En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 13 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 15 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 8 heures 57 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 11 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 15 heures 43 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 38 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 7 heures 42 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 17 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 20 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

Publié le 15 décembre 2019
Pour la première fois, un débat significatif a eu lieu au Sénat sur le suicide des agriculteurs ce jeudi 12 décembre 2019. Et au terme de 100 minutes d'échanges sur le sujet, la Haute Assemblée a décidé d'ouvrir une enquête pour mieux connaitre le phénomène, en vue de lui apporter des solutions.
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la première fois, un débat significatif a eu lieu au Sénat sur le suicide des agriculteurs ce jeudi 12 décembre 2019. Et au terme de 100 minutes d'échanges sur le sujet, la Haute Assemblée a décidé d'ouvrir une enquête pour mieux connaitre le phénomène, en vue de lui apporter des solutions.

C'est une grande première. Jamais la problématique de la surmortalité par suicide chez les agriculteurs n'avait à ce point mobiliser nos élus nationaux, qui plus est pour arriver à un consensus, tous groupes politiques confondus, sur la nécessité d'ouvrir une enquête pour mieux appréhender le phénomène et ensuite légiférer afin de trouver des solutions.

Deux hommes sont à l'origine de ce débat inédit au Sénat.

Le premier, c'est Edouard Bergeon. Le réalisateur du film Au nom de la terre a ensuite porté son oeuvre dans les sphères décisionnelles, organisant plusieurs projections privées, dont une à destination des sénateurs. Incontestablement, il éveillé les consciences des élus du territoire, particulièrement sensibles à tous les malaises ressentis dans la ruralité. Il est donc l'élément déclencheur, d'ailleurs cité à plusieurs reprises par les différents sénateurs qui se sont exprimés lors de la séance publique de ce 12 décembre. L'un d'entre eux a même suggéré que si une loi devait aboutir de leurs travaux, elle devrait s'appeler "loi Bergeon"...

Le second, c'est le sénateur Henri Cabanel, viticulteur de l'Hérault, qui a décidé de s'emparer du sujet à bras-le-corps. Le suicide agricole, il lui est arrivé de le mentionner à plusieurs reprises au fil des années dans l'hémicycle. Cette fois, il s'est agi de bien plus qu'une mention. Il a en effet d'abord déposé une proposition de loi, intitulée "Prévenir le suicide des agriculteurs". Une loi insuffisante, ne faisant référence qu'aux seules banques, mais qui a eu le mérite d'ouvrir le débat. "Ce que je voulais, a-t-il confié à WikiAgri au terme des débats, c'était entrainer une réaction de tous les sénateurs." Objectif atteint ! Car si la loi en elle-même a été retirée par son auteur sans donc passer au vote, la proposition émanant de sa consoeur Françoise Férat, consistant à demander un renvoi devant la commission des affaires économiques du Sénat pour qu'une enquête y soit diligentée, a elle fait l'unanimité. Le mot "enquête", d'ailleurs, est en soi impropre, il échappe au jargon approprié du Sénat. Sa forme pourrait être une mission parlementaire, ou un rapport, ce sera donc à la commission des affaires économiques de le décider. Mais il est désormais acquis que plusieurs sénateurs de tous les groupes politiques vont former un ensemble qui auditionnera autant d'intervenants qu'ils le souhaitent pour bien comprendre la situation, et être à même d'apporter, au terme des ces auditions, des propositions de solutions (lois, mesures, recommandations...).

Pour la première fois, un débat de 100 minutes au Sénat sur le suicide des agriculteurs

Avant de parvenir à cette unanimité en faveur de l'ouverture de cette enquête au niveau de la commission des affaires économiques, il y a donc eu un débat. Le tout premier dans le genre sur ce thème ! Pendant une heure et 40 minutes (qui eut cru que l'une des deux chambres parlementaires pourrait un jour passer 100 minutes à discuter du suicide ?). Des sénateurs de tous les groupes politiques se sont succédés dans l'hémicycle. Si certains ont semblé mieux renseignés que d'autres dans leurs arguments, tous ont eu en commun le souci de vouloir participer à une action concrète pour juguler la surmortalité par suicide des agriculteurs en France. En terme politique, il est extrêmement rare qu'une telle unanimité se déclare aussi spontanément, une forme d'union sacrée parlementaire.

Dans son allocution (la première du débat), Henri Cabanel a évoqué "le prix non rémunérateur, celui du travail acharné qui ne paye plus, celui de l’aléa qui va tout faire basculer, celui d’un endettement qui vient étouffer la vie de l’exploitant et de sa famille, celui de la peur de recevoir une énième lettre de mise en demeure avant saisie, celui de se voir agresser par des associations… Mais c’est aussi celui d’une perte d’humanité par une administration devenue frileuse qui gère des numéros de dossiers avant de parler à des femmes et à des hommes… Et lentement c’est le burn out, sujet tabou dans notre société." Il a également cité plusieurs témoignages qu'il a reçu spontanément lorsque la nouvelle de sa proposition de loi s'est répandue, tous plus déchirants les uns que les autres. Et il a conclu en citant un passage de "Tu m'as laissée en vie", ouvrage dont je suis coauteur avec Camille Beaurain, la principale intéressée : « Tu ne t’es pas suicidé, tu as été tué. Tué par tous ceux qui ont voulu profiter de toi. Tué par le manque d’humanité. Tué par les institutions, par tout un système qui a vu en toi un travailleur acharné créateur de richesse auxquelles tu n’as pratiquement jamais eu accès. Notre monde est devenu fou, il tue les paysans qui l’alimentent ». Ajoutant à l'adresse de ses confrères sénateurs : "Face à ces mots très durs, nous devons assumer nos défaillances. Nous sommes tous co-responsables. En nous taisant. En acceptant l’inacceptable. En nous arrangeant de solutions qui ne fonctionnent pas. En ne dénonçant pas un système qui privilégie la dématérialisation, qui oublie l’humain. Car le compteur tourne. Ce soir en vous couchant, pensez qu’il y aura un paysan en moins. Et demain un autre. Et après-demain, encore un autre… et que notre devoir, c’est que cela cesse."

