En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 2 heures 10 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 2 heures 22 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 3 heures 22 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 6 heures 14 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 2 heures 13 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 2 heures 50 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 4 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 5 heures 18 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 6 heures 14 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 6 heures 14 min
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Atlantico Business

Emmanuel Macron va droit dans le mur s’il ne réduit pas les dépenses publiques

Publié le 26 septembre 2018
Les Français veulent du pouvoir d’achat, certes mais ils veulent aussi qu’on réduise les dépenses de l’Etat.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français veulent du pouvoir d’achat, certes mais ils veulent aussi qu’on réduise les dépenses de l’Etat.

La présentation du budget 2019 n’a guère calmé la grogne des Français qui ne croient pas aux promesses de cadeaux fiscaux. 

Quand le gouvernement promet des allègements fiscaux l'année prochaine pour redresser le pouvoir d’achat, il se place en contradiction avec la réalité des chiffres qui lui interdisent de distribuer davantage, compte tenu du ralentissement de l’économie. La logique et la chance auraient voulu que le gouvernement finance les cadeaux fiscaux promis par un engagement de réduire les dépenses publiques. Les Français qui ne sont pas à une contradiction près, considèrent que la priorité est bien d’augmenter le pouvoir d’achat, mais deux questions plus tard dans le même baromètre HEC, les français affirment aussi vouloir à plus de 90 % que l’Etat baisse les dépenses publiques.
Conclusion, Emmanuel Macron écoute les français quand ils réclament des hausses de pouvoir d’achat, mais il les ignore superbement quand ils demandent en toute logique des baisses de dépenses publiques.
De deux choses l’une, ou bien il finit par baisser les dépenses publiques. Ou bien il va dans le mur. Explications
 
1er point, la loi de finances telle qu’elle a été présentée par le ministre des Finances traduit jusqu'à la caricature, le piège dans lequel Emmanuel Macron s’est enfermé tout seul ou presque. 
La prévision économique qui pique du nez l’oblige à modifier les conditions de son équilibre budgétaire. Moins de croissance, c’est moins de recettes. C’est évidemment mécanique. Or, pour assurer sa crédibilité de chef de file des européens convaincus, le président de la République doit impérativement respecter les contraintes de l'Union et donner l’exemple. Pour rassurer les banques et les marchés, pour sauvegarder les apparences, il a donc décidé de remonter un peu les rentrées fiscales en jouant notamment sur les décalages techniques. Mal lui en a pris parce qu’il s’est retrouvé face à la fronde des classes moyennes supérieures et des retraités, à qui la suppression de l’impôt sur la fortune ne leur a fait ni chaud ni froid, vu qu’ils possèdent principalement de l’immobilier et que l’immobilier continue d’être taxé. 
 
2e point, pour calmer cette rentrée politique passablement agitée, il a décidé de promettre dans le cadre de la prochaine loi de finances un certain nombre d’allègement, 6 milliards, pour les contribuables personnels et 20 milliards pour les entreprises. Le projet est séduisant même si le terme de cadeaux fiscaux est un peu usurpé, séduisant mais pas crédible. 
 
3e point. Personne ne croit la promesse parce que tout le monde considère que l’ajustement pouvait se faire par la baisse de la dépense publique. Les particuliers eux-mêmes le disent haut et fort et sont un peu déboussolés. Quant aux entreprises qui travaillent sur le marché, elles démontrent depuis toujours qu’un euro dépensé par l’Etat en moins, c’est un euro de plus pour la création de richesse et l'emploi. 
Les entreprises sont inquiètes et déçues de la tournure que prend la politique économique et budgétaire. 
Elles ne se plaindront pas publiquement, mais ne se cachent pas pour expliquer que Emmanuel Macron a tendance à tourner le dos à ses engagements.
Ses engagements étaient de renforcer la compétitivité de l'économie française et rétablir l’offre pour gagner des parts de marché et créer des emplois. Or, une politique d’offre passait forcément par la flexibilité sociale, l’allègement des fiscalités et le recul de l’Etat partout où c’était possible. 
Ce chantier de réforme de l’Etat n‘a pas été ouvert. On va certes décider de quelques privatisations dans le cadre de la loi Pacte, mais la réforme de l’administration a été abandonnée. Surtout, on n’a pas osé redéfinir le périmètre de l’Etat, des collectivités locales et du modèle social public. 
Pour quelle vraie raison, Emmanuel Macron a-t-il levé le pied sur ce dossier d’envergure ? La raison est purement politique. Comme ses prédécesseurs, après un an et demi de mandat, Emmanuel Macron craint les réactions de l’opinion publique. Il craint de braquer tous ceux dont il aura besoin l’année prochaine pour les élections européennes.
 
Pour beaucoup d’observateurs, le président de la République commet là une erreur politique qui peut lui couter très cher. 
Le cœur de son électorat représente 24,1% de l’électorat. Ce noyau dur a voté Macron, parce qu’il a été séduit par sa promesse de changement, vers plus de modernité, de dynamisme, et de réformes radicales dans tous les domaines. 
Ceux qui ont rejoint Macron pour lui accorder une large majorité de plus de 66%, face à Marine Le Pen au deuxième tour, l’ont fait parce qu‘ils considéraient qu‘il n’y avait pas d’alternative et qu’ils ont voulu croire que le nouveau régime pouvait bousculer les choses. Tous ceux-là sont déçus, mais ils n’ont toujours pas de solution de rechange, ni à droite, ni à gauche. 
Dans ces conditions, Emmanuel Macron ne courrait pas grand risque à poursuivre sa politique de réformes et à s’attaquer à l’organisation de l’Etat et des régions. Les français sont actuellement très lucides. Ils veulent moins d’impôts mais ils savent bien que pour avoir moins d’impôts, il faut moins de dépenses.
Tous ceux qui ont voté pour lui au second tour lui en veulent de ne pas utiliser son capital politique pour poursuivre le chantier de restauration. L’épreuve de vérité approche. 
Ou on réduit les dépenses publiques, ou on va dans le mur. 
La seule force qui reste à Emmanuel Macron, c’est la faiblesse de ses adversaires. Pour l’instant, il n’en a pas
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires