En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

07.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 40 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 11 heures 56 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 13 heures 29 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 15 heures 11 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 17 heures 34 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 18 heures 18 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 18 heures 42 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 18 heures 58 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 19 heures 20 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 12 heures 55 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 14 heures 41 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 16 heures 15 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 17 heures 44 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 17 heures 59 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 18 heures 43 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 19 heures 16 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 19 heures 40 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Réelle embellie ?

+ 3.3 points de PIB ? Pourquoi les prévisions du Trésor concernant l’impact des réformes structurelles d'Emmanuel Macron sont largement surestimées

Publié le 04 octobre 2018
Selon la direction générale du Trésor, les réformes fiscales menées par le gouvernement seraient susceptibles de "rehausser l'activité de 3.3 points de PIB à long terme, pour 440 000 emplois créés". En théorie...
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon la direction générale du Trésor, les réformes fiscales menées par le gouvernement seraient susceptibles de "rehausser l'activité de 3.3 points de PIB à long terme, pour 440 000 emplois créés". En théorie...

Atlantico : Selon un document annexé au PLF 2019, la direction du Trésor indique que les réformes fiscales prévues durant le quinquennat Macron "pourraient rehausser l'activité de 3.3 points de PIB à long terme, pour 440 000 emplois créés, avec une montée en puissance progressive et des effets attendues à +1.6 point de PIB et 260 000 emplois à l'horizon 2025". Ces prévisions sont-elles simplement crédibles ?

 
Alexandre Delaigue : Ce type de prévisions provient de modélisations qui sont faites par le modèle Mésange qui s'appuie beaucoup sur les effets des réformes sur la demande. En l'espèce, on considère que l'environnement économique va rester inchangé au cours des prochaines années (ce qui est donc relativement favorable ) et on base l'estimation sur les effets espérés les plus favorables possibles des différentes mesures qui ont été mises en place. En imaginant que cela va fortement relancer l'investissement des entreprises, qu'il y aura un très fort effet sur le nombre d'heures travaillées, et que cela entraînera une forte réduction du chômage. Avec de telles hypothèses, on obtient ce type de résultat.
 
Ce n'est pas la première fois que l'on voit ce genre d'évaluations sur l'impact de différentes mesures mais en général ce n'est pas quelque chose qui se réalise. Parce qu'il y a plusieurs problèmes. D'abord c'est une promesse qu'il est très facile de faire parce qu'elle est impossible à vérifier. Il sera impossible de savoir ce qu'aurait été la croissance future en l'absence de ces mesures, il n'est donc pas très difficile de faire ce genre de prévisions. Et si quelqu'un venait à poser la question de la non réalisation de ces prévisions il est toujours possible de dire que c'est l'environnement économique a évolué.
 
Il y a un deuxième problème qui est plus profond, qui est l'impact des réformes sur la croissance économique, avec un effet d'affichage qui confond le niveau du PIB avec la croissance. On nous dit par exemple "ces mesures pourraient aboutir à ce que le PIB français augmente globalement de 3.3% de PIB de plus que ce qu'il aurait déjà fait". Sur cette base, on a tendance à dire que l'on va avoir une croissance d'autant, mais en réalité, ce que l'on va avoir, ce sont quelques dixièmes de points de croissance en plus dans les prochaines années. Sans discuter la valeur de ce qui est annoncé ici, on raisonne en termes de niveaux en oubliant que la vitesse à laquelle on atteint ce niveau, c’est-à-dire l'impact sur le taux de croissance, peut être relativement lent.
 
Il est dit ici que les réformes pourraient générer 3.3 points de PIB, mais en général, on ne rattrape cette prévision que sur un rythme de 2% par an. C'est ce que l'on constate en général. Du coup, si on veut faire des calculs plausibles sur ce que cela pourrait générer, indépendamment de l'impact que cela peut avoir sur la demande globale, l'effet est extrêmement faible. En réalité, c'est de l'ordre du centième de point. C’est-à-dire qu'au lieu d'avoir 1.70% de croissance, nous aurons peut être 1.71%. Ce sont donc des effets qui sont vraiment imperceptibles.
 

Qu'est ce qui pourrait empêcher la réalisation de telles prévisions ?

 
Les effets sur la demande qui sont anticipés reposent sur des hypothèses qui n'ont que très peu de chances de se réaliser parce qu'elles considèrent que le contexte va rester le même tout en étant optimiste. Or, les choses ne restent jamais véritablement en l'état, il y a toujours beaucoup de choses qui changent dans tous les sens. Ici, dans les choses qui pourraient avoir beaucoup d'effets, la question centrale qui se pose est celle de la stabilité de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Ou alors la perspective d'une crise économique qui surviendrait ailleurs. Dans ce cas-là, l'intégralité des paramètres que l'on a utilisés cessent d'être pertinents. On pourrait rajouter l'impact du prix du pétrole qui n'est pas pris en compte. La simple hausse du prix du baril à laquelle on assiste aujourd'hui  est un facteur qui réduit considérablement le pouvoir d'achat des ménages et qui par conséquent réduit la demande, ce qui pourrait annuler totalement le genre de prévision qui a été faite ici.  
 
C'est pour cela qu'il faut être très prudent avec ce genre de prévisions qui sont surtout de l'affichage politique.  
 

 

Au-delà de ce type de réformes fiscales, que peut-on attendre en termes de gains de croissance et d'emplois des différentes "réformes structurelles" ?

