En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Médine au Bataclan

Medine et le djihâd au Bataclan ou la tentation contre-productive de la censure

Publié le 11 juin 2018
Les 19 et 20 octobre prochains, le rappeur controversé Médine doit se produire au Bataclan. Recevoir celui qui chante son rejet de l’Occident et de la Laïcité dans la salle où 90 personnes ont été massacrées au nom de l’islamisme, n’est pas du goût de tous. Une partie des opposants à l’organisation de ces concerts réclame une intervention des pouvoirs publics. Une demande de censure à double tranchant.
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Moreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les 19 et 20 octobre prochains, le rappeur controversé Médine doit se produire au Bataclan. Recevoir celui qui chante son rejet de l’Occident et de la Laïcité dans la salle où 90 personnes ont été massacrées au nom de l’islamisme, n’est pas du goût de tous. Une partie des opposants à l’organisation de ces concerts réclame une intervention des pouvoirs publics. Une demande de censure à double tranchant.
Le rappeur Médine connaît un formidable gain de notoriété depuis l’annonce de deux dates de concert en octobre, au Bataclan. Hors de question, pour les opposants à ces concerts, de laisser le chanteur se produire dans cette salle dont la simple évocation renvoie aux effroyables attentats du 13 novembre 2015.
 
En cause, un album de 2005 intitulé « Djihad, le plus grand des combats est contre soi-même », et les paroles de son titre « Don’t Laïk », dans lequel il chante «Crucifions les laïcards comme à Golgotha », ou encore «A la journée de la femme je porte un Burkini ». Ce cocktail explosif de provocation et de positions anti Laïcité est complété par une photo de quenelle, chère à Dieudonné, par ses témoignages dans des vidéos polémiques du média Qatari AJ+ (Al Jazeera), et par sa participation à des réunions publiques aux côtés d’islamistes notoires comme Tariq Ramadan.
 
Le rappeur avait exprimé des regrets au sujet de « Don’t Laïk », déclarant qu’il avait été trop loin. Las, l’opposition ne décolère pas, et deux types de réaction se mettent en place : la pression sociale, et la demande de censure.
 

La pression sociale, le signe d’une société vivante

Le Bataclan est une salle privée, et ses dirigeants sont parfaitement libres de choisir la programmation des concerts qui y sont donnés, dans les limites fixées par la Loi.
 
Libre à chacun, en échange, d’exprimer son opinion sur cette programmation, et de s’organiser avec d’autres pour faire porter cette opinion. Mais gare au retour de bâton dans le choix des arguments avancés, car le camp d’en face dispose des mêmes droits. 
 
Toutes ces manifestations, et tous ces modes d’expression de l’opinion, sont sains dans une Démocratie. Ils contribuent à faire vivre le débat public, et à définir les us et coutumes des sociétés dans lesquels les citoyens libres souhaitent évoluer.
 
Mais pour cela, il faut convaincre, et l’époque n’est plus aux esprits ouverts. Ce qui pousse certains opposants à réclamer une intervention de l’Etat, pour faire interdire ces concerts.
 

Une censure risquée

La censure a l’avantage d’être rapide et efficace, et elle est toujours considérée comme légitime par les censeurs, qui jugent que l’Etat a vocation à faire respecter ses principes sur son territoire. Mais cette arme, en plus de bafouer nos droits fondamentaux à la liberté d’expression, est dangereuse,
pour trois raisons majeures. 
 
D’abord, elle place les censurés dans une position de victime, à notre époque où raison est systématiquement donnée à celui qui se place le plus bruyamment dans cette position. (D’où la perpétuelle et insupportable concurrence victimaire).
 
Ensuite, elle est inefficace à long terme. A l’heure des réseaux sociaux et de la suspicion permanente contre l’Etat et les médias, les canaux de communication sont trop nombreux, et les moyens des censeurs trop réduits, pour efficacement étouffer des opinions. Si détestables qu’elles puissent être, ces opinions trouveront toujours des moyens de se répandre, renforcées par la censure elle-même, opérée par un Etat jugé suspect, et appuyée par le silence de médias honnis.
 
Enfin, si le citoyen accepte de voir des idées censurées, il s’expose à voir ses propres idées être réduites au silence un jour, au gré de l’air du temps, de l’alternance du pouvoir, ou de changements dans la population.
 
D’ailleurs, au vu des récents discours d’Emmanuel Macron face aux évêques de France, au vu de son peu d’intérêt à s’emparer du sujet de la Laïcité, et au vu des conseils dont il s’entoure, il est hasardeux de parier que le couperet de la censure s’abattra sur la cible souhaitée par les opposants au concert de Médine. Ils pourraient bien, au contraire, être les premiers à s’attirer les foudres de l’Etat.
 

Un combat à repenser

Ainsi, l’appel à la censure est tentant, bien qu’immoral, mais le contexte actuel la rend dangereuse et inefficace à long terme. Seule une mobilisation citoyenne soutenue peut redéfinir les limites que notre Etat a renoncé à fixer.
 
Quant à Médine, il a déjà gagné. Sa stratégie de provocation et victimisation est imparable. Que les dirigeants du Bataclan reculent, ou que l’Etat le censure, il se posera en victime.
 
En provoquant sciemment des levées de bouclier dont il pourra s’offusquer par la suite, il soude son camp autour de lui, tout en profitant de cette détestable tendance à donner raison à quiconque confisque la position de la victime.
 
Toute une bataille intellectuelle est à mener sur ce front. Bataille titanesque où la raison doit reprendre pied, malgré les courants contraires, face à une société privilégiant de plus en plus l’émotionnel.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

06.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

07.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

01.

Les États-Unis ferment !

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

François de Rugy a démissionné

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 12/06/2018 - 17:11
un diplomé d'une école de commerce
qui veut nous donner des leçons.... C'est le monde macron....
Carl Van Eduine
- 12/06/2018 - 13:18
A Kelenborn
Désolé c'est vrai je détourne l'article vers mon propre argumentaire. Car je fais résolument partie de ceux qui croient qu'il n'y a pas de liberté pour un ennemi de la liberté, surtout quand très prosaïquement, sa liberté consiste à tuer ma culture, voire ma personne si je n'accepte pas sa domination. Je trouve étrange que des pseudos intellos continuent de se mortifier au nom des guerres coloniales dont ils oublient qu'elles ont commencé avec ... l'expansion arabo-musulmane, qui a précédé de loin l'épisode des Croisades, expansion qui s'est poursuivie avec Poitiers, les barbaresques qui ont provoqué la conquête de l'Algérie. Une expansion qui se produit aujourd'hui sous l'arme fascinante de l'immigration qui fait basculer peu à peu les équilibres culturels, et qui se traduira soit par une soumission, soit par une guerre civile ; Charlie Hebdo, le Bataclan, Nice : cette guerre est en route. Alors franchement, ce rap là ... Nous sommes tellement pacifistes si ce n'est lâches, que nous prenons pour de la censure ... de la légitime défense. Ce qui rappelle que pendant que les moines de Byzance parlaient du sexe des anges, les Turcs prenaient les murs de la ville. Ca recommence !
poil à gratter
- 12/06/2018 - 02:45
Deux poids deux mesures
Quand il s'agit de censurer Dieudonné les memes qui prônent la liberté d'expression pour cet islamiste, n'en parlent pas alors! Le deux poids deux mesures est tjrs d'actualité visiblement! Et pour ceux qui prennent la caution artistique pour excuser l'inexcusable, diraient ils la même chose si c'étaient des thèses nazies qui étaient "artistiquement" mises en musique?
Ce genre d'article et de position me fait gerber! A vous lire il faut se soumettre et tout accepter, sous peine de donner raison au responsable de cette provocation. Donc il faudrait laisser faire? A quel moment pourrions nous alors nous indigner sans "donner raison"?