En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Suppression de la TVA sociale, sécurisation de l'emploi, hausse de la CSG, déficit commercial abyssal et vagues promesses sur le développement de la recherche, l’innovation et l’industrie... A quoi pourrait ressembler le futur rapport Gallois ?
Il faut que ça change
58% des salariés français oubliés ? Toutes les bonnes intentions du monde envers les PME ne les sauveront pas des réformes qui continuent à les confondre avec le CAC 40
Publié le 12 septembre 2012
Jean-Marc Ayrault s'est engagé mardi à un "choc de compétitivité" d'ici la fin de l'année. Des propositions devraient être avancées ce mercredi en réunion interministérielle... Reste au gouvernement à prendre conscience qu'une PME n'est pas un groupe du CAC 40.
Jérôme de Rocquigny est vice-président au sein d'une association patronale, le Cerf. Il dirige lui-même deux centres de formation privés à Nice formant des BTS tertiaires en alternance. Il travaille également avec des représentants des autorités...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme De Rocquigny et Régis Coeurderoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme de Rocquigny est vice-président au sein d'une association patronale, le Cerf. Il dirige lui-même deux centres de formation privés à Nice formant des BTS tertiaires en alternance. Il travaille également avec des représentants des autorités...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Ayrault s'est engagé mardi à un "choc de compétitivité" d'ici la fin de l'année. Des propositions devraient être avancées ce mercredi en réunion interministérielle... Reste au gouvernement à prendre conscience qu'une PME n'est pas un groupe du CAC 40.

Atlantico : Une réunion interministérielle présidée par le Président de la République porte ce mercredi sur la compétitivité... Jean-Marc Ayrault a notamment promis d'ici à la fin de l'année des propositions donnant lieu à un "vrai choc". Suppression de la TVA sociale, sécurisation de l'emploi, hausse de la CSG, déficit commercial abyssal et vagues promesses sur le développement de la recherche, l’innovation et l’industrie... A quoi pourrait ressembler le futur rapport Gallois ?

Jérôme de Rocquigny : Monsieur Gallois semble avoir découvert que la bonne santé  économique des entreprises passe par une réduction radicale du coût de travail. En effet, il semble acquis que certain ont définitivement compris que le dynamisme économique mondial nécessite de la compétitivité dans le coût du travail, puisque l'on ne maîtrise plus le prix des matières premières.

On  aimerait aussi que la recherche et l'innovation (qui est notre fort et si utile à l'industrie) sensibilise les esprits. Comment y arriver ? En générant de la croissance et en facilitant l'emploi dans les TPE / PME. Monsieur Gallois et d'autres initiés découvrent encore que le déficit commercial français pénalise l'ensemble des acteurs économiques. Reste qu'il s'agit du gros point noir que nos gouvernants ne savent pas régler, en partie, c'est vrai, parce qu'il n y a pas de réelle volonté politique de voir au quotidien le commerce extérieur comme une solution plutôt que comme une contrainte... Pour preuve, le désert dans lequel s'est perdu la France dans sa non présence à l'étranger.

Alors monsieur Gallois va devoir chercher et trouver quelques dizaines de milliards d'économie de charges qui pèsent sur l'entreprise. Dans une hypothétique reprise massive que cette baisse du coût du travail provoquerait, on aimerait aussi que la problématique de la trésorerie des entreprises et de leur riches fournisseurs (les banques) soit une priorité. 

Régis Coeurderoy : Entendre parler de mesures en faveur de la compétitivité n’est que rarement très bon signe. Ce type de discours et les actions qui y sont associées indiquent le plus souvent une situation inquiétante, voire alarmante. Force est de reconnaître que la France se place de plus en plus dans ce cas de figure ces derniers temps. Le récent rapport du World Economic Forum qui fait sortir le pays du Top20 n’est qu’un cri d’alarme parmi d’autres. Le problème de compétitivité de la France n’est d’ailleurs plus guère enjeu de débats.

