En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Candide
Pourquoi les prévisions du gouvernement sur la croissance pourraient bien se révéler trop optimistes
Publié le 13 avril 2018
Si les prévisions sur l'activité économie française ne cessent d'être revues à la hausse, il en faut pas pour autant crier victoire trop vite. La confiance des Français maintient l'économie du pays à flot, mais le commerce international pourrait être perturbé, et les grèves, enclenchées ce mois d'avril, connaître des répercussions économiques.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les prévisions sur l'activité économie française ne cessent d'être revues à la hausse, il en faut pas pour autant crier victoire trop vite. La confiance des Français maintient l'économie du pays à flot, mais le commerce international pourrait être perturbé, et les grèves, enclenchées ce mois d'avril, connaître des répercussions économiques.

Il y a aujourd’hui un contraste saisissant entre un climat social qui se dégrade, avec un malaise perceptible dans de nombreux secteurs, sans toutefois que l’on puisse redouter un embrasement général et l’économie, ou chaque jour apporte des notes positives à l’activité. Au point que les services officiels du gouvernement ne cessent de revoir à la hausse leurs prévisions. Alors que le déficit a pu être ramené à la surprise générale à 2,6% du produit intérieur brut l’an dernier, grâce à la montée en puissance de la croissance, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, n’hésite pas à prévoir un excédent budgétaire de 0,3%, à la fin du quinquennat en 2022, ce qui permettrait de renouer avec une situation inconnue depuis 1974.

A Bercy, comme à la Banque de France, on a le sentiment d’avoir sous-estimé la reprise économique depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron. Alors que le ministère tablait récemment encore sur un rythme de 1,7% de progression, on a touché la barre de 2%, qui devrait se confirmer en 2018, et ralentir à peine l’année suivante. Parallèlement, le déficit des comptes publics reviendrait à 2,3% en 2018 et 2,4% en 2019. Les créations d’emplois atteindraient 250 000 dans le secteur marchand, soit autant que l’an dernier. Les investissements des entreprises, comme les exportations bondiraient de plus de 4%. La progression des embauches serait seulement limitée par les difficultés de trouver suffisamment de personnel qualifié. Le gouvernement souligne les effets de la conjoncture internationale, mais aussi des réformes amorcées, en constatant que les vagues de licenciements annoncées par les experts chagrins à propos de la loi El Khomri ne se sont pas produits. La réforme a contribué à déverrouiller le marché du travail.

Conséquence de cette conjoncture souriante : l’engagement des réformes structurelles parait moins urgent.  Le supplément de croissance permet de gommer au moins à court terme les handicaps. Car, le gouvernement n’a toujours pas attaqué le « dur » pour ramener la France au niveau de ses partenaires. Ainsi, les dépenses publiques vont augmenter de 0,6% cette année, alors qu’il faudrait les réduire et les prélèvements obligatoires représentent 54,7% alors qu’ils sont de 47,7% pour la moyenne européenne et 44% en Allemagne. Et Paris envisage seulement de les faire baisser de trois points d’ici la fin du quinquennat.

Au total, le gouvernement ne devrait pas tomber dans un optimisme trop béat sous prétexte que l’image de la France s’est sensiblement redressée depuis un an. Car les zones d’ombres ne manquent pas. Les tensions géopolitiques entre les Etats-Unis, la Chine et la Russie pourraient perturber le commerce international. Déjà les cours du pétrole traduisent les inquiétudes des milieux financiers, tandis que les bourses de valeur ont quelques hoquets qui pourraient annoncer un retournement des marchés. Des signes de ralentissement de la conjoncture apparaissent déjà depuis le début de l’année, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Allemagne. En France, la grève de la SNCF commence à faire sentir ses effets, en réduisant certains approvisionnements et en mettant en difficulté certaines entreprises. Or, tout fléchissement de la conjoncture aurait aussitôt un impact sur les comptes et mettrait en relief les failles en matière de réforme. Pour l’anniversaire de sa première année de mandat, Emmanuel Macron peut se féliciter des résultats obtenus, mais ceux-ci demeurent fragiles : ce que la conjoncture internationale a apporté pour le soutien de l’économie pourrait être repris en cas de retour de la crise toujours latente sur fond de l’aggravation rapide de l’endettement des grands pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
06.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
07.
La Chine est désormais le premier partenaire commercial de l’Allemagne et voilà ce que ça change pour l’Europe
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
guy bernard
- 14/04/2018 - 10:43
nécessité de la construction d'un autre modele, plus stable
la France, malgré ou à cause de ses stabilisateurs économiques, reste trop sensible à la variation de l'environnement ; d'où la nécessité de la construction d'un autre modele, plus stable en production et non en alimentation du budget de l'Etat, beaucoup trop rigide.
Citoyen-libre
- 14/04/2018 - 07:46
AJM-Vangog
Je n'ai pas les arguments économiques pour vous répondre, n'étant pas prof d'économie. Mais je me demande (modestement) pourquoi ce pays va si mal depuis 30 ans, pourquoi les salariés sont s'y mal payés et le pays tant imposé, avec tous les gens brillants de ce pays, qui ici ou sur les plateaux télé nous donnent des leçons d'économie tous les jours en nous expliquant ce qu'il faut faire. Au moyen-âge, à l'époque de Zola, et même en 1968, il y avait sans doute aussi de brillants économistes qui expliquaient que le peuple était suffisamment rémunéré et que tout aller bien. En 1968, certains ont eu 30 % d'augmentation de salaire. Dans les années qui ont suivi, l'économie n'a pas sombré, bien au contraire. Je crois qu'au delà des leçons théoriques d'économie, il y a l'humain, et il faudrait arrêter de lui empoisonner la vie avec une science qui n'est pas exacte, et qui va toujours dans le même sens. Quand aux banques (que je connais un peu) elles n'ont pas besoin du prétexte d'une taxe, pour spolier leurs clients.Et quand à MLP et le FN, ils ont prouvé à la France entière, lors du dernier débat, que leur connaissances économiques étaient encore plus fumeuses que les celles des autres.
vangog
- 14/04/2018 - 00:26
Entièrement d’accord avec ajm...
Si la solution a un problème de déséquilibre chronique était la taxe, la France gauchiste serait championne du monde des solutions....or, elle est plutôt championne du monde des problèmes! Il existe de multiples façons d’orienter une économie vers la productivité non spéculatrice, et ce n’est pas en taxant qu’on progressera vers cette solution...cela se nomme, au contraire, libéralisme intelligent: par exemple stimuler le système productif en détaxant les petits producteurs et petits industriels, entre autres...Macrouille, lui, préfère taxer le diesel, plutôt que détaxer l’essence...