En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 6 heures 4 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 20 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 9 heures 53 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 11 heures 35 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 13 heures 57 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 18 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 14 heures 42 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 22 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 15 heures 43 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 19 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 11 heures 5 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 heures 8 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 23 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 14 heures 46 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 15 heures 7 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 15 heures 40 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 16 heures 4 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Candide

Pourquoi les prévisions du gouvernement sur la croissance pourraient bien se révéler trop optimistes

Publié le 13 avril 2018
Si les prévisions sur l'activité économie française ne cessent d'être revues à la hausse, il en faut pas pour autant crier victoire trop vite. La confiance des Français maintient l'économie du pays à flot, mais le commerce international pourrait être perturbé, et les grèves, enclenchées ce mois d'avril, connaître des répercussions économiques.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les prévisions sur l'activité économie française ne cessent d'être revues à la hausse, il en faut pas pour autant crier victoire trop vite. La confiance des Français maintient l'économie du pays à flot, mais le commerce international pourrait être perturbé, et les grèves, enclenchées ce mois d'avril, connaître des répercussions économiques.

Il y a aujourd’hui un contraste saisissant entre un climat social qui se dégrade, avec un malaise perceptible dans de nombreux secteurs, sans toutefois que l’on puisse redouter un embrasement général et l’économie, ou chaque jour apporte des notes positives à l’activité. Au point que les services officiels du gouvernement ne cessent de revoir à la hausse leurs prévisions. Alors que le déficit a pu être ramené à la surprise générale à 2,6% du produit intérieur brut l’an dernier, grâce à la montée en puissance de la croissance, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, n’hésite pas à prévoir un excédent budgétaire de 0,3%, à la fin du quinquennat en 2022, ce qui permettrait de renouer avec une situation inconnue depuis 1974.

A Bercy, comme à la Banque de France, on a le sentiment d’avoir sous-estimé la reprise économique depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron. Alors que le ministère tablait récemment encore sur un rythme de 1,7% de progression, on a touché la barre de 2%, qui devrait se confirmer en 2018, et ralentir à peine l’année suivante. Parallèlement, le déficit des comptes publics reviendrait à 2,3% en 2018 et 2,4% en 2019. Les créations d’emplois atteindraient 250 000 dans le secteur marchand, soit autant que l’an dernier. Les investissements des entreprises, comme les exportations bondiraient de plus de 4%. La progression des embauches serait seulement limitée par les difficultés de trouver suffisamment de personnel qualifié. Le gouvernement souligne les effets de la conjoncture internationale, mais aussi des réformes amorcées, en constatant que les vagues de licenciements annoncées par les experts chagrins à propos de la loi El Khomri ne se sont pas produits. La réforme a contribué à déverrouiller le marché du travail.

Conséquence de cette conjoncture souriante : l’engagement des réformes structurelles parait moins urgent.  Le supplément de croissance permet de gommer au moins à court terme les handicaps. Car, le gouvernement n’a toujours pas attaqué le « dur » pour ramener la France au niveau de ses partenaires. Ainsi, les dépenses publiques vont augmenter de 0,6% cette année, alors qu’il faudrait les réduire et les prélèvements obligatoires représentent 54,7% alors qu’ils sont de 47,7% pour la moyenne européenne et 44% en Allemagne. Et Paris envisage seulement de les faire baisser de trois points d’ici la fin du quinquennat.

Au total, le gouvernement ne devrait pas tomber dans un optimisme trop béat sous prétexte que l’image de la France s’est sensiblement redressée depuis un an. Car les zones d’ombres ne manquent pas. Les tensions géopolitiques entre les Etats-Unis, la Chine et la Russie pourraient perturber le commerce international. Déjà les cours du pétrole traduisent les inquiétudes des milieux financiers, tandis que les bourses de valeur ont quelques hoquets qui pourraient annoncer un retournement des marchés. Des signes de ralentissement de la conjoncture apparaissent déjà depuis le début de l’année, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Allemagne. En France, la grève de la SNCF commence à faire sentir ses effets, en réduisant certains approvisionnements et en mettant en difficulté certaines entreprises. Or, tout fléchissement de la conjoncture aurait aussitôt un impact sur les comptes et mettrait en relief les failles en matière de réforme. Pour l’anniversaire de sa première année de mandat, Emmanuel Macron peut se féliciter des résultats obtenus, mais ceux-ci demeurent fragiles : ce que la conjoncture internationale a apporté pour le soutien de l’économie pourrait être repris en cas de retour de la crise toujours latente sur fond de l’aggravation rapide de l’endettement des grands pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy Bernard
- 14/04/2018 - 10:43
nécessité de la construction d'un autre modele, plus stable
la France, malgré ou à cause de ses stabilisateurs économiques, reste trop sensible à la variation de l'environnement ; d'où la nécessité de la construction d'un autre modele, plus stable en production et non en alimentation du budget de l'Etat, beaucoup trop rigide.
JBL
- 14/04/2018 - 07:46
AJM-Vangog
Je n'ai pas les arguments économiques pour vous répondre, n'étant pas prof d'économie. Mais je me demande (modestement) pourquoi ce pays va si mal depuis 30 ans, pourquoi les salariés sont s'y mal payés et le pays tant imposé, avec tous les gens brillants de ce pays, qui ici ou sur les plateaux télé nous donnent des leçons d'économie tous les jours en nous expliquant ce qu'il faut faire. Au moyen-âge, à l'époque de Zola, et même en 1968, il y avait sans doute aussi de brillants économistes qui expliquaient que le peuple était suffisamment rémunéré et que tout aller bien. En 1968, certains ont eu 30 % d'augmentation de salaire. Dans les années qui ont suivi, l'économie n'a pas sombré, bien au contraire. Je crois qu'au delà des leçons théoriques d'économie, il y a l'humain, et il faudrait arrêter de lui empoisonner la vie avec une science qui n'est pas exacte, et qui va toujours dans le même sens. Quand aux banques (que je connais un peu) elles n'ont pas besoin du prétexte d'une taxe, pour spolier leurs clients.Et quand à MLP et le FN, ils ont prouvé à la France entière, lors du dernier débat, que leur connaissances économiques étaient encore plus fumeuses que les celles des autres.
vangog
- 14/04/2018 - 00:26
Entièrement d’accord avec ajm...
Si la solution a un problème de déséquilibre chronique était la taxe, la France gauchiste serait championne du monde des solutions....or, elle est plutôt championne du monde des problèmes! Il existe de multiples façons d’orienter une économie vers la productivité non spéculatrice, et ce n’est pas en taxant qu’on progressera vers cette solution...cela se nomme, au contraire, libéralisme intelligent: par exemple stimuler le système productif en détaxant les petits producteurs et petits industriels, entre autres...Macrouille, lui, préfère taxer le diesel, plutôt que détaxer l’essence...