En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 11 min 33 sec
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 37 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 2 heures 13 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 3 heures 10 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 40 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 51 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 46 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 46 min 44 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 3 heures 14 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 47 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 29 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 55 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 19 heures 17 min
© PASCAL GUYOT / AFP
Jean Castex Premier ministre
© PASCAL GUYOT / AFP
Jean Castex Premier ministre
Covid-19

Rentrée 100% Covid : y-a-t-il une corrélation entre (dés)ordre public et efficacité économique et sanitaire ?

Publié le 25 août 2020
Alors que le gouvernement mise tout sur la sécurité sanitaire et la relance de l’économie, l’insécurité, la montée des incivilités, de la violence et des séparatismes s’étalent chaque jour un peu plus dans les journaux. Que nous dit la recherche économique sur la corrélation entre état politique et social d’un pays et potentiel de croissance économique ?
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Laurent Alexandre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chirurgien de formation, également diplômé de Science Po, d'Hec et de l'Ena, Laurent Alexandre a fondé dans les années 1990 le site d’information Doctissimo. Il le revend en 2008 et développe DNA Vision, entreprise spécialisée dans le séquençage...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le gouvernement mise tout sur la sécurité sanitaire et la relance de l’économie, l’insécurité, la montée des incivilités, de la violence et des séparatismes s’étalent chaque jour un peu plus dans les journaux. Que nous dit la recherche économique sur la corrélation entre état politique et social d’un pays et potentiel de croissance économique ?

Atlantico.fr : Face à la défiance politique et l'hyper violence qui se sont installées dans notre pays, est-il possible de mener une politique efficace sur le plan sanitaire ?

Laurent Alexandre : Restons raisonnable ! La violence est historiquement à un niveau très bas en Occident. Steven Pinker a bien montré que la taux d’homicide a chuté de près de 99 % en quelques siècles… Quant à la violence politique, n’idéalisons pas le passé. En 1961 l’OAS multipliait les attentats à Paris et à Alger : 2020 est très calme en comparaison.

Le principal probleme n’est pas la violence ni la défiance… c’est la montée du charlatanisme et du complotisme.

Le professeur Raoult a indiqué être est un admirateur de Paul Feyerabend, philosophe radical des sciences auteur de Contre la méthode, esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance et Adieu la raison ou la tyrannie de la science. Selon cet «anarchiste épistémologique» une intuition peut être aussi « vraie » que le constat expérimental. Ainsi, la méthode Raoult s’inscrit dans une contestation radicale de la méthode scientifique. Pour Feyerabend, il n’existe pas de théorie supérieure à une autre. Les croyances ont le même poids que les faits objectifs et il n’y a pas de règles générales définissant la démarche scientifique. Cette école de pensée affirme que l’astrologie et l’astronomie ont la même valeur. 

L’anarchisme méthodologique de Didier Raoult a rencontré un immense écho dans les classes populaires et chez les complotistes : selon l’IFOP, 80 % des sympathisants Gilets jaunes sont pro-Raoult. L’adhésion à la chloroquine et aux thèses de Raoult est également forte au RN et chez les Mélenchonites, alors qu’elle est minoritaire chez les Verts et chez les Macronistes. On voit donc se dessiner un pôle populiste pro-Raoult, rassemblant le RN et LFI face à un pôle anti-populiste et anti-Raoult dans les bourgeoisies verte et macroniste. L’affaire Raoult accentue les clivages observés lors de la crise des Gilets jaunes. C’est pourquoi le Président Macron est allé à Marseille voir Didier Raoult, tellement adulé par les Gilets jaunes qu’il était capable de les faire redescendre dans la rue. Le président est l’otage de la « Gilet-Jaunisation » de la médecine qui généralise le complotisme, fait paniquer l’opinion, la fait rechercher un sauveur et la rend folle. Une opinion déboussolée a transformé Raoult en gourou. La « Trumpisation » et la « Gilet- Jaunisation de la médecine» ont été foudroyantes: la rationalité, les élites parisiennes, les essais cliniques rigoureux, sont voués aux gémonies par les pro-Raoult. 

Même si les épidémiologistes alertent régulièrement sur le risque de pandémies, personne n’a vu arriver celle-ci et seuls les mythomanes prétendent le contraire. Les fans du professeur Didier Raoult, dans un déni complet, ont oublié qu’il avait dit que le coronavirus serait, grâce à la chloroquine, l’infection respiratoire la plus facile à traiter de notre histoire et qu’elle faisait moins de victimes que les accidents de trottinettes. Que le Professeur Raoult raconte successivement tout et son contraire n’empêche pas les gens de l’adorer. Nous assistons à des phénomènes para-sectaires, des adhésions religieuses, sur lesquelles les arguments de raison n’ont pas de prise, car nous sommes sortis du rationnel. 

La crise de la chloroquine a connu une exacerbation avec les folles déclarations du Professeur Luc Montagnier. Le Prix Nobel 2008 a annoncé que des séquences du virus du SIDA ont été placées volontairement dans le coronavirus. Il a ajouté que les antennes de téléphonie mobile 5G favorisent la diffusion du Covid-19. L’opinion a adhéré à ces thèses même si, dès 2017, Le Figaro titrait sur le naufrage du professeur Luc Montagnier. L’Académie des Sciences et l’Institut Pasteur ont d’ailleurs protesté officiellement contre ses thèses complotistes insensées. 

Un pays en pleine crise de défiance et où règne une insécurité grandissante peut-il être un pays performant économiquement ?

Mathieu Mucherie : De nombreux travaux ont été réalisés par le passé sur la corrélation entre confiance (interpersonnelle, dans les institutions etc… ) et performance économique, notamment par Jean-Philippe Vincent. Les nouvelles théories en investissement sur l’incertitude montrent que l’investissement a une valeur d’option : plus on est dans un cadre institutionnel qui permet d’installer un certain niveau de confiance, plus l’investissement paraît immédiatement judicieux. Il faut un haut niveau de confiance pour se lancer sans remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même.

La confiance se définit par deux aspects essentiels. 

Le premier est d’ordre structurel, fondamental. C’est l’actif le plus précieux pour une société car les gens vont échanger davantage entre eux et diminuer les coups des transactions. Cette confiance fondamentale, en éliminant toute menace juridique entre les différentes parties et en réduisant les intermédiaires est donc favorable à l’activité économique. 

Le second aspect s’apparente au sens keynésien. C’est une confiance temporaire, dans le cycle, conjoncturelle. C’est celle qui est mesurée par les indicateurs de l’INSEE. 

Souvent, les politiques nous parlent de la confiance pour essayer de maximiser la consommation, les recettes fiscales. Leur point de vue est extrêmement keynésien. Il faut que les citoyens consomment tout de suite et que les plans de relance génèrent immédiatement de l’emploi pour que les résultats soient visibles avant les élections présidentielles de 2022. 

La confiance fondamentale est pourtant ce que nous avons de plus précieux : pouvons-nous sortir en toute sécurité ? Nos biens sont-ils protégés ? Sans réponse positive à ces deux questions, il ne peut y avoir de croissance économique réelle dans le pays car il n’y a pas de projet à long terme, pas d’abaissement du taux d’actualisation, pas de structure normale de la monnaie. La crise du coronavirus a malheureusement touché à cette confiance fondamentale en impactant directement nos relations sociales — par exemple, ne plus pouvoir serrer la main de votre voisin. Des rapports distants rajoutent des coûts de transaction. La crise du coronavirus a pu démontrer le coût réel de la crise de confiance et nous pouvons parier que dans 18 mois, au moment de l’élaboration potentielle d’un vaccin, la question se posera à nouveau.

Un lien peut-il être établi entre le déconfinement et la montée de la violence ?

Laurent Alexandre : Certes les jeunes se sont défoulés un peu bruyamment sur les Champs Elysées (et je le réprouve) mais on ne peut pas en tirer des conclusions générales.

Il faudra des mois de recul pour noter une tendance de fond. Il est trop tôt pour se prononcer.

Comment l'État peut-il renforcer son autorité et tenter de faire appliquer efficacement une politique économique fiable à la rentrée ?

Mathieu Mucherie : Il est interessant de parler de l’autorité de l’Etat plutôt que de son pouvoir. « L’autorité ne se décrète pas mais s’exerce » a dit Bruno Retailleau. L’une des premières conditions au retour de cette autorité de l’Etat, c’est sa capacité à aller à la rencontre de ses promesses. Il s’agit de faire preuve de plus de transparence, de vérité. L’Etat français a promis beaucoup, a agi beaucoup de façon parfois confuse dans de nombreux domaines. Il est donc extrêmement difficile pour lui d’être à la hauteur de ses promesses. Emmanuel Macron avait, par exemple, promis de faire disparaitre les SDF des rues… ça n’a pas été le cas. Il faudrait idéalement que les Français attendent moins de l’Etat et que l’Etat apprenne aux Français à davantage se passer de lui. Ce sera une oeuvre de longue haleine.

A cela s’ajoute l’autorité morale de l’Etat : il doit être impartial. Il se comporte aujourd’hui comme une nounou qui aurait des préférences parmi les enfants dont elle a le soin. Il faut s’éloigner des conditions individuelles et dicter des règles valables pour tous, créer de l’égalité par l’indifférenciation. La faille de l’Etat providence, soulevée très tôt par nombre de libéraux, c’est que les citoyens finissent un jour par apprendre à s’en servir pour leurs intérêts personnels et sapent toute l’autorité de l’Etat.

Comment l'État peut-il renforcer son autorité et tenter de faire appliquer efficacement une politique sanitaire fiable à la rentrée ?

Laurent Alexandre : Globalement la population est raisonnable. Bien sur quelques agitateurs crient à la dictature sanitaire mais cela reste marginal. La cohésion sociale est considérée comme excellente en Allamagne, mais il y a eu des manifestations anti confinement et anti masques.

La polémique autour de Didier Raoult est plus profonde que le seul débat sur l’efficacité de la chloroquine. Elle traduit la bataille entre les rationalistes et les promoteurs de la post-vérité scientifique. Un discours irrationnel tenu par le premier sauveur venu peut manipuler l’opinion... 

Au milieu de cette hystérie, l’opinion ne comprend pas toujours la nécessité d’évaluer les médicaments même en période d’urgence. L’essai randomisé en double aveugle versus placebo est pourtant un des grands progrès des cinquante dernières années pour s’assurer de la réelle efficacité des traitements. S’en affranchir, c’est la certitude de tuer des malades. 

Le refus des méthodes internationales d’évaluation des médicaments est dangereux. Les exemples d’anciens traitements inefficaces ou dangereux se comptent par milliers : notre intuition médicale est mauvaise conseillère et nous l’avons admis même si cela a été une terrible blessure narcissique pour ma profession. 

Cette crise a fortement abîmé la crédibilité internationale de la recherche française. « On ne peut passer sous silence la défaite mémorable pour la santé publique et la culture scientifique du grand public qu’aura été la présentation sur les réseaux sociaux, puis dans une revue scientifique de complaisance, d’études cliniques qui, malgré une présentation tapageuse, ne permettent pas de conclure à une efficacité́ ou absence d’efficacité. Ce qui est proprement sidérant, c’est que la préférence donnée au jugement des médias, du public et des politiques sur l’évaluation rigoureuse par les pairs et la nécessité d’une réplication expérimentale, a été accompagnée de la théorisation de la supériorité de l’empirisme sur la méthode expérimentale, de critiques contre les essais randomisés, jugés non éthiques, et finalement de la préférence donnée à l’argument d’autorité par rapport à la médecine fondée sur les preuves », se désole le Professeur Gabriel Steg dans Les Échos. Didier Raoult a inventé la post-médecine : une communication qui refuse tout débat scientifique associée à un profond mépris pour ceux qui ne pensent pas comme lui. C’est un terrible retour en arrière. Mais, il faut sauver la raison : on ne pourra pas piloter la médecine de demain en pleine hystérie obscurantiste ! 

Les organisations professionnelles d’infectiologues se sont publiquement émues le 23 juin 2020 de la dérive des pro-chloroquine comme le Professeur Perronne: «Une crise sanitaire ne justifie pas qu’on dise, ou qu’on fasse, n’importe quoi ! Nos instances, représentant les médecins spécialisés en maladies infectieuses en France, souhaitent dénoncer les affirmations sans fondement qui ont été diffusées sur des chaînes de radio-télévision nationales au cours des derniers jours. Elles sont d’autant plus graves qu’elles sont l’œuvre d’un médecin, chef de service dans un hôpital. Selon ses propos, 25 000 morts liées à la Covid-19 auraient pu être évitées en France si la combinaison hydroxychloro- quine et azithromycine avait été prescrite massivement. 

« En se fondant sur les données solides disponibles à ce jour, on peut affirmer que la prescription de l’hydroxychloroquine aux patients atteints par la Covid-19 n’a pas fait la preuve de son efficacité, les études rigoureuses réalisées par des équipes sans a priori, au niveau international, ont toutes conclu sur l’absence de bénéfice, tandis que le risque de décès lié à un mauvais usage est lui parfaitement avéré. 

« Certains voudraient faire croire que l’intuition est suffisante pour imposer des choix thérapeutiques en médecine. Ce qui aurait dû rester une controverse scientifique est porté sur la scène médiatique au travers de propos infondés scienti- fiquement et d’accusations calomnieuses. Ce retour à l’empirisme représenterait une régression majeure de la médecine moderne, un retour vers la médecine du moyen âge. 

« La situation de crise sanitaire ne doit pas être une excuse pour s’affranchir de toute rigueur dans l’évaluation des traitements et dans les débats. Le public est en droit d’attendre de la part de ses médecins de la sérénité dans la communication des données médicales, sans tromperie ni démagogie. Au nom de l’éthique, du respect des victimes et de leurs familles, ainsi que de tous les professionnels de santé fortement impliqués dans cette pandémie, nous condamnons cette communication sans fondement. » 

C’est le nœud du problème : le pilotage de la pandémie exige de réduire l’influence des complotistes et des charlatans. Les chercheurs doivent monter au créneau alors que dans cette période hystérique, bien des scientifiques ont pris peur et ont renoncé à expliquer le monde. Ils ont déserté l’arène politique et laissé le charlatanisme et le complotisme se déployer. En outre, la pression populaire en faveur de Didier Raoult est tellement forte que les experts rationnels n’osent plus s’exprimer sur le sujet à part quelques praticiens courageux . 

Il faut aussi lutter contre la désinformation sur les réseaux sociaux… La Twitter School of Medicine rend fou. Didier Raoult a réussi grâce à sa présence sur YouTube à contourner tous les filtres académiques traditionnels en s’adressant directement à l’opinion. Alors que la médecine devient ultra-complexe, les choix thérapeutiques sont désormais décidés en fonction de l’Audimat et des likes sur les réseaux sociaux. Éric Cantona, Jean-Marie Bigard, ou bien encore Frigide Barjot, dispensent désormais des cours de virologie dans les médias. La « Twitter School of Medicine et la Facebook University of Science » délivrent instantanément des diplômes de Docteur en virologie. 

Bien sur, il faut dépolitiser la pandémie et lutter contre les vautours idéologiques qui surfent sur les morts du Covid-19 

Les cyniques expliquent que le virus a du bon et indique les changements sociétaux nécessaires. On instrumentalise la souffrance des gens pour prouver que l’on avait raison de condamner les méfaits de l’économie de marché et du progrès. On se félicite de la revanche de la nature sur l’arrogance des hommes. Les écologistes, antimondialistes et souverainistes anti-libéraux nous « l’avaient bien dit » : il faut « sortir des traités européens, produire en France et renoncer aux échanges internationaux ». Nicolas Hulot explique: «Je crois qu’aujourd’hui, nous recevons une sorte d’ultimatum de la nature. Entendons-le pour une fois ! Cet ultimatum dont on se serait bien passé, cette injonction qui nous tombe subitement et cruellement dessus, ne doit pas être vain. Il faut qu’elle ait un sens ». Des religieux américains voient le Covid-19 comme une punition de Dieu contre le mariage gay et l’avortement. Le frère de Tarik Ramadan soutient que le covid-19 est le fruit de nos « turpitudes contre la morale et la charia ». En réalité, les virus ne sont porteurs d’aucun message et il n’y a aucune leçon à tirer de cette épidémie. Les microbes et les virus ont causé des milliards de morts dans l’histoire de l’Humanité et la mortalité par maladies infectieuses n’a jamais été aussi faible qu’aujourd’hui dans le monde. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 26/08/2020 - 23:33
Le Dr Alexandre règle ses comptes
Avec le très atypique Dr Raoult qui lui déplaît tant et accessoirement l’atypique Dr Perronne. Mais l’équipe Raoult à néanmoins soigné des milliers de patients avec je pense un bon résultat. Ce qui n’enlève pas le mérite des autres. Nous croulons sous les études en double aveugle dispendieuses truquées par la manipulation complexe de critères de jugement, de scores divers, pour essayer de faire apparaître géant un effet positif nouveau de nouvelles molécules coûteuses en réalité infinitésimal voire nul. par rapport à d’anciennes molécules bon marché. Des fois on construit une pathologie, un syndrome, inventés. Tout cela pour tomber parfois (cf les glifozines par exemple) sur des effets intéressants par pure sérendipité.
lasenorita
- 25/08/2020 - 16:47
L'insécurité en France.
Ceux qui nous gouvernent sont INCAPABLES de faire régner l'ordre et la sécurité dans notre pays! Ils ne savent que faire de beaux discours et demander à nos policiers de faire payer des amendes aux citoyens français qui n'ont pas mis leur masque ou qui auront dépassé la vitesse réglementaire! Les Français ne sont plus en sécurité, chez eux, à cause de ces incompétents qui nous gouvernent! Il nous faudrait un ''Clémenceau'' qui, avec ses ''brigades du Tigre'', a réussi à rétablir la sécurité en France!