En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 2 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 34 min 3 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 41 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 5 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 33 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 17 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 9 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 30 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 min 28 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 36 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 1 heure 52 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 12 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 2 heures 53 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 21 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
Jean-Marc Sylvestre

La Sncf coûte 215 euros à chaque Français, qu’il prenne ou pas le train. Les clients ont quand même leur mot à dire, non ?

Publié le 17 décembre 2019
La SNCF coute 215 euros à chaque Français, qu’il prenne le train ou pas. A ce prix-là, les Français ont évidemment leur mot à dire. Le blocage de la SNCF et de la RATP, par une poignée de cheminots grévistes (13% de salariés pas plus) pose évidemment la question sur les conditions de fonctionnement du service public, sur les abus de pouvoir de syndicats et sur les moyens d’en sortir.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La SNCF coute 215 euros à chaque Français, qu’il prenne le train ou pas. A ce prix-là, les Français ont évidemment leur mot à dire. Le blocage de la SNCF et de la RATP, par une poignée de cheminots grévistes (13% de salariés pas plus) pose évidemment la question sur les conditions de fonctionnement du service public, sur les abus de pouvoir de syndicats et sur les moyens d’en sortir.

Les voyageurs étrangers qui arrivent à Paris n’en reviennent pas. Comment imaginer dans un pays aussi développé, aussi riche de culture et d’histoire, que le système politique et
juridique autorise le blocage du fonctionnement de ses grandes métropoles - dont Paris, et empêche la totalité des habitants du pays de vivre et de voyager librement ? Leur réaction est immédiate, ils reprennent l’avion et rentrent chez eux. Quant à ceux qui peuvent encore annuler, ils n’hésitent pas à le faire. Mais le plus grave, c’est la paralysie nationale. Impossible de passer sur les conséquences économiques d’un tel désordre. Impossible de passer sur la perte de pouvoir d’achat, d’activité, de dépenses de Noël et d’emplois pour les étudiants et d’autres.
Les adversaires du Black Friday doivent jubiler, puisqu’ils ne supportent pas qu‘on puisse consommer. Quant à ceux qui se sont précipités dans les magasins contre l’avis des écolos, franchement, ils ne doivent pas regretter d’avoir désobéis aux Ayatollahs de la conso. En attendant, le pays est bloqué et ça pose évidemment la question de la légalité de toutes ces actions.
Les faits et les chiffres sont redoutables : la SNCF est une grande entreprise de la taille de celles du CAC 40, elle réalise plus de 33 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Avec pour métier principal, celui d’assurer le transport ferroviaire des voyageurs et des marchandises. Une particularité : elle appartient en totalité à l‘État et se retrouve en situation de monopole (du moins pour l’instant). Cette particularité fait qu’actuellement 13% des 150 000 cheminots qui sont en grève, principalement adhérents de la CGT ou de Sud-Rail, sont capables de paralyser tout le système et d’empêcher le fonctionnement des trains (11 000 par jour). Les 13 % de grévistes sont principalement les conducteurs de trains (66% des 14 000 conducteurs de trains).
On résume : moins de 9000 salariés conducteurs ont bloqué la circulation et le travail de tous ceux qui doivent utiliser le train : Ils empêchent les 150 000 autres cheminots de travailler, ils interdisent chaque jour de grève, à 5 millions de passagers de se déplacer en France dont 3, 5 millions en région parisienne.
Au total, la SNCF a 88 millions de clients par an. C’est considérable.
Alors, il n’est évidemment pas question de remettre en cause le droit de grève. C’est un droit fondamental. Mais il faut reconnaître que l’exercice du droit de grève à la SNCF ne peut pas s’exercer comme dans une entreprise normale, dès lors que les clients n‘ont pas de solutions alternatives.
Dans une entreprise normale, les salariés qui font grève le font en toute connaissance des risques qu‘ils prennent et qu‘ils font prendre. Les clients peuvent partir chez le concurrent, les investisseurs peuvent investir ailleurs.
La chance de la SNCF, c’est que les clients ne peuvent pas s’adresser à un autre prestataire ou alors ce sera très compliqué. Chance de l’entreprise mais malheur de l’usager. La chance de la SNCF, c’est aussi que ses actionnaires ne sont pas libres d’arbitrer pour un autre investissement.
Le contribuable finance l’exploitation pour 15 milliards par an soit 215 euros par contribuable
. Le budget de la France et les budgets régionaux sont obligatoirement mis à contribution.
Alors, pour le client usager, c’est un avantage parce que le prix du billet est subventionné à plus de 60% du cout global. C’est un avantage, bien sûr, sauf que le client paie la subvention quand il devient contribuable. Dans la pratique, ce n’est pas forcément le même. La SNCF, entreprise de transport public, est aussi une énorme machine à redistribuer les revenus. Les plus riches (qui ne prennent pas forcement le train) paient pour les moins riches afin qu'ils puissent voyager. Pourquoi pas ?
Mais là où le système est complètement pervers, c’est que les passagers et les contribuables n‘ont pas d’autre choix que d’avoir à subir la loi imposée par la SNCF. Ils n’ont pas le choix et si un groupe de salariés décrète la grève via les conducteurs, le passager est pris en otage pendant que le contribuable est racketté et l’écosystème détérioré...
Dans une entreprise privée, il existe des contrepouvoirs qui obligent à un moment donné les partenaires à fabriquer un compromis pour éviter que l‘entreprise tombe en lambeaux. Dans une entreprise publique, ce type de contrepouvoir fonctionne aux rapports de force puisque l’entreprise n’assume pas les conséquences du blocage, c’est la collectivité, les contribuables qui paient. Ni la CGT, ni Sud, ni la direction ne peuvent assumer leur part de la facture. Les données sur la RATP sont du même ordre de grandeur avec les mêmes ressorts quant au fonctionnement, avec les mêmes effets et les mêmes dégâts sur les clients-usagers. Dans les deux cas, c’est l’usager qui est piégé. Dans les deux cas, c’est l’actionnaire- contribuable qui paie avec un seul droit, celui de se taire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Onc Donald
- 25/12/2019 - 12:02
Grèves
Ras le bol, de cette infime minorité de grévistes qui pour défendre leurs privilèges n'hésitent pas à bloquer l'activité économique d'un pays et d'un gouvernement incapable d'arriver à imposer les mesures qui lui paraissent absolument nécessaires .
Workingclass
- 18/12/2019 - 17:21
Celà s'appelle un service public
Effectivement, en disant que la sncf coute 215 eur à chaque français ça peut choquer. Mais cela s'appelle un service public, donc il est logique que la collectivité participe, tout comme la santé (dont les bénéficiaires ne paient pas le cout total), l'éducation, les services de secours.. En appliquant le meme raisonnement, on pourrait aussi dire que la télévision et la radio d'état française (aussi appelées service public) coutent environ 100 euros par an à chaque français..

Et, s'il vous plait, arretez de parler de "prise d'otage" pour les clients de la sncf, une prise d'otage, ce n'est pas celà. La situation est très difficile à vivre pour les personnes ayant besoin du train pour aller travailler, mais ce n'est pas une prise d'otages!
zelectron
- 18/12/2019 - 16:39
mesure de salubrité publique :
retirez 215 € dans votre déclaration et plus tard dans les sommes à verser au fisc . . . et dites pourquoi !