 
 
Les réformes structurelles sont extrêmement surévaluées en termes d'impact sur la croissance. Cela est également le cas avec les différents accords de libre échange dont on nous annonce qu'ils vont générer des milliards d'euros de gains. Ici encore, on confond les niveaux de PIB avec les taux de croissance. Mais si on imagine qu'une réforme pourrait augmenter le PIB de 1%, l'impact sur notre croissance annuelle sera en réalité pratiquement imperceptible (soit 0.02%). C'est ce que l'on sait de ce type de réformes. Ce sont des croissances dites de transition qui caractérisent une économie qui se rapproche de son potentiel maximum au regard de ses caractéristiques technologiques, de la quantité de travail dont elle dispose etc… C'est donc un mouvement qui se fait extrêmement lentement. Cela n'a donc pas d'effet véritable sur le taux de croissance et imperceptible en pratique sur la conjoncture.
 
Bien sûr, ce sont des choses qui peuvent avoir un impact sur le long terme, mais cela est uniquement sur le long terme. Cependant, en annonçant des effets très importants et en oubliant que l'effet immédiat est très faible, on créé un certain cynisme au sein de la population, parce que les gens constatent que l'on avait promis énormément pour obtenir peu de résultats. De manière générale, si l'on veut résumer, les réformes structurelles et leur impact sur la croissance est extrêmement surévalué. Lorsque vous entendez l'annonce d'un plan de réformes et son impact sur le PIB, la meilleure estimation que vous pouvez en faire est que cet effet sera de 0.
 
 

Comment expliquer ce surinvestissement politique sur ce type de réformes ?

 
On sur-investit politiquement sur ces réformes parce que cela concerne directement les gens. Les réformes de la fiscalité ont un effet distributif immédiat. Le fait de réformer le marché du travail a aussi des effets directs sur la situation au travail des gens, sur la capacité des employeurs à pouvoir ou non licencier leur personnel, et toutes ces choses ont des effets importants sur la vie de tous les jours, sur la distribution des richesses, sur les inégalités etc..  Et puisque c'est cela qui constitue l'essentiel de ce pourquoi on fait des élections, on a alors tendance à dire que cela va générer énormément de croissance, que "c'est bon pour l'économie". Ce qui est un argument largement imprécis, ce qui conduit à vouloir présenter des chiffres qui donnent l'impression que nous sommes dans une évaluation parfaitement scientifique. Mais dans la pratique, les actions de politiques économiques sont bien souvent un jeu à somme nulle. Il s'agit d'avantager certaines catégories par rapport à d'autres. Cela peut se justifier dans certaines situations mais il est discutable de prétendre que "cela est bon pour l'économie".

 

Ne peut-on pas considérer que ce surinvestissement se fait au détriment des enjeux macroéconomiques ? 

 
 
Effectivement les vrais enjeux pour la croissance sont à chercher au niveau macroéconomique. Ce qui va déterminer la croissance future en France, c'est globalement ce que sera la politique macroéconomique. Le problème ici c'est que nous avons décidé en France que l'on ne pouvait pas avoir de débat sur ce sujet. Il ne peut pas il y avoir de débat sur la politique monétaire puisque celle-ci est menée par la BCE et que cette dernière mène sa politique d'une manière - qui n'est pas dépourvue de qualités -  mais qui est de fait instrumentalisée pour imposer un certain nombre de politiques aux différents pays européens. On le voit ici avec l'Italie ou en fonction de la réaction de la BCE au budget de l'État italien, celui-ci pourrait se retrouver bloqué ou pas. Donc la BCE exerce quand même un pouvoir significatif. La politique monétaire n'est pas utilisée comme elle pourrait l'être dans d'autres pays pour améliorer la situation économique ou pour atteindre le plein emploi, mais elle est utilisée en vue de favoriser un ensemble de politiques liées à l'intégration économique européenne. Et cela est quelque chose sur lequel on ne veut pas débattre parce que l'on se retrouverait très vite dans des débats un peu embêtants dans lesquels on serait obligé d'admettre que l'on a perdu des éléments de souveraineté et que les arguments de ceux qui prônent parfois la sortie de l'euro ne sont pas entièrement dépourvus de pertinence. Ce qui ne veut évidemment pas dire qu'il faille le faire, mais qu'un débat pourrait avoir lieu.
 
L'autre débat que l'on ne veut pas avoir c'est celui sur le déficit public. En ce moment, aux Etats-Unis, on nous annonce que le déficit public américain pourrait atteindre 1000 milliards de dollars l'année prochaine. Personne ne s'en inquiète parce que la FED sera toujours là pour fournir des dollars. C'est comme si l'intégralité du budget de l'État et de la sécurité sociale en France était empruntée, ou comme si la France décidait de ne prélever aucun impôt et se financerait uniquement par l'endettement. Ici encore, on peut discuter pour savoir si cela est bien ou mal, mais en Europe, nous sommes dans l'impossibilité pratique de faire ce genre de choses parce que l'on a intégré l'austérité budgétaire et la limitation des déficits dans les traités européens. Cela est aussi quelque chose dont on ne veut pas discuter.
 
Nous sommes donc dans une situation ou la politique macroéconomique échappe à toute possibilité d'action et le seul débat que nous pouvons avoir repose sur ces réformes structurelles qui n'ont en pratique pas d'effet global sur l'activité économique. C'est une forme de diversion parce qu'il faut bien discuter de quelque chose quand on ne discute pas de ce qui est l'essentiel. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires