En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

01.

Le créateur de Facebook Mark Zuckerberg harcelé

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en passant des énergies fossiles

il y a 38 min 48 sec
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 3 heures 45 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 11 heures 40 min
pépites > Sport
Drapeau neutre
Exclusion de la Russie des compétitions sportives : Vladimir Poutine dénonce une décision politique
il y a 13 heures 16 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 16 heures 3 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 17 heures 18 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 20 heures 22 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 20 heures 56 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 3 heures 40 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 10 heures 50 min
pépites > Media
Justice
Discours de la Convention de la droite diffusé sur LCI : Eric Zemmour sera jugé à la fin du mois de janvier
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 9 min
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 16 heures 38 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 18 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 20 heures 35 min
pépite vidéo > International
Images impressionnantes
Nouvelle-Zélande : lourd bilan après l'éruption du volcan de White Island
il y a 21 heures 50 min
© DR
Jean-Marc Ayrault a inauguré jeudi le Haut Conseil de la famille.
© DR
Jean-Marc Ayrault a inauguré jeudi le Haut Conseil de la famille.
Asphixie

La mort programmée des politiques familiales

Publié le 11 février 2013
Jeudi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a inauguré le Haut Conseil de la famille. Il en a profité pour vanter les mérites de la politique familiale française, enviée, selon lui, par le reste de l'Europe. Vraiment ?
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a inauguré le Haut Conseil de la famille. Il en a profité pour vanter les mérites de la politique familiale française, enviée, selon lui, par le reste de l'Europe. Vraiment ?

Dans le grand craquement architectonique qui secoue la sécurité sociale, et la protection sociale au sens large, tout porte à croire que la quatrième branche de l’édifice de 1945 tant adulé par Stéphane Hessel, la branche "familles", vient d’entrer en phase terminale et devrait bientôt recevoir ses premiers soins palliatifs.

Pour mémoire, cette branche mal connue de la sécurité sociale, qui perçoit 60 milliards d’euros annuels de recettes (comparables aux recettes de l’impôt sur le revenu, en somme), dont une grosse moitié en cotisations sur les salaires, cumule tous les handicaps du système français de sécurité sociale.

Premier handicap: les nombreux lièvres qu’elle court en même temps. Inventée pour aider les salariés à élever leurs enfants, la branche familles sert effectivement à payer des allocations familiales. Mais elle remplit une série d’autres missions dont la cohérence défie la logique: conciliation entre vie professionnelle et vie familiale par le versement de prestations de gardes d’enfant, mais aussi aide au logement et lutte contre l’exclusion, avec le versement de l’AAH et du RSA. À poursuivre autant d’objectifs hétéroclites, on se demande quelle peut être la légitimité sociale d’un organisme de sécurité sociale aussi éloigné de sa raison d’être initiale.

Deuxième handicap: la branche familles est, depuis sa création, une sorte de chasse gardée d’un syndicat ultra-minoritaire, la CFTC (Confédération Française des Travailleurs Chrétiens). Dans le grand découpage des présidences de sécurité sociale entre les syndicats représentatifs de salariés, cette branche a donc récolté, assez naturellement d’ailleurs, le titre de domaine réservé du syndicat le plus attaché à la famille. Le problème est que ce syndicat, quoiqu’en dise ses aimables dirigeants, demeure l’un des moins représentatifs... Et devrait d’ailleurs perdre sa capacité à négocier des accords nationaux, tant il ne représente plus rien. En attendant, cette branche apparaît comme l’une des moins légitimes et des moins représentatives dans le paysage paritaire français.

Troisième handicap: la branche familles n’est pas financée par les salariés, mais par les employeurs et par les contribuables. Les cotisations familiales sont en effet uniquement payées par les patrons. Elles représentent une grosse moitié des ressources de la branche. L’autre moitié est apportée par le budget de l’Etat. Difficile donc de justifier la légitimité de demander l’avis des salariés sur la gestion d’un système qu’ils ne financent pas. Et forcément, l’idée de remplacer tout cela par une TVA sociale ne peut qu’occuper les esprits.

Dans ce bouquet, en soi suffisant, de bonnes raisons qu’il y aurait à supprimer la branche familles pour en faire un service de l’Etat, d’autres malheurs s’ajoutent, propres à la crise que le pays traverse depuis plusieurs années.

Au premier chef, la branche familles est exposée à la montée de la précarité en France. Vouée à servir des prestations de lutte contre l’exclusion, la branche est de toutes les innovations qui agitent la vie politique. Dernière création en date: le Revenu de Solidarité Active, qui a bouleversé le fonctionnement de la maison dans un temps très court. Toute cette agitation constitue un puissant facteur de trouble, qui perturbe considérablement la vie normale des services.

Elle s’accompagne d’une augmentation continue de l’activité qu’on aurait bien tort de sous-estimer. Au total, un français sur deux est un assuré de la caisse nationale d’allocations familiales, structure qui ne compte que 33.000 salariés, et plus de 1.600 lieux d’accueil. Une fraction simple montre que chaque salarié de la branche gère un portefeuille théorique de 1.000 salariés, ce qui est considérable. Toutes choses égales par ailleurs, ce ratio employés/clients est le même que celui de Bouygues Telecom.

Pourtant, la branche familles est sommée de réduire son nombre de salariés pour dégager de la productivité. Cette politique encadrée par des contrats d’objectifs signés avec l’Etat a produit de véritables ravages dans les services. Ainsi, si la mise en place du RSA a justifié la création de 1.257 postes, mais une politique concurrente de suppression de 1.177 emplois a réduit les créations nettes à néant ou presque.

Selon les chiffres officiels de la CNAF produits dans le bilan de la dernière convention d’objectifs, la productivité des collaborateurs de la caisse a augmenté de 14% en 10 ans. Cette progression peut paraître modeste. Elle explique néanmoins une forte pagaille opérationnelle, et des situations proches de la rupture.

Ainsi, la CAF de l’Hérault a-t-elle annoncé une fermeture de ses services pendant une dizaine de jours au mois de février, afin de rattraper son retard et de pouvoir payer les prestations de mars en temps et en heure. La conjonction d’une montée en charge des demandes dans certains départements, et d’une réduction d’effectifs, jointe à un retard dans l’évolution managériale, mettent donc en péril le fonctionnement même de la branche. À terme, les Français pourraient avoir la surprise de découvrir que certaines prestations de sécurité sociale ne sont plus payées dans les temps, faute d’une organisation capable de délivrer le service dans de bonnes conditions.

D’autres signaux inquiétants montrent que la branche familles se trouve aujourd’hui dans une situation de rupture qui ne pourra durer longtemps. L’an dernier, par exemple, la Cour des Comptes a refusé de certifier les comptes de la branche. Les raisons invoquées étaient simples à comprendre: la CNAF verserait environ 1,6 milliard d’euros de prestations en trop, à cause d’erreurs de calcul. La Cour avait pointé du doigt, à cette occasion, les insuffisances du pilotage de la branche, qui témoigne de l’obsolescence profonde de notre sécurité sociale dans ce domaine.

Mais la Cour avait rendu d’autres conclusions plus assassines. Elle avait notamment remarqué de graves erreurs d’imputations comptables (à hauteur de plus de 500 millions d’euros), qui conduisaient à minorer le déficit de la branche. Elle avait aussi signalé des erreurs comptables, des imprécisions et des omissions, qui nourrissent le sentiment de déshérence propre à notre régime de politique familiale.

Selon toute vraisemblance, la Cour des Comptes ne certifiera pas plus les comptes de la branche familles cette année, ce qui tombe assez mal. Comment justifier en effet la pérennité d’une branche dont le financement pèse sur le coût du travail, dont les missions sont aussi désordonnées, et dont l’efficacité est aussi contestée ?

L’intérêt d’une transformation des cotisations patronales qui financent le régime en impôt indirect était bien celui-là: supprimer la gestion paritaire de la branche, et produire un big bang capable de remettre à plat l’organisation de la branche elle-même. Car tant que la caisse est financée par des cotisations sociales, les syndicats sont légitimes à en assurer la gouvernance, même si celle-ci est partagée avec l’Etat. Dès que les recettes de la branche sont assurées par l’impôt, la gestion paritaire perd toute légitimité.

Or, comment réformer une structure de sécurité sociale, comment la rendre efficace, quand ceux qui la gouvernent ont la tâche ingrate de représenter, dans le même temps, les salariés qui seront les premiers concernés par une réorganisation?

De ce point de vue, l’agonie de la branche familles à laquelle nous assistons est une étape à la fois précurseuse et expérimentale d’un processus beaucoup plus général: la mort par asphyxie de la vieille sécurité sociale paritaire de 1945.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

01.

Le créateur de Facebook Mark Zuckerberg harcelé

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 11/02/2013 - 21:34
1,6 milliards de prestations versées par erreur!
Les patrons qui ont vu leur entreprise mise en liquidation, principalement pour défaut de trésorerie et dettes accumulées, seront content d'apprendre qu'ils ont, aussi, subventionné cette gabegie...
Déjà, au moment de l'élaboration du RMI ( puis du RSA), ils pouvaient s'étonner que les gauchistes exigent que ces prestations soient versées sans aucune compensation!
Maintenant on comprend mieux, car leur calcul aurait été tellement complexe que l'erreur aurait dépassé plusieurs milliards...
brennec
- 11/02/2013 - 16:11
Quelles cotisations patronales?
Il n'y a pas de cotisations "patronales", ces cotisations entrent simplement dans le cout du travail au même titre que le salaire. En toute logique le bulletin de salaire devrait comporter le salaire global compte tenu de tous les prélèvements et cotisations.
pemmore
- 11/02/2013 - 11:32
Ca ne doit être que du bonheur,
pour les tricheurs, le risque de contrôle quasi nul, quand aux allocations logement elles servent surtout à enrichir les sociétés d'hlm qui peuvent exiger des loyers et surtout charges délirants, parfois 50% plus chers à surface égale qu'un pavillon en campagne à 20 km.