En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 1 min 24 sec
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 1 heure 30 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 3 heures 3 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 4 heures 40 sec
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 58 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 6 heures 29 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 47 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 59 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 20 min 11 sec
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 48 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 3 heures 32 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 5 heures 39 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 6 heures 2 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 6 heures 37 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 7 heures 3 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

Publié le 27 mai 2020
Emmanuel Macron a dévoilé un plan de relance en faveur du secteur automobile alors que l'industrie est à l'arrêt depuis des mois face à la crise du Covid-19. Le fait que le gouvernement indique la direction à prendre tant à l'industrie automobile qu'aux consommateurs est-il une bonne chose ? Est-ce à l'Etat de donner sa direction à l'industrie automobile ?
Jean-Pierre Corniou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Corniou est directeur général adjoint du cabinet de conseil Sia Partners. Il est l'auteur de "1,2 milliards d’automobiles, 7 milliards de terriens, la cohabitation est-elle possible ?" (2012).
Voir la bio
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a dévoilé un plan de relance en faveur du secteur automobile alors que l'industrie est à l'arrêt depuis des mois face à la crise du Covid-19. Le fait que le gouvernement indique la direction à prendre tant à l'industrie automobile qu'aux consommateurs est-il une bonne chose ? Est-ce à l'Etat de donner sa direction à l'industrie automobile ?

Jean-Pierre Corniou : Plus qu’avec la crise de 2009, les industriels de l’automobile vont devoir se battre sur tous les fronts. 2019 n’avait pas été une très bonne année pour la plupart des groupes automobiles.  2020 devait être encore plus médiocre, avant Covid-19. Mais, depuis février, Covid-19 a transformé une contre-performance annoncée en catastrophe avérée. 

La crise sanitaire est venue brutalement frapper l’industrie qui a été mise à l’arrêt environ trois mois dans les différents pays producteurs, d’est en ouest, de Chine en février à l’Amérique, Etats-Unis, Mexique, Brésil, en avril.  En Europe, ce sont 2,5 millions de véhicules qui ont été perdus en quatre mois, et les ventes d’avril 2020 ont été inférieures de 76% à celles d’avril 2019. Ce sont des millions d’emplois en jeu. En Europe, 13,8 millions de personnes sont employées dans la filière automobile, soit 6,1% des emplois totaux et 11,4% des emplois manufacturiers.

Or, cette crise vient se surajouter à un environnement déjà complexe. Tous les facteurs qui ont contribués à l’ascension historique de cette industrie depuis 130 ans sont remis en cause : automobile vécue comme un vecteur de liberté, motorisation thermique efficace et peu coûteuse, grandes entreprises dominantes et cartellisées, modèle économique d’accès à la pleine propriété de véhicules régulièrement renouvelés à travers des réseaux propriétaires sous contrôle. Ce système cohérent s’est montré résilient pendant des décennies, surmontant toutes les crises par une nouvelle augmentation des volumes.  Mais, on commence à penser que le « car peak » a été atteint et que le marché pourrait ne jamais dépasser 100 millions de véhicules particuliers. L’issue à la crise peut difficilement se trouver aujourd’hui dans les volumes de production. Face à cette remise en cause générale, l’industrie a manifesté sa colère contre les réglementations, et a commencé, contrainte et forcée, à explorer de nouvelles solutions pour pérenniser son existence à travers l’électrification. Mais, pour l’heure, elle se retourne vers les États pour subvenir à ses besoins immédiats de trésorerie. 

Les mesures de relance de cette industrie, pour être efficaces, ne doivent pas seulement répondre aux défis immédiats, elles doivent contribuer à corriger les problèmes structurels de l’industrie. Or pour les gouvernements européens, confrontés à une opinion publique divisée entre un soutien inconditionnel au libre usage de l’automobile et un rejet parfois violent de ce que la voiture individuelle représente comme facteur de pollution et d’encombrement. 