Françoise Férat (élue de Châlons-en-Champagne) a ensuite pris la parole au titre de rapporteur de la commission des affaires économiques. Elle a évoqué les trois études parues au fil des années chiffrant le suicide agricole, mais avec des résultats différents et des méthodologies différentes : elle a donc réclamé plus de clarté dans le chiffrage du phénomène. C'est donc également elle qui a soutenu la première une vocation sénatoriale à enquêter avant de légiférer.

Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume assistait à ce débat et est intervenu ensuite pour donner l'avis favorable du gouvernement pour un renvoi devant la commission des affaires économiques. Il a également mentionné que, parallèlement, un "monsieur suicide" serait désigné parmi les députés, dans l'autre assemblée, pour un travail parallèle (sans doute une volonté de rééquilibrage politique, tout le monde a compris qu'en la matière un travail sérieux et en profondeur était attendu avant tout du Sénat).

Par la suite, une dizaine d'autres sénateurs sont intervenus, tous étant applaudis par l'ensemble des présents, tous allant dans la même direction, chacun bien sûr avec sa sensibilité (en fin d'article, vous avez la vidéo reprenant l'ensemble de ce débat de 100 minutes).

Sur quoi portera l'enquête ?

Ainsi donc, une enquête va être ouverte au Sénat sur le suicide agricole. Elle aura pour objet d'apporter des bases de connaissances conclusives sur le phénomène pour autoriser des actions qui doivent le devenir tout autant. Plus précisément, on a compris qu'un chiffrage précis et indéniable, à partir duquel on puisse établir des politiques préventives et d'accompagnement, devenait nécessaire. Au-delà la déshumanisation des structures auxquelles ont affaire les agriculteurs fut également une direction de travail évoqué par plusieurs sénateurs. Et quantité d'autres sujets annexes à la problématiques seront abordés, jugés, disséqués...

Dans tous les cas, il s'agira du tout premier travail officiel d'exploration sur le suicide des agriculteurs. Il prendra vraisemblablement plusieurs mois, mais avec plusieurs dizaines d'auditions et même des déplacements sur le terrain, il donnera aux décideurs des connaissances suffisamment fines pour qu'ils agissent, ensemble, en faveur de l'être humain qui est le premier à faire vivre nos campagnes, le paysan.

La vidéo complète des 100 minutes de débat au Sénat

La vidéo ci-dessous a été copiée depuis le site http://videos.senat.fr, elle reprend la séance publique du 12 décembre 2019 du Sénat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PhloxxX
- 15/12/2019 - 22:36
enquête ?
Est-ce qu'il était vraiment nécessaire de faire procéder à une "enquête" ? Les causes du suicide sont le manque valorisation du travail des producteurs français. Dès lors que les agriculteurs pourront vivre décemment de leur travail ils continueront à faire ce qu'ils aiment. Que le ministre de l'agriculture agisse déjà contre la concurrence déloyale au sein de la CEE et que l'on cesse les importations de produits qui viennent de l'autre bout de la terre alors que l'on produit de la meilleure qualité sur le territoire national (je pense surtout aux produits chinois qui ne respectent aucune norme, c'est vrai aussi en matière agricole). Ensuite ne pourrait-on fixer un coefficient de la marge finale du distributeur au producteur initial ce de manière à réellement valoriser la production de valeur première agricole ?
lasenorita
- 15/12/2019 - 15:29
Le mépris de nos gouvernants pour les agriculteurs.
Nos gouvernants n'ont jamais tenu compte des désirs de nos agriculteurs qui triment TOUS LES JOURS, qui n'ont pas de vacances et qui vivent chichement! Avant 1962:il n'y avait pas ''l'eau courante'' dans beaucoup de villages français,où on vivait comme au Moyen Age! Les sous des contribuables de nos campagnes partaient chez les musulmans en Algérie, ces mêmes musulmans qui nous ont chassés de notre pays natal pour nous remercier de tout ce qu'on a fait pour eux ... de Gaulle avait dit ''L'Algérie est un gouffre financier''.. Actuellement les sous des contribuables français vont, de nouveau, aux musulmans ,ceux-ci envoient nos sous dans ''leur'' pays, où ils vivent plus que centenaires, tandis que les paysans se suicident parce qu'ils en ONT MARRE de se crever au travail pour des gens qui ne sont pas reconnaissants, de tout ce qu'ils font...ainsi Macron a supprimé des classes et des écoles dans nos campagnes; dans les zones rurales il n'y a plus de commerces, plus de moyens de transports,etc..les personnes âgées ne peuvent se rendre dans les pharmacies des villages voisins, etc.....Mais les délinquants des ''quartiers sensibles'', d'origine étrangère, EUX, ne manquent de rien…..
zelectron
- 15/12/2019 - 14:03
1 million d'agents territoriaux et d'état en trop !
Pendant que la pléthore stupéfiante de fonctionnaires obèses ripaille le paysan qui les nourrit meurt