En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 min 51 sec
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 11 min 41 sec
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 19 min 33 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 14 heures 18 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 15 heures 18 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 20 heures 25 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 21 heures 3 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 21 heures 33 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 21 heures 56 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 min 32 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 14 min 52 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 14 heures 30 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 16 heures 39 sec
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 19 heures 54 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 20 heures 58 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 21 heures 35 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 22 heures 1 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Difficultés financières

Endettement record pour les transports en Île-de-France : faut-il vraiment réduire les dépenses d’investissement ?

Publié le 20 juin 2020
Un rapport de la Cour des comptes a dévoilé les difficultés financières et l'endettement record dans les transports en Ile-de-France. Les dépenses d'investissement vont-elles être réduites ? Faut-il s'en inquiéter ?
Alain Bonnafous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bonnafous est Professeur Emérite de l’Université de Lyon et chercheur au Laboratoire d’Economie des Transports dont il a été le premier directeur. Auteur de nombreuses publications, il a été lauréat du « Jules Dupuit Award » de la World Conference...
Voir la bio
Patrice Salini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Salini est consultant indépendant, spécialisé dans le secteur des transports. Il est également dynamicien des systèmes, ancien membre du Conseil national des transports (Commission marchandises et Commission sociale), ancien Professeur des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport de la Cour des comptes a dévoilé les difficultés financières et l'endettement record dans les transports en Ile-de-France. Les dépenses d'investissement vont-elles être réduites ? Faut-il s'en inquiéter ?

Atlantico.fr : Un rapport de la Cour des comptes publié lundi dans Le Monde évoque les difficultés financières et l'endettement record des transports en Île de France. Faut-il s’en inquiéter ?

Alain Bonnafous : La chambre régionale des comptes vient en effet de rapporter sur le Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF) qui, en 2019 n’était pas encore devenu « Ile-de-France Mobilités » (IdF-M). Comme pour la plupart des rapports de la Cour des comptes, il s’agit d’un travail solide qui met le doigt là où ça fait mal et alerte sur les difficultés de financement à venir. Notons que la dernière situation examinée est celle de 2019 et qu’elle est donc antérieure à la crise du Covid-19.

Avant même cette crise, il y avait une situation en effet préoccupante liée à deux causes principales. Depuis 2005, le STIF est présidé par le président de la région (puis par la présidente) et on peut affirmer que le dossier des transports est le plus lourd de cette présidence régionale dans la mesure où il représente près d’un tiers du budget. Lorsque Valérie Pécresse a succédé à Jean-Paul Huchon, ce dernier lui a légué un tout nouveau boulet financier : il avait en effet mis en place un tarif unique pour le pass Navigo en septembre 2015 alors que ce tarif était jusque-là fondé sur un tarif à la distance. Passons sur le fait que cela résultait de la pression des élus écologistes (pratiquement les seuls en Europe à ne pas souhaiter dissuader les transports quotidiens à longue distance). Le résultat en a été un trou budgétaire annuel dont les dernières estimations frisent le demi-milliard. Ce « trou » très partiellement compensé par des bouts de chandelle est une première cause de l’aggravation des difficultés financières des transports franciliens.

La deuxième cause de ces difficultés tient au fait que le système de transport francilien a un besoin pressant d’investissements. C’est ainsi que le conseil régional a voté un budget 2020 qui prévoit 834 M€ d’investissements (en hausse de 51% par rapport au dernier « budget Huchon » de 2015). Le renouvellement du matériel roulant et des opérations d’infrastructures de première nécessité ne peuvent pas être considérés comme un grand luxe.

Il résulte évidemment de tout cela une dérive de l’endettement que la Cour des comptes se devait de signaler.

Patrice Salini : L’impasse budgétaire  pour 2020 pour l’île de France - dont je ne connais pas l’ampleur - est à distinguer de celle évoquée par la Cour des Comptes. La Cour, (après avoir souligné la singularité de l’organisation des transports collectifs en île de France, où la société du Grand Paris - dont elle avait critiqué jadis la gestion et les perspectives financières - a retiré des compétences à Île de France Mobilité) a simplement mis en lumière un inéluctable trou budgétaire de plus de 1 milliard € par an à partir de 2023. Autant dire que la crise du Covid19 peut rapprocher cette échéance. Mais il n’y a pas, à mes yeux, de lien à faire.

Faudra-t-il réduire les dépenses d'investissement ?

Alain Bonnafous : A titre très personnel et sur ce que je connais de ce dossier, je ne crois pas qu’il y ait des dépenses inconsidérées dans les investissements prévus par la région, mais cela peut appeler un examen précis avec un souci de hiérarchiser les opérations sur la base d’évaluations rigoureuses. En principe, ces évaluations socioéconomiques sont disponibles et plutôt bien faites (dans la tradition de SNCF Réseau et de la RATP). On peut en déduire une programmation optimisée des investissements sur la base du critère de la value for money. Cela veut dire que les investissements doivent être réalisés dans l’ordre décroissant du ratio de la valeur actualisée que dégage un projet par euro d’argent public engagé.

Un exemple précis peut faciliter la compréhension de ce que je préconise là : j’ai eu l’occasion de calculer avec deux éminents économistes du groupe SNCF la création de valeur qui aurait résulté de l’usage de ce principe pour quelques dizaines d’investissements ferroviaires financés sur les dix dernières années par les contrats de plan Etat-Région (CPER) : nous avons trouvé qu’avec les mêmes dépenses publiques que celles qui ont été effectivement affectées à ces investissements, l’ordre de réalisation selon la value for money aurait dégagé plus d’un milliard d’euros de création de valeur alors que l’ordre de réalisation effectif a dégagé moins de 100 millions d’euros.

Bien évidemment il s’agit de « valeur socioéconomique », c’est-à-dire qui prend en compte les avantages de temps et de confort pour les usagers, la sécurité ou les effets sur l’environnement. Sur la base de cet exemple, on peut imaginer que les investissements les moins créateurs de valeur soient remis à plus tard et qu’une telle optimisation permette de réduire quelque peu la dépense.

Patrice Salini : L'alerte de la Cour des Comptes est toujours utile, et parfois salutaire. Pour autant, dans le domaine des transports, elle a souvent alerté, mis en garde, critiqué, et force est de constater que les solutions apportées pas l’Etat n’ont pas toujours été durables et les remises en cause suffisantes. 

La question de la dette de la SNCF, ou du financement du réseau TGV, voire de la rentabilité de certains grands projets, n’ont pas été des découvertes de la Cour. Mais celle-ci a le mérite, de manière indépendante, de livrer un jugement, qui plus est public, généralement très éclairé.

On voit bien que les structures ou les outils de mise en cohérence (Plan, outils de programmation financière) ont aujourd’hui largement disparu, et les grands choix stratégiques se soucient peu ou pas assez du financement.  On le voit par exemple avec la soi-disant programmation des infrastructures de transport, où on retire pudiquement de la liste des grands projets toujours maintenus... 

En outre, et La Cour des Comptes Européenne vient de  le rappeler,  les mégaprojets européens, et singulièrement ceux auxquels la France participe, ont tendance à voir leurs coûts et leur délais dériver, parfois dangereusement. 

Nous somme loin d’une approche cohérente, raisonnée, planifiée, concertée dans ces domaines, et je suis de ceux qui régulièrement regrettent l’absence d’évaluation pluraliste, contradictoire des grands projets, et des politiques sectorielles.  Ce qui se passe dans les transports n’est pas très différent de ce qui se passe, hélas, dans la santé. Les transports en Ile de France n’échappent pas à cette critique, et subissent en plus une politique fortement jacobine. La décision centralisée sans Plan devient peu à peu une calamité publique.

