En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Zone franche
Nucléaire : la France a besoin d'un débat, pas d'une dispute
Publié le 16 mars 2011
Un référendum sur l'abandon du nucléaire serait grotesque et démagogique. Un vrai débat, en revanche…
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un référendum sur l'abandon du nucléaire serait grotesque et démagogique. Un vrai débat, en revanche…

La rapidité de certains écologistes à exiger un référendum sur le nucléaire ― désolé pour Cohn-Bendit, que j’apprécie par ailleurs : un camarade libéral de gauche, c’est si rare… ― a quelque chose de l’impétuosité émotionnelle si souvent critiquée chez Sarkozy.

Un événement tragique survient ? Le public est ému ? Paf, je dégaine ma mesure massue ! Ok, c’est plus souvent un meurtre en rase-campagne qu’une fissure de réacteur nucléaire et une proposition de loi sur la récidive plutôt qu’un appel au vote citoyen, mais les logiques restent assez superposables.

Moi-même, je ne suis pas spécialiste du nucléaire, mais c’est le cas de 99,9% de la population française ― apparatchiks verts et adorateurs de saint Atome récitant leur bréviaire compris. C’est d’ailleurs une excellente raison de tenter d’avoir un avis, cette absence de spécialisation : les questions énergétiques de cette amplitude concernent tout le monde et, s’il fallait s’en remettre aux seuls diplômés des Mines pour savoir de quel bois nous chauffer, nous en serions peut-être encore au charbon…

Comme non-spécialiste prioritairement concerné par la température dans la chambre de mes gosses, que m’inspirent donc les images venues du Japon ? D’abord, une immense et sincère compassion pour ces milliers de victimes, ces centaines de milliers de sans-abris et ces millions de personnes dont la vie est bouleversée.

Ensuite, une inquiétude quant au danger que ce nouveau Tchernobyl fait peser sur la santé des Japonais d’une part, et des humains d’un peu partout d’autre part.

Enfin, une réflexion sur la nature de nos propres centrales nucléaires et le risque qu’elles représentent.

Dans cet ordre.

Il n'y a pas une énergie de gauche, propre et sympa, et une énergie de droite, crade et menaçante

Sur les deux premiers points, il n’y a pas grand chose à faire. J’espère seulement que les autorités japonaises se montreront à la hauteur, que la France et l’Europe contribueront à soulager la détresse des victimes à la hauteur de leurs moyens et que, si un nuage radioactif s’aventure au-dessus de nos têtes, on ne nous refasse pas le coup de la panne

Mais pour le dernier élément, je refuse de me laisser entraîner dans une querelle de militants donnant le sentiment que le nucléaire est devenu, comme tant d’autres thèmes, un enjeu politique au sens vil. Car, c’est une évidence, le nucléaire n’est pas partisan. Il n’y a pas une énergie de gauche, propre et sympa, et une énergie de droite, crade et menaçante.

Il y a, plutôt, les choix informés et réalistes que doit faire un pays comme le nôtre, sans gaz ni pétrole mais que son niveau de développement oblige à fournir de l’énergie à ses citoyens comme à ses entreprises de façon fiable, sûre et en grande quantité.

La France métropolitaine, autant que l’on puisse en juger, n’est pas située en zone sismique. Ses centrales ne risquent pas d’être submergées par un tsunami et n'ont connu, en plusieurs décennies d’exploitation, ni désastre sanitaire ni catastrophe écologique. Elles lui ont au contraire permis de devenir l’une des grandes nations industrielles les moins émettrices de CO2, de jouir d’une électricité bon marché et même d’exporter deux-trois KWh chez les voisins ayant fait des choix différents…

Elle n’est pas, pour autant, à l’abri d’un terroriste créatif qui, lassé d’expédier des avions sur Wall Street, s’intéresserait à La Hague. Ni même d’une défaillance dans les formidables systèmes de sécurité dont on nous rebat constamment les oreilles.

Nous sommes donc face à des choix complexes, à un arbitrage entre un risque réel mais, disons-le, faible, et quelque chose qui s’apparente à un plongeon dans l’inconnu. Sortir du nucléaire à l’heure où le pétrole vient à manquer et se négocie au prix du champagne, où les énergies de substitution dites renouvelables doivent encore faire leurs preuves, c’est aussi un risque.

De fait, le Français moyen, à l’inverse du militant pour ou anti, n’a pas de religion. Il se fiche totalement de savoir si l’ampoule qu’il allume est alimentée par un barrage hydroélectrique, une centrale à alcool de patates, un four solaire géant ou des atomes en folie. Bien sûr, il préfèrerait qu’on évite de pourrir la planète si c’est possible, mais il ne veut surtout pas qu’on le prenne pour un demeuré en le sommant de choisir un camp pour des raisons idéologiques, les images d’une centrale japonaise en flammes prenant la place des vidéos d’embryons qu’affectionnent les anti-IVG.

Un référendum sur une question aussi complexe ― un oui ou non sec comme un coup trique venant déterminer, ou plutôt, obérer l’avenir énergétique de la France ―, c’est grotesque et démago. C'est une dispute de plus. Un vrai débat informé et civilisé, en revanche… Mais saurons-nous l'organiser ? On a pu s'en rendre compte ces derniers temps, nous sommes manifestement plus calés en nucléaire qu'en discussions courtoises !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
07.
L’économie française, bouée de sauvetage de la zone euro ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le_shiitake_atomique
- 16/03/2011 - 20:34
Corset idéologique
"les choix informés et réalistes que doit faire un pays comme le nôtre,[et qui doit] fournir de l’énergie à ses citoyens comme à ses entreprises de façon fiable, sûre et en grande quantité."
Quand vous aurez libéré votre réflexion on pourra discuter, en attendant, c'est comme demander à un gars qui se met les mains devant les yeux combien je lui montre de doigts.
Navrant
Ce site aussi d'ailleurs..