En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Atlantico business
Fin du grand débat : Emmanuel Macron saura-t-il produire du Bonheur National Brut avec le PIB ou ce qu‘il en reste ?
Publié le 08 avril 2019
« Monsieur le président, on attend de savoir ce que vous pouvez faire pour nous... » La France est majoritairement enfoncée dans un piège complètement contradictoire. Elle n‘aime guère son président mais attend tout de lui et de lui seul...
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
« Monsieur le président, on attend de savoir ce que vous pouvez faire pour nous... » La France est majoritairement enfoncée dans un piège complètement contradictoire. Elle n‘aime guère son président mais attend tout de lui et de lui seul...

Le président de la République devrait amorcer cette semaine la sortie concrète du grand débat avec des mesures précises et des projets de réformes qui doivent logiquement répondre aux revendications multiples qui sont remontées de la France profonde.

L’objectif de toute cette opération est évidemment de désamorcer la crise des gilets jaunes et surtout de s’attaquer aux causes profondes de la colère ou de la défiance de l’opinion à l’encontre du ou des pouvoirs politiques.

Les mouvements qui ont enflammé l’Hexagone depuis presque six mois ont installé en France un rapport entre la gouvernance et les Français extrêmement compliqué, parce qu’extrêmement contradictoire.

Depuis presque six mois, les gilets jaunes, soutenus dans leur grogne et leur colère par une grande majorité des classes moyennes françaises, et les Français qui (finalement très nombreux) ont participé au grand débat, ont fait remonter une collection de revendications individuelles ou corporatistes. Un immense bavardage collectif pour les uns, une masse de doléances qu’il faut analyser avec attention et auxquelles il faudra évidemment répondre pour les autres.

Les demandes portent principalement sur les questions de pouvoir d’achat, de fiscalité et de justice sociale et fiscale, sur la qualité des services publics et sur la revitalisation des procédures démocratiques (le referendum d’initiative citoyenne). L’ensemble de ces revendications correspond à des intérêts individuels. Il y a donc un problème de cohérence à résoudre si on veut répondre au maximum de demandes. La baisse d’impôts par exemple est difficile à satisfaire avec la demande d’un renforcement des dépenses publiques et sociales, sauf à obtenir un consensus politique qui autorise des arbitrages d’efforts différents de ce qu‘ils sont actuellement.

La défense des intérêts individuels juxtaposés dans les manifestations ou sur les cahiers de doléances ne permettra jamais de tenir compte de l’intérêt général qui s’impose à la gestion d’une collectivité.

Ce piège technique a accouché d’une autre contradiction visible et spectaculaire.

D’un côté, les Français en viennent à demander des solutions politiques (alors que les manifestants gilets jaunes refusent de s‘organiser pour les produire et participer au changement) et parmi les plus radicaux, on en arrive jusqu'à souhaiter le départ d’Emmanuel Macron alors qu’il n‘existe pas de solution alternative pour l’instant (c’est d’ailleurs la force du président).

Mais de l’autre côté, dans la même manifestation, sur le même rond point ou dans les mêmes discours ou commentaires, les Français, toutes couleurs politiques confondues, finissent par tout demander à Emmanuel Macron et à lui seul. C’est lui, le président dont certains ont demandé la tête et beaucoup son départ, c’est lui que tout le monde veut voir, entendre et attendre.  

Le besoin de démocratie directe refoule la démocratie représentative, mais renforce le besoin d’un pouvoir solitaire.

Alors, les institutions de la Ve République favorisent cette « centralité » du pouvoir ; l’arrivée d’Emmanuel Macron a répondu à une quasi faillite des corps intermédiaires, tout comme son logiciel personnel obsédé par les résultats et les performances économiques plus que par la qualité de la démocratie, tout cela nous a conduit à la situation bloquée d’aujourd’hui.

Un président brillant, objectivement compétent dans l'analyse des enjeux mondiaux, lucide sur les difficultés du modèle social français très ambitieux pour lui-même et pour le pays... Mais un président qu’une grande partie des Français n’aiment guère parce qu’ils ne le comprennent pas, mais auquel ils demandent de tout dire, tout faire, tout expliquer.

Cette situation n’est quand même pas banale.

Le résultat est que personne dans la classe politique n’est capable d’imaginer la formule magique du retour au calme et du bain d’un bonheur collectif.

Les mesures techniques et financières ne suffiront pas. Le président de la République en a déjà pris en décembre, pour 12 milliards d’euros au bénéfice du pouvoir d’achat des bas revenus, et des classes moyennes (salaires, primes, retraites, impôts.) Ces 12 milliards repensent un plan de soutien à la consommation d’un montant historique. Il a déjà produit quelques effets. La France s’est aperçue que son système économique le supportera beaucoup mieux que ce que beaucoup d’experts pensaient, mais ça ne permettra pas de changer le moral des Français. Il faudra évidemment autre chose.

Les mesures symboliques fortement demandées par une grande majorité des Français, comme le retour de l’ISF sur les actifs financiers, sont exclues parce que non seulement elles n’auraient aucun impact sur le revenu des classes moyennes, mais elles auraient démobilisé les producteurs de richesses en les faisant fuir. Or, nous avons besoin d’attirer les investisseurs, les chefs d’entreprise, et de favoriser les créations d’emplois.

Les seules solutions envisageables sont des solutions de procédures portant sur la façon de gouverner. L’adoption du principe du RIC, le referendum qui parait être l’alpha et l’oméga des gilets jaunes, sera sans doute envisagé dans son principe. Il offre une possibilité d’enrichir la démocratie représentative par une participation directe. Cela dit, il faudra dans un deuxième temps définir les contenus et les modalités du RIC... S’il s’agit de se rapprocher de ce qui existe en Suisse, les valeurs de la république ne seront pas en risque puisque l’on votera sur des sujets très locaux.

Il peut exister d’autres outils (notamment digitaux) pour donner aux peuples plus de facilités pour participer à l’écriture des lois, ne serait-ce qu’en clarifiant le rôle et le pouvoir des lobbies.
L’objectif est de répondre à des intérêts individuels sans hypothéquer l’intérêt général.

Cela dit, ne rêvons pas, ces mesures techniques et de procédure ne suffiront pas à instaurer un BNB, un bonheur national brut.

Le pays a besoin d’un PIB avant d’avoir un BNB. Un produit intérieur et national brut, une productivité, une compétitivité et des emplois. Sans s’hypothéquer au niveau de la dette.

Le pays a besoin d’un arbitrage (ou d’un consensus) entre ce qu‘il peut consommer et ce qu‘il peut investir. Entre ce qui revient à la génération au pouvoir et celle qui se prépare à le prendre. Et là, la France est bloquée depuis 30 ans dans l’obsession de satisfaire à très court terme les intérêts individuels. On retrouve ce problème dans la gestion de l‘emploi et du chômage, des retraites, de la formation, de l‘épargne et de l’impôt. Entre la fin du mois et la fin du monde.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
06.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
07.
Libérer l’Europe des lobbies ? Anatomie d’une idée fausse ET dangereuse pour la démocratie (et voilà pourquoi vous ne devriez pas céder à ses sirènes...)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 09/04/2019 - 00:02
Les meilleures choses ont une fin.
Une ultime opération de communication,destinée à remettre en selle un dirigeant qui s'enfonçait dans les abysses de l'impopularité.Il ne faut pas chercher plus loin le but de ce grand débat,dont il est particulièrement savoureux de constater que l'artisan de la crise actuelle confond le rôle de mr Loyal avec celui de sa charge présidentielle,or nous ne sommes ni chez Pinder,ni chez Zavatta,et les Français ne sont pas non plus des enfants que l'on peut seulement satisfaire avec un numéro de clown.En effet,ils attendent légitimement,comme ils l'ont d'ailleurs fait savoir plus de de démocratie,de justice social et fiscale et des garanties sur la sécurité intérieure du pays et à ses frontières Le problème c'est que les meilleures choses ont une fin et que le monarque risque fort de l'apprendre à ses dépens,lui qui recule sans cesse à l'approche d'une conclusion particulièrement périlleuse pour sa personne,conscient qu'il est pour une fois du risque qu'il y a d'avoir fait passer des vessies pour des lanternes à un public au bord de la crise de nerfs.
vangog
- 08/04/2019 - 20:31
La préoccupation numéro un des Français est l’immigration
Ce grand bla-bla a eu peur d’aborder la préoccupation numéro un, qui entraine beaucoup d’erreurs et de déficits chroniques, par lâcheté de ce petit Président (vous êtes bien le seul que je connaisse à le trouver « brillant »?…comme le roi-soleil, peut-être) à partir du moment où cette météorite politique évite les trajectoires prioritaires, elle est vouée à s'absorber dans le grand trou noir...
lasenorita
- 08/04/2019 - 13:15
Grand débat...grosse déception!
Le ''grand débat'' a coûté 12 millions d'euros...pour rien du tout! Macron est toujours ''droit dans ses bottes'' et il CONTINUE à faire entrer des terroristes musulmans dans notre pays et à leur donner les sous des Français qu'il accable d'impôts et de taxes.. voir https://www.youtube.com/watch?v=sPfsSbwMRy8..Depuis vendredi une ONG allemande ''vogue'' en Méditerranée avec 64 ''migrants''.. L'Italie a proposé d'accueillir les femmes et les enfants mais les ''migrants'' ont refusé.. qu'ils crèvent donc!.. Pourquoi l'ONG ne les a pas ramenés en Afrique chez leurs ''riches'' frères musulmans?.. qui devraient ''respecter la loi de leur prophète''.. L'Europe a donné des millions d'euros (nos sous) aux ''pays musulmans'' (la Turquie, la Libye,..) afin qu'ils empêchent les ''migrants'' de venir en Europe mais ces musulmans (qui sont des voleurs) ont pris nos sous et laissent les musulmans CONTINUER d'envahir le monde des mécréants!...