Quelles solutions la RATP peut imaginer afin d'alléger ses difficultés financières ? Pensez-vous qu'il est préférable de renoncer à des investissements au risque de perdre en croissance ? Ou au contraire, faudrait-il cette fois-ci une restructuration de l'entreprise ? 

Patrice Salini : A vrai dire, votre question m’amène à en poser une autre : Est-il logique que ce qui est parfaitement prévisible (et l’était), - une multiplication par 10 de la dette d’île de France mobilité étant prévue entre 2018 et 2030 - devienne ensuite un motif impérieux de restructuration ou de remise en cause de la seule RATP , et pourquoi ?  D’autant que la Cour souligne que l’on ne répond pas à la croissance de la demande de transport !

L’enjeu me semble de remettre de la cohérence dans les moyens publics - y compris décentralisés - et de créer les conditions d’une visibilité financière à moyen terme des transports en île de France.  Mais on ne peut faire l’impasse sur une remise en cause d’une organisation complexe opacifiant les responsabilités, et ne permettant pas à la Région d’exercer pleinement ses responsabilités dans le cadre d’un plan dont elle aurait la maîtrise.

Alain Bonnafous : Tout d’abord on peut souligner qu’au niveau national les investissements de transport sont à un niveau historiquement faible. C’est aujourd’hui le Conseil d’orientation des infrastructures (COI) qui est chargé de « hiérarchiser les grandes infrastructures de transport ». Sa dernière proposition (2017) mérite d’être comparée à ce qui était proposé 20 ans plus tôt. Le rôle du COI était alors tenu par un « Atelier sur les orientations stratégiques de la politique des transports et leurs implications à moyen terme », atelier du Commissariat au Plan de l’époque que je connais un peu pour en avoir été le président. Le scénario proposé en 1997, qui a été effectivement été mis en œuvre, représentait 0,54 % du PIB. La comparaison à 20 ans devient saisissante car, dans le scénario du COI le plus vraisemblable, cet effort ne représente plus que 0,11 % du PIB. En résumé, l’effort de la nation pour financer les grandes infrastructures nouvelles a été divisé au moins par 4 en 20 ans !

Il s’agit là d’une évolution lourde passée inaperçue : ce pays subit une déflation des dépenses d’investissement au profit des dépenses de fonctionnement dans beaucoup de domaines, la santé, la sécurité, les transports… et c’est un signe bien désolant de la préférence pour le présent. On peut cependant observer que la Région Ile-de-France a fait des efforts remarquables pour rompre avec cette tendance historique, en baissant son train de vie et ses dépenses de fonctionnement (1,9 Mds€ au budget 2020) au bénéfice des dépenses d'investissement (2,2 Mds€). En 5 ans, les dépenses de fonctionnement auront baissé de 20% et les dépenses d'investissement auront augmenté de plus de 41%.

Cette évolution des choses ne résout pas pour autant le problème du financement des transports franciliens dans la durée, d’autant que la crise actuelle aura des conséquences lourdes sur la recette du versement mobilité (ex versement transport) et que les pertes de recette du transport liées à la crise dépasseront vraisemblablement le milliard.

Il conviendra certainement d’agir sur toutes les commandes du système, qu’il s’agisse de l’optimisation des investissements que je viens d’évoquer ou de la tarification qui peut être augmentée. En passant de 70€ par mois en 2015 à 75,20€ aujourd’hui, ce tarif du pass Navigo a à peine suivi l’inflation. On peut aussi espérer que les coûts du transport soient mieux maitrisés : il n’est pas dit que les 27 % de déficit de compétitivité reconnus pas la direction de la SNCF lors des grèves liées à sa réforme soient définitifs, ne serait-ce qu’en accélérant la mise en place d’appels d’offre concurrentiels (recommandée par la Cour pour les activités routières).

Dans tous les cas, la présidente de la Région a du pain sur la planche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 20/06/2020 - 18:43
Cette region de M....
Coûte une blinde à la France. Peut on envisager son autonomie financière.