bas
il va tout arranger.
Glop Glop
- 21/05/2013 - 06:50
Le problème à toutes ces guerres porte un nom...
... islam, rien de plus, rien de moins. Le réveil occidental viendra aux côtés d'autres peuples qui ne passe leur existence à vouloir imposer aux autres ce qu'il faut penser, manger, faire, porter et qui, technologiquement sur tous les domaines (recherches diverses, médecine, télécommunication, aviation, automobile, urbanisme, tout...) ont des avancées d'un millénaire et demi au bas mot... c'est à dire depuis l'époque où est apparue le fléau de l'humanité sans distinction d'appartenance géographique. La bien-pensance affairiste est à son apogée, son déclin est amorcé, la repentance est son dernier virus qui ne prend d'ailleurs plus. L'affaire sera réglée avant la moitié de ce siècle et bien entamée avant les quinze prochaines années.
Le gorille
- 21/05/2013 - 05:08
Flosse ou Assad ???
Quel méli-mélo jumbofreddy - 20/05/2013 - 10:17
Mettre dans le même article Gaston Flosse et Assad ! Faut vraiment oser !
Pour Gaston Flosse, une précision : beaucoup de gens ont voté la raison, la capacité, l'expérience et ont fait taire leur ressentiment.
Gaston Flosse n'est pas condamné : toutes les voies de recours n'ont pas été épuisées. Evitez de croire Dozières....