En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 9 min 32 sec
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Religion
Double impasse

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

il y a 1 heure 39 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 18 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 20 heures 2 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 22 heures 35 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 1 jour 13 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 24 min 21 sec
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 1 heure 17 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 33 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 18 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 19 heures 57 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 23 heures 45 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 1 jour 32 min
© MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Démocraties occidentales en danger

PIB, pauvreté, espérance de vie... : pourquoi les indicateurs moyens ne permettent plus de comprendre l’évolution réelle des pays développés

Publié le 29 avril 2019
Dans un monde de plus en plus inégalitaire et fracturé, les indicateurs moyens perdent progressivement leur sens.
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un monde de plus en plus inégalitaire et fracturé, les indicateurs moyens perdent progressivement leur sens.

 

Atlantico : Dans un article publié ce 24 avril consacré à la mondialisation, l'économiste Branko Milanovic écrit  : "les moyennes, mais lorsqu'elles sont justes, ont moins de signification dans un monde inégalitaire". En quoi serions nous dans une "ère" de la fin des moyennes ?

Alexandre Delaigue : Le problème de la moyenne se résume par une plaisanterie ; Bill Gates entre dans un bar, ce qui permet de faire augmenter la moyenne des revenus de tous les gens qui sont dans le bar alors que la situation de ces personnes ne s’est pas améliorée pour autant. Une société dans laquelle une moyenne a un sens est lorsque la situation moyenne est valable pour un nombre suffisamment important de personnes. Elle n’est plus valable lorsque nous avons énormément de disparités. Dans la pratique, et c’est ce que fait remarquer Branko Milanovic, quand on observe la croissance mondiale, on peut d’abord se demander si cette croissance mondiale liée à la mondialisation bénéficie vraiment à tout le monde, aussi bien au niveau des pays, mais également à l’intérieur de ces pays. Avec le fait qui est également décrit par Branko Milanovic avec son graphique de l’éléphant. L’évolution économique ne bénéficie pas à tout le monde de la même manière. Ainsi, quand on parle de l’augmentation moyenne des revenus, on se pose la question de savoir de quoi on parle. Le cas extrême est un pays comme l’Afrique du Sud, qui est extrêmement inégalitaire, avec un revenu moyen qui est proche de 10 000 $ par an et par habitant. Mais la caractéristique de ce pays est que personne ne touche ce revenu, il n’y a que des gens qui touchent beaucoup plus avec un niveau de vie proche de celui des Américains, et des gens qui touchent énormément moins qui ont un niveau de vie plus proche du standard de l’Afrique sub-saharienne. C’est typiquement le cas d’une moyenne dont la variation ne signifie vraiment pas grand chose pour comprendre la situation du pays.

Quand nous disons que le choses s’améliorent globalement, cela est vrai, avec un milliard de personnes qui sont sorties de l’extrême pauvreté lors de ces dernières années, mais cela ne suffit pas pour en conclure qu’en moyenne tout va mieux. Le raisonnement est un peu court parce que cela néglige la dimension distributive que l’on pouvait laisser de côté lorsque l’on raisonnait sur la question de la croissance des pays européens pendant les 30 glorieuses, qui bénéficiait globalement à tout le monde, mais nous ne sommes plus dans cette situation aujourd’hui avec une croissance mondiale qui est assez forte mais qui est très inégalitairement répartie.

Quelles sont les moyennes qui ont le moins de sens, dans les chiffres publiés de façon régulière par les médias, et quels sont les chiffres qui permettent une meilleure représentation de la réalité ?

Ce problème est de plus en plus général et touche de plus en plus de domaines concernant la mesure économique. L’exemple typique est celui de l’évolution des prix et du pouvoir d’achat. Quand on  mesure le taux d’inflation, on mesure l’évolution des prix d’une dizaine de milliers de produits qui sont représentatifs de ce que les gens achètent. Mais il suffit de voir le site de l’INSEE - qui le montre très bien - pour voir qu’il y a de plus en plus de divergences entre les types de produits. Pour les télévisions ou le matériel informatique, les prix s’effondrent littéralement avec une qualité qui augmente beaucoup et des prix qui diminuent : un téléphone que l’on achetait 1000 euros l’année dernière vaut 700 euros aujourd'hui. De l’autre côté, il y a toute une série d’autres prix qui augmentent, et c’est la moyenne qui nous donne le taux d’inflation actuel. Du coup, le problème est que le taux moyen d’inflation n’est plus perçu par personne et n’est plus caractéristique de l’augmentation du pouvoir d’achat. Et même lorsque nous fabriquons des moyennes qui touchent les prix des produits consommés par les classes populaires par exemple, ces moyennes ne sont pas toujours très significatives, pour les mêmes raisons. Ces indices donnent un poids plus important à la nourriture, mais lorsque l’on regarde les choix des personnes, on voit que des gens décident de réduire leur budget alimentation pour acheter un téléphone, c’est quelque chose qui existe aussi, même dans les classes populaires. La hiérarchie implicite des besoins dans la construction de ce type d’indices ne marche pas très bien non plus.

Ce problème se pose aussi sur la mesure du PIB, qui est mesuré en prenant des prix multipliés par des quantités, mais qui sont pris sur des économies dans lesquelles cela est de moins en moins significatif.  Quand on travaille sur le PIB et le taux de croissance, et même indépendamment des disparités que l’on observe, la réalité sous-jacente est de plus en plus compliquée à observer par rapport à cette unique unité de mesure dont on dispose. En conséquence, les économistes se posent la question de comment refonder ces indicateurs.

Il y a de plus en plus de secteurs d’activité dont on ne sait pas mesurer la performance économique. Quand on essaye par exemple de mesurer la contribution de Facebook à l’activité économique, on ne sait tout simplement pas bien le faire. Je ne dis pas cela pour dire qu’elle serait sur ou sous estimée, mais vraiment pour montrer qu’on ne sait pas bien le faire.  Donc, avant même ces questions d’inégalités, nous avons déjà un problème avec nos instruments de mesure. Et quand on se rapproche des pays africains, là aussi, nous avons de très gros problèmes. On a vu de nombreuses réévaluations du PIB dans des pays d’Afrique sub-saharienne, par exemple le Nigéria, ce qui a abouti à une réévaluation du PIB de l’ordre de 60%. Cette situation est la conséquence du fait que nos économies sont de plus en plus complexes et que ce que nous pouvons facilement mesurer est une partie limitée - très limitée dans le cas des pays pauvres -. Et tout cela pose aussi la question de ce qu’est l’expérience des gens, c’est à dire le décalage entre les mesures de revenus, des prix ou autres, et ce qui est perçu par les individus.

Le premier décalage est déjà de faire la mesure en elle-même et le second décalage est celui qui existe entre ce qui est mesuré et les perceptions qui sont elles-mêmes de plus en plus multiples. Une personne qui vit très pauvrement avec un petit boulot mais qui se nourrit exclusivement de pizzas surgelées et qui passe tout son temps sur des jeux vidéos, comment fait on pour mesurer son bien-être quel que soit le jugement que l’on puisse porter sur ce type de vie ? Parce que c’est quelqu’un qui voit son pouvoir d’achat augmenter considérablement alors que tous les indicateurs vont montrer le contraire. Nous avons des de grandes divergences entre les pays et de grandes divergences à l’intérieur de ces pays au niveau des individus. Il est de moins en moins valable de parler de revenus moyens dans un pays. Quand on prend la Chine par exemple, avec 1.5 milliards de personnes, mais dans lequel 500 millions de personnes ont un niveau de vie qui ressemble beaucoup à celui des pays riches, et un milliard de personnes qui sont nettement moins touchés par la croissance, on comprend le problème. Cela est également vrai au Brésil ou en Inde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires