En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 19 min 39 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 36 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 18 heures 7 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 22 heures 1 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 23 heures 5 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 33 min 58 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 24 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 25 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 24 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 19 heures 12 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 32 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 23 heures 10 min
© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Les entrepreneurs parlent aux Français

L’immobilisme sur les rails : entrepreneurs et syndicalistes, deux mondes sans frontière commune

Publié le 09 avril 2018
La défense des intérêts particuliers n’est en aucun cas le socle de l’intérêt général. Modifier leur statut n’entame en rien, l’intérêt général, la préservation du service public.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La défense des intérêts particuliers n’est en aucun cas le socle de l’intérêt général. Modifier leur statut n’entame en rien, l’intérêt général, la préservation du service public.

Certains trouvent à l’immobilisme une vertu cardinale. Ne rien changer serait paré d’une vertu rare, celle de respecter le passé. L’inaction et l’absence de remise en cause répondraient à une nécessité de justice sociale et surtout de respect d’acquis sociaux obtenus de haute lutte. Une simple interrogation, un début de réflexion, une possible adaptation au temps est entachée automatiquement, d’un soupçon d’irrespect de la lutte syndicale, d’injustice au détriment des plus faibles, d’insulte à l’histoire. Etc. Foutaises!

Chaque avantage dans la vie a une explication, une contrepartie. Si sa cause disparaît, il doit en être tout autant de sa conséquence. Le statut des cheminots, bien que moins scandaleux que celui de la RATP, pas moins scandaleux que la plupart des fromages encore offerts à nombre de politiques  en « transition temporaire », doit évoluer avec le temps. Comme pour tout le monde.

La défense des intérêts particuliers n’est en aucun cas le socle de l’intérêt général. Modifier leur statut n’entame en rien, l’intérêt général, la préservation du service public. Bien au contraire ! Son évolution permettra justement, de maintenir son rôle, dans les meilleures conditions, y compris financières, afin que les petits avantages des uns, ne se maintiennent pas, au détriment des impôts des autres.

Le combat mené n’est pas celui de la vertu sociale et de la spécificité du service public, mais bien du maintien d’un fromage syndical, qui sait que son incapacité à gagner cette bataille aura une odeur de sapin pour Sud Rail, et la CGT, dans une entreprise qui pouvait s’accommoder de plus de 920 ETP, des salariés fantômes, affectés à un poste qu’ils n’ont jamais occupé, pour se vouer à 100% à leur délégation syndicale, au frais du contribuable. La guerre n’est pas celle du service public, mais de la rente syndicale. Il n’y aurait rien à redire, si la SNCF était bénéficiaire et souhaitait aménager des conditions favorables pour ses salariés. Car ce serait un choix respectable, qu’elle ferait avec son argent. Malheureusement, mis à part les pirouettes et le montage financier  qui permet le bénéfice en isolant la dette,  la réalité, c’est que les avantages se font avec nos impôts.

Comme pour la RATP, qui je l’espère sera la prochaine cible du gouvernement. Un statut unique et inique, scandaleux, dans une entreprise qui continue à augmenter ses effectifs à un moment où son chiffre stagne ou régresse chaque année. Dotée d’avantages totalement scandaleux, quand on considère à quel point un restaurateur, une infirmière  ou un routier est tellement moins bien traité. Dans l’indifférence générale. Et les quelques français qui soutiennent cette grève, sont les mêmes qui hurlent à la mort quand on augmente leur impôts.

Ne pas réformer le service public, dans son intégralité, et surtout l’administration, et ses décideurs du haut de la pyramide, est le condamner à terme, en l’offrant au GAFA, qui feront mieux et moins cher. La douleur sera alors plus vive encore !

Un cheminot demain, ressemblera, à s’y méprendre, à un salarié. En effet, le transport, lui aussi est en pleine révolution, sous la pression des nouveaux modèles économiques (VTC, co-voiturage, transports multimodaux et interactions entre ces transports à organiser demain, régression de la propriété des véhicules…). Le service public pourra continuer à exister, malgré la disparition d’avantages incompréhensibles pour les français (logements sociaux, rente syndicale, repos compensatoires, retraites…). Personne n’a jamais dit que les cheminots étaient milliardaires. On dit simplement que la nation ne peut pas faire de différences entre ses enfants, sauf pour ceux dont les conditions particulières, le méritent. De plus, tout cela va se faire en douceur, sans impact pour les « anciens ». Ce combat n’est donc lié, ni à la défense du service public, ni aux acquis sociaux, mais uniquement au combat de la dernière chance pour des syndicalistes dictatoriaux, dont les pratiques contre les non syndiqués, sont étouffées pour échapper à des enquêtes qui les qualifieraient facilement de harcèlement à l’heure du #MeToo.

Le contraste est sidérant si l’on considère cette magnifique génération, de jeunes et moins jeunes, qui se lancent dans l’entrepreneuriat. Ces femmes et hommes, dont  le risque absolu offre à notre société l’innovation, l’évolution, la croissance et les emplois. Loin de l’immobilisme, ils voient leur absence de statut comme la plus belle garantie d’une vie animée par la passion, face à leurs amis rentiers, qui n’ont de passion que pour eux mêmes. Les uns crient à l’aventure au profit du plus grand nombre, quand les autres nous collent au sol, au profit d’un nombre restreint. C’est leur vie et leur incertitude qui nous offrent le plus beau service public possible. Le service qu’ils rendent au public, à la nation, au prix de la précieuse sécurité défendue par les autres, c’est de préserver les acquis des uns, au sacrifice des leurs. La société change, alors ils s’y adaptent, proposent, évoluent, remettent en question, disruptent. Pendant que les autres s’offrent à nos frais, une double-couverture pour l’été, et paralysent la nation, les entrepreneurs se mettent à nu en plein hiver, pour lui offrir la mobilité, un train pour l’avenir, un futur, sur des rails solides. Leur réussite contrairement à leurs trains, fera arriver la France à l’heure de la croissance.

Les seuls qui mériteraient un statut, n’en réclament pas ! Quand certains justifient leurs avantages du simple fait de ne pas dormir chez eux quelques nuits par mois, ou de travailler quelques week-ends dans l’année, les entrepreneurs comptent les nuits où ils dorment tout court, sans aucune compensation, souvent au détriment de leur propre vie personnelle, et sans se mettre au travers des voies pour autant. Comment la terre peut-elle mettre au monde 2 catégories d’individus aussi différents. Ceux dont la facilité est l’obsession, face à ceux qui font de la difficulté une source de motivation.

Pendant que les uns ont les yeux qui brillent face à l’avenir, les autres ne brillent qu’en regardant le passé. J’espère, mais j’avoue ne pas douter, que le Président ne lâchera pas. Il ne portera pas pour autant, une quelconque atteinte au service public, il lui permettra au contraire se de reprendre et se réinventer, à l’aune d’un monde nouveau.  Evoluer n’est pas régresser !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JBL
- 09/04/2018 - 21:47
Deudeuche
Si vous préférez BHL, c'est votre problème. Moi il me constipe.
Deudeuche
- 09/04/2018 - 20:08
Excellent article
En tant qu’entrepreneur je ne peut qu’approuvrr cette réforme et cet affrontement inéluctable contre ce scandale qu’est le statut de la SNCF.
Deudeuche
- 09/04/2018 - 19:53
@citoyen libre
Non et cela nous fait des vacances !