Pour que ce constat ne soit pas fatalité, on attend beaucoup de nos entreprises pour exercer le « redressement national », même si personne n’a encore trouvé la pierre philosophale.

A l'heure de la sortie du rapport Sartorius sur les difficultés financières de PSA (qui reconnaît notamment la nécessité du plan social engagé), le gouvernement n'est-il pas plus préoccupé par la sauvegarde des grands groupes du CAC 40 que par le soutien aux TPE et PME ?

Jérôme de Rocquigny : En ce qui concerne PSA, le gouvernement n'a pas vraiment le choix et ne peut que constater les dégâts... En revanche, il lui faut être extrêmement vigilant avec le monde périphérique de la sous-traitance, qui lui est composé de TPE et PME qui risquent de mourir sans grande publicité pour l'occasion.

La France a besoin de ses grandes entreprises, parce qu'elles peuvent être aussi de formidables locomotives d'innovation et avoir un impact psychologique fort. Mais n'oublions pas les PME ! Nos amis et voisins allemands l'ont bien compris, et ce depuis longtemps. Il est vrai qu'outre-Rhin, les petits patrons sont des hommes et femmes très fréquentables... Ce qui malheureusement pas le cas chez nous.

Régis Coeurderoy : Les PME et les TPE, en particulier, devraient être les moteurs des emplois futurs, alors que les plus grandes entreprises réduisent leurs effectifs en France pour se redéployer sur les marchés émergents. Les petites et moyennes entreprises sont donc officiellement la cible privilégiée des politiques publiques.

Après beaucoup d’autres, le gouvernement actuel, par la voix de son ministre de l’économie au micro de RMC/BFMTV, annonce ainsi que le futur pacte de compétitivité "comprendra des mesures pour la recherche et l'innovation, ce qui concernera notamment le crédit d'impôt recherche"(CIR). Parallèlement, la Banque publique d'investissement, en faveur des PME et des entreprises de taille intermédiaire (ETI), sera présentée au Conseil des ministres ". Voilà tout est dit.

Si ces mesures d’allégement fiscal, de soutien à l’investissement, de simplification administrative (parfois plus théoriques que pratiques) ou d’assouplissement du marché du travail ne peuvent qu’être accueillies favorablement, peuvent-elles suffire pour que les PME puissent prendre un rôle actif dans la bataille ?

Justement, en engageant des mesures "taillées" pour la relance des grands groupes français, le gouvernement ne commet-il pas une bévue grossière, condamnant de fait le premier employeur de France (les TPE-PME) ?

Jérôme de Rocquigny : En effet, nous restons incapables en France de concevoir deux modèles à la fois... Il y a pourtant une grande dangerosité à tout mélanger et ne pas faire du "sur mesure". En même temps que la mise en place d'une réglementation plus souple (aussi bien pour l'emploi que pour la fiscalité) à destination des entreprises du CAC 40, le gouvernement va donc devoir penser à mettre très vite sur pied des "réformes adaptées" pour les TPE / PME.

Cela fait plus de trente ans (1979) que toutes les réformes fiscales et sociales de notre pays n'ont eu de cesse de mettre à mal les TPE et PME françaises. Personne - ni chez les politiques ni chez les journalistes, ni même chez les partenaires sociaux - ne s'étonne qu'en Allemagne, en Italie ou en Grande-Bretagne, le nombre moyen d'entreprise de petites et moyennes taille tourne aux alentours de 5 millions. En France, nous nous illustrons par un triste record mondial : celui des défaillances d'entreprises. Ainsi, nous n'atteignons que difficilement les 2 600 000 entreprises.

Et pourtant, ces 2,6 millions de TPE / PME représentent aujourd'hui 58% des salariés en France. Elles sont de plus les seules a créer véritablement de l'emploi. En 10 ans, le monde industriel et les grands groupes ont perdu près d'1,5 millions d'emplois, alors que les TPE / PME constituent encore 80% des créations d'emplois et 90% de la création de valeur ajoutée.

Fort de ce constat, il serait temps de penser petites et moyennes entreprises en France ! Et d'engager une véritable réforme quant à la représentativité de ces acteurs économiques, que personne ne défend comme il le devrait... Que la France elle-même ne défend pas comme elle le devrait ! Les bénéfices en seraient immenses et immédiats.

Régis Coeurderoy : On peut en effet en douter de l'efficacité de ces mesures, et ce pour plusieurs raisons : en premier lieu, le retard de compétitivité étant marqué, ces améliorations marginales ont peu de chance de produire des effets visibles sur le court ou le moyen terme. En particulier, elles paraissent presque dérisoires par rapport au retard de compétitivité internationale.

En second lieu, dans l’éventail des mesures, les grandes entreprises ont une plus grande capacité à en tirer bénéfices rapidement. Mieux informées, mieux conseillées et mieux dotées en ressources humaines, elles intègrent plus rapidement que les PME ces changements de l’environnement réglementaire qu’imposent les politiques.

Plus, en cas de difficultés sérieuses, elles peuvent réallouer certaines de leurs activités sous des cieux plus cléments. La simple menace suffit parfois… En conséquence, et sans refaire la fable du loup et de l’agneau, les bonnes intentions qui visent les PME ne sont suivies proportionnellement que de peu d’effets et les grandes entreprises en tirent beaucoup plus de profits.

Symbolisme, rayonnement à l'étranger, partenaires sociaux, formations politiques... Comment expliquer justement ce réflexe gouvernemental de s'adresser en premier lieu aux grands groupes du CAC 40 qui sont pourtant plus enclins à délocaliser certaines branches d'activité ? Et que faire pour les TPE - PME ?

Jérôme de Rocquigny : Notre pays souffre depuis un trop grand nombre d'année d'un manque cruel d'imagination. Le monde politique - de droite comme de gauche - pratique ce qu'il connaît le mieux : la défense du capital et de l'Etat. Les hommes et femmes politiques de notre pays ne sont donc plus représentatifs du tissu économique français. Combien sont issus de l'entrepreneuriat, des TPE ou PME, de l'artisanat ou du monde agricole ?

Fonctionnaires, médecins ou avocats sont-ils vraiment moins représentatifs ? Non bien sûr, mais ils forment le cercle de gouvernance sur lequel s'appuie le pays, et dans lequel on pioche avec plus ou moins de bonheur les dirigeants des grandes entreprises.

Plus inquiétant encore, le monde des TPE / PME leur fait peur... C'est un monde dur, où il faut se battre tous les jours, où la souffrance est là, où le stress de l'échec ne faiblit pas. C'est peut-être là un premier élément de réponse : on ne va pas chercher des réponses ou des solutions  dans un univers que l'on ne connaît pas et qui fait peur de surcroît ! On préfère rester dans le confort des certitudes, même si celles-ci n'amènent aucune réponse ni solution.

Les politiques aidées des partenaires sociaux (qui veulent que rien ne change) se résument à fermer les yeux et se conforter mutuellement. Un peu de poudre au yeux avec quelques fleurons technologiques, et la messe est dite. Délocalisation et recherche de solutions se confondent sans difficultés. Mettre les mains dans le cambouis et aller auprès des petits patrons pour dynamiser l'emploi et l'économie n'est pas encore pour demain.


Régis Coeurderoy :
Non, une PME n’est pas une grande qui n’a pas réussi à devenir grande ! Et non, il n' y a pas que les grands groupes qui comptent ! Pour croître, une PME doit pouvoir s’épanouir dans un éco-système qui stimule la concurrence entre entrepreneurs. Et oui, les PME en croissance devraient être le choix privilégié de nos talents managériaux. Autrement dit, il faudrait instiller une plus grande culture du risque.

Comment faire ? Plusieurs actions seraient possibles, sur le moyen terme. Tout d’abord, le monde des entrepreneurs et des entreprises reste mal connu. Par delà les statistiques classiques sur les entreprises, il importerait de mieux identifier les sources de motivation des entrepreneurs, les compétences dont ils ont besoin et qui leur font défaut et les spécificités des modes de croissance de ces entreprises. Il faudrait certainement également fortement développer les actions de formation pour que ces entreprises puissent très tôt penser leur marché non pas localement, mais internationalement. C’est à cette aune que se mesure la compétitivité.

Il faudrait enfin structurer des réseaux d’affaires plus solides et perméables pour qu’information et connaissance circulent mieux et plus vite, notamment avec les grandes entreprises quand elles sont présentes. Il serait présomptueux et erroné de dire que rien n’est fait en ce sens. Disons que beaucoup reste à faire. Souhaitons que, par delà les mesures fiscales et économiques classiques, des mesures structurelles de ce type soient mises en œuvre sur le moyen terme. Le problème de la compétitivité, de fait, ne pourra pas être résolu par des mesures de court terme. Nos PME actuelles et futures méritent cet effort dans la durée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
06.
Alain Finkielkraut sur son agression : " je n’aurais pas subi ce même genre d’insultes sur les ronds-points"
07.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ZOEDUBATO
- 12/09/2012 - 18:41
Les impôts du PS ne sont ni solidaires ni citoyens ni patriotes
Ils ne sont ni équitable, ni égalitaire, ni justifié par l'intérêt général.
Ils ne servent ni au redressement, ni à la croissance, ni à payer la dette, ni à fournir du travail économiquement rentables, ni à l'amélioration du pouvoir d'acahat du privé, ni à des investissements industriels créateurs de richesse, ni à la recherche et au développement pour l'avenir
Ils ne servent qu'à enrichir encore plus les membres du clan et les nantis à statuts, à créer des postes de complaisance inutiles et dépensiers récompensant ceux qui ont bien votés. Ils n’ont aucune utilités pour les citoyens car c'est du parasitage social par ceux qui vivent des impôts et/ou sur le système et/ou qui n'ont pas le travail dans leur culture
Leur seul utilité : maintenir au pouvoir un clan qui exploite le travail des autres via les impôts et qui spolie, pille le pays, ses richesse, ses classe laborieuses et moyennes et ses entrepreneurs
Cette politique ressemble au pillage d'un pays conquis par la violence par des barbares apparatchiks
prochain
- 12/09/2012 - 18:20
Les salariés de la Fonction publique oubliés?
Le gouvernement de François Hollande accorde toute son attention au secteur privé créateur de richesses, compétitivité, concurrence, augmentation des charges...rien ne leur est épargné, le focus est sur les contributeurs, le chômage leur est réservé en exclusivité... Ils parlent peu du secteur protégé et des bénéficiaires pourtant partie essentielle du système.
LECANDIDE
- 12/09/2012 - 16:43
La taxe dont personne ne parle
C'est la taxe paperasse, qui en plus ne profite à personne.

Ouvrez les yeux! Regardez par exemple une fiche de paie; c'est une usine à gaz.

Le jour où nos politiques comprendront que toute l'énergie dépensée par un chef d'entreprise pour répondre aux exigences toujours plus lourdes (et débiles) d'une administration pléthorique (qui cherche ainsi à justifier son existence) sont autant d'énergie et de temps en moins pour faire son métier (trouver des clients pour ses produits, et améliorer ses produits), on aura fait un grand pas en avant.

Mon petit doigt me dit que ce n'est pas demain la veille.
Je n'ai encore jamais vu un politique dire qu'il allait passer 8 jours en immersion dans une entreprise (c'est pourtant pas beaucoup dans une vie, 8 jours) pour comprendre ses problèmes.

Alors...