En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 15 min 54 sec
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 40 min 12 sec
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 2 heures 32 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 16 heures 50 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 18 heures 53 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 19 heures 51 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 21 heures 34 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 22 heures 51 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 31 min 3 sec
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 51 min 4 sec
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 1 heure 44 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 17 heures 36 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 19 heures 25 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 21 heures 11 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 21 heures 47 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 23 heures 34 min
Seconde voie

La démocratie islandaise plus forte que les banquiers, ou comment le politique reprend le pouvoir sur l’économique

Publié le 23 juillet 2012
L'île de feu et de glace, frappée de plein fouet par la crise financière de 2008, a refusé de se laisser dicter son avenir. Gouvernement viré, banquiers arrêtés, dettes non-remboursées... Et au final, un chômage qui baisse et une croissance de 3,5% en 2011.
Olivier Demeulenaere
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Demeulenaere est journaliste économique et financier. Il a étudié à l’Ecole normale supérieure et est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'île de feu et de glace, frappée de plein fouet par la crise financière de 2008, a refusé de se laisser dicter son avenir. Gouvernement viré, banquiers arrêtés, dettes non-remboursées... Et au final, un chômage qui baisse et une croissance de 3,5% en 2011.

Avez-vous entendu parler de la révolution démocratique islandaise ? Si vous avez cette chance, vous êtes-vous demandé pourquoi les médias n’en parlent pour ainsi dire jamais ? Le cas de l’Islande, ce minuscule pays de 320 000 habitants, est pourtant emblématique de la crise systémique qui frappe aujourd’hui l’Europe. Et la façon dont il s’en est sorti pourrait, et même devrait, nous servir d’exemple. Mais peut-être est-ce justement la raison pour laquelle l’oligarchie politico-financière ne tient pas à ce que l’affaire fasse trop de bruit…

En 2008, le rêve éveillé des Islandais a brutalement pris fin et l’île des volcans a plongé dans l’abîme. L’énorme bulle de crédit qui avait fait de ce pays une sorte d’eldorado improbable a éclaté, laissant sur le carreau une population stupéfaite. Le peuple « le plus heureux de la terre » selon le classement du World Database of Happiness apprend la faillite de ses trois principales banques, dont les dettes représentent… 923 % du PIB. Elles sont placées sous administration judiciaire, la Bourse et la monnaie s’effondrent… A la fin de l’année, le pays se déclare officiellement en faillite et dans une intervention télévisée, le Premier ministre implore Dieu de « sauver l’Islande ».

C’est là qu’un véritable miracle s’est produit. Un miracle non plus économique mais démocratique. Au lieu de se résigner à rembourser pendant de longues années les dettes d’institutions privées à des créanciers anglais et hollandais, les Islandais sont descendus dans la rue pour crier leur colère. Se placer sous la tutelle du FMI et de l’Union européenne pendant 15 ans pour que la Grande-Bretagne et les Pays-Bas puissent rendre leur argent à leurs citoyens, à 5,5% d’intérêt ? Pas question ! Plutôt reprendre le pouvoir… Par deux fois, en mars 2010 et en février 2011, les électeurs refusent par référendum de sauver les banques et de rembourser leurs dettes.

Fait unique à notre époque, tout un gouvernement a été contraint de démissionner sous la pression populaire et une Assemblée Constituante a été désignée. 25 citoyens sans aucun lien avec les partis politiques ont été élus afin de rédiger une nouvelle Constitution, sous le contrôle et en interaction avec la population. Un projet de nouvelle constitution a été remis au Parlement le 27 juillet 2011, avant d’être soumis à référendum cette année.

Autre rupture majeure, les banquiers dont la cupidité, les fraudes et les escroqueries en tout genre ont conduit à l’effondrement du pays ont été poursuivis par la justice. Un procureur spécial, Olafur Thor Hauksson, simple commissaire de police locale, a été nommé pour mener à bien la « purge » du système. Recherchés par mandat d’arrêt international, des directeurs de banque jadis tout-puissants ont perdu de leur superbe, et renoncé à beaucoup de leur prétentions financières. Des condamnations continuent aujourd’hui d’être prononcées et même l’ancien premier ministre Geir Haarde (finalement relaxé) a été jugé pour son rôle dans la dérive néolibérale de l’île !

