En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

03.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 1 heure 20 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 2 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 3 heures 5 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 5 heures 32 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 7 heures 57 min
décryptage > International
Il y a mis du temps

Et Macron osa (enfin) nommer le Hezbollah

il y a 8 heures 15 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 1 heure 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 2 heures 45 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 6 heures 18 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 6 heures 35 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 7 heures 22 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Environnement
Quel sale temps

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

il y a 8 heures 19 min
A pic

Week-end de tous les dangers : l'euro est-il entré en phase terminale ?

Publié le 16 juin 2012
Flambée des taux d'intérêt, tensions en sein du couple franco-allemand, élections législatives chaotiques en Grèce... ce week-end est-il celui de la dernière chance pour l'eurozone ?
Frédéric Farah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Farah est diplômé de Sciences Po Paris, professeur en classes préparatoires, chargé d’enseignement à l’université de Paris V, ainsi que coauteur des deux derniers numéros de mars et d’avril de la revue Ecoflash relatifs aux dettes publiques en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Flambée des taux d'intérêt, tensions en sein du couple franco-allemand, élections législatives chaotiques en Grèce... ce week-end est-il celui de la dernière chance pour l'eurozone ?

Le ciel se couvre sur la zone euro de nuages aussi lourds et insistants que ceux qui défigurent notre été désespérément absent. Mais si le lyrisme n’est pas de mise, nous n’osons pas dire pour autant que la zone euro joue son avenir.

En effet, depuis 2009, début de la crise grecque nous l’avons entendu un nombre incalculable de fois. Les sommets de la dernière chance, et j’en passe, qui devaient éteindre l’incendie n’ont été que l’action de pompiers pyromanes résolus à préparer la prochaine crise. Les jours à venir peut-être seront un coup de butoir supplémentaire, voire le dernier, à l’édifice de l’euro si l’on encore on peut parler d’édifice, mais aussi peut être une chance pour l’Europe. La proposition peut paraître paradoxale et folle. Mais elle mérite un petit détour.

A première vue, rien ne peut aller dans le sens de cette proposition. Le couple franco-allemand est au bord du divorce. Madame Merkel fustige la médiocrité de certains propos en matière de stratégie économique. En somme, elle tance tout ce qui rejette la rigueur. M. Ayrault n’a pas de mots tendres pour la position allemande qu’il juge par bien des aspects contreproductive. M Hollande tente un rapprochement avec M. Monti pour promouvoir un plan de croissance. Le président du conseil italien voit les taux intérêt de la dette italienne prendre une direction inquiétante et se propose même de vendre des biens nationaux.

L’Espagne ne se porte guère mieux, plombée par ses banques et mise à genoux par son chômage de masse et emprunte autour de 6%. Chypre, le Portugal sont les prochains candidats au précipice. Et les grecs s’apprêtent peut être à donner la majorité à un gouvernement prêt à remettre sur la table les conditions d’octroi des plans dit d’aide à la Grèce. C’est donc un week end à zyudcoote pour paraphraser le livre de R. Merle qui fait récit de la bataille de Dunkerque, qui se prépare plus qu’une quelconque espérance. 

Pourtant nous nous refusons à souffler sur les braises sans pour autant ignorer la gravité de la situation. En économie, la confiance est clef et force est de constater que l’austérité à tous les étages, les plans de restructuration à répétition, les traités TSCG et autres, les fonds de solidarité financière ont peine à redonner espoir aux peuples ou confiance aux investisseurs.
L’appel au feu risque d’entraîner des surréactions dont les marchés sont les habitués, sans compter les prophéties autoréalisatrices. Lire A Orlean par les temps qui courent serait salutaire pour comprendre le fonctionnement des marchés érigés en juges de paix de nos politiques économiques.

Mais éclairons notre position. Le week end qui s’annonce va être politique et dans toute cette affaire il s’agit de politique, mais au sens noble du terme c’est à dire qui concerne la vie de la cité. Les peuples vont parler alors que tout se lie pour qu’ils se taisent. La France va probablement offrir à l’actuel président de la république une majorité pour gouverner, et les grecs vont s’exprimer. Mais l’Union économique et monétaire tremble car le parti de gauche de M Tzypras pourrait l’emporter. Ce dernier refuse les plans à l’œuvre et souhaite demeurer dans l’euro mais à d’autres conditions. Après tout, acceptons l’événement, le surgissement d’autre chose. Si le Pasok et Nouvelle Démocratie obtiennent la majorité des sièges, chacun criera l’euro est sauvé, en attendant la prochaine crise qui ne manquera pas d’arriver rapidement.

De toutes les manières, les plans proposés depuis trois ans pour sauver la zone n’aboutissent pas, mettent en place un fédéralisme autoritaire, une coordination négative, éloignent les peuples de l’Union, n’apportent pas la croissance et l’emploi. Et il faudrait les continuer , c’est quelque peu absurde.

La Grèce peut être dimanche soir le meilleur allié de l’union car si le vote du peuple grec intime le changement, ce vote n’échouera pas dans le vide. L’Italie, la France, l’Espagne avec leurs différences comprennent que le cocktail réformes structurelles et assainissement budgétaire ne sont pas les bonnes réponses du court et moyen terme. Il ne s’agit pas de croire que certaines réformes ne doivent pas être faites. Mais il convient de voir que leurs effets sont discutables et incertains.

L’OCDE dans une étude du mois de juin 2012 «  perspectives de l’OCDE sur les pensions 2012 » révèle que les réformes des retraites mise en œuvre dans 28 des 34 pays de l’OCDE se soldent par une baisse des 20 à 25 % des prestations. Les réformes structurelles qui ont affecté les marchés du travail italien, français, allemand , portugais ,espagnol ont eu pour conséquence d’accroître la dualisation de ces marchés sans apporter réponse au chômage. Une société de plein emploi quand bien même on y parviendrait n’aurait de sens que si l’emploi proposé est digne.

En l’état, la zone euro est dans l’impasse. Recréer le Merkozy, faire courber les grecs davantage alors qu’ils ont les yeux déjà près du sol, ligoter davantage la souveraineté des peuples ne changeront rien et ne donneront pas plus de vie à la zone euro, ce serait l’extension des moyens palliatifs et rien d’autre. Que ce week end illustre les vertus de la confrontation et non de l’affrontement. L’Europe est dans les pièges d’un conservatisme terrible il ne s’agit pas pour nous de dire qu’elle doit s’appuyer sur un endettement inconsidéré ou oublier les impératifs de compétitivité ou de productivité, mais la voie pour y parvenir n’est pas la bonne.

L’Allemagne doit accepter de rejoindre le débat car la crise va la gagner « Même si les commandes en provenance des pays hors zone euro restent dynamiques (3,6 % début 2012), le poids de la zone euro reste trop fort pour que les exportations vers les pays émergents puissent compenser le recul des commandes adressées par la zone euro à l’Allemagne, ce qui se répercutera inévitablement sur la croissance allemande. Le PIB devrait donc progresser moins rapidement en 2012 qu’en 2011 (0,9 % selon l’OFCE[3], après 3,1 %). L’Allemagne échapperait donc à la récession sauf si la contraction budgétaire devait s’amplifier dans l’ensemble de la zone euro. » Comme le souligne une stimulante note de l’OFCE le 13 juin.

La Grèce nous a offert il y a bien longtemps un legs : celui de la démocratie. Ce principe est celui d’un homme = une voix, dans sa version moderne. Sur les marchés, ce principe n’existe pas. Ce week-end soyons athéniens, retrouvons l’amour de l’agora, discutons d’Europe. Et place à la divergence et tant pis pour les consensus mortifères faits d’austérité impossible et de croissance différée, l’Europe vaut bien une saine querelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lepongiste
- 17/06/2012 - 09:54
C'est très simple le fauché veut toujours entraîner
les autres dans la dette !!! Il n'a rien à perdre !!
"Je n'ai rien à moi mais je suis prêt à partager vos avoirs" .....
Cette position de la France est intenable !
Croyez vous que Merkel soit débile au point de marcher dans la mauvaise combine de l'Internationale socialiste....
C'est la lutte finale ...
Lepongiste
- 17/06/2012 - 09:48
Il n'y a plus de couple Franco Allemand.....
Le coup de foudre s'est produit mais uniquement sur l'avion présidentiel !!!
Ganesha
- 17/06/2012 - 08:28
Anemone
L'argent de la dette, c'est avant tout de l'argent "sale", de l'argent fictif ! Gain de spéculation, produit par des ordinateurs qui achètent et revendent en quelques millisecondes. C'est aussi le résultat de toutes les niches fiscales et exonérations des grandes entreprises (amendement Copé)
Suprême astuce : plutôt que de payer des impôts, les riches prêtent de l'argent à l'Etat !
En provenance des paradis fiscaux, il cherche à acquérir une existence légale en dépouillant les honnêtes gens.
Il faut réviser vos arguments...