A terme, se profile dans de nombreux pays une interdiction des moteurs thermiques entre 2030 et 2040 et d’ores et déjà la chute du diesel a sévèrement touché les producteurs européens et provoqué une transformation rapide des habitudes des consommateurs.

Rien ne permet, malgré la crise, de remettre en cause ces contraintes qui répondent à des choix forts de politique de mobilité. Les gouvernements, sans se renier en remettant en cause l’ensemble des mesures prises depuis plusieurs années, doivent donc arbitrer entre des objectifs contradictoires :

- Protéger l’automobile indispensable à la plupart de leurs concitoyens, notamment en zone de faible densité, 

- Satisfaire la fraction environnementaliste de la population, notamment urbaine

- Sauver immédiatement l’emploi industriel et toute la filière diffuse

- Consacrer les investissements à la préparation de l’avenir, qui sera électrique 

Atlantico.fr : Le gouvernement a annoncé un plan de relance du secteur automobile alors que l'industrie est à l'arrêt depuis des mois. Que peut-on dire des annonces du Président de la République ?

Jean-Pierre Corniou : Le plan pour la filière automobile présenté par le président Macron vise à satisfaire ces différentes cibles en misant essentiellement sur une électrification rapide de l’offre et sur un soutien choc à la demande. Au total, un million de véhicules électriques devraient être construits en France en 2025. C’est un plan massif et diversifié qui représente une aide globale de 8 milliards € à l’industrie sous forme de trois séries de mesures :

- Soutien à la demande

C’est une mesure classique des plans de soutien à l’automobile qui consiste à pousser les clients chez les concessionnaires pour déclencher un achat qui ne se serait pas spontanément produit. En baissant artificiellement le coût des modèles, c’est une aide au consommateur qui revient en fait à aider les constructeurs. Dès le 1er juin, et jusqu’à la fin de l’année, l’aide versée à un particulier pour l’achat d’une voiture électrique est portée de 6 000 à 7 000 euros, et de 3 000 à 5 000 euros pour les flottes professionnelles, soit 50% de la demande. Ceci ne concerne pas les voitures de haut de gamme, car l’aide est plafonnée aux voitures de moins de 60 000 €, et ne sera à taux plein que pour les voitures de moins de 45 000 €. Les hybrides rechargeables, précédemment oubliées par les aides, peuvent en bénéficier pour un montant de 2 000 € si elles coûtent moins de 50 000 € et disposent d’au moins 50 km d’autonomie en tout électrique.

Le gouvernement relance la prime à la casse en introduisant une « prime de conversion » pour tout achat d’un véhicule neuf ou d’occasion récent en échange d’un véhicule ancien, qui sera détruit, de classe Crit’Air 3. Cette aide octroyée aux ménages qui par personne ont déclaré mois de 18 000 € de revenu fiscal annuel, par part, s’élève à 3 000 € pour l’achat d’un véhicule thermique et 5 000 € pour un véhicule électrique. 

- Soutien à l’offre

L’industrie automobile doit traverser cette période difficile et se reconstruire pour gagner en compétitivité en misant sur une filière électrique française. 

Le gouvernement a convaincu les deux constructeurs de développer en France une filière de traction électrique. PSA va fabriquer tous les composants de ses véhicules électriques en France et multiplier par cinq sa production d’hybrides rechargeables en France, la future 3008 sera fabriquée en France à Sochaux. Renault doit construire dans son usine de moteurs de Cléon le moteur destiné à l’Alliance et fera passer de 60 000 à 240 000 le nombre de véhicules électriques produits en France en 2024. Renault s’engage désormais aux côtés de PSA et Total avec ses filiale Saft, dans le projet européen de construction de batteries en Europe.

L’Etat s’engage à développer le réseau de bornes de recharges électriques pour atteindre 100 000 en 2021, en avance d’une année sur le plan initial. Les constructeurs ont toujours argué que l’insuffisance du nombre de bornes expliquait le manque d’engouement des clients pour le véhicule électrique, argument discutable car 90% des recharges sont faites à domicile ou en entreprise.  Néanmoins, le réseau de bornes publiques, qui n’est pas rentable, serait mal entretenu et poserait pour les clients de nombreux problèmes de fiabilité et de facilité de paiement. 

- Modernisation de la filière 

Ce volet du plan comprend des mesures déjà identifiées dans les travaux de la filière automobile. Des aides supplémentaires vont être consacrées à la modernisation des petits acteurs de la filière pour qu’ils développent leur robotisation, leur transformation numérique et leur engagement dans l’industrie 4.0.  Ce fonds comprend 200 millions €, auxquels s’ajoutent 150 millions € consacrés à la recherche de ces petites entreprises. Par ailleurs, un fonds d’investissement de 600 millions €, alimenté à hauteur de 400 millions par l’État et 100 millions pour chaque constructeur, destiné à aider les industriels de la filière en quête de fonds propres pour se moderniser ou créer des ensembles plus larges et compétitifs. 

Il s’agit, enfin, d’éviter la délocalisation d’activités effectuées en France par l’engagement, un peu théorique, à travers une charte de bonne conduite, des constructeurs à ne pas pousser leurs fournisseurs à externaliser pour des raisons de prix de revient et de coût leurs productions dans les pays à bas coûts.

Est-ce la première fois que les différents gouvernements français préparent ce genre de manœuvre ? Quels ont été les effets des derniers plans de relance ?

Jean-Pierre Corniou : Les plans d’aide à l’industrie automobile ont été lancés par chaque gouvernement lors des crises antérieures. On se souvient de la prime à la casse instaurée par le gouvernement Balladur, puis Juppé, dénommée « balladurette » en 1994  et « juppette » en 1996. 1,5 million d‘automobilistes en ont bénéficié, mais dès la fin de la mesure, le marché, artificiellement dopé, s’est contracté. Ces primes visaient à la fois à moderniser le parc et à relancer la demande. Il s’agit à chaque fois de protéger l’emploi immédiat en France et de préserver l’autonomie de la filière automobile française. Les constructeurs sont « too big to fail ». Mais ces plans n’ont pas empêché la production automobile française de décliner régulièrement ainsi que l’emploi.   

La crise de 2008/2009, toutefois moins aigüe que celle que l’industrie est en train de vivre, avait conduit à un plan important de 7,8 milliards €, comprenant un prêt de 3 milliards € à chaque constructeur et une aide aux sous-traitants et établissements de crédit des constructeurs. Une prime à la casse a été instituée de décembre 2008 à décembre 2010. Un  Fonds de modernisation des équipementiers automobiles a été créé en janvier 2009. En 2013, Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif, lance un plan automobile renforçant les bonus écologiques, poussant à la commande publique de véhicules électriques et au déploiement de bornes de recharge. Un effort particulier doit être mis par les constructeurs à la conception de véhicules basse consommation, le véhicule 2 l/100, sans lendemain. C’est un plan ambitieux qui engage toute la filière à se moderniser  grâce à la création d’un nouveau fonds, le Fonds d’aide à l’investissement de la filière automobile. 

Le Conseil national de l’industrie a, en février 2018, créée le « comité stratégique de filière » qui a travaillé à la conclusion entre la profession et l’État d’un « contrat d’engagement de filière » de 2018 à 2022 Le plan annoncé par le Président s’inscrit dans la continuité de ces travaux. 

La difficulté de ces plans, qui sont conçus  sur un modèle identique avec un fort niveau d’ambition et d’engagement,  tient au fait qu’ils sont conçus pour une aide immédiate qui soulage les difficultés temporaires, mais ne parviennent pas à régler les problèmes structurels. Or l’industrie automobile est désormais mondiale, Renault et PSA ne réalisent en France, respectivement, que  17% et 24 % de leurs volumes. Les modèles d’entrée et de gamme sont moins générateurs de marge que les modèles les plus onéreux ; or c’est la spécialité des constructeurs français qui ont, pour cela, du transférer la production de ces véhicules, comme 208 ou Clio, vers leurs usines étrangères, espagnoles ou turques, quand ce n’est pas une gamme entière, comme Dacia qui est réalisée en Roumanie et au Maroc. L’industrie allemande s’est ainsi constituée à l’est de l’Europe un réseau de production qui lui permet de baisser ses coûts. La logique industrielle l’emporte toujours sur les impératifs de politque économique. C’est pourquoi Renault, dès la fin 2019, avait annoncé travailler à un plan de réduction d ses coûts qui passeraient par la fermeture de sites industriels

Ensuite l’industrie est orientée vers la satisfaction de ses clients avant celle de l’Etat. C’est pour cela que depuis des années elle a construit des véhicules plus lourds et plus consommateurs d’énergie, car les SUV ont la faveur du public.

Le fait que le gouvernement indique la direction à prendre tant à l'industrie automobile (avec les aides sous conditions) qu'aux consommateurs avec des aides à la consommation (comme au diesel il y a quelques temps ou l'électrique aujourd'hui) est-il une bonne chose ? Est-ce à l'état de donner sa direction à l'industrie automobile ? 

Jean-Pierre Corniou : L’État est toujours intervenu massivement dans le destin de l’industrie automobile. Ceci tient à un facteur simple mais totalement structurant : l’automobile est le seul bien de consommation courante, accessible à tous sans condition, sinon le permis de conduire, qui nécessite autant d’investissements publics pour que les consommateurs puissent l’utiliser en toute sécurité. La cohabitation des 36 millions de véhicules du parc français ne peut se faire que parce qu’il y a des routes en nombre suffisant et bien entretenues, une signalisation, un code de la route, des services de sécurité et d’intervention qui veillent à ce que la circulation routière, qui a produit quand même, en 2019, 3 493 morts et 73 046 blessés, se fasse dans les meilleures conditions. L’Etat intervient aussi pour protéger les autres utilisateurs de l’espace public qui ne sont pas automobilistes et pour réduire les pollutions et impacts environnementaux de cette industrie polluante, suspectée de contribuer à la mort précoce par maladies respiratoires de 48 000 personnes par an. 

Or l’industrie a tout misé depuis 70 ans sur une évidence indiscutable pour tous les professionnels de l’automobile : on ne pourra jamais se passer de l’automobile individuelle, à la fois moyen de transport efficient et outil de rêve et du fameux « plaisir de conduire » qui nourrit les publicités. Ce dogme se heurte durement à la réalité de l’urbanisation de la planète qui concentre les populations dans des zones urbaines denses où la congestion du trafic est facteur d’inefficacité dans les déplacements et produit des pollutions locales intenses. La crise sanitaire a révélé l’ampleur des conséquences environnementales de l’usage de la voiture individuelle en ville. 

La lutte contre les émissions de CO2 pousse la réglementation vers des contraintes de plus en plus sévères et l’adoption de standards de mesures en conditions réelles, moins conciliants, avec la norme  WLTP. L’Union Européenne impose une moyenne d’émission de 95 g CO2 /km à partir du 1er janvier 2020, obligation assortie de lourdes amendes. Ce résultat ne peut être obtenu que par une augmentation de la part des véhicules électriques. La Chine a imposé sa norme China 6 en juillet 2020, semblable à Euro 6, et décourage la production de véhicules thermiques. Elle s’est fixée comme objectif 2025 d’atteindre 25% de la production automobile en NEV, véhicules à énergie nouvelle… 

L’industrie automobile est dictée par ses propres logiques. Elle est pragmatique, suit, de façon incrémentale, l’évolution de la technique et des goûts des consommateurs au gré de l’évolution de ses gammes. Le fait de donner une inflexion claire aux choix de l’industrie reflète la responsabilité des gouvernements, et aussi du Parlement européen, de développer une vision globale de la politique de mobilité. Il est dès lors logique que l’argent public, très demandé en période de crise, soit fléché vars des objectifs d’intérêt général tels que les identifient les pouvoirs publics. 

Loïk Le Floch-Prigent : Nous savions depuis plusieurs jours que nous allions avoir droit à une pièce de théâtre sur l’automobile, nous l’avons eu mardi 26 Mai, les acteurs sont contents, et les commentateurs sont heureux et applaudissent, ils ont aimé la représentation.

Il y en a même qui ont entendu là une première pierre du sauvetage de la France industrielle, en attendant la séance suivante sur l’aéronautique !

Est-il  nécessaire de décortiquer les annonces, les discours, ne finissons nous pas par lasser tout le monde en pointant les enfantillages des promesses, des anticipations, des délais courts impératifs, de tout ce qui est fait pour convaincre et que l’on finit pas ne plus écouter.

Notre industrie a fabriqué 400 000 véhicules de trop qui ne trouvent pas acquéreurs, on va aider 200 000 ménages à acheter des véhicules neufs à prix d’ami, sous réserves de faibles ressources confirmées par leur feuille d’imposition. Le taux de chômage était de 8%, on a mis la moitié du pays en chômage partiel, une grande partie d’ entre eux se demande s’ils vont trouver un emploi à la fin de cette période, ils font leurs comptes avec angoisse, et on pense vraiment qu’ils n’ont qu’une idée en tête, s’acheter une nouvelle voiture ? Bien sur les voitures disponibles sont des diesels ou des essences, et on leur dit que l’avenir est électrique. On aide donc les « pauvres » à s’équiper sur le moyen terme des véhicules dont, en même temps, on indique qu’ils appartiennent au passé coupable « impropre ». Les autres (quels autres ?) sont incités à acheter les voitures « propres » dès maintenant, voitures dont on nous dit que la valeur ajoutée est réalisée en Asie avec les batteries qui représentent 40% de leur cout. On finance donc (un peu) les moins fortunés pour qu’ils achètent les voitures du passé, et on finance les autres pour qu’ils subventionnent l’industrie chinoise et sud-coréenne. Où est la logique, où est la cohérence, quelle est l’intention, où mène-t-on le bateau France ? Si l’on est chinois, on applaudit.

Supposons que le Gouvernement soit persuadé que l’avenir de l’automobile française soit le véhicule électrique et qu’il ait envie de favoriser cette mutation, est-ce que la méthode employée est la bonne ? C’est-à-dire on fixe des conditions aux aides de l’Etat au secteur automobile et on multiplie les subventions à la consommation ?

Il faudrait, dans un premier temps, qu’il dise en quoi le véhicule électrique est la solution pour chaque français. Il le traite de véhicule « propre », c’est vrai pour les métropoles, c’est inexact pour les campagnes. Pour plus de la moitié du territoire français le sujet n’est pas d’actualité. Le problème capital est la batterie, chère, importée, à la charge non encore résolue et « sale » dans la mise à disposition des matériaux comme à leur non recyclage. La concentration urbaine conduit à l’utilisation de véhicules électriques, mais leur « propreté «  est liée à leur utilisation, pas à leur cycle de fabrication et de vie.

Néanmoins, le Gouvernement est décidé, soit, il prend donc les trois entreprises françaises clés et leur demandent de réaliser une fabrication française à ambition mondiale de batteries pour 2023. Quelles batteries, avec quels matériaux, à quel prix, à quel nombre de cycles…questions triviales que les électro chimistes se posent depuis quarante ans  et qui se heurtent toujours à des difficultés scientifiques, techniques, industrielles avec en plus les problèmes d’approvisionnement. Hier c’était le vaccin, aujourd’hui c’est la batterie…ce n’est pas aussi simple.

Avant de décider que l’on va mettre toutes ses forces dans un édifice industriel, on doit s’assurer que c’est possible ou que les personnes compétentes estiment que c’est réalisable comme cela a été le cas pour les épopées nucléaires. Ici on se heurte à des dizaines d’années de galère qui ont conduit à une filière qui parait la plus fiable mais dont les matériaux actifs sont d’une grande rareté et monopolisés depuis dix ans par la Chine ! On a le devoir de se poser des questions avant de mettre tout l’argent que l’on va emprunter dans un dispositif incertain ! Il ne s’agit pas de nier la nécessité de trouver des solutions non polluantes à la mobilité individuelle dans les métropoles, et donc de nier l’intérêt du véhicule électrique pour la France et l’Europe. Mais considérer, comme cela vient d’être dit que c’est la bonne solution, la seule et que tout les français doivent se ranger en lignes d’oignons pour célébrer la bonne doctrine, c’est aller un peu vite, un peu loin, et se précipiter dans le mur. Il y a 65 millions de Français qui ont droit de penser,  de réfléchir, de discuter , et de décider de la manière dont ils veulent organiser leur vie. Il y a quelques années on leur avait dit, avec des incitations faibles mais efficaces, qu’il fallait acheter des voitures diesel, ils ont fini par le faire à plus de 65% !Depuis des mois on leur dit que c’est la voiture électrique qui va les sauver, ils ne sont pas persuadés qu’ils vont pouvoir partir en vacances avec elle sans avoir des problèmes de recharges de batteries, ils renâclent , et maintenant on leur dit dans une atmosphère de pénurie, de chômage, de débâcle économique, que l’on va mettre tous nos œufs dans le même panier, l’électrique…tandis que l’on parle aussi de l’hydrogène comme combustible et qu’ils doivent acheter au plus vite un véhicule classique déjà produit pour sauver l’industrie automobile. Il y a de quoi avoir le tournis !

Il serait donc très difficile pour un esprit cartésien de justifier la dernière mise en scène produite ce mardi 26 Mai, les  punitions contre les automobilistes ont déjà conduit à une année de « gilets jaunes », les directives aux ensembliers automobiles et les ordres donnés à la population de se conformer aux visions de l’avenir des gouvernants peuvent conduire à la révolte comme à l’anesthésie, mais en tout état  de cause la méthode est douteuse car, une fois de plus elle supposerait une connaissance approfondie du donneur d’ordres des réalités scientifiques, techniques et industrielles, ce qui n’est manifestement pas le cas.  

Comme il est toujours opportun de conclure par une note d’espoir, le fait qu’ait été reconnue la précarité des fournisseurs , des sous -traitants fort nombreux du monde automobile a certainement mis beaucoup de baume au cœur à bon nombre de salariés qui broient du noir depuis des mois, même des années. Pour une fois , il y a eu une pensée pour eux , merci à tous ceux qui ont œuvré dans ce sens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 27/05/2020 - 14:04
Il subventionne avec l'argent des autres!
C'est avec ''l'argent public'' qu'il subventionne ceux qui achèteront une automobile: Macron paie les voitures des uns par les impôts des autres!Les Français n'ont pas à subventionner, avec leurs impôts, les véhicules Renault produits en Turquie, au Maroc,...Le seul véhicule électrique,produit en France, est Zoé.. Souhaitons que les primes,accordées par le gouvernement, ne concerneront que les véhicules RENAULT produits en France...Renault a été privatisé, l'Etat n'en possède que 11%,l'étranger 45%,Renault n'appartient pas à L'Etat...
ajm
- 27/05/2020 - 12:56
La famille UBU se lance dans l'industrie.
Ce plan de soutien à l'automobile est une clownerie imaginée par la famille UBU au grand complet qui va finir de détruire ce qui nous reste d'industrie automobile et accroître notre dépendance vis à vis de l'Asie en général et de la Chine en particulier.
LFP le dit en termes plus diplomatiques.
L'autre par contre, je n'arrive pas trop à comprendre où il veut en venir, mais visiblement il ne veut pas déplaire à la famille UBU et à ses innombrables relais.