Ebranlée par de tels séismes, on se dit que la situation économique et sociale de l’Islande doit être catastrophique. Or  c’est tout le contraire. Après deux années de profonde récession en 2009 et 2010 (-6,8% et -4%), la croissance a fait son retour en 2011 (+3,1%) et devrait dépasser 2,5% cette année, de même qu’en 2013 et 2014 (prévisions de Statice).

La balance commerciale est excédentaire, l’inflation est inférieure à 4% et le taux de chômage, après un pic à 12,5%, diminue régulièrement pour atteindre aujourd’hui un enviable 6%. Pas mal pour un pays qui a connu à la fois la dévaluation, la ruine des épargnants et des faillites en cascade !

L’Islande, qui emprunte aujourd’hui à moins de 4% sur les marchés, s’est même payé le luxe de rembourser plus tôt que prévu son emprunt au FMI. Symbole de ce rétablissement spectaculaire, l’agence Moody’s a relevé sa note financière d’un cran à la mi-février.

Le cas de l’Islande est-il transposable à l’ensemble des nations européennes ? Certes, le pays ne compte que 320 000 habitants. Certes, il a répudié une dette d’origine privée et non une dette publique. Mais le nombre change-t-il quelque chose à l’affaire ? Ne doit-on pas plutôt se dire qu’être des millions est un avantage quand il s’agit de faire plier des banques, lesquelles ne sont puissantes que par défaut ? Chez nous, on parle beaucoup de référendum, en Islande on les fait. Pour le reste, on ne peut ignorer les rapports incestueux entre les banquiers privés et les gérants de la dette publique. Cette dernière est devenue insoutenable en Europe à partir du moment où les Etats ont décidé de renflouer le secteur bancaire au lieu de l’assainir.

Privatisation des bénéfices, socialisation des pertes : c’est toute une logique qu’il faudrait inverser pour en finir avec la spirale mortifère dans laquelle nous sommes entraînés, en raison de notre complicité passive. La partie est loin d’être gagnée, il est peut-être même déjà trop tard pour éviter la banqueroute universelle… Mais à ajouter sans cesse de la dette à la dette pour ne pas affronter la vérité en face, on court sans l’ombre d’un doute à l’échec.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (58)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ibiscus61
- 27/07/2012 - 12:06
Pour tous
http://www.gestionsuisse.com/2012/la-mere-de-toutes-les-manipulations/

"Comment garder confiance en ce système bancaire et financier englué dans tant de scandales, d’escroqueries et de dissimulation ? Les banquiers – qui ne peuvent blâmer qu’eux-mêmes pour leur perte totale de crédibilité- font courir un risque immense à l’ensemble du système financier capitaliste qui repose intégralement sur la confiance. En effet, sans cette confiance précieuse, c’est l’ensemble de l’édifice qui implose, c’est l’argent en circulation (ou monnaie « fiduciaire ») qui perd toute sa valeur et c’est la totalité des instruments financiers qui sont condamnés à être vendus à l’encan. Comment imaginer – et encore moins tolérer – qu’un des établissements financiers principaux au monde ait manipulé pendant de nombreuses années le taux d’intérêt le plus déterminant sur les marchés financiers ? Comment ne pas être outré par ces trois banques universelles les plus importantes – JP Morgan, Barclays et HSBC – ayant survécu à la crise intense de 2008 par la grâce des deniers du contribuable, perséverer néanmoins dans leurs malversations..."
ElmoDiScipio
- 26/07/2012 - 23:28
Mon pauvre Ibiscus
Votretechnique eculée d'ado attardé ne masque pas grand chose de votre incompétence. Ce genre de propos on ne les tient plus dès que l'on a passé les 14 ans. Pas bien solide dans la discussion le Biscuit. C'est dur de passer à autre chose que la réthorique post revolutionnaire de foire.
ibiscus61
- 26/07/2012 - 19:11
Bon j'arrête là les frais
Je croyais avoir affaire à un lecteur doué d'un cerveau et d'un minimum de raison... et je m'aperçois qu'Elmo n'a pas la moindre connexion entre les neurones.

Ou alors il prend des substances... Je ne vois pas d'autre explication à une telle confusion d'esprit.

Bye bye Elmo, continuez à flotter dans votre brouillard et votre paradis bancaire artificiel... moi je ne m'adresserai plus dorénavant qu'à un interlocuteur digne de ce nom.