En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 6 heures 52 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 30 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 10 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 31 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 8 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 14 heures 52 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 7 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 22 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 17 min
© MANDEL NGAN / AFP
Airbus aviation
© MANDEL NGAN / AFP
Airbus aviation
Atlantico Business

Airbus et ses sous-traitants : chronique d’une catastrophe annoncée mais assez incompréhensible

Publié le 15 octobre 2020
Avec un carnet de commandes proche de zéro, la construction aéronautique fonce tout droit dans le mur pour une catastrophe économique et sociale qui sera la plus grave du siècle. Elle est pour beaucoup incompréhensible.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec un carnet de commandes proche de zéro, la construction aéronautique fonce tout droit dans le mur pour une catastrophe économique et sociale qui sera la plus grave du siècle. Elle est pour beaucoup incompréhensible.

Des entreprises se battant contre la crise, Airbus devrait être le plus gros utilisateur du dispositif de chômage partiel longue durée, l’APLD. 1500 postes sont ainsi préservés, et éviter tout licenciement sec dans le plan social annoncé il y a quelques semaines et qui prévoient de se séparer de près de 5000 personnes en France.

La construction aéronautique va enregistrer la plus grave catastrophe industrielle du siècle. Une perspective qui paraît inéluctable mais aussi pour beaucoup inexplicable.

Que cette industrie se retrouve complètement à l’arrêt paraît logique dans la mesure où le transport aérien mondial s’est quasiment arrêté depuis le mois de janvier. Si les avions sont vides et restent collés au sol, on comprend que les compagnies aient annulé la plupart des commandes d’avions neufs et cela sur l’ensemble de la planète. Du coup, les usines d’Airbus en Europe se sont arrêtées et leurs sous-traitants avec.

Depuis le mois de mars, les commandes et les livraisons ont largement été perturbées et l’ensemble du secteur a produit près de 2 suppressions d’empois sur 3 dans l’ensemble de l’industrie française. Une vague de charrettes sociales qui a laminé des bassins d’emplois entiers comme à Toulouse ou dans la région nantaise. Les carnets de commandes sont totalement dévastés au fur et à mesure que les productions diminuent. La kyrielle de sous-traitants et de fournisseurs, qui produisent pour Airbus des composants, sont désormais au chômage technique.

Airbus a réussi à livrer 57 avions en septembre dernier, ce qui a donné un peu d’oxygène à sa trésorerie, puisque les transporteurs payent le plus gros de leur facture à ce moment-là. Mais les livraisons sont de plus en plus retardées par les compagnies aériennes, quand elles ne sont pas purement et simplement annulées. Au niveau des commandes, Airbus n’a absolument rien signé en septembre. Après un mois d’aout désastreux où l’avionneur européen a royalement engrangé une seule commande d’avion. L’ensemble de la filière industrielle qui, avec ses 28 usines en France et près de 200 000 emplois restait une des plus puissantes de France, se retrouve donc menacée de disparaître purement et simplement. Jean Tirole, professeur d’économie à Toulouse et prix Nobel d’économie, qui fut appelé en éclaireur il y a quelques jours par Airbus pour essayer de dégager des pistes afin de faire rebondir la région toulousaine, a reconnu son impuissance.

La filière aéronautique s’avère complètement désorganisée, avec des acteurs perdus et un marché mondial sans aucune visibilité, compte tenu de la pandémie à laquelle s’ajoutent des réactions protectionnistes des principaux clients et notamment des Américains.

La surtaxe de 15% frappant tous les Airbus vendus à des compagnies américaines depuis octobre 2019, en représailles aux subventions européennes mises en place pour financer le programme Airbus représente aujourd'hui un coup de grâce. Et les taxes touchent autant Airbus que les petites entreprises fournisseurs.

Sans parler de l’aéronautique militaire, où les exportations sont au point mort. Il y a plusieurs appels d’offre en cours où les constructeurs français participent, mais les prises de décision sont retardées du fait de la crise. Seul facteur de soutien, les commandes d’Etat. Le gouvernement français a commandé 10 hélicoptères et 12 avions de chasse Rafale, mais la France ne pourra pas être encore longtemps, le seul client de nos entreprises.

Ce scénario catastrophe que rien ne paraît pouvoir arrêter paraît logique à partir du moment où le transport aérien s’est complètement arrêté depuis presque six mois. Cela dit, vue la précipitation avec laquelle une industrie aussi brillante que l’aéronautique a été balayée, un effondrement inéluctable et définitif reste assez incompréhensible.

Pourquoi ? tout simplement parce que la pandémie a beau être extrêmement grave et imprévisible, elle finira bien par disparaitre même si personne ne sait à quelle date et surtout au bout de combien de temps.

Quoi qu’on dise, les flottes d’avions n’ont pas été détruites, les aéroports n’ont pas été démolis, les usines peuvent très bien repartir. Alors l‘arrêt total peut abimer les mécanismes certes, et peut faire vieillir prématurément le matériel... mais quoi qu‘il arrive, les besoins de transports aériens dans le monde ne vont pas disparaître. Un jour viendra où les 3 ou 4 milliards d’hommes et de femmes qui, sur la planète, rêvent de mobilité, essaieront de réaliser leurs rêves. C’est ce besoin de mobilité qui avait boosté l‘industrie aéronautique mondiale au cours des vingt dernières années...

Le réveil ou la reprise des besoins de mobilite génèreront sans doute des nouvelles formes de transports avec des nouvelles énergies, mais jamais la bicyclette ne remplacera l’avion. Le problème de l’industrie aéronautique est donc d’attendre ce réveil de la confiance et de préparer la mutation qui va sans doute d’accélérer.

Que les dirigeants politiques et industriels retournent dans tous les sens des scénarios catastrophes plutôt que sur le logiciel de redémarrage et de mutation paraît assez incompréhensible. Parce qu’en dépit de tous les discours de désolation, on pourrait être sûr d’au moins deux choses :

Un, le secteur aérien repartira, c’est une évidence. Il repartira d’autant plus vite que les actifs ne sont pas morts.

Deux, le secteur va muter, compte tenu de la nécessité de décarboner les systèmes de propulsion. Cette nécessité-là était présente avant le Covid 19. Le secteur a dix ou vingt ans pour s’adapter et muter. La pandémie n’a en rien rayé cette perspective d’évolution. Et pendant cette mutation, il faudra bien voyager.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bernie83
- 17/10/2020 - 10:51
Pourquoi incompréhensible ??
Bien sûr le transport aérien va redémarrer...mais quand précisément ?
C'est la question...et toute la problématique financière à court et moyen terme est là.
D'autre part Airbus réfléchit depuis longtemps à l'évolution du transport aérien à long terme, ses équipes de RD doivent être mobilisés...
zelectron
- 17/10/2020 - 02:28
petite cause, grands effets
il a suffit d'un certain nombre de sous-traitants défaillants pour que la machine grippe ! Les clients n'achètent plus ayant peur de ne pas être livrés
tubixray
- 16/10/2020 - 16:43
avion décarboné ?
Il suffit - juste - de mettre en œuvre le moyen de stocker l'énergie nécessaire à un vol qui ne pèse pas plus lourd qu'un plein de kérosène ....
Sachant qu'une Audi A6 comporte un réservoir de gasoil de 80 litres et qu'une Tesla X traine jusqu'à 500 kg de batteries pour une autonomie bien moindre ... ce n'est pas pour demain !