En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 1 min 18 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 42 min 47 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 8 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 31 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 12 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 19 min 30 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 54 min 30 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 5 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 59 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 38 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 26 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 32 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 22 heures 37 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

Publié le 21 octobre 2020
Les entreprises approuvent majoritairement les mesures de soutien du gouvernement, mais s’inquiètent des effets de la deuxième vague et ne supportent plus l’allongement des délais de paiement.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les entreprises approuvent majoritairement les mesures de soutien du gouvernement, mais s’inquiètent des effets de la deuxième vague et ne supportent plus l’allongement des délais de paiement.

Globalement, les chefs d’entreprise considèrent que le gouvernement a pris des mesures de soutien adaptées à la situation économique, c’est ce qui ressort du baromètre 2020 du cabinet Arc, un baromètre établi comme chaque année à la même époque sur la base d’une enquête terrain effectuée par l’IFOP. Une grosse majorité est donc satisfaite de l’arsenal d’aides sorties depuis le début de cette crise et notamment, l’assurance chômage partiel qui a permis de protéger les contrats de travail, les fonds de solidarité plus destinés aux petites entreprises et aux indépendants, ainsi que les plans garantis par l’Etat, les fameux PGE (plus de 100 milliards d’euros)  mais revers de la médaille, 62 % d’entre eux estiment que ces mesures risquent d’être encore insuffisantes pour contenir les faillites qui s’annoncent.

L’intervention complète de Bruno le Maire :  https://www.cabinet-arc.fr/bruno-le-maire-quelle-visibilite-pour-les-entreprises-en-2021/

Pour plus d’une entreprise sur deux, « certains de leurs clients rencontrent de grandes difficultés économiques pouvant aller jusqu’au dépôt de bilan », indique encore cette 10e édition du baromètre Cabinet ARC (juristes d’entreprises).

Ce qui trouble les chefs d’entreprise, c’est évidemment le manque de visibilité et les risques de déséquilibre des trésoreries. Peu ou pas de clients pour beaucoup, c’est moins de recettes de trésorerie pour faire face aux frais fixes. C’est bien ce qui tue les industries du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration ou encore de l’évènementiel, l’industrie du voyage ou de l’aéronautique.

La deuxième vague, après un été qui avait pu laisser penser que les choses iraient mieux du coté sanitaire, a encore aggravé la situation, obligeant Bercy à renforcer les dispositifs d’aides et de protection (assurance chômage, exonérations de charges etc)  mais évitant toute mesure règlementaire.  C’est le leitmotiv du ministre qui semble répondre au président du Medef qui se félicite de l’accompagnement, mais qui redoute que l’on mette les entreprises sous perfusion pour une durée indéterminée et qu’en contrepartie, on leur impose des contraintes réglementaires comme il y en a déjà trop.

Au delà des mutations structurelles, cest la question des délais de paiement qui revient en tête des sujets dinquiétude. Plus d’un tiers des sociétés interrogées estime qu’ils se sont encore allongés depuis le début de la crise : le retard moyen de paiement en 2020 est de treize jours, contre dix jours en 2019, avec d’importantes disparités entre PME et grands groupes. « Cela traduit ce quont vécu les entreprises ces derniers mois : activité totalement à larrêt pour certains secteurs, blocages volontaires des factures malgré laccès aux prêts garantis par l’État (PGE) et une trésorerie suffisante, services administratifs à réorganiser en télétravail… » explique Denis Le Bossé, président de Cabinet ARC, qui estime à 700 milliards d’euros − soit sept fois le montant alloué au plan de relance par le gouvernement − la somme des créances en attente de versement.

Commentant ces résultats, Bruno Le Maire s’est engagé à renforcer le contrôle de l’application de la loi, notamment par les entreprises publiques qui sont très souvent peu rigoureuses sur le respect des délais. A tel point d’ailleurs que beaucoup de PME renoncent à répondre à des appels d’offre venant des services publics par crainte de ne pas en être payées.  

A ce propos, une écrasante majorité des entreprises seraient prêtes à accepter l’instauration d’une notation des comportements en matière de délais de paiements. On oblige aujourd’hui les entreprises à respecter des ratios de solvabilité ou de liquidités, on leur demande de poursuivre des objectifs sociaux, sociétaux ou environnementaux. On pourrait leur demander de respecter la loi sur les délais de paiement.

Il faudrait donc, instaurer un système de notation afin de connaître le comportement de paiement d’une société. Le tout contrôlé, par exemple, par les commissaires aux comptes.  Cette mesure est souhaitée par 84 % des entreprises interrogées, qui pourraient ainsi savoir à quoi s’attendre avant de s’engager commercialement. 

Pour Bruno Le Maire cest « une bonne idée. Sur le principe, jy suis favorable », réagit le ministre, en souhaitant la mise en place, « quand la période sera plus favorable », de critères « objectifs et transparents »..

« Une situation compliquée à l’heure où le plan de relance peut apporter de multiples opportunités de contrats aux PME », relève le ministre, qui fait allusion particulièrement les projets de rénovation thermique des bâtiments publics de l’État, qui représentent 2,7 milliards d’euros. « Nous allons renforcer les exigences vis-à-vis des administrations afin quelles respectent leurs délais de paiement », assure Bruno Le Maire. Dans le privé, des réunions auront lieu « secteur par secteur », pour établir « un diagnostic lucide et transparent ». Et, pourquoi pas nommer des médiateurs spécifiques à certains secteurs, comme cela a déjà été le cas pour l’aéronautique? Accompagner les entreprises, surveiller l’application des règles et ne pas en imposer de nouvelles ?

 Le ministre rappelle donc que « les entreprises les plus en difficulté » pourront bénéficier « au cas par cas » d’un report de remboursement de leur PGE d’une année supplémentaire. Actuellement, ceux-ci ne font l’objet d’aucun remboursement la première année : cette mesure reviendrait donc à doubler cette période de franchise. Les prêts, eux, doivent bénéficier de taux d’intérêt négociés avec les banques compris entre 1 % et 2,5 %, rappelle-t-il.

Enfin, « pour anticiper le retour de la croissance, cest maintenant quil faut investir », lance le ministre aux entreprises. Au besoin en souscrivant un prêt participatif, produit hybride entre des prêts à long terme et des prises de participation (sans droit de vote) au capital des entreprises. A ce sujet, Bruno Le Maire a confirmé que l’enveloppe prévue, initialement fixée à 3 milliards d’euros, passait à 20 milliards d’euros.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires