En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 1 heure 49 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 3 heures 51 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 22 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 22 heures 14 sec
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 36 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 11 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 31 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 16 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 22 heures 20 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Double problème

Contradictions des dirigeants politiques français, archaïsme des services publics : le cocktail explosif de la tempête des retraites

Publié le 21 décembre 2019
La France est le pays en Europe où les services publics marchent le moins bien et où les personnels ne réclament pas un meilleur fonctionnement, mais se battent pour protéger leurs avantages. Ça n’est pas supportable. 
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France est le pays en Europe où les services publics marchent le moins bien et où les personnels ne réclament pas un meilleur fonctionnement, mais se battent pour protéger leurs avantages. Ça n’est pas supportable. 

Ce conflit sur le système de retraite en France apparaît de plus en plus absurde, d’autant qu’il boucle près de deux ans de négociations pendant lesquelles on se demande vraiment ce qu'ont pu faire les partenaires pour en arriver à un tel blocage d’une partie de l’activité économique.  

Ce conflit révèle deux phénomènes qui sont très particuliers à la France et qui sont vraiment très inquiétants. 

Le premier phénomène, c’est que ce dossier a engendré une situation politique contradictoire et inextricable. Il y a un coté Brexit chez nous actuellement. Avec une volonté et une ambition mais l’impossibilité de trouver les outils ou les majorités pour réaliser la transformation. Pire, on a l’impression que réforme après réforme, la classe politique se fracasse et s’émiette. 

Le Premier ministre Edouard Philippe a présenté une réforme structurelle de notre système de retraite...  Un système universel,  fonctionnant par points avec pour objectif établir l’équité entre tous les Français avec une promesse d’amélioration pour tous.   Au passage, il ne touche pas au principe de solidarité lié à la répartition. Il se garde bien d’ouvrir la porte des fonds de capitalisation qui sont en France des pestiférés. 

C’est donc un projet de gauche. Un projet qui a été de tout temps, depuis Jean Jaurès porté par la gauche, repris par le Général de Gaulle et le parti communiste, la CGT, qui ont d’ailleurs été les architectes du régime Agirc-Arcco qui marche très bien. 

La seule concession qu’Edouard Philippe a faite à ses amis de la droite libérale, c’est de parler de l’équilibre financier avec l’âge pivot. Pas un mot sur la capitalisation ou la mise en route de retraites complémentaires individuelles. On ne pourra pas dire que le projet rende service aux riches.  

Et bien, ce projet de gauche est battu en brèche et refusé par la CGT, Fo et Sud au nom de la protection des régimes spéciaux. Ceux de la SNCF ou de la fonction publique en général. Il est même critiqué par l’ensemble de la gauche qui aurait pu défendre le principe des points, tellement ils sont nombreux à gauche à l’avoir dans le passé défendu. Quant aux écolos, n‘en parlons pas, ils sont pour la retraite par points, mais ils considèrent qu’il aurait été plus urgent de s’occuper du réchauffement climatique. C’est tellement ridicule que les radars médiatiques ont été très bienveillants de ne pas tendre les micros aux écolos. D’ailleurs, ils n’étaient pas demandeurs.

C’est donc politiquement le monde à l’envers. Avec une droite libérale qui se retrouve obligée de défendre un projet qu‘elle n’aurait jamais engendré.

Le deuxième phénomène, c’est que la grève qui est légale, est de moins en moins légitime. Une fois de plus, le droit de grève s’exerce principalement dans les transports publics à la SNCF et à la RATP et prend en otage 5 à 6 millions de Français qui sont en galère depuis 12 jours maintenant.

La question est de savoir à qui appartient la SNCF. À la CGT, aux usagers clients ou aux actionnaires qui sont contribuables ?

Les chiffres sont redoutables. 

La SNCF, c’est 140 000 salariés. La grève est portée par 13 % des cheminots, principalement des conducteurs de trains et des aiguilleurs entre 60 et 70 % des conducteurs. Cette corporation a le pouvoir de bloquer plus de 5 millions de passagers par jour. C’est peut-être juridiquement légal, mais c’est franchement illégitime. 

Alors, on peut évidemment dire que la SNCF a le droit d’utiliser la grève comme moyen de pression sauf que ça n’est pas une entreprise comme les autres et c’est pour cette raison que la grève n’est plus légitime.

D’abord, la SNCF est en situation de monopole. L’usager, le banlieusard n’a pas le choix. Le parisien qui a les moyens s’en sort. Mais pour la plupart des clients, il n’y a pas de solutions alternatives. 

Ensuite, s’il ne peut pas utiliser le train, il continue de payer la Sncf. La Sncf a besoin de 15 milliards d’euros par an, elle a besoin qu’on équilibre son système de retraite, elle a besoin que l'Etat ou les collectivités locales prennent à leur charge 60% des investissements, elle a besoin qu'on étouffe une partie de ses dettes. 

Les seuls 15 milliards de subvention d’équilibre représentent 215 euros par Français, plus de 500 euros par foyer fiscal. 

Alors ça permet de payer les billets moins chers, mais faudrait-il que ça marche. La RATP souffre des mêmes mots. 

On marche sur la tête 

On est le pays qui paie le plus d’impôts en Europe ;

On est le pays où les dépenses publiques sont les plus lourdes ;

On devrait avoir les meilleurs services publics, ça n’est pas le cas. Le train, ça ne marche pas, la santé est asphyxiée et l’Education nationale ne donne pas de résultats. 
Voilà des  entreprises où les clients sont très mécontents. Mais voilà des entreprises aussi où les personnels sont mécontents. Le comble dans cette affaire est que les cheminots ne font pas grève pour améliorer la qualité du service. Non, ils font grève pour protéger leur statut et leurs retraites. Le grand public ne pourra pas les soutenir très longtemps dans ce cas-là. 

Les conflits sociaux qui ne se résolvent pas par la politique ou par le compromis social aboutissent toujours à des solutions contraires aux situations de départ. Le consommateur est intelligent. Il réussit toujours à trouver des solutions. 

Il est évident aujourd‘hui que la prolongation des blocages prépare et facilite la préparation de restrictions au droit de grève dans les entreprises monopolistiques.  

Des réformes de la SNCF par la concurrence ou la privatisation. On va inventer des alternatives.

Des réformes de retraites qui passeront par des systèmes privés de la capitalisation. 

Si le pouvoir se plante avec cette réforme, les projets de privatisation apparaissent la seule alternative privatisation des retraites et des monopoles publics.

Ajoutons, cerise sur le gâteau, que la situation actuelle fait la fortune de Uber, d’Amazon, des entreprises digitales américaines et des services hospitaliers, compte tenu de l’accroissement des accidents de trottinette et autres 2 roues. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 22/12/2019 - 09:41
Très bon résumé
Partagé de plus en plus par la France silencieuse mais pour combien de temps encore ??.
clo-ette
- 22/12/2019 - 07:47
le service public
Les trains marchent bien dans l'ensemble, la Santé aussi, quant à l'éducation Nat, elle est en difficulté car elle accueille toute une vaste population à problème , celle des" banlieues " ou des "quartiers", celle de familles où l'éducation des enfants est inexistante . D'autre part, le statut des retraites et des rémunérations est la clé de tout , c'est avec des revenus décents que l'individu travaille le mieux .