En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Les entrepreneurs parlent aux Français

Devons nous rester en démocratie ? Le grand débat pourrait servir à y répondre

Publié le 04 février 2019
Sommes-nous encore en démocratie ? Quelle démocratie ? Est-ce encore utile et surtout efficace ? Est-ce faire preuve de vigueur démocratique que d’écouter n’importe qui, n’importe quand ? Ou l’aveu d’un échec ?
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sommes-nous encore en démocratie ? Quelle démocratie ? Est-ce encore utile et surtout efficace ? Est-ce faire preuve de vigueur démocratique que d’écouter n’importe qui, n’importe quand ? Ou l’aveu d’un échec ?

Le mouvement des Gilets Jaunes, auquel tout le monde donne beaucoup trop d’importance, nous questionne sur les limites éventuelles de la démocratie. La France pense que l’écoute du premier « bruit » émis, est une preuve exemplaire d’un grand dynamisme démocratique. La France, qui a succombé à la tyrannie des chaînes d’infos, aux cancans du journal de 20H, à la dictature du cas isolé, qui justifierait une législation générale, applicable à tous, n’est plus, ne lui en déplaise, une démocratie. Une démocratie c’est une promesse, c’est une délégation de pouvoir, c’est une liberté de parole, c’est une diversité de provenance et une égalité des chances, une hauteur de vue et non une émission de radio qui donne la parole aux auditeurs, pour mieux la ramener au sol. 

Une promesse tout d’abord. Celle d’un mode de vie qui rende la vie en collectivité supportable, sur fonds d’élévation sociale possible. Autre nom donné à l’égalité des chances. Ce n’est pas pour tout le monde, mais c’est possible. Le « peuple » se « prive » d’un pouvoir qu’il confie à des représentants, en contrepartie d’une capacité à bénéficier de larges services publics, d’un accès à l’éducation, à la santé, parfois. Mais ce qu’attend fondamentalement le « peuple » c’est de pouvoir s’élever, d’une génération à l’autre. Car le peuple, si il accepte un pouvoir collectif, souhaite avant tout un bonheur individuel. Comme très peu de nos concitoyens comprennent vraiment l’économie, la politique, et l’entreprise, ils se concentrent sur le résultat et non sur les moyens. Les moyens c’est le café du commerce, que nous confondons désormais avec la démocratie, le « ya ka », les mesures éparses sans cohérence, qui selon chacun, surtout depuis les gilets jaunes, est de nature à changer le monde. La réalité est que le peuple est majoritairement incapable de savoir ce qui doit être fait et comment, et que l’ignorance individuelle n’accouche jamais d’une intelligence collective. 

Mais, en dehors de tout cela, la promesse de l’élévation, est une promesse cassée. Chacun le sent bien. Les chances d’améliorer la situation de la génération précédente s’épuisent et s’effacent. La promesse évanouie, équivaut à perdre le joint qui tient les briques, et l’édifice est en voie d’écroulement. Nous ne sommes plus en démocratie, car sa promesse est vaine.

Une démocratie, c’est aussi une indépendance. Celle du pouvoir élu. Que dire d’un pouvoir qui accorde plus de valeur aux ragots, aux faits divers, du journal de 20H qu’à la vision, au destin d’un pays. Cette tyrannie du court terme, dans une démocratie qui devrait se concentrer sur une vision de l’avenir, est une insulte faite à sa définition originelle. La profusion incontrôlée de lois, destinées à répondre aux commérages du café du commerce, prouve à quel point le pouvoir dit démocratique est devenu un cahier de doléances quotidien et non plus la construction d’un destin national. Qu’un accident touchant une personne fasse la une, et l’arsenal législatif qui s’émeut et se met en branle pour en faire une loi nationale. L’arme atomique, pour tuer les mouches. La paille qui aveugle la vision. Le législateur éclairé que nous devons élire, est devenu une assistante sociale et un technicien de surface cathodique. La télé est devenu sa source d’inspiration et sa raison d’être. Le pouvoir est otage du quotidien. La promesse, là encore, est rompue. 

Et que dire de la dictature du portable ? Le moindre mot, traqué par le portable du premier pigiste venu, sortit de son contexte, exerce une dictature sans pitié sur le quotidien. Le journaliste est passé du rôle de celui qui cherche, réfléchit et informe, au rôle de celui qui doit développer une aptitude hors du commun à approcher son portable le plus près possible, de celui qui pourrait lui fournir la petite phrase du jour. C’est donc l’opportunisme et la longueur du bras, la qualité du portable, qui fait désormais la qualité de nombre de « journalistes ». Notre démocratie devient ce lieu intense de débat intellectuel qui consiste à désamorcer la nuit, ce que la captation téléphonique, aura « capturé » le jour. La pêche du jour, dont le politique devient comptable, et qui doit consacrer un temps précieux confié par les institutions à couvrir son odeur.

Le débat démocratique se réalise sur Twitter. Les procès sont débattus et les jugements rendus sur le net. Le politique en devient le jouet. Une chambre d’écho et un renvoi de fonds de court, deviennent les seules fonctions de nos représentants. Une démocratie ? Un simulacre. Au mieux. 

Et que dire de la liberté de pensée ? Du propos ? De la diversité de provenance de nos élites ? On ne peut plus s’exprimer, sauf si l’on réunit plus de 3 portevoix dans la rue. Le politiquement correct tient lieu de tribunal du langage, qui n’a rien à envier à la censure des dictatures. La seule différence c’est que ce tribunal n’est pas institutionnel mais diffus. Mais fait l’objet d’un consensus. Sortez des clous de l’acceptable et observez le déchaînement des garants de la « bien pensance », qui faute d’idée et de réflexion, préfère interdire la contradiction. Quant à nos élites, qui s’auto-reproduisent, et s’assurent de conserver un pouvoir destiné à servir leur carrière et leur sécurité.  Une démocratie ? Nous n’en avons à peine la façade.

Les Gilets Jaunes représentent la preuve même de cet échec démocratique. Ecouter n’importe qui, qui raconte n’importe quoi. Lui donner de l’importance. Mobiliser nos institutions pour s’abaisser à insulter une démocratie qui détient pourtant un pouvoir légitime et ne devrait jamais se laisser dicter sa loi par la rue. La rue n’écoute qu’elle même. La masse est confondue avec la raison. Et quelle masse ? 3% de la population française au pic de sa mobilisation ? Ridicule. 

Nous avons touché le fond. Non qu’il soit inutile, et au contraire indispensable, d’écouter ceux qui manifestent leur compréhension de la fin de notre système. Il faut analyser et comprendre. Mais jamais sous la pression de l’instant. Et sans état d’âme pour y mettre fin, quand la revendication tourne à la pantomime, tragi-comique. Cet épisode doit être l’occasion de questionner, non pas l’ISF, le salaire minimum, le retour de Dorothée à la TV ou la sortie de la France de l’Europe, et le retour de la télé noir et blanc…mais ce que nous appelons une démocratie et la façon dont un Etat devrait fonctionner.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Xenophon
- 05/02/2019 - 11:53
Vaste programme
Le contexte semble être celui de la cohérence individu-organisation sociale et l' évolution actuelle de l'information fait éclater cette nécessité démocratique. Le diagnostic établi par cet article me parait totalement juste. L'évolution des médias favorise les phénomènes de foules qui fluctuent en permanence, la promotion de leaders éphémères, ce qui éclaire la difficulté d'y apporter remède. L' exemple de la Russie tsariste face au Léninisme est significatif. Lénine à imposé une "dictature du prolétariat" à des foules russes excédées par les abus du tsarisme. Il a pour cela soufflé sur les braises, constitué une équipe de "révolutionnaires professionnels" qui ont progressivement noyauté tous les organismes décisionnels et instauré une terreur aveugle. Chez nous une sortie peut se dessiner avec une récupération syndicale des doléances sociales. Ca coutera cher, hélas. Les grands débats, pour intéressants qu'ils soient, laisseront toujours des frustrations.
J'accuse
- 05/02/2019 - 09:46
Démocratie ? Quelle démocratie ?
Si nous étions vraiment en démocratie, le peuple ne s'accablerait pas de taxes et de dettes !
On sait bien que le peuple ne peut pas gouverner directement, du fait de son nombre, de sa diversité et de son incompétence, mais il est le souverain et doit être obéi. Si on conteste cela, on n'est pas démocrate.
En théorie, des élus le représentent pour gouverner, mais nos élus ne nous représentent pas, seulement les partis qui les ont investis. Ceux-ci détournent le pouvoir pour se l'approprier et l'exercer à leur profit aux dépens du peuple. Les députés se font élire sur les promesses de leurs partis, qui "oublient" ces promesses après les élections et gouvernent en fonction de leurs propres intérêts. Les électeurs sont systématiquement dupés.
Ce n'est pas la volonté populaire qui fait loi, mais celle de partis non représentatifs accaparant le pouvoir par tromperie. Nous ne sommes pas en démocratie.
M. Jacquet a le droit d'être pour un système aristocratique (le régime actuel), mais il doit l'avouer au lieu de se faire passer pour un démocrate.
Honnêteté, et respect pour le peuple, M. Jacquet ! Est-ce encore trop demander ?
PhloxxX
- 05/02/2019 - 04:33
Tyrannie des minorités
La démocratie a été perdue dès lors qu'elle est devenue, non l'expression de la volonté de la majorité, mais la simple tyrannie de toute minorité en capacité de s'exprimer dans le système médiatique ou politique...