En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 18 min 48 sec
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 1 heure 52 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 2 heures 32 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 3 heures 3 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 3 heures 39 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 5 heures 28 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 18 heures 14 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 1 heure 15 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 1 heure 39 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 2 heures 11 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 2 heures 42 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 3 heures 49 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 5 heures 6 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 19 heures 8 min
© DR
Mohamed Merah était une "cible privilégiée" de la DCRI.
© DR
Mohamed Merah était une "cible privilégiée" de la DCRI.
Loup solitaire ?

"Il existe 200 à 300 Merah en France, les services secrets n'ont pas les moyens de tous les surveiller 24h/24"

Publié le 10 août 2012
Le ministère de l’Intérieur a déclassifié ce jeudi les documents classés secret-défense de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) concernant Mohamed Merah. Le terroriste était non seulement connu des services depuis 2009, mais il constituait aussi une "cible privilégiée" de la DCRI pour sa proximité avec des islamistes radicaux toulousains. Les renseignements français auraient-ils pu éviter le drame ?
Alain Chouet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Chouet est un ancien officier de renseignement français.Il a été chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002.Alain Chouet est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le terrorisme. Son dernier livre, "Au coeur des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministère de l’Intérieur a déclassifié ce jeudi les documents classés secret-défense de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) concernant Mohamed Merah. Le terroriste était non seulement connu des services depuis 2009, mais il constituait aussi une "cible privilégiée" de la DCRI pour sa proximité avec des islamistes radicaux toulousains. Les renseignements français auraient-ils pu éviter le drame ?

Atlantico : Dans les rapports de la DCRI transmis à la justice par le ministère de l'Intérieur, il apparaît que la police avait mesuré la menace que représentait Mohamed Merah. Peut-on dès lors parler d'un fiasco des services de renseignement français ?

Alain Chouet : Les personnes de la DCRI font du mieux possible avec les moyens dont ils disposent. Le problème était de savoir quel type de menace se trouvait en face. Je considère toujours que le cas Merah est avant tout un cas psychiatrique. Des gens qui présentent son profil idéologique et psychiatrique actuellement en France, il y en a 200 à 300. Tous ne passent pas à l'acte, loin de là, bien heureusement. Organiser une surveillance H24 de ces gens-là, compte tenu des conditions de travail en France, demanderait 12 à 15 personnes par « sujet ». Si l'on multiplie ce chiffre par 200 ou 300, on dépasse alors les effectifs actuels de la DCRI.

De toute façon, on ne mettra jamais en place un filet avec des mailles assez serrées pour prévenir toute déviance psychiatrique. Regardez ce qui vient de se passer aux États-Unis (NDLR : la tuerie dans un cinéma d'Aurora) malgré tout le système sécuritaire mis en place après le 11 septembre 2001.

Aucun pays démocratique, libéral et civilisé ne peut empêcher des cas psychiatriques comme Mohamed Merah de passer à l'acte. On peut essayer de surveiller, prévenir mais il est presque impossible d’empêcher. D'ailleurs les Français dans ce domaine n'ont pas été mauvais. Depuis la fin des années 90, nous avons été relativement à l’abri de ce coté-là. Il ne faut pas oublier que si nous avons été tranquilles pendant toutes ces années c'est peut-être parce que les services de police et de renseignements ont plutôt bien fait leur travail.

Dans son édition du mercredi 28 mars, Le Canard enchaîné écrit qu’en 2011, Mohamed Merah semblait être “traité comme un indic ou en voie de l’être". Il aurait alors réussi à berner les services de renseignements. Que pensez-vous de cette hypothèse ?

Personnellement, je n'aurais pas pris ce genre de bonhomme comme indic, compte tenu de son état psychiatrique. En revanche, il n'est pas impossible que les gens qui étaient en charge de sa surveillance se soient dit qu'en l'observant bien, Merah pourrait les renseigner sur d'autres personnages qui soient dans le même délire que lui.

Mohamed Merah se réclamait d'une mouvance islamiste mais se vantait surtout. Nous ne sommes clairement pas en présence d'un terroriste international. C'est un individu, tout seul dans son coin, qui s'est fait des fantasmes en puisant dans ses propres références culturelles. 

Comme Bernard Squarcini (ex patron de la DCRI), et malgré les compte-rendus qui font état de son "contact privilégié" avec le leader historique de la mouvance salafiste toulousaine, vous persistez donc à penser que Mohamed Merah était un loup solitaire ?

Mohamed Merah a typiquement le profil du « loup solitaire ». Une personne fragile, dont les groupes mieux structurés peuvent espérer qu'un jour il passe à l'acte violent et ainsi, à ce moment-là, y apposer la signature de la mouvance.

C'est typiquement le cas des extrémistes de la suprématie blanche aux États-Unis. Ils ne sont pas liés directement à des groupes politiques mais passent à l'acte sous fond idéologique de ces mêmes groupes. Merah puise dans son stock culturel, celui de l’islamisme intégriste, comme Anders Breivik a puisé dans son vieux fond culturel d’extrême droite européenne néo-nazie pour rationaliser son délire psychiatrique.

De plus, je ne pense pas que la mouvance à laquelle vous faites référence soit un groupe très important. On en aurait déjà entendu parler si les salafistes étaient si nombreux que cela à Toulouse. Que veux dire « contact privilégié » ? Pas grand chose au final. Il est clair que Mohamed Merah fréquentait des gens qui partageaient son délire.

Cette histoire de « contact privilégié » se concilie très bien avec son profil de loup solitaire. Les leaders des groupes extrémistes jouent sur la fragilité des profils comme Merah. Ils font en quelque sorte un pari sur l'homme et sur le fait qu'il passe à l'acte un jour ou l'autre.

 

Un loup solitaire qui s'est tout de même rendu plusieurs fois en Afghanistan et au Pakistan...

Il était légalement impossible d’empêcher Mohamed Merah de quitter la France pour l'Afghanistan. Il n'était condamné à rien France, il n'y avait aucun moyen de l’empêcher de voyager là où il voulait.

Cela étant, il faut tout de même dire qu'il n'a pas fait grand chose en Afghanistan. La première fois, il s'est fait arrêté au bout de trois ou quatre jours. Lors de son second voyage au Pakistan, il a fait une hépatite et il a fallu le rapatrier. C'est loin d'être le parcours d'un grand révolutionnaire... Il n'est donc pas évident que Mohamed Merah ait réussi à obtenir des contacts lors de ses voyages.

Une relation plus étroite entre Merah et les mouvances extrémistes auraient donc permis une surveillance plus efficace du terroriste ?

A ce moment-là, Mohamed Merah aurait été sous le coup de quelque chose dont on a beaucoup abusé en France, mais qui nous a quand même mis à l'abri de bien des violences : l'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Cela aurait permis de le mettre au trou pendant 15 jours et de le prévenir que, même s'il ressort, il sera toujours sous le microscope des autorités.  

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
boblecler
- 11/08/2012 - 00:08
Le Tribunal de paris est
Le Tribunal de paris est spécialisé dans les affaires terroristes avec un collège de trois juges, donc c'est digne du tribunal d'exception. Les mecs sont tous allés dans les camps en Afghanistans, il y a un service action à la DGSE. Il faut faire comme OBAMA avec les attentats ciblés et c'est tout !!!!
langue de pivert
- 10/08/2012 - 18:21
Vieilles recettes = bonne cuisine ! :-)
Les Français de bon sens partagent cette analyse.
C'est la faiblesse des démocraties molles !
Même des démocraties autoritaires (ou dictatures molles) - que je ne citerais pas - ne sont pas à l'abri de ces évènements.
Il existait, par le passé, des "services" qui réglaient ce genre de problèmes !
quesako
- 10/08/2012 - 15:45
@Fonky : l'échec de Sarkozy est l'immigration légale
L'échec de Sarkozy est d'avoir favorisé l'immigration légale de personnes venant de cultures qui ne veulent pas s'assimiler à la culture du pays qui les acceuille.