En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

07.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 heure 30 min
light > Insolite
"Highway to Hell"
Un informaticien a piraté la billetterie du Hellfest afin de tenter d'obtenir désespérément une place
il y a 4 heures 47 min
pépites > Europe
Casse-tête politique
Brexit : l'amendement Letwin a été adopté, les députés reportent leur décision sur l'accord
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"John Tanner, Tome 1, le captif du peuple des 1000 lacs" de Christian Perrissin et Boro Pavlovic : une histoire vraie, servie par des dessins bien loin des images d'Epinal

il y a 8 heures 4 min
pépite vidéo > Europe
Catalogne
Les images des violences à Barcelone en marge de la manifestation des indépendantistes catalans
il y a 8 heures 37 min
pépites > Europe
Chambre des communes
Brexit : journée décisive et vote historique au Parlement britannique
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Culture
Shakespeare revient, ils sont devenus fous !

Pendant des siècles, Othello a été noir : le théâtre des Abbesses a mis fin à ce scandale

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Politique
Avenir de la droite

La petite mort des Républicains

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Renault en plein chaos post Ghosn

il y a 12 heures 59 min
Vallée des Rois
Egypte : découverte exceptionnelle de trente sarcophages de plus de 3.000 ans
il y a 3 heures 6 sec
pépite vidéo > People
Epreuve
Meghan Markle se confie sur le harcèlement des tabloïds
il y a 5 heures 37 min
pépites > Europe
Journée décisive et historique
Brexit : manifestation à Londres devant le Parlement pour réclamer un nouveau référendum
il y a 7 heures 58 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La Bruyère, portrait de nous-mêmes" de Jean-Michel Delacomptée : un portrait captivant

il y a 8 heures 16 min
pépites > France
Mouvement social
Grève à la SNCF : Edouard Philippe déplore un "détournement du droit de retrait"
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 18 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 53 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La douloureuse question du suicide dans la police

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Economie
industrie

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

il y a 12 heures 25 min
décryptage > High-tech
Icônes

Emojis, instagram et selfie : cette bascule vers une civilisation de l’image qui nous tombe sur la tête

il y a 12 heures 44 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday
il y a 13 heures 7 min
© Reuters
Des dettes qui grossissent, un déficit dit structurel qui inquiète les marchés...
© Reuters
Des dettes qui grossissent, un déficit dit structurel qui inquiète les marchés...
Point de non-retour

A quel niveau de taux d’intérêt sur la dette française, notre modèle socio-économique exploserait-il ?

Publié le 17 mai 2012
La France a émis mercredi près de huit milliards d'euros de dette à moyen terme à un coût inférieur à celui du mois d'avril. Reste que plus notre dette grossit, plus les prêteurs vont demander cher à la France et plus les budgets seront déficitaires. Jusqu'où pouvons-nous aller ? 6% de taux d’intérêt sur les émissions obligataires à 10 ans, si on prend la Grèce en exemple.
Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers).Elle est l'auteur de "Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent: ... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !", paru chez Ixelles Editions en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simone Wapler
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers).Elle est l'auteur de "Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent: ... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !", paru chez Ixelles Editions en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France a émis mercredi près de huit milliards d'euros de dette à moyen terme à un coût inférieur à celui du mois d'avril. Reste que plus notre dette grossit, plus les prêteurs vont demander cher à la France et plus les budgets seront déficitaires. Jusqu'où pouvons-nous aller ? 6% de taux d’intérêt sur les émissions obligataires à 10 ans, si on prend la Grèce en exemple.

Trop de dettes, pas de croissance, un déficit chronique : la France est bien sur la route de la faillite. Les derniers chiffres montrent que l’Allemagne reste le seul pays en croissance d’Europe. C’est le seul pays dont les taux d’emprunt ne montent pas. Une faillite désordonnée de la Grèce précipitera la nôtre.

Notre nouveau président et certains autres partisans européens du keynésianisme veulent un pacte de croissance. Bien. Sauf que la croissance ne se décrète pas et ne s’achète pas à crédit. C’est ce que prouvent toutes les expériences récentes, y compris celle des États-Unis, qui, rappelez-vous, ont injecté des milliards de dollars dans leur économie sans résultat substantiel. Après quatre années avec un déficit d’environ 8 % de leur PIB, les États-Unis se retrouvent avec 1,5 % de croissance par an.

Restent donc des dettes qui grossissent et un déficit dit structurel qui inquiète les marchés. La règle de la finance sans visage est somme toute assez simple. Plus l’emprunteur semble risqué, plus on lui fait payer cher. C’est ce que votre conseiller financier appelle le rapport « risque / rendement » d’un placement.

Donc plus la dette va grossir, plus les prêteurs vont demander cher à la France et plus les budgets seront déficitaires.

L’actualité récente de la Grèce, du Portugal, de l’Espagne, de l’Irlande ou de l’Italie, montre qu’à 6% de taux d’intérêt sur les emprunts d’État à dix ans se situe la limite où tout bascule. A ce niveau, ces pays ont appelé au secours la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international. A ce niveau, « quelqu’un » rachète la dette pour faire baisser les taux. C’est ce qui est arrivé il y a quelques jours à l’Espagne : les taux s’envolaient vers les 7%, et « quelqu’un » a racheté sa dette, ramenant alors les taux sur les 5,75% environ.

Il n’y a pas d’exception française ; il est donc logique de penser que c’est à ce taux que nous serons nous aussi à genoux. L’incertitude réside désormais dans le quand. .

Pour tenter de prévoir, nous devons regarder trois paramètres :

  • Le déficit structurel ;
  • Avec qui l’État français est en concurrence pour caser ses emprunts ;
  • Qui possède la dette française.

Déficit structurel : jargon technocratique pour dire « vivre au dessus de ses moyens »

Un État jouit du privilège de rembourser le capital à la fin de son emprunt. Pendant toute la durée de son emprunt, il ne verse que les intérêts. C’est l’équivalent d’un prêt lombard ou crédit in fine pour les particuliers.

La France emprunte pour deux raisons : rembourser de la vieille dette qui arrive à échéance et financer ses dépenses courantes (paiement des fonctionnaires, entretien du patrimoine public). C’est ce deuxième besoin qu’on nomme « déficit structurel ». Pour vous ou moi, cela s’appelle « vivre au dessus de ses moyens ».

Les prêteurs haïssent les déficits structurels. Imaginez que vous prêtiez à quelqu’un de nécessiteux (car nous ne sommes pas dans le cadre d’un prêt d’investissement). Vous n’aimeriez pas qu’il augmente ses heures de femme de ménage, refuse de supprimer son budget décoration florale et continue à aller au restaurant.

Actuellement, 35% de ce que la France est obligée d’emprunter sert à couvrir un train de vie inadapté. Tout dérapage du déficit structurel sera sanctionné par les marchés, donc par une montée plus rapide de nos taux d’emprunt.

Avec qui la France est-elle en concurrence pour caser sa dette ?

En 2012, le montant des émissions obligataires en euros atteindra 1 900 milliards d'euros. Dans ce vaste fourre-tout vous trouvez :

  • Les obligations d’État ;
  • Les obligations des banques et assureurs obligés de recapitaliser en raison de leurs pertes ou de la réglementation ;
  • Les obligations d’entreprises devant faire face à des échéances de LBO (Leverage Buy Out ou rachat par l’endettement).
 

Nos besoins d’emprunt représentent donc 10% de ce marché. Dans un sens c’est bien, mais n’oubliez pas qu’il s’agit d’un système d’enchères : tout le monde est en concurrence avec tout le monde.

Les acheteurs sont des institutionnels et bien souvent des fonds de pension qui gèrent l’argent de retraités ou futurs retraités de pays pratiquant le système par capitalisation. Imaginez la « finance sans visage » de François Hollande comme une grande cohorte de salariés anglo-saxons, norvégiens, allemands et même de pays émergents. Les gérants de ces fonds de retraite doivent des comptes à leurs affiliés.

Les hedge funds (ou fonds spéculatifs)  règnent essentiellement sur le marché secondaire, celui de l’occasion si vous préférez. Quand un gérant commence à avoir des doutes sur un émetteur, il peut choisir de revendre son titre sur ce marché où un spéculateur le ramassera dans l’espoir que les craintes du premier détenteur soient infondées.

Les besoins d’emprunt de tout le monde augmentent puisque la croissance n’est pas au rendez-vous. En outre, les entreprises qui le peuvent lève des fonds sur le marché obligataire puisque les banques ne leur prêtent plus. Nous sommes dans un environnement défavorable par rapport au début de la crise : plus d’offre et moins de demande.


Qui possède la dette française ?

Deux tiers – un tiers. Deux tiers de la dette sont en des mains étrangères, soit environ 1 300 milliards d'euros. Le tiers restant (400 milliards), ce sont vos contrats d’assurance-vie en euro, vos livrets, etc.

Le détail précis des débiteurs étrangers est tenu confidentiel par l’Agence France Trésor qui est notre grossiste en dette fraîche. Sur le marché secondaire - celui de l’occasion -  la dette peut très bien changer de main après son émission.

La botte secrète de François Hollande

À ce stade vous avez compris que 6% de taux d’intérêt sur les émissions obligataires à 10 ans était le seuil limite.

Nous payons actuellement environ 3%. Nous n’avons pas les faveurs de la finance sans visage en raison de :

  • Notre déficit structurel persistant –la campagne présidentielle n’a jamais abordé les réductions de dépenses publiques de fonctionnement mais seulement la réduction des déficits par la taxation,
  • Notre inaptitude à faire des prévisions crédibles et à atteindre nos objectifs,
  • Notre déficit commercial qui prouve que nous avons un « problème de compétitivité ». En clair, nous vendons trop cher pour exporter suffisamment.
 

Il est logique de penser que les taux vont monter rapidement, dès que les déficits commerciaux et publics vont s’aggraver. Le passage à 4% sera crucial (probablement début 2013). Les choses s’emballeront très vite ensuite si l’on se base sur les autres exemples européens.

Cependant, notre nouveau président possède une botte secrète.

Notre État est insolvable mais les Français ne le sont pas. De ce point de vue, il existe bien une « exception française », si nous nous comparons aux Espagnols, aux Portugais (dans ce pays, il paraît même que les tournées au bistrot se payent à crédit avec une carte !), aux Irlandais, aux Grecs ou aux Américains.

La décision de relever le plafond du Livret A est magistrale. Elle va permettre de renationaliser la dette et de la diriger vers les OATi, les obligations d’État indexées sur l’inflation française. Or ces obligations coûtent de plus en plus cher à l’État puisque les chiffres d’inflation officielle progressent.

On vous propose de placer non plus 15 300 € mais 30 600 € en franchise d’impôt sur votre livret A. La rémunération dudit livret est fixée par le gouvernement et elle est – en principe – fonction de l’inflation.

  • Premier problème : « en principe », car cette indexation n’est pas mécanique ;
  • Deuxième problème : c’est le gouvernement qui contrôle la méthode de mesure pratiquée par l’INSEE ;
  • Troisième problème : les dépôts sur livrets sont immédiatement recyclés dans les émissions obligataires françaises.

9 % des 60 millions de livrets sont déjà au plafond des 15 300 d'euros  ; ils représentent 40% des dépôts. À fin mars, l’encours des livrets A atteignait 224 milliards d'euros.

Par ce moyen, le nouveau gouvernement peut potentiellement mettre la main sur 90 Mds€ à recycler en emprunts obligataires. Il financerait ainsi presque la moitié de ses besoins d’emprunt de l’année !

Bien entendu, c’est un piège qui ne nous fera que gagner du temps. La renationalisation de la dette permettra de vous faire payer la casse, à vous, plutôt qu’au paisible retraité norvégien.

__________________________

Notes

Les temps vont devenir très difficiles et plus la crise va s’aggraver, plus il deviendra difficile de prendre lucidement les bonnes décisions. Pour vous y aider, nous vous donnons rendez-vous le 22 juin prochain lors d'une grande journée Protection & Rendements. N'attendez pas pour vous inscrire : plus que jamais, votre argent et votre patrimoine ont besoin de votre attention.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

07.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Khemas
- 19/05/2012 - 09:10
Les ministères "fantoches"
Les ministères "fantoches" ont été créé pour respecter sa promesse de parité homme-femme. Mais sur le fond c'est la même chose, on nous montre que les salaires baissent de 30% mais à côté de ça on crée des tas de ministères inutiles.
Toujours ce bon gros foutage de gueule.
vangog
- 19/05/2012 - 00:59
Le Socialiste Ayrault baisse les salaires de 30% mais
il crée, dans le même temps, cinq ou 6 ministères supplémentaires "fantoches" pour coller aux promesses électorales. Ceci est significatif d'une manière de procéder socialiste qui a toujours été la même et a toujours abouti à plus de déficit!. Quelque soient les écrans de fumée habilement tendus devant le peuple ébahi...
kassian
- 18/05/2012 - 14:12
@walküre
"Hollande finira-t-il son mandat ?"
honnêtement je pense qu'il y aura des émeutes en France avant 2017 et qu'il y aura un renversement, soit de gouvernement soit de F. Hollande lui-même.