En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LOIC VENANCE / AFP
Atlantico Business
SNCF, Air France, des conflits d’un autre âge. Mais chez Facebook, Tesla ou Carrefour, c’est autrement plus grave et voilà pourquoi
Publié le 02 avril 2018
Alors que les cheminots essaient de défendre leur passé, ce qui se passe chez Carrefour, Facebook ou Tesla remet en cause l‘avenir de tout le monde.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les cheminots essaient de défendre leur passé, ce qui se passe chez Carrefour, Facebook ou Tesla remet en cause l‘avenir de tout le monde.

Avec un peu de recul, il faudrait avoir le courage et la lucidité pour ramener le conflit qui oppose les syndicats de la Sncf à l’Etat à une vulgaire confrontation entre ceux qui essaient de protéger un passé révolu avec ceux qui préparent les conditions d’un avenir moins fragile. Les premier, les cheminots, ne croient pas ce que leur racontent les seconds et préfèrent se braquer contre cette modernité.

Personne n’a jamais remis en cause l’utilité du chemin de fer comme moyen de transport collectif. Les clients veulent seulement que ça marche correctement pour un prix acceptable. Or actuellement, la SNCF n‘offre pas le service voulu et ses couts de fonctionnement sont exorbitants. Ce n’est donc pas une question politique ou idéologique, c’est une question purement technique.

Que fait-on, avec qui et comment pour que les trains arrivent à l’heure, que la sécurité soit optimale, et le prix ne pénalise pas la collectivité. Ca passe par la technologie, le management et l’écosystème.

Le problème de la Sncf est dont parfaitement soluble. Il faut simplement que les personnels comprennent que leurs statut date d’un monde ancien, et le management prenne en compte les contraintes de la concurrence.

En clair, toutes ces questions sont très simples. Si elles débouchent sur des situations inextricables et propices au drame, c’est qu’elles touchent à d’autres enjeux. Des enjeux de pouvoir et d’emprises syndicales.

Ce qui se passe chez Carrefour, chez Tesla, et surtout chez Facebook est autrement plus grave avec des conséquences humaines, politiques et économiques. On en est plus dans le passé, on en est à remettre en cause un avenir sur lequel le monde entier fantasmait et spéculait.

Carrefour est socialement bouleversé par les efforts entrepris afin d’assumer la montée du e-commerce et la force d’invasion du numéro un mondial de l’internet Amazon. Depuis deux ou trois ans, les champions de la grande distribution se débattent comme des beaux diables pour à terme survivre et conserver ce qu’ils ont inventé au cours d’un demi siècle : la distribution de masse. Du coup, on a vu en France, Auchan passer des deals avec les chinois, on a vu toutes les enseignes se lancer dans le drive, mais ca n’est pas une réussite. On a récemment vu Carrefour, le premier de cordée se lancer dans le digital et Casino et Monoprix pactiser avec le diable Amazon.

Ne nous trompons pas, c’est le modèle de l'hypermarché qui est en cause. Et tout le monde sait que de se battre pour protéger le modèle est perdu d’avance. Quand les personnels et notamment les caissières de Carrefour se mettent en grève, elles croient défendre leur job, mais elles n’y parviendront pas. Il y a d’ailleurs quelque chose de pathétique dans ce soulèvement du personnel des hypermarchés. Pendant des années, les mêmes caissiers se sont plaints (à juste titre) de la banalité de leur travail, beaucoup réclamaient un « enrichissement des taches ». Aujourd’hui, cet enrichissement ne pourra passer que par le e-commerce. L'a-t-on prévu et préparé ? Non ! A-t-on formé les personnels aux nouvelles formes de travail plus riches ? Non. Qu’ont fait les syndicats pour préparer cette évolution ? Rien. Que font-ils aujourd‘hui ? Rien sinon de pleurer sur un statut qui s’effondre.

Chez Tesla, c’est peut être le rêve qui tourne au cauchemar. On s’aperçoit que toute innovation comporte des risques. Les premiers chemins de fer, les premiers avions ont fait des centaines de morts, victimes de l’innovation. Tesla et sa voiture autonome ont déjà fait, officiellement, deux morts. Si l’année prochaine, Elon Musk réussit à envoyer dans l’espace des charters de touristes à la conquête de Mars, tout le monde sait que certains ne reviendront pas. Faut-il pour autant arrêter toute recherche, toute innovation et dans ce cas revenir au passé ? Les hommes en général, les français en particulier, sont prudents, pire ils sont frileux. Il y a quelques années, un président de la République originaire de Corrèze avait, sans mal, obtenu une réforme de la Constitution pour y graver le principe de précaution. La belle affaire qui a fait plaisir aux écologistes conservateurs et avec eux à tous les réfractaires du progrès. Quelle bêtise. Il faut toujours se méfier des corréziens surtouts quand ils deviennent président de la République. Mais passons et retenons à l’heure où on voudrait couper les ailes de Tesla et d’autres, que s’il avait fallu imposer le principe de précaution à Christophe Colomb, il n'aurait jamais pu découvrir l’Amérique.

Ce scandale Facebook est sans conteste le plus grave, le plus impactant sur l’avenir. On sait maintenant que Facebook, fort de plus d’un milliard d’adhérents, a laissé des bureaux privés s’accaparer de données personnelles pour les analyser et ensuite manipuler les foules et les influencer en leur adressant des messages, des (fake) news, des communications qui leur étaient spécialement destinées et ciblées. On a touché des personnes fragiles en Grande Bretagne pour les inviter à voter pour le Brexit. On a aussi, aux Etats-Unis, caressé et conforté les tendances les plus populistes pour leur prouver que Donald Trump possédait la solution à leur douleur.

Plus grave encore, on sait que les cadres et chercheurs  de Facebook ont prévenu leurs dirigeants que leur système était vulnérable et utilisable à des fins politiques par des marchands d’illusion, ou des terroristes. En clair, les réseaux sociaux comme Facebook pouvaient être utilisés par les praticiens de la théorie du complot. Alors qu’on sait très bien que les théories du complot sont inventées par ceux qui en tirent un profit personnel.

Informés de tous ces risques, les dirigeants de Facebook dont Mark Zuckerberg ont balayé d’un revers de la main cet avertissement pour protéger leur fortune et leur croissance.

Ce qui se passe chez Facebook remet en cause le modèle économique des réseaux sociaux, et casse la confiance qui est à la base du système.

Or, ce système de confiance est au cœur de la révolution digitale et par conséquent de la croissance future. Le système est extraordinairement performant mais ses utilisateurs ne sont pas fiables et loyaux.

Un système économique par définition n‘a pas à faire de la morale. Il doit être efficace. En revanche, les pilotes du système doivent être irréprochables sur le plan de l’éthique et de la morale. En l’occurrence, on commence à s’apercevoir que les pilotes du digital n’ont pas été toujours irréprochables.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberdom
- 03/04/2018 - 03:24
Fake-article
Ah bon c'est Fesse-bouc maintenant qui est responsable du Brexit et de l'élection de Trump. D'abord Poutine et ensuite Fesse-bouc; bientôt le pape ? Il n'y a pas d'âge limite pour les pisse-copies ?
lorwakaf
- 02/04/2018 - 19:58
fake news? Ce sont les journeaux traditionnels qui en sont les p
Qui peut croire aux journaux traditionnels, subventionnés, dans la ligne des partis au pouvoir ? De plus, toujours donneurs de leçons et ne les respectant pas. Tel rédacteur en chef de l'Obs perrorant sur le racisme des employeurs français dans 28 minutes sur Arte: le lendemain, j'ai fait tous les étages de l'Obs, j'y ai vu deux basanés, le livreur d'Amazon et moi. A la limite, Mediapart est plus honnète et certainement plus compétent : criticable mais plus de travail. La plupart des journalistes incompétents, n'ayant rien à dire: tout ce que JM Sylvestre raconte sur Facebook, tout le.monde me sait depuis longtemps! Et puis qu'est-ce que cette histoire d'électeurs de Trump ou du Brexit: on ne peut pas voter ce qu'on veut maintenant? Entre parenthèse s, je connais des.employés high level d'une.multi nationale dans la finance qui ont voté Trump tandis que leurs collègues UK ont voté Brexit(des indiens en plus!). D'accord sur le.commentaire précédent sur P. Artus.
Tande
- 02/04/2018 - 17:49
vide sidéral
JM Sylvestre est bien placé pour gloser sur le monde ancien et tout le reset... il en est un des piliers pour la Presse. Au reste, les salariés n'ont pas fini de mouflet, avec tous les Bompard et autres humanistes de la gestion musclée...cela débouchera sur quoi? Une vaste prolocratie, dominée par quelques potentats, ou une révolte? On verra...