En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Solutions
Pouvoir d’achat fragilisé, grande distribution et producteurs étranglés : les pistes pour sortir du cercle vicieux qui nous mène aux émeutes Nutella
Publié le 01 février 2018
Ce mercredi 31 janvier, le gouvernement présentait sa loi distribution-agriculture ("Projet de loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable") visant à mieux répartir les revenus entre agriculteurs, industriels et distributeurs.
Jean-Marc Boussard est économiste, ancien directeur de recherche à l’INRA et membre de l’Académie d’Agriculture.Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont La régulation des marchés agricoles (L’Harmattan, 2007). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boussard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boussard est économiste, ancien directeur de recherche à l’INRA et membre de l’Académie d’Agriculture.Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont La régulation des marchés agricoles (L’Harmattan, 2007). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi 31 janvier, le gouvernement présentait sa loi distribution-agriculture ("Projet de loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable") visant à mieux répartir les revenus entre agriculteurs, industriels et distributeurs.

Ce mercredi 31 janvier, le gouvernement présentait sa loi distribution-agriculture ("Projet de loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable") visant à mieux répartir les revenus entre agriculteurs, industriels et distributeurs. A cette occasion, le gouvernement prévoit ainsi de donner plus de pouvoirs aux producteurs dans leurs négociations en instaurant une nouvelle formule de fixation des prix partant des coûts de producteurs. Au-delà de cette proposition, quelles sont les pistes envisageables permettant d'équilibrer les rapports de force entre industriels, agriculteurs, et distributeurs ? 

 

Jean-Marc Boussard : Je suis assez sceptique sur les résultats concrets à attendre de ce projet. Ce sont les agriculteurs qui proposeront des prix, et les commerçants qui les « prendront » ? Mais qu’est-ce qui empêchera les commerçants d’aller voir ailleurs - même au-delà des mers - s’ils ne trouvent pas une proposition meilleure ?  On accuse les « grandes surfaces » de faire des bénéfices scandaleux sur le dos des malheureux agriculteurs, si pauvres et si gentils. Mais les choses sont plus compliquées : D’abord, ce ne sont pas toujours les « grandes surfaces » qui sont au contact direct avec les agriculteurs : il y a souvent des industries ou d’autres intermédiaires au milieu. Ensuite et surtout, les grandes surfaces elles-mêmes sont soumises à une concurrence féroce, au point que certaines font faillite de temps en temps... Elles sont donc fragiles, et ne prennent que le minimum de bénéfices...

On va diminuer le « seuil des ventes à perte » : Très bien ! mais qui ira se plaindre d’avoir trouvé une bonne affaire ? Le contentieux risque de ne pas être considérable !

Enfin, ou va faire en sorte que les agriculteurs puissent vendre «sur la base de leurs coûts de production» : mais rien n’est plus difficile que d’évaluer les coûts de production des produits agricoles, obtenus par des producteurs très divers, pratiquant une multitude de cultures et d’élevages entre lesquels il faudra « imputer » les coûts des travaux et du matériel...

Tout cela est largement de la poudre aux yeux, pour faire du trafic sur les réseaux sociaux !

Éric Verhaeghe : On s'étonnera un peu de cette intervention de l'État dans la mécanique de fixation des prix. Elle paraît de fait un peu datée. On peut comprendre l'envie d'intervenir quand on sait la profonde asymétrie qui existe entre l'extrême atomisation des producteurs agricoles et l'extrême syndication des distributeurs. Mais cette asymétrie s'explique aussi par une forme de passivité de la production agricole française. L'atomisation des producteurs est un mal très français. Le foncier peine à évoluer. Les exploitations restent de petite taille. Le recours à des coopératives omnipotentes est fréquent. Au cas par cas, on pourrait relever ces situations où les producteurs préfèrent le confort d'une coopérative à laquelle ils se contentent d'apporter leurs produits, plutôt que de chercher à commercialiser eux-mêmes, de façon indépendante, le fruit de leur travail. Même dans des métiers où les producteurs sont loin de vivre dans la misère comme l'engraissage des canards, cette passivité frappe l'esprit. Beaucoup de producteurs de foie gras se contentent de recevoir des canetons vivants apportés par la coopérative, de les engraisser quelques semaines dans leur ferme, puis de les revendre à la coopérative. Celle-ci les traite en indépendants, mais ils sont en réalité de simples sous-traitants dans une situation de subordination. On comprend l'intérêt et le confort pour un producteur d'être un simple maillon dans une chaîne structurée par une coopérative qui fixe les prix unilatéralement pour les producteurs, puis écoule ses produits chez les distributeurs. Mais l'expérience montre que ceux qui font le choix de rester réellement indépendants, notamment en accouvant eux-mêmes et en distribuant eux-mêmes leurs produits vivent mieux. Dès lors, le sujet n'est pas celui du rapport de force entre des producteurs atomisés et spécialisés d'un coté et le reste de la filière de l'autre. Il est dans l'émergence d'un nouveau modèle d'agriculture moins fondé sur une subordination tôt ou tard consentie des producteurs. 

Quels sont les défis posés par la grande distribution, dans son rôle d'intermédiaires ? De quels déséquilibres sont-ils responsables ? 

 

Jean-Marc Boussard : Les grandes surfaces doivent fidéliser leur clientèle, en maintenant leurs rayons toujours approvisionnés, et, si possible, en faisant valoir les qualités spécifiques de leurs produits (évidemment meilleurs que ceux des concurrents, mais encore faut-il arriver à le faire croire !), tout en vendant le moins cher possible, pour résister aux compétiteurs toujours à l’affut.

Cela passe par des miracles en fait de stockage et de conservation des produits périssables. C’est du reste en grande partie l’existence de stocks contre-aléatoires qui explique les variations des « marges commerciales », car il faut remplir les armoires et les silos quand les prix sont bas, tout en continuant à écouler les vieux stocks aux prix anciens plus élevés. Et comme on n’est jamais sûr ni de l’approvisionnement, ni de l’affluence de la clientèle, il arrive souvent que l’on se trompe, ce qui entraîne des pertes et des variations de prix inopinées.

Éric Verhaeghe : La grande distribution détient la clé de l'accès au consommateur final. Comme vous le dites très bien, elle est l'intermédiaire. L'intermédiation est la grande cause du XXè siècle. Le siècle dernier a inventé de puissants intermédiaires en toutes choses. La caricature, c'est la banque elle-même, qui est l'intermédiaire premier de notre existence. Regardez où nous en sommes arrivés: il n'est plus possible d'acheter en cash. Tout achat suppose au moins, de nos jours, l'intervention d'un intermédiaire appelé une banque. Dans le domaine agricole, il n'est pas d'avenir sans une négociation avec une centrale d'achat détenue par un grand distributeur. 
 
Par sa taille, celui-ci dispose effectivement du pouvoir de fixer les prix. Ce pouvoir est lié à la taille des marchés qu'il détient ou auquel il a accès. Pour un producteur agricole, avoir un produit référencé dans une chaîne d'hypermarché est un graal. C'est la garantie d'un revenu régulier. Donc... il vaut mieux, au moins en apparence, vendre à bas prix à une centrale qu'à un prix plus élevé à une série de petits acheteurs. Dans cet arbitrage global, le producteur échange sa marge de profit contre un confort de vie et contre son extrême spécialisation dans le métier agricole. Il renonce définitivement au métier de vendeur.  
 

 

Fortes de cet avantage lié à leur taille, les centrales d'achat possédées par la grande distribution peuvent imposer des conditions de vente qui leur sont très favorables, et qui sont très défavorables aux producteurs. On nuancera toutefois le point de vue en comparant Amazon et Carrefour. Manifestement, le temps des hypermarchés omnipotents est révolu et, progressivement, le modèle s'épuise. 

 

Les propositions formulées par le gouvernement tendent à soigner les symptômes d'un rapport de force apparemment déséquilibré. Comment agir sur les causes ? 

Jean-Marc Boussard : A vrai dire, c’est assez difficile, car il faut ici lutter contre la « loi du marché ». Quand c’est techniquement possible (il ne faut pas que le produit soit trop périssable), la meilleure formule consiste à supprimer le marché, l’Etat se portant acquéreur de toute quantité proposée à un prix fixé. C’est la méthode qui a été employée en France de 1945 à 1992 pour les denrées alimentaires de base (céréales, lait, vin, etc...). Elle donne beaucoup d’encouragement aux agriculteurs pour produire efficacement, et c’est elle qui a permis la rapide reconstruction de l’agriculture en Europe après la guerre. Elle a cependant l’inconvénient de donner trop d’encouragements aux producteurs, ce qui conduit aux « excédents » de triste mémoire. C’est pourquoi on a jeté le bébé avec l’eau du bain, et laissé le marché décider de tout. Il est probable qu’il eut été possible à moindre frais de corriger les défauts des prix garantis, ce qui nous aurait évité les drames actuels. 

Éric Verhaeghe : ​Il me semble que le contexte de l'arbitrage va progressivement évoluer. L'arrivée du numérique ne peut que modifier les termes de l'échange. On voit bien, avec les applications dites de circuit court, que l'intermédiation des supermarchés ou des hypermarchés n'est plus obligatoire, pas plus que celle des coopératives. J'ai un exemple en tête, celui de la production de vin en Savoie. Beaucoup de producteurs se contentent d'apporter leurs raisins à une coopérative et se satisfont d'un vin de mauvaise qualité mais aux revenus garantis par une coopérative qui écoule sa production durant les mois d'hiver, dans les stations de ski. Rares sont les producteurs qui font le choix d'une production de qualité, dans la propriété. Celle-ci suppose en effet un effort de commercialisation. L'arrivée d'applications et de vente en ligne directe simplifie fortement cette vente directe et permettra aux producteurs de désintermédier les marchés. 

On voit ici que la révolution numérique est un facteur de changement beaucoup plus efficace que la réglementation. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
07.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 05/02/2018 - 09:11
Semper Fi
''Ce qu'il leur arrive est bien triste, mais, malheureusement, nous ne pouvons rien faire pour eux''. Ce fut, en 1942, la réaction d'une majorité de français en apprenant la Rafle du Vel d'hiv.
moneo
- 03/02/2018 - 16:48
HUM
A part sortir de l'UE on fait comment pour imposer aux distributeurs l'achat de produits tricolores ?
le silence des journalistes sur cette question est assourdissant.
Jospin à son époque avait imposé un travail de romains aux distributeurs d'indiquer sur le prix final qui gagnait quoi....
c'était très interessant à chaque fois les coopérative arrivaient en tête .Finalement tout cela a été mis à la poubelle .une vingtaine d 'années plus tard on essaie autre chose mais c'est du pipeau.
Enfin qui achète des produits les moins chers possible ? devant la caméra ils sont patriotes mais à la caisse ;c'est la chasse aux bonnes affaires ....
Ne me prenez pas pour un défenseur des grandes surfaces ,je fus fournisseur de grandes surfaces pendant 20 ans ;j'en connais toutes les astuces et les méfaits .curieusement d'ailleurs j'avais plus à craindre des chaines détenues par des indépendants que par un système centralisé ,mais dé toutes façons ce sont de machines à broyer sans respect des fournisseurs.une fois dit cela ,l'agriculture française crève de son modèle paradoxal ,qui n'accepte la mondialisation que si les prix sont garantis par l'Etat ....
Semper Fi
- 02/02/2018 - 18:52
@Ganesha
Il ne s'agit pas de faire preuve d'égoïsme. Il s'agit aussi de s'interroger sur les éléments qui justifient de tels écarts de prix. J'arrive à comprendre que qu'un t-shirt fabriqué dans un pays où les ouvriers sont payés des clopinettes soit nettement moins cher que le même t-shirt produit en France... j'ai bcp plus de mal à comprendre pourquoi l'agneau NZ est moins cher que l'agneau français, malgré la distance et des coûts de main d'oeuvre similaires...mais peut-être saurez-vous m'éclairer ? Et non, malgré mes capacités intellectuelles limitées, je ne pense pas que la mise en place de prix fixes et de quotas de production soit la solution... sauf à interdire les distributeurs de se fournir ailleurs qu'en France. La situation des agriculteurs me désole autant que vous, mais la solution que vous proposez ne fera qu'aggraver les choses.