En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Une grande crue de la Seine se produit chaque siècle.
Beaucoup d'eau
Montée de la Seine : comment la mairie de Paris se prépare à LA grande inondation
Publié le 09 mai 2013
Une grande crue de la Seine se produit chaque siècle. La dernière remonte à 1910 (8,62m). Comment la ville de Paris et la région Ile-de-France s'y préparent-elles ?
Magali Reghezza, enseignante-chercheuse en géographie à l’École nationale supérieure, est spécialiste de l'aménagement des espaces urbains à risques. et a co-dirigé l'ouvrage Résiliences urbaines : les villes face aux catastrophes, aux éditions...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Magali Reghezza
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Magali Reghezza, enseignante-chercheuse en géographie à l’École nationale supérieure, est spécialiste de l'aménagement des espaces urbains à risques. et a co-dirigé l'ouvrage Résiliences urbaines : les villes face aux catastrophes, aux éditions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une grande crue de la Seine se produit chaque siècle. La dernière remonte à 1910 (8,62m). Comment la ville de Paris et la région Ile-de-France s'y préparent-elles ?

Atlantico : Chaque crue de la Seine ressuscite le spectre de celle de 1910 (8,62m). Qu’en est-il de la nouvelle montée centennale prévue par les spécialistes ? Faut-il s’y attendre dans les années qui viennent (au moins pour cette décennie), et a-t-on une idée de son importance ?

Magali Reghezza : Pour la décennie à venir on sait seulement que l’on a une chance sur cent de voir une crue analogue à celle de 1910. Il peut en arriver deux ou trois consécutivement, et puis plus rien pendant 50 ou 100 ans. On est capable de calculer des temps de retour moyens, mais pas la date exacte. En moyenne, le niveau d’eau dépasse les sept mètres deux à trois fois par siècle (sachant qu’il est en temps normal à 2,50 m).

Si les eaux devaient atteindre le même niveau qu’en 1910, les autorités seraient-elles prêtes à faire face ? Quel dispositif a été mis en place ?

La Préfecture de police d’Île de France est responsable de la "zone de défense", qui comprend les huit départements de la région, et qui est placée directement sous l’autorité du gouvernement. La catastrophe concernant toute la région et ses millions d’habitants, on remonterait directement au niveau d’un plan ORSEC (Organisation de la Réponse de Sécurité Civile), porté par le Préfet de Paris.

La mission de l’Etat et de ses services est d’abord de protéger les populations et de permettre le retour à la normale le plus vite possible. Tous les acteurs franciliens (gestionnaires de réseau, acteurs économiques, etc.) sont sommés de mettre en place leurs propres plans de secours : RATP, ERDF, les Hôpitaux de Paris, les musées nationaux… La RATP, par exemple, est très en avance car elle se prépare depuis la fin des années 1990. D’autres, pour différentes raisons, sont très en retard. Globalement tout le monde se prépare depuis le début des années 2000.

Pourquoi ne pas s’y être pris plus tôt ?

Comme la Seine n’a plus connu de crue majeure entre 1955 et 1980, le risque a été oublié. La construction de barrages-réservoirs a laissé penser qu’on était à l’abri. Suite à la crue de 1980, les pouvoirs publics se sont rendu compte qu’il fallait se préparer. Une dizaine d’années a été nécessaire pour procéder au calcul des risques et des dommages. C’est aux environs de l’an 2000 que, sous l’impulsion de la secrétaire de la zone de défense Michèle Merli, la question a été prise à bras le corps. A l’époque, deux personnes étaient en charge du dossier. Maintenant elles sont environ 25 à la Préfecture à gérer tous les risques au sein de la zone de défense (terrorisme, neige, inondations…).

En 1910, les réseaux souterrains (métro, RER, canalisations, électricité) n’avaient pas les ramifications d’aujourd’hui : quelles démarches ont été effectuées pour les protéger ?

Pour protéger, on utilise des éléments amovibles (parpaings…). L’activité économique serait quasiment paralysée pendant le temps de la crue, en particulier hors de la zone inondée. La Défense, par exemple, ne pourrait plus fonctionner. Des plans de déplacement de l’activité ont donc été prévus, ce que gèrent très bien les entreprises privées.

Après la protection, il faut procéder à la remise en service des réseaux. La crue durera à peu près sept semaines, le temps que l’eau monte et descende. Les perturbations de la vie quotidienne seront donc majeures : coupures de courant, d’eau, problèmes de liquidités bancaires… Le coût pour la société sera colossal : le tourisme et l’hôtellerie ne pourront pas travailler, des contrats ne pourront être assurés… Même si l’infrastructure de production n’est pas touchée, beaucoup d’entreprises ne pourront plus assurer leurs services. La RATP devra fermer son réseau pour le protéger. Le coût est énorme pour cette entreprise, mais également pour toutes celles qui en dépendent.

D’autres grandes villes comme Tokyo ou la Nouvelle Orléans ont-elles pu servir d’exemples ?

Des fonctionnaires de la Préfecture de police sont partis à New York juste après l’ouragan Sandy pour effectuer un retour d’expérience. Ils se sont par exemple rendu compte que la RATP est beaucoup plus en avance que le métro new-yorkais ; en revanche on est en retard au niveau de la communication via SMS et Twitter. Ils se sont également intéressés à Prague dans les années 2000, et communiquent beaucoup avec les Pays-Bas et Londres.

Les banques communiquent également beaucoup avec leurs homologues japonais, car ces derniers sont obligés de mettre en place un certain nombre de procédures de sécurité en cas de séisme, qui peuvent être réutilisées en cas d’inondations en France.

Un système de bassins de récupération est-il une option envisageable ?

D’une crue, on ne voit que l’eau qui déborde. Le problème principal réside dans les sous-sols et les nappes phréatiques. Sous Paris, c’est une ville de sept étages qui est construite, et c’est justement cette dernière qui pose problème. On ne peut plus construire dans les sous-sols.

Il faut trouver des solutions pour compenser ce que la technique ne peut plus empêcher. Avec les barrages, on gagne 70 cm d’eau, ce qui implique une économie de 5 milliards d’euros de dommages. Mais c’est insuffisant. Il faut trouver des solutions sociales, organisationnelles, comportementales au niveau des populations et des entreprises pour essayer de faire face.

La capacité de Paris à faire face jouera son destin sur la scène internationale : si la ville résiste bien, le bénéfice à moyen et à long terme  est certain. Elle continuera d’attirer des investisseurs. Autrement ces derniers se réorienteront vers d’autres villes.

Sur ce même sujet, la Direction de la Propreté et de l'Eau de la ville de Paris a également accepté de nous répondre. Voici son message : 

"La crue historique de 1910 a statistiquement, chaque année, une chance sur cent de se reproduire. Autrement dit, par exemple, deux crues de ce type pourraient statistiquement se produire la même année et, ensuite, ne plus se reproduire pendant plusieurs siècles.

Au-delà, les recherches à l'horizon 2050 sur la traduction hydrologique à l'échelle du bassin de la Seine des prévisions sur le changement climatique ne tablent pas, actuellement, sur un changement d'ampleur de ces crues extrêmes. Des décalages saisonniers pourraient cependant s'avérer dans le temps.

Tous les acteurs du bassin se préparent pour prévenir une crue de type 1910, en général avec une marge supplémentaire d'au minimum 15%. Cela consiste à réduire la vulnérabilité des installations et des biens par des mesures limitant les impacts d'une inondation (adaptation des bâtiments, répartition des activités et des biens …). Au-delà, des mesures de protections sont mises en œuvre localement (dispositifs d'étanchéité fixes ou amovibles, rehausses de quais et de berges, fermeture de réseaux …) et à l'échelle du bassin de la Seine (champs d'expansion des crues, lacs-réservoirs …). Enfin, des procédures de gestion de crise sont prévues, avec la coordination de l'Etat. Les services municipaux de Paris mettent en œuvre de tels plans d'action.

Chaque événement Français ou mondial est l'occasion de retours d'expérience et de dynamisation des plans d'action. Le site web du CEPRI peut être utilement consulté."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Stef41
- 09/05/2013 - 19:25
Tout va bien :
Gouverner, c'est pleuvoir.....
Jean-Francois Morf
- 09/05/2013 - 19:19
la Seine qui déborde, en chanson...
http://www.youtube.com/watch?v=gOuj9Nydrh0
jurgio
- 09/05/2013 - 18:16
À force d'étaler du sable, on provoque les eaux !
À y regarder, la structure d'implantation de l'Île-de-France, avec comme nœud la ville de Paris, est une absurdité conservée depuis longtemps. On préfère préparer le sparadrap plutôt qu'à faire évoluer l